Tags Posts tagged with "marchands, Abdelwahab Maatar, ,"

marchands, Abdelwahab Maatar, ,

par -
La grande dynamique perceptible

La grande dynamique perceptible , en cette journée nuageuse , au marché central de l’Ariana , prend son origine dans la quête continuelle du citoyen de produits de consommation à des prix adorables . Le marché de l’Ariana , a cette vocation double : gamme élargie de l’offre , et prix souvent abordables , surtout à la suite de la décision du ministère du commerce de baisser les prix des produits de base.

Notre visite sur les lieux , nous a permis de constater que tous les légumes de saison ,et même hors saison , sont disponibles. Seulement les prix , même après la décision ministérielle sont toujours hors de portée du salarié moyen .Et les marchands nous ont interdit de filmer l’ambiance et surtout les panneaux des prix .

Les prix varient , en fonction du lieu de l’étalage . Si on est dans l’enceinte du marché , les prix sont généralement affichés , la pesée se fait selon les normes , la décision ministérielle est grosso modo respectée . Si on est à l’extérieur , les prix, bien que le plus souvent pas affichés , paraissent au premier abord modérés , mais la pesée se fait très loin des yeux du client , et on sort le généralement avec l’impression d’être roulé .

Les étals sont certes bien garnis en fruits, légumes, viandes rouges et blanches et poissons. La mercuriale du marché nous indique que dans le rayon légumes, les pommes de terre se vendent entre 980 millimes et 1DT100. La laitue est à 850 millimes. Le prix du concombre est de 1DT100. Pour ce qui est du poivron, il se vend à 1DT700 le kilo. Les courgettes sont à 2DT300. Les tomates varient entre et 980 et 1dt180millimes. Les oignons rouges et blancs sont entre 700et 1dt495 et peuvent aller jusqu’à 1dt750. Les poireaux à 700 millimes. Le prix du citron est de 980 millimes. Les épinards sont à 800 millimes. Les petits pois sont à 1DT995. Le choux fleur à 850 millimes…

Côté fruits, les pommes sont à 2dt600. Les oranges « thomson » oscillent entre 1DT200 et 2DT500 le kilo. Les prix des bananes démarrent à 1DT790 à . Les fraises se vendent à partir de 980 la livre .

Rencontré par Africanmanager, une sexagénaire, presque en larmes , n’a pas manqué d’exprimer son angoisse  » Je n’arrive plus à répondre aux besoins de mes enfants. Je suis veuve est j’ai 6 enfants. J’ai seulement 2dinars dinars en poche , pour acheter un peu de tomates et d’oignons ».

Voilà un cri de détresse lancé par cette femme dont le budget ne lui permet même pas de remplir son couffin ! Ces lamentations sont devenues courantes et on en a entendu chez tous les consommateurs rencontrés dans ce marché où les prix ne sont pas à la portée de toutes les bourses, et ne sont pas toujours affichés .

Des marchands menacent Abdelwahab Maatar

Les familles tunisiennes se trouvent, ces deux dernières années, contraintes de serrer la ceinture , non pas pour surveiller leur ligne, mais pour parvenir à joindre les deux bouts. Un pouvoir d’achat en perpétuelle baisse et des denrées alimentaires à un prix de plus en plus élevé sont les deux poids d’une balance en perpétuel déséquilibre.

Certes, les Tunisiens se sont toujours plaints de la cherté de la vie , même au temps de l’opulence et des prix bas. Le couffin de la ménagère était devenu ,depuis l’indépendance , le baromètre politique le plus infaillible , et les décideurs l’ont toujours pris pour référence pour faire et défaire les équipes gouvernementales .Mais le Tunisien n’a jamais pensé en arriver à ne pas pouvoir s’approvisionner en légumes et en fruits , dans une insouciance totale des décideurs .

Interviewée par Africanmanager, M.S, un jeune marchand de légumes &fruits a affirmé « Il ne m’est possible de baisser les prix surtout au cours de cette période difficile. Je n’arrive plus à payer mes factures de l’électricité , de l’eau et de loyer. Je ne suis pas obligé de suivre les recommandations du ministère du commerce ».

Des propos similaires sont également exprimés par un autre marchand qui s’en est pris au gouvernement provisoire, affirmant que la troïka et les députés de l’ANC sont derrière les problèmes sociaux et économiques que vit le pays .  » Nous étions optimistes avec les promesses incessantes de la troika et les députés , mais maintenant nous sommes vraiment très déçus pour leurs mensonges. Nous ne voyons pas le changement radical qu’ils ont annoncé sur les plateaux de télévisions avant les élections et même après . Maintenant on ne les voit plus , alors que les Tunisiens souffrent encore de l’injustice, de la corruption et du chômage », assure-t-il .

Sur un autre volet, un groupe de marchands a manifesté son opposition à la décision de baisser les prix, affirmant qu’elle concerne seulement ceux qui l’ont prise (le ministre et l’administration) et non les marchands de l’Ariana. Ils s’en sont pris au ministre et aux agents de contrôle économique, et les ont menacés s’ils viennent au marché.

Toutefois, deux marchands ont assuré qu’ils sont prêts à collaborer avec le gouvernement pour permettre aux consommateurs tunisiens, surtout ceux aux revenus limités, d’accéder aux produits de première nécessité .

Nadia Ben Tamansourt

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT