Tags Posts tagged with "Mahdi Jomâa, Tunisie"

Mahdi Jomâa, Tunisie

par -
0
Mehdi Jomaâ

Mehdi Jomaâ ,qui a été choisi, samedi 14 décembre 2013, pour le poste de chef de gouvernement , par 9 voix contre 2 à Jalloul Ayed , est originaire de Mahdia . Né en 1962, il est ingénieur de formation de ENIT , et titulaire d’un DEA en mécanique, calcul et modélisation des structures de la même école .Il a occupé le poste de ministre de l’Industrie dans le gouvernement Ali Laarayedh ,de mars 2013 , jusqu’à sa nouvelle désignation .

Mehdi Jomaâ a effectué toute sa carrière au sein d’Aerospace, une filiale du groupe français Total. En 2009, il devient directeur général de la division aéronautique et défense et membre du comité de direction, supervisant six filiales implantées en France, aux États-Unis, en Inde et en Tunisie .

Faisant suite à son élection , Mehdi Jomaâ a publié un statut sur sa page officielle Facebook, dans lequel il a annoncé que son cabinet sera constitué en une semaine et promis qu’il sera formé de jeunes , et qu’il combattra la corruption .Il a ajouté qu’il lèvera haut le drapeau tunisien entre les nations et qu’il sera impartial et à égale distance entre les différentes formations politiques et les composantes du peuple tunisien, quelle que soit leur orientation politique, religieuse ou idéologique.

Commentant la nomination de Mehdi Jomaâ à la tête du nouveau gouvernement , Rached GHannouchi a indiqué que les partis politiques engagés dans le dialogue national et le Quartet ont réussi le pari du dialogue et sont parvenus malgré les difficultés à un consensus , allusion aux réserves exprimées par 7 partis politiques qui ont voté blanc et le retrait d’autres dont Nidaa Tounès .

Il a critiqué les déclarations de certaines personnalités politiques qui ont assimilé la nomination de Mehdi Jomaâ à un coup d’Etat , faisant valoir son indépendance vis-vis de tous les partis , et son appartenance au gouvernement Ali Lârayedh en sa qualité de compétence politiquement neutre .

Rached GHannouchi a tenu à affirmer que le vote qui a couronné le dialogue national engagera le pays dans un tournant le hissant au rang de modèle en matière de transition démocratique comme il a été un modèle dans la révolution à l’échelle arabe .Il a mis l’accent sur l’importance de la légitimité électorale qui est toujours d’actualité , et la position centrale de l’Assemblée Nationale Constituante(ANC) dans le processus de transition , et n’a pas manqué ,à l’occasion ,de lancer un appel aux députés pour approuver la constitution , la loi électorale et à la formation de la nouvelle ISIE , dans des délais courts .

Donnant le coup d’envoi à une polémique sur le sujet , Habib Ellouz, membre du mouvement Ennahdha a déclaré à Mosaïque FM qu’Ennahdha soutiendra le nouveau gouvernement pour accomplir sa mission , au moment où d’autres parties tenteront d’entraver son travail .

Evoquant le retrait de plusieurs partis de la séance du dialogue pour ne pas prendre part au vote, le porte-parole du parti Al Jomhouri Issam Chebbi a indiqué à Mosaïque FM que Mehdi Jomaâ n’est pas une personnalité consensuelle . IL a insisté sur le fait que le parti Al Jomhouri, tout comme les composantes du front du salut national n’ont pas admis que le nouveau chef du gouvernement soit issu du cabinet Ali Laârayedh, et révélé que cette situation va faire l’objet d’un examen de la part des partis formant le Front de salut national , lors de leur prochaine réunion .

Mohamed Hamdi , leader de l’alliance démocratique a exprimé une position plutôt favorable au résultat du vote , affirmant que son parti s’est conformé aux dispositions de la feuille de route et aux mécanismes du vote adoptés par tous . Il a regretté le retrait de Nidaa Tounes et les réserves émises par le Front Populaire quant à la nomination de Mehdi Jomaâ à la tête du gouvernement, estimant qu’un consensus partiel vaut mieux que l’absence d’un consensus.

Dans le même cadre , le leader dans l’alliance démocratique Mehdi Ben Gharbia a annoncé que son parti soutiendra le nouveau gouvernement et l’appellera à respecter les termes de la feuille de route et à garantir l’impartialité du pouvoir exécutif. Il a par ailleurs vu dans la désignation d’un Chef de gouvernement un pas positif pour sortir de la crise .Mahmoud Smaoui, autre dirigeant de l’alliance démocratique a appelé , pour sa part , les partis politiques à soutenir le nouveau chef du gouvernement Mahdi Jomaâ, jusqu’à l’organisation des prochaines élections.

Ridha Belhaj directeur exécutif de Nidaa Tounes, a déploré sur les ondes de Mosaïque FM, que le travail de plusieurs semaines, débouche sur un bilan négatif , qualifiant la nomination de Mehdi Jomaâ de simple opération de recyclage du gouvernement actuel. Faisant part de son étonnement de voir certains candidats écartés , il a souligné que le nom de Mehdi Jomaâ a été ajouté de manière non-démocratique, voyant dans ces agissements de la part d’Ennahdha une préparation à l’échec de la mission de Mehdi Jomaâ . Jugeant le nouveau chef de gouvernement sans expérience , il estime qu’il n’est pas outillé pour sortir le pays de la crise actuelle.

Faouzi Elloumi , membre du bureau exécutif de Nidaa Tounès estime que le dialogue n’a fait que produire un gouvernement de la Troïka 3.

Beji Caied Essebsi , chef de Nidaa Tounes ,a déclaré, quant à lui , lors d’une journée d’études autour des femmes de Nidaa Tounes que la position définitive du mouvement à propos de la nomination du nouveau chef du gouvernement , Mehdi Jomâa sera annoncée jeudi 18 décembre 2013.

Hamma Hammami a indiqué , pour sa part que la Troïka ne veut pas résoudre la crise et veut se maintenir au pouvoir. Il a ajouté que le Front Populaire n’a pas voulu participer au vote parce qu’il a été placé dans un dilemme ; d’une part Mehdi Jomaâ appartient au gouvernement d’Ali Laârayedh , et d’autre part Jalloul Ayed ne jouit pas de consensus.

Le leader du Front Populaire Mongi Rahoui a qualifié ,dans une déclaration à Shems FM , le prochain gouvernement d’une copie de la Troika, expliquant que le nouveau chef du gouvernement a recueilli le niveau minima de consensus .

Il a affirmé que le Front Populaire fait encore partie de l’opposition et examinera prochainement la manière de procéder à l’ANC .

Ali Bechrifa député de l’ANC a estimé , sur les ondes de Shems FM, que le nouveau gouvernement est une continuité du gouvernement de Hammadi Jebeli, et poursuivra la stratégie du Mouvement Ennahdha . Il s’est interrogé si Mehdi Jomâa sera capable de réviser les nominations à la tête des délégations, des gouvernorats et les nominations des directeurs généraux dans les établissements de l’Etat, de manière à organiser des élections crédibles et transparentes ?

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Le Premier ministre algérien, Abdelamalek Sellal, a fait une grosse annonce lors du 27ème sommet Afrique-France, à Bamako, au Mali. Samedi 14 janvier 2017,...

SPORT