Tags Posts tagged with "marzouki"

marzouki

par -

La prestation du ministre de l’Education, Néji Jalloul, dans l’émission « Liman Yojroo Fakat », diffusée hier dimanche 05 février dans la soirée sur Al Hiwar Ettounsi, a eu son lot de déclarations choc. Fidèle à sa réputation de bête médiatique, Jalloul a fait sensation en lâchant, droit dans ses bottes, que s’il devait choisir entre les ex-présidents Ben Ali et Marzouki, il opterait pour le premier, à qui il reconnait le statut d’homme d’Etat. Il a aussi fait savoir sa préférence pour le RCD dissout, au détriment du mouvement d’Ennahdha. « Notre problème avec le RCD est fini depuis 2014 », a-t-il indiqué…

Voilà qui va rassurer ses « amis » de toujours, qui avaient commencé à faire courir le bruit que le ministre de l’Education avait troqué sa virulence anti-islamiste contre une précieuse paix des braves avec Ennahdha, un des piliers de la coalition au pouvoir. Mais à contrario cette sortie va lui valoir des inimitiés dans le camp nahdhaoui…

Comme pour mieux prendre ses distances avec Rached Ghannouchui et les siens, Jalloul a affirmé qu’il n’a jamais mis les peids à Montplaisir, au siège d’Ennahdha, ni au domicile du leader du mouvement. Il a tenu à préciser qu’il ne se sont vus que dans des lieux publics. « Avant, j’avais des réserves à propos d’Ennahdha étant donné qu’il faisait partie des frères musulmans. Depuis que Rached Ghannouchi a déclaré que son mouvement ne fait plus dans l’islam politique, je le crois sur parole. On constate d’ailleurs que le mouvement commence à se tunisifier ».

Toutefois il a fait savoir que s’il devait choisir entre Ghannouchi et Hamma Hammami, pour une invitation à diner, il opterait pour le premier, arguant qu’ils peuvent avoir des préoccupations communes…

Concernant les meilleurs chefs d’Etat que la Tunisie ait connus, il a flotté un moment entre Habib Bourguiba et Béji Caïd Essebsi : « Bourguiba est indéniablement le fondateur de l’Etat tunisien, tandis que Béji Caïd Essebsi a sorti le pays d’un mauvais pas en 2011. Il a organisé des élections libres et transparentes. Il est aussi parvenu à être le président de tous les Tunisiens, au détriment de son parti et il a réussi à redorer le blason de la présidence de la République ». Quant à Marzouki, il dit de lui que « c’est le plus mauvais président de l’Histoire de la Tunisie. Son passage au palais de Carthage était tellement insignifiant que personne ne s’est rendu compte de son départ », a-t-il noté.

Par ailleurs il a déclaré qu’il doit son poste de ministre de l’Education à Essebsi, et qu’il n’a aucun élément probant sur le fait que Ridha Belhaj serait derrière sa désignation. « Si c’est le cas je le remercie », a-t-il ajouté…

par -

Encore une fois, l’ex  président de la République, Moncef Marzouki, épanche sa bile sur son successeur, Béji Caïd Essebsi en lui trouvant un autre défaut « désastreux ».

Dans une interview à la chaîne tv allemande Deutsche Welle, il a déclaré que le président de la république est « connu pour la vulgarité de ses propos et de ses gestes » en guise de commentaire  asséné à propos d’un geste prêté à son successeur au palais de Carthage.

« C’est une grande catastrophe dès lors qu’il s’agit de milliers de blessés de la Révolution et de leurs familles », a-t-il dit.

 

par -

« Je n’en dis que du bien ». C’est en ces termes que le président de la République, Béji Caïd Essebsi a répondu à une question, lors d’une rencontre avec les médias qataris, sur les critiques adressées à son endroit par l’ex président de la République provisoire, Moncef Marzouki.

« C’est une règle bien établie dans les traditions de la Présidence, le prédécesseur s’abstient de critiquer son successeur », a-t-il dit, pour affirmer aussitôt que « Marzouki n’a pas respecté cette  règle ».

par -
Un extrait de naissance scanné de Moncef Marzouki a été largement partagé sur facebook . Il porte sur un rectificatif introduit sur la nationalité

Le parti « Harak al-Irada » présidé par Moncef Marzouki a obtenu lundi le visa légal. Son secrétaire général Adnène Mancer s’en est réjoui sur sa page facebook en annonçant aux militants du parti la bonne nouvelle.

Il est à rappeler que le gouvernement avait rejeté la demande de l’ex président de la République, invoquant des « erreurs dans la demande de déclaration de constitution de parti ».

par -

Le Mouvement Tunisie Volonté devra bientôt obtenir son visa, a fait savoir le président du parti, Mohamed Moncef Marzouki.

  Rencontrant, vendredi soir, les bases du mouvement à Sfax, Marzouki a expliqué que la structuration du parti a atteint un stade avancé et, qu’après le 18 décembre prochain, date prévue pour la tenue du congrès, Tunisie Volonté passera à la phase de l’institutionnalisation.

  L’éventualité d’une participation du parti aux prochaines municipales sera bientôt soumise à son comité constitutif, a-t-il encore indiqué.

  Selon Marzouki, les élections municipales marqueront  une étape préparatoire aux échéances politiques et électorales à venir dont celle de 2019 qui, a-t-il dit, « sera soit la fin soit le début de l’expérience démocratique ».

  Et d’expliquer que le mouvement ambitionne de se positionner sur la scène politique comme principal parti d’opposition face à Ennahdha et Nida Tounes qui, selon lui, prônent le retour de l’ancien régime et la consécration de la corruption sous couvert de démocratie.

  Par ailleurs, le président du mouvement Tunisie volonté a admis avoir commis des erreurs par le passé notamment en matière de communication, assurant que le parti veillera à prévenir ces erreurs grâce à sa nouvelle organisation.

par -
Le président de la République provisoire

Le président de la République provisoire, Moncef Marzouki, a reçu, jeudi, le général Mohamed Salah Hamdi dont il a accepté la démission de son poste de chef d’état-major des trois armées.

Le chef de l’Etat a demandé une liste des hauts officiers parmi lesquels il choisira celui qui remplacera le général Hamdi, et ce selon les critères de l’expérience, de la neutralité politique et de l’intégrité, d’après les déclarations faites par le porte-parole officiel de la présidence de la République, lors d’une conférence de presse, jeudi.

Adnène Mancer a affirmé que la présidence de la République a connaissance des raisons de la démission du général Hamdi, mais ne juge pas nécessaire de les dévoiler, « l’institution militaire devant être au-dessus de tous les tiraillements », selon ses dires.

par -
Le président de la République provisoire

Le président de la République provisoire, Mohamed Moncef Marzouki, a signé deux arrêtés républicains portant convocation du corps électoral aux prochaines élections.

Dans le premier, les électeurs en Tunisie sont appelés à élire le président de la République, au premier tour, dimanche, 23 novembre 2014, et les électeurs à l’étranger les 21, 22 et 23 novembre 2014.

Dans le second arrêté, il est stipulé que les électeurs en Tunisie sont appelés à élire les membres de l’Assemblée des représentants du peuple, dimanche, 26 octobre 2014, et les électeurs à l’étranger les 24, 25 et 26 octobre 2014.

par -
Le président de la République tunisienne Moncef Marzouki a décrété un deuil national de trois jours à compter de

Le président de la République tunisienne Moncef Marzouki a décrété un deuil national de trois jours à compter de ce jeudi 17 juillet 2014.

Cette décision est prise suite à l’assassinat de 14 soldats lors de l’opération terroriste de Jebel Chaambi.

par -
Le président de la République

Le président de la République, Moncef Marzouki, a affirmé que la Tunisie est prête à accueillir les blessés palestiniens ainsi que les enfants pour passer des vacances en Tunisie et oublier le stress des attaques israéliennes dans la Bande de Gaza.

Dans une interview diffusée, mardi, sur les chaînes Al Aqsa et al Quods , Moncef Marzouki a assuré qu’il a ordonné aux ministères de la Santé et de la Défense d’envoyer un avion chargé de médicaments pour les hôpitaux palestiniens, ajoutant que le ministre des Affaires étrangères se rendra à Gaza dès l’ouverture des postes frontaliers.

par -
Le président de la république a indiqué

Le président de la république a indiqué, dans une interview accordée aux chaines Al Aksa et Al Quds, proches du Hamas , que les raids israéliens qui s’intensifient actuellement sur la bande de Gaza visent à torpiller la réconciliation palestinienne essentiellement entre Fatah et Hamas, qui contrarie Israël

D’après Marzouki, Israël considère la réconciliation palestinienne comme un danger. C’est pour cette raison, qu’il veut mettre en échec toute tentative visant à instaurer la paix équitable dans la région.

La déclaration de Marzouki vient au moment ou les raids israéliens ont commencé à cibler les domiciles de responsables du Hamas.

par -
La présidence de la République a démenti

La présidence de la République a démenti, dans un communiqué, tout différend entre le président de la République, Moncef Marzouki et le ministre de la justice, des droits de l’homme et de la justice transitionnelle Hafedh Ben Salah, au sujet de la libération des deux diplomates tunisiens qui étaient en otage en Libye.

La présidence de la République a indiqué dans le même communiqué qu’elle n’est pas au courant de ce désaccord présumé relayé par nombre de médias qui ont associé ce différend aux rumeurs autour de la démission du ministre de la justice.

par -
Le président provisoire de la République

Le président provisoire de la République, Moncef Marzouki, a affirmé lors de la 3ème conférence ministérielle des pays du voisinage libyen que la Tunisie est prête à envoyer une délégation officielle à Gaza à travers le poste frontalier de Rafah ainsi que des aides, rapporte Shems Fm.

Il a souligné, en outre, la nécessité d’aboutir à des décisions pratiques et sérieuses à la fin de la réunion des ministres des Affaires étrangères arabes, aujourd’hui au Caire, appelant à ne pas se contenter de condamner l’attaque que subit Gaza.

par -
Il est important de mettre tous les moyens au service du gouvernement

Il est important de mettre tous les moyens au service du gouvernement légitime libyen afin de lui permettre de faire face aux défis qui se posent et de rétablir la sécurité notamment aux frontières communes. C’est ce qu’a indiqué le président de la république, Moncef Marzouki, lors de son intervention à la 3ème conférence ministérielle des pays du voisinage libyen, tenue le 13 juillet.

D’après lui, la création des unités sécuritaires communes entre la Libye et les pays voisins est une solution adéquate pour assurer la sécurité des frontières.

par -
Lors de son intervention à l'ouverture de la réunion des ministres des

Lors de son intervention à l’ouverture de la réunion des ministres des Affaires étrangères (MAE) des pays voisins de la Libye, le Président de la République, Moncef Marzouki, a assuré que ces pays doivent aider la Libye à organiser un Dialogue National mais en aucun cas se mêler de ses affaires internes, rapporte Mosaïque Fm.

Il a par ailleurs dénoncé une nouvelle fois les raids israéliens sur Gaza et a appelé les Organisations Internationales à intervenir et à appeler l’État Sioniste à arrêter ses attaques.

par -
La réunion qui était prévue

La réunion qui était prévue, vendredi 11 juillet, entre les représentants de la société civile de Djerba et le président de la République Moncef Marzouki a été annulée, suite aux affrontements survenus le même jour, entre forces de sécurité et habitants de Gallala, rapporte radio Tataouine.

La décision des autorités de rouvrir la décharge contrôlée , a suscité l’opposition des habitants de Gallala qui ont protesté à l’annonce de la réouverture de la décharge , en barrant la route et bouclant toute la zone de la décharge , ce qui a généré des affrontements entre forces de sécurité et protestataires et abouti à la blessure de deux habitants de Gallala.

par -
Quelle mouche a piqué le président de la République provisoire

Quelle mouche a piqué le président de la République provisoire, Moncef Marzouki, pour inviter au palais de Carthage une délégation représentant les citoyens de Guellala pour une rencontre sur la décharge de la ville, dossier à l’origine d’une vive polémique et d’une vague de protestations ?

Une source à la présidence du gouvernement citée par le quotidien Al Maghreb, a estimé que cette initiative est un coup porté aux efforts du gouvernement de Mehdi Jomaâ pour résoudre ce problème et préserver l’intérêt général.

Il est à noter que les représentants de la société civile de Djerba ont exigé avant leur rencontre avec Marzouki au palais de Carthage, que le gouvernement revienne sur sa décision de rouvrir la décharge, appelant à transférer les déchets de l’île de Djerba vers la décharge régionale de Médenine.

par -
Lors de la remise des diplômes de la 31ème session de formation de l’Institut de la Défense Nationale

Lors de la remise des diplômes de la 31ème session de formation de l’Institut de la Défense Nationale, Moncef Marzouki a affirmé que la lutte contre le terrorisme en Tunisie nécessite une approche globale.

Cette approche se base sur le côté sécuritaire, social ,éducatif, culturel et économique.

Il a, par ailleurs, signalé que la Tunisie a choisi son chemin en adoptant la démocratie afin de mettre les bases d’un état-civil démocratique qui vaincra les groupes terroristes.

par -
La chambre des référés à la Cour d’appel de Tunis a jugé

La chambre des référés à la Cour d’appel de Tunis a jugé, lundi, recevable dans la forme l’appel interjeté et a confirmé dans le fond le jugement rendu en première instance dans l’affaire intentée par l’association des supporters de l’Espérance sportive de Tunis contre la présidence de la République ordonnant l’interdiction de la diffusion du Livre noir et infligeant au chef du contentieux de l’Etat agissant au nom du président de la République, une amende.

La chambre des référés au tribunal de première instance de Tunis avait décidé l’arrêt de la diffusion du Livre noir, en statuant sur la plainte de l’association contre Moncef Marzouki.

par -
Le président de la république Moncef Marzouki n’est pas parvenu à s’inscrire à la municipalité d’Al Kantaoui

Le président de la république Moncef Marzouki n’est pas parvenu à s’inscrire à la municipalité d’Al Kantaoui, gouvernorat de Sousse puisqu’il a oublié sa carte d’identité.

Marzouki n’a pas manqué de signaler qu’«il s’agit de la première erreur que les citoyens doivent l’éviter »..

Il est à noter que Marzouki s’est par ailleurs enregistré après qu’il a donné le numéro de la carte d’identité au agents du bureau d’enregistrement.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT