Tags Posts tagged with "manque d’eau"

manque d’eau

par -

L’endettement des agriculteurs, les coûts des filets anti-grêle, le manque d’eau d’irrigation et les problèmes de stockage, de commercialisation et de vulgarisation, ont été les principales problématiques exposées au ministre de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, Samir Taieb, par les agriculteurs de Sbiba (Kasserine).
Donnant le coup d’envoi à la campagne de cueillette des pommes de Sbiba, Taieb a déclaré que les priorités de l’agriculture à Kasserine doivent être déterminées par les agriculteurs eux-mêmes. Il a, également, assuré que son département œuvre à solutionner les problèmes qui entravent l’activité de ces agriculteurs.
Les agriculteurs ont demandé, à cette occasion, une augmentation de la prime des filets anti-grêle, la création d’un centre de recherche scientifique dans la région et d’un centre de collecte du lait à Sbiba, outre la mise en place d’un système d’irrigation « goutte à goutte », l’aménagement des routes et des sentiers agricoles et la maintenance et le renouvellement des périmètres irrigués qui se sont dégradés.
Le ministre a, également, assisté à la clôture de la 37ème édition du Festival des pommes de Sbiba, dont la production est estimée à 60 mille tonnes.

par -

Les faibles précipitations enregistrées, en 2016, à Nabeul (225 mm) et la baisse du niveau d’eau dans les barrages inquiètent les agriculteurs du Cap Bon qui réclament une répartition équitable de l’eau disponible évaluée à 25 mille m3 par jour (chiffres du CRDA).
Dans des témoignages accordés à l’agence TAP, plusieurs exploitants demandent de garantir un approvisionnement régulier de l’eau et d’éviter les coupures d’eau qui auraient, disent-ils, un impact négatif sur la qualité des cultures.
Malgré le manque d’eau dans les barrages, les grands périmètres irrigués dans le gouvernorat de Nabeul ne connaissent pas d’importantes pénuries d’eau, assure, pour sa part, le commissaire régional au développement agricole, Moncef Ettayeb, signalant, toutefois, que les agriculteurs ont accumulé des dettes relatives à la facture de consommation d’eau d’irrigation atteignant 11 millions de dinars et plusieurs groupements d’intérêt collectif rechignent, encore, à s’acquitter de leur dû.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

La compagnie aérienne Air France met le paquet sur le Maroc. Dimanche 26 mars 2017, une nouvelle ligne entre les aéroports Paris-Charles-de-Gaulle et Marrakech...