Tags Posts tagged with "mauvaise gestion"

mauvaise gestion

par -

Le nouveau président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, n’a pas tardé à secouer le cocotier, comme il l’avait promis du reste pendant sa campagne électorale. L’audit qu’il avait commandé sur le gouvernement de transition et qui a été élaboré par l’Autorité supérieure de contrôle d’État et de lutte contre la corruption (ASCE-LC0, un organe public) a livré ses conclusions ce week-end, et elles sont sans appel, rapporte l’AFP, qui a eu une copie de ce rapport. Le gouvernement de transition, piloté par le général Isaac Yacouba Zida, a commis de nombreuses « irrégularités », surtout le « recours abusif à l’entente directe pour les commandes publiques », le « non-respect de la réglementation des achats publics dans l’exécution de la commande publique » dans l’administration publique pendant la transition. C’est du lourd ! Notamment pour un gouvernement dont on attendait un grand de balai après les turpitudes du long règne de Blaise Compaoré (de 1987 à 2014).

Les dérives portent sur 63,1 milliards de francs CFA (environ 96 millions d’euros) au total, ce qui représente 55,33% de tout ce qui est dépensé pour les commandes publiques passées pendant cette phase de transition, laquelle a commencé en octobre 2014 et s’est achevée en décembre 2015 après l’élection présidentielle. Pendant ce laps de temps, les autorités ont « massivement » procédé par des appels d’offres restreints, une violation totale des règlements en vigueur. Ce chiffre est nettement supérieur à « la norme » régionale de « 15% » déterminée par l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et « traduit un recours abusif aux procédures exceptionnelles ».

Un Premier ministre grand seigneur…

« Cette situation a pour conséquence des risques élevés de collusion, de corruption, d’enrichissement illicite et de gaspillage des ressources budgétaires », dénonce le rapport. Il pointe du doigt également « l’existence de nombreuses dépenses sans pièces justificatives » ou des « pièces justificatives irrégulières ».

Le rapport a chargé la barque de l’ex-Premier ministre de la transition et dix-huit membres de son gouvernement, leur entourage. Ils sont accusés d’avoir mis la main sur des lots de terrain dans le quartier chic de Ouaga2000 (sud de la capitale), une transgression tangible de la législation.
Cette enquête vient alourdir le dossier de Zida, dont le nom est jeté sur la place publique depuis plusieurs semaines pour cause d’enrichissement illicite et de blanchissement d’argent. Le mois dernier, le président Kaboré, qui s’est engagé à débarrasser le pays de la corruption, a annulé sa décision de nommer l’ex-Premier ministre au poste très prestigieux et très sensible d’ambassadeur à Washington.

par -
Au cours de l’assemblée générale de la fédération tunisienne de football tenue samedi soir à Hammamet et consacrée au football professionnel en présence de 28 clubs sur les 36 appartenant aux ligues 1 et 2

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia, a affirmé mardi que « le ministère attendra les résultats de l’audit comptable et financier relatif aux opérations de la Fédération Tunisienne de Football (FTF), et prendra les mesures nécessaires en cas d’existence de preuves sur une mauvaise gestion au sein de cette instance ».

Il a affirmé, dans une déclaration à l’agence TAP que « le ministère sera ferme dans l’application de la loi, suivant les résultats de l’audit interne qui a débuté en décembre dernier au sein de la FTF, comme ce fut le cas avec les fédérations de taekwondo, de boxe et de karaté », ajoutant que « toutes les structures internationales gérant ces disciplines ont été compréhensives après la décision de dissolution de ces bureaux fédéraux ».

« Le ministère a choisi de ne pas intervenir dans les travaux de l’Assemblée générale élective de la fédération tunisienne de football puisque ce dossier fait l’objet d’un contentieux juridique, donc on a préféré rester neutre en attendant une décision finale », a indiqué le ministre. Il a rappelé que « le décret loi 66 de l’année 2011 relatif aux associations sportives met l’accent sur l’indépendance des structures et sur la non-ingérence dans la gestion des fédérations, outre les lois internationales qui interdisent l’intervention de l’Etat dans les affaires de ces structures ».

« Le ministère de la Jeunesse et des sports n’est pas la partie qui doit être chargée de l’exécution des décisions du Tribunal Administratif, et cela prouve l’existence d’un vice de forme », a souligné Ben Dhia qui a indiqué qu’une loi relative aux structures sportives sera soumise en mai prochain à l’ARP pour adoption et devra inclure un mécanisme de règlement des différends sportifs selon une loi décrétée par l’Etat ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...