Tags Posts tagged with "livre noir"

livre noir

par -
0
Abdelaziz Essid a déposé une plainte civile au nom de l'avocate Sonia Dahmani qui a été citée dans le livre noir de la présidence de la république sans preuve véritable . La plainte a été portée contre

Abdelaziz Essid a déposé une plainte civile au nom de l’avocate Sonia Dahmani qui a été citée dans le livre noir de la présidence de la république sans preuve véritable . La plainte a été portée contre la présidence de la république et contre la personne de Moncef Marzouki pour préjudice moral , en demandant une indemnité de 1 million de dinars, rapporte Mosaïque FM.

par -
0
La chambre des référés au tribunal de première instance de Tunis

La chambre des référés au tribunal de première instance de Tunis, a ordonné, mercredi après-midi, l’arrêt de l’édition, de la diffusion et de la distribution di Livre noir.

Cette décision judiciaire a été rendue dans le cadre de l’affaire déclenchée par la plainte déposée par l’Espérance sportive de Tunis dont le nom a été mentionné comme un « sbire » du régime déchu , dans l’ouvrage de la présidence de la République.

par -
0
Une plainte sera déposée contre les personnes qui ont accusé la garde présidentielle d’être impliquée dans l’affaire du Livre noir

Une plainte sera déposée contre les personnes qui ont accusé la garde présidentielle d’être impliquée dans l’affaire du Livre noir, a indiqué le porte-parole du syndicat de la garde présidentielle Hichem Gharbi dans une déclaration au journal Al Chourouk, parue ce mardi 24 décembre 2013.

Hichem Gharbi a nié, en outre, la présence des agents de la garde présidentielle, le premier novembre, dans l’imprimerie officielle, pour assurer la sécurité de l’opération du tirage du Livre Noir , défiant les responsables de l’imprimerie de prouver le contraire.

par -
0
Six

Six, tel est le nombre des plaintes déposées à ce jour, auprès du ministère public contre le président de la République provisoire, Moncef Marzouki, suite à la publication du Livre noir.

Le Parquet a ordonné l’ouverture d’informations judiciaires y afférentes conformément à l’article 31 du Code de procédures pénales.

par -
0
La direction générale de l'Imprimerie officielle a démenti que l'institution ait eu un quelconque rapport avec la fuite du Livre noir réalisé par la présidence de

La direction générale de l’Imprimerie officielle a démenti que l’institution ait eu un quelconque rapport avec la fuite du Livre noir réalisé par la présidence de la République comme l’avait suggéré penser le conseiller principal du président de la République provisoire, chargé de la communication mercredi dernier lors d’une conférence de presse.

Dans un communiqué portant la signature du PDG Ahmed Zarrouk, la direction générale de l’Imprimerie a démenti que « l’institution ait eu un quelconque rapport avec la fuite du document », affirmant que son personnel ne peut nullement être mis en cause, précisant que l’ouvrage a été a été imprimé dans ses ateliers suite à une demande de livraison formulée par les services de la présidence de la République.

L’Imprimerie officielle précise dans le même communiqué qu’elle a notifié à la Présidence de la République que l’institution n’assume aucune responsabilité après l’opération d’impression et de remise.

Le conseiller principal du président de la République provisoire, chargé de la communication, Mohamed Hnid avait suspecté que le « fuitage » du document ait eu lieu au niveau de l’Imprimerie officielle, annonçant que l’institution de la présidence de la République poursuivra en justice l’auteur éventuel de cette fuite.

par -
0
Un juge d’instruction au tribunal de première instance de Tunis entendra bientôt le directeur de l’Imprimerie officielle suite à la série de plaintes

Un juge d’instruction au tribunal de première instance de Tunis entendra bientôt le directeur de l’Imprimerie officielle suite à la série de plaintes déposées dans le cadre de la publication du Livre noir de la présidence de la République épinglant nombre de figure du monde des médias , de la politique et du sport.

Le directeur de l’Imprimerie officielle doit répondre de la publication mon autorisée légalement de cet ouvrage, la présidence de la République ayant soutenu que le livre noir n’était pas destiné à la publication ou à des fins de règlement de comptes et qu’il a été subtilisé alors qu’il se trouvait à l’Imprimerie officielle.

par -
0
Le conseiller principal auprès du président de la République Mohamed Hnid a accusé l’imprimerie officielle de la fuite du livre Noir de la présidence

Le conseiller principal auprès du président de la République Mohamed Hnid a accusé l’imprimerie officielle de la fuite du livre Noir de la présidence de la République. Lors d’une conférence de presse tenue au Palais de Carthage sur ce livre Noir, Mohamed Hnid a affirmé qu’aucune fuite n’a été enregistrée au sein de la présidence et que la Présidence de la République engagera des poursuites contre les auteurs de la fuite.

par -
0
Le Livre noir a été fuité du de l’Imprimerie Officielle de la République Tunisienne. D’après Le conseiller chargé de la communication

Le Livre noir a été fuité du de l’Imprimerie Officielle de la République Tunisienne. D’après Le conseiller chargé de la communication auprès du président de la République, Mohamed Hnid, la présidence n’avait aucunement l’intention de le publier.

« C’est l’effet d’un coup de poignard dans le dos qu’a reçu la présidence par la diffusion de ce Livre noir  » a-t-il dit .

par -
0
Le livre noir n'était pas destiné à la publication. C’est ce qu’a indiqué Moncef Marzouki

Le livre noir n’était pas destiné à la publication. C’est ce qu’a indiqué Moncef Marzouki, président provisoire de la République ,précisant qu’il l’a rédigé suite au refus de l’ANC de se saisir des archives. Selon le président de la république, la rédaction de ce livre a pour but de dévoiler la vérité en l’absence de la loi de justice transitoire.

par -
0
Adnane Mansar

Adnane Mansar, Chef du Cabinet présidentiel, a évoqué , mardi 3 décembre sur Al-Watanyia1 , le tort qui pourrait affecter certains hommes de médias par la publication du livre noir , notamment les personnes citées dans ce livre et qui sont réellement étrangères à toute corruption. Il leur a conseillé de de porter plainte contre la Présidence.

Adnane Mansar a expliqué que ceux qui le veulent, peuvent attaquer la Présidence de la République en justice, ajoutant que l’institution de la présidence n’est pas au-dessus des lois.

par -
0
La Coalition civile pour la défense de la liberté d’expression (CCDLE) dénonce

La Coalition civile pour la défense de la liberté d’expression (CCDLE) dénonce , dans un communiqué , la publication par la présidence de la république d’un « livre noir » sur « l’appareil de propagande de Ben Ali », sans concertation avec les instances professionnelles, syndicales et légales concernées, et sans le recours à une équipe de personnalités compétentes et indépendantes capables d’examiner, de manière transparente et équitable, les archives de la présidence relatives au dossier de l’information et des médias.

La coalition dénonce également le choix de confier l’exclusivité de promouvoir ce livre à une chaîne de télévision hors la loi et à un journaliste réputé pour ses écrits élogieux envers les symboles de l’ancien régime et en particulier envers celle qui se faisait appeler « la première dame de Tunisie ». La CCDLE qui déplore l’instrumentalisation politique scandaleuse d’un dossier des plus sensibles dont dépend la réussite du processus de transition démocratique et qu’il importe de traiter en toute transparence et équité, voit dans ce choix une tentative d’instaurer un climat d’intimidation et de chantage, en vue de saper tous les efforts visant à reconstruire et à réguler le paysage médiatique tunisien sur des bases professionnelles et éthiques solides, conformément aux standards internationaux de la liberté d’expression.

La coalition exige , dans le même communiqué ,la constitution d’une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur les conditions de préparation de ce livre, les parties qui ont participé à son élaboration et les raisons pour lesquelles les demandes formulées, depuis deux ans, par le Syndicat National des Journalistes Tunisiens d’accéder aux documents attestant la collusion de certains journalistes et professionnels des médias avec l’appareil de propagande de l’ancien régime, sont restées sans réponse.

La coalition civile pour la défense de la liberté d’expression est composée des organisations suivantes :

– Ligue Tunisienne de défense des Droits de l’Homme (LTDH)

– Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT)

– Syndicat général de la culture et de l’information (UGTT)

– Syndicat Tunisien de la Presse Indépendante et de la Presse des Partis (STPIP)

– Syndicat Tunisien des Radios Libres (STRL)

– Association « Yakadha » pour la démocratie et l’État civil

– Centre de Tunis pour la Liberté de la Presse (CTLP)

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE