Tags Posts tagged with "Mahmoud ben romdhane"

Mahmoud ben romdhane

par -
0
Mahmoud Ben Romdhane

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, Habib Essid a reçu aujourd’hui, jeudi 11 août 2016 au palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre des Affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane, indique un communiqué de la présidence du gouvernement rendu public sur sa page Facebook.

par -
0

Le ministre des Affaires sociales Mahmoud Ben Romdhane a insisté sur la promotion d’une diplomatie permettant de mieux communiquer avec la quatrième génération des Tunisiens résidant à l’étranger.
Il a mis en garde contre « l’effritement des liens entre la Tunisie et les binationaux ».
Ces derniers constituent une richesse devant être mise à contribution pour consolider le développement intégral en Tunisie, a-t-il relevé.
Dans une déclaration à la TAP, en marge de la conférence des chefs des missions diplomatiques, il a indiqué que la composition sociologique des Tunisiens à l’étranger a complètement changé par rapport à la première génération en termes de compétence et d’intégration dans les pays d’accueil.
Le ministre a noté que le nombre des Tunisiens établis à l’étranger s’est élevé à 12 pc du nombre global de la population et qu’ils contribuent à hauteur de 40 pc à la production de la richesse nationale.

par -
0

-La réforme du système de sécurité sociale en Tunisie a été au centre de entretien tenu, mardi, à Genève, en marge de la 105ème session de la conférence internationale du travail du 30 mai au 10 juin 2016, entre le Directeur général de l’organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder et le ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane.
Le ministre a affirmé que le gouvernement tunisien est en quête de « solutions consensuelles » pour résoudre la crise des caisses sociales à travers l’instauration d’un dialogue ouvert entre les différentes parties concernées.
Il a indiqué que les domaines de coopération entre la Tunisie et l’OIT sont multiples, citant à à ce titre les domaines du travail, des relations professionnelles, du dialogue social et de la couverture et sécurité sociales.
Ben Romdhane a réitéré son appel à l’OIT en vue de fournir l’accompagnement technique nécessaire à la mise en place des projets sociaux programmés.
De son côté, le directeur général de l’OIT, Guy Ryder a réaffirmé la disposition de l’organisation onusienne à apporter son appui à la Tunisie dans le domaine social, se déclarant persuadé que la Tunisie constitue un modèle à suivre en termes de règlement des différends par voie de dialogue.

par -
0

Dans une allocution prononcée devant la 105ème session de la Conférence internationale du travail tenue mercredi, à Genève, le ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane a souligné le rôle majeur du dialogue comme meilleur moyen pour soutenir le processus d’édification démocratique et garantir la stabilité sociale et politique en Tunisie.
Le contrat social signé le 14 janvier 2013 entre le gouvernement tunisien, l’Union générale tunisienne du travail et le patronat illustre bien l’enjeu important de ce dialogue, a-t-il ajouté.
Ben Romdhane a salué le rapport du directeur général de l’OIT sur « l’initiative sur l’éradication de la pauvreté: l’OIT et le programme 2030 », passant en revue les efforts déployés par les différentes parties intervenantes pour réaliser les objectifs de développement durable de l’ONU à l’horizon 2020 et les orientations de l’OIT.
Le ministre a, par ailleurs, souligné l’engagement du gouvernement tunisien à promouvoir le dialogue social tripartite, notamment à travers la création d’un conseil national du dialogue social et la lutte contre le travail précaire et la pauvreté.

par -
0

Le dossier des caisses sociales, les difficultés qu’elles connaissent et les moyens de les promouvoir ont fait l’objet d’une réunion tenue, lundi au palais Edhiafa à Carthage, entre le chef du gouvernement, Habib Essid et le ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane.
Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, la rencontre a, également, porté sur la question de l’augmentation de l’âge de départ à la retraite. Le chef du gouvernement, Habib Essid a, dans ce contexte, mis l’accent sur l’importance du dialogue constructif avec les acteurs sociaux afin de rapprocher les points de vue.
Une séance de travail consacrée aux questions sociales est prévue, demain mardi, entre le chef du gouvernement et les membres du bureau exécutif de l’union générale tunisienne du travail (UGTT), indique la même source.
Les caisses sociales sont confrontées au cours des dernières années à une grave crise financière, rappelle-t-on.

par -
0

L’ex-ministre des Affaires sociales, Ahmed Ammar Youmbai, a réagi aux dernières déclarations de son successeur, Mahmoud Ben Romdhane, sur son départ. Dans un entretien téléphonique avec Africanmanager, l’ex-ministre s’est interrogé sur le timing de ce genre de déclaration, mais il a refusé de donner plus de détails.

« Je vais répondre au moment opportun. Car, c’est mon devoir de mettre en avant l’intérêt national. J’ai bien travaillé afin d’assurer la paix sociale », a-t-il dit.
Youmbai est intervenu pour répliquer à Ben Romdhane, qui a déclaré que le chef du gouvernement, Habib Essid, a limogé son prédécesseur à cause d’un PV signé avec l’UGTT. Ce PV concernait l’accord sur le projet de loi sur l’allongement de l’âge de départ à la retraite.
Dans une interview accordée au quotidien « Le Maghreb », dans son édition de ce vendredi 27 mai 2016, Ben Romdhane a révélé que Habib Essid n’a pas apprécié la signature de cet accord sans le passage par la commission tripartite composée du gouvernement, de l’UGTT et de l’UTICA.
Le ministre a par ailleurs considéré que le projet de la même loi n’est pas à la hauteur des attentes et ne relèvera pas les défis auxquels sont confrontées les caisses sociales actuellement.

par -
0

La fête du travail coïncide cette année en Tunisie avec le lancement effectif de la mise en place d’un nouveau modèle de développement sociétal permettant d’asseoir une économie forte à haute valeur ajoutée, a déclaré dimanche le ministre des Affaires sociales Mahmoud Ben Romdhane. S’exprimant au cours d’une cérémonie au Palais des  Congrès à Tunis, en présence des trois présidences, le ministre a ajouté que le projet du plan de développement 2016-2020 est venu consacrer cette orientation, à travers l’instauration de nouvelles relations ouvrières basées sur le dialogue social (gouvernement-Syndicat-patronat). Ce nouveau modèle de développement placera les  catégories faibles et celles à besoin spécifiques en tête des priorités et garantira le droit de tous à la couverture sociale et aux services de soin, a-t-il assuré. Parmi ses objectifs, figurent également la garantie d’un revenu minimum à tous les Tunisiens ainsi que d’un régime de retraite stable et intégrera les personnes à besoin spécifiques dans la vie économique, sociale et culturelle.
Mahmoud Ben Romdhane a formé le voeu de voir tous ces objectifs atteints en 2020, au terme de la période de réalisation du plan de développement. Des membres du gouvernement, des députés et des représentants de la société civile et de partis politiques étaient présents à la cérémonie.

TAP

par -
0

Le ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane a appelé les députés de l’ARP à accélérer l’adoption de la loi n°2015-52 sur le régime des pensions civiles et militaires de retraite et des survivants dans le secteur public. Il s’exprimait lors du séance d’audition organisée, mercredi, par la commission de l’organisation de l’administration et des affaires des forces portant d’armes.
Le ministre a mis l’accent sur la nécessité d’approfondir le dialogue à propos du projet de loi de l’augmentation facultative de l’âge de départ à la retraite afin de trouver des solutions radicales au déficit cumulé de la CNRPS. L’adoption d’une décision touchant l’avenir de la fonction publique est une « tâche ardue à entreprendre » et nécessite la prise en compte des intérêts des différentes parties, dont les retraités », a souligné le ministre. Lors du débat, les députés ont proposé des solutions au problème du déficit des caisses sociales. A ce titre, ils ont recommandé la mise en oeuvre des principes de bonne gouvernance au sein de la
CNRPS. Ils se sont également interrogés sur l’utilité de l’institution du principe de « l’obligatoriété progressive »
dans l’augmentation de l’âge de la retraite de deux à 5 ans.
Interrogé par l’agence TAP, Mohamed Jalel Ghedira, président de la commission parlementaire a annoncé une séance de travail jeudi ou vendredi prochain pour voter les articles dudit projet de loi.

TAP

par -
0

Le ministre des Affaires Sociales Mahmoud Ben Romdhane a donné ce mardi 15 mars, le coup d’envoi du dialogue national sur la réforme des caisses sociales,  et ce, en présence de Abdelkarim Jrad secrétaire général adjoint de l’UGTT chargé de la couverture sociale, Khalil Ghariani chargé du dossier social à l’UTICA et  Mohamed Ali Ould Sidi Dayahi, directeur du bureau régional de l’Organisation Internationale du Travail à Alger..

Le lancement de ce dialogue vient dans une conjoncture marquée par une dégradation allant s’accentuant des équilibres financiers des régimes de retraite sous l’effet conjugué de la maturation des régimes et d’une générosité avérée des régimes actuels.

Situation dangereuse…

« La situation est dangereuse », s’est écrié d’emblée le ministre reconnaissant qu’ « elle ne date pas d’aujourd’hui puisque les négociations ont été entamées depuis 15 ans d’autant plus il ne s’agit pas uniquement d’un problème de liquidité, mais aussi c’est le fruit de la  mutation démographique qu’a connue la Tunisie ».

Chiffre à l’appui, les déséquilibres  ont atteint un niveau sans précédent pour la CNRPS qui se trouve soumise  à des pressions de plus en plus lancinantes pour cause du creusement du déficit ayant atteint 528 millions de dinars en 2016 alors qu’il était d’environ 199 millions de dinars en 2013, d’après les dernières statistiques du département des Affaires Sociales..

Un tableau grisâtre révèle encore des  résultats négatifs pour la filière de la retraire passant de -231 millions de dinars à 2013 à -571 millions de dinars en 2016,  ce qui a fortement impacté les équilibres budgétaires des caisses sociales surtout que le système de capital de décès demeure incapable de couvrir le déficit de la retraite.

Le problème se pose aussi avec la même acuité pour le régime de retraite (CNSS)  qui fait face à des difficultés financières. D’après les derniers chiffres, le déficit a atteint 283 millions de dinars en 2015 et il pourra atteindre -392 millions de dinars sans oublier les dettes non honorées estimées à 310 millions de dinars  touchant entre autres  l’ancien RCD (92MD), la Caisse de restructuration des entreprises à participation publique (56MD), les sociétés régionales du transport et SPROLOS (42MD).A cela s’ajoutent  les dettes auprès des entreprises confisquées (19MD),  celles au titre du régime de sécurité sociale pour les intellectuels (3.5MD), et encore des dettes auprès de la caisse des pensions et des divorcées (19MD) sans oublier l’avance au titre des contributions patronales en application des mesures exceptionnelles au profit du secteur touristique (36MD).

Nécessité de reprendre le contrat  social

Une telle situation dicte,  selon le ministre, le recours à un dialogue national constructif pour pouvoir surmonter cette crise. « On a plus que jamais besoin d’un dialogue réel pour mieux identifier les problèmes avant de faire des concessions.C’est très important, sinon il n’y aura pas d’avenir pour ce pays, si on ne procéderait pas à des réformes profondes pour résoudre la crise des caisses sociales»,  a-t-il dit.

Pour l’UGTT, l’équation est très simple… Il s’agit de la nécessité de reprendre le contrat social dans sa version de 2013 ainsi que le projet du conseil national du dialogue social.

Le syndicaliste Abdelkarim Jrad a dans ce cadre souligné la nécessité de conjuguer les efforts pour remédier à la situation financière actuelle assez délicate tout en mettant l’accent sur l’urgence  de promulguer les projets de loi examinés  auparavant touchant essentiellement l’augmentation de l’âge de retraite.

D’après lui, la promulgation de cette loi est la  première étape de la révision globale du système social. « Cette étape ne sortirait pas les caisses de leurs crises, mais elle va certainement pousser les partenaires sociaux à avancer dans ce domaine », a poursuivi Jrad tout en jugeant utile « de consacrer plus de temps  pour les négociations en ce qui concerne l’accroissement  des ressources de financement qui sera la solution structurelle pour sauver les caisses sociales tout en instaurant la gouvernance au niveau de la gestion des caisses pour pouvoir gagner ce challenge ».

Pour sa part, l’UTICA, par la voix de Khalil Ghariani, estime que  la résolution de la crise doit passer par le recouvrement de toutes les dettes des caisses sociales dans les secteurs public et privé.

Le BIT prêt à soutenir la Tunisie

Dans ce processus,  le BIT n’a pas manqué d’exprimer son soutien à la Tunisie afin de relever ce défi.

Cet organisme plaide pour l’élaboration d’une étude approfondie de manière à identifier le dysfonctionnement et les déséquilibres budgétaires des caisses. « Les réformes des caisses sociales  doivent être étudiées et examinées à travers des mécanismes institutionnels qui découlent du contrat social », a précisé Mohamed Ali Ould Sidi Dayahi dans une déclaration à Africanmanager mettant l’accent sur « le recours à une étude approfondie qui permettra  de réaliser un diagnostic  bien établi  tout en recommandant  des propositions   consensuelles validées de façon tripartite »..

Pour ce faire, le BIT s’est dit prêt « à répondre au gouvernement et partenaires sociaux là ou nous pouvons être utiles à travers notre expertise technique surtout qu’on est présent dans plus de 80 pays ».

par -
0

Le ministre des Affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane, a déclaré que « les transferts des TRE ont atteint 4 millions de dinars au cours de l’année précédente ».
Lors d’une rencontre organisée ce jeudi 03 mars sur le thème « Prospective et transformation sociale », il a fait savoir qu’il est temps de donner plus d’importance à cette diaspora, surtout qu’elle contribue à hauteur de 5% du PIB et qu’elle pèse aux alentours de 40% dans la création de la richesse.

par -
0
Mahmoud Ben Romdhane

Le ministre des affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane a annoncé , lundi 22 février 2016, que le nombre des ressortissants libyens résidents en Tunisie est compris entre 300 et 350 mille personnes, rapporte le quotidien Al Chourouk,ce mardi 23 février 2016.

Le ministre a, dans ce contexte,  souligné la nécessité d’effectuer un recensement général sur l’ensemble du territoire tunisien pour connaître le nombre exact des libyens établis en Tunisie, a aouté la même source.

par -
1
Mahmoud Ben Romdhane

Nous avons pu confirmer auprès du concerné, que le ministre des affaires sociales Mahmoud Ben Romdhane a effectivement présenté sa démission dans une logique d’éthique politique.
Contacté par Africanmanager, le ministre a indiqué avoir présenté sa démission du gouvernement le même jour où il avait fait sa démission de Nidaa Tounes. Ben Romdhane a cependant indiqué que sa démission du poste de ministre des affaires sociales à été refusée par le Chef du gouvernement Habib Essid.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE