Tags Posts tagged with "Mediterraneen Energy Regulators"

Mediterraneen Energy Regulators

par -
L’IMME est un projet d’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires ainsi que des structures industrielles de la Tunisie

L’IMME est un projet d’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires ainsi que des structures industrielles de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc, pour créer un marché de l’électricité. Ces législations et ces institutions devraient être, préalablement, compatibles avec les standards européens en la matière, en vue d’intégrer le marché de l’Union européenne.

La Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) a organisé, mercredi, sous le patronage du Ministère de l’Industrie et conjointement avec MEDREG (Mediterraneen Energy Regulators) et l’Union Européenne, un séminaire sous le thème : «Ouverture des marchés de l’Electricité dans les trois pays : Tunisie, Algérie, Maroc, dans le cadre du projet IMME».

Il s’agit de définir les mécanismes adaptés pour assurer la domiciliation de ces formations au niveau des pays bénéficiaires et la pérennisation des activités de formation au niveau régional.

Intervenant au cours de la session sur la création et mission des autorités de régulation dans la phase d’ouverture à la compétition, Benjamin Gallèpe, secrétaire de MEDREG a indiqué que l’efficacité du marché dépend de l’efficacité des institutions qui l’encadrent.

Selon lui, les marchés, y compris ceux de l’énergie ne peuvent pas opérer sans partager les mêmes principes juridiques, les mêmes droits de propriété et un système centralisé d’échanges. Et pour garantir que les trois pays puissent s’approvisionner l’un l’autre, il est important de résoudre les problèmes liés à l’intégration des codes de réseaux.

Il s’agit également de l’extension des fournitures et des autres respects de la génération et de la transmission de l’énergie, de l’extension de l’intégration des standards techniques et de la régulation qui dépendra donc de l’extension de l’intégration régionale…

En ce qui concerne la réorganisation du secteur de l’électricité dans les pays du Maghreb, il a affirmé que ceux-ci ont opéré certains choix qui sont cohérents avec la libération de leur marché de l’électricité, mais des actions doivent encore être accomplies afin de libéraliser complètement leur marché.

De même, chaque pays a déjà identifié des cibles ambitieuses en définissant le partage de l’énergie durable qui fera partie de son mix énergétique. En plus des réseaux de transmission et distribution solides, ces ambitions politiques différentes, mais dans l’ensemble significatives, requièrent des marchés électriques ouverts pour pouvoir atteindre les objectifs fixés par les trois pays, a-t-il ajouté.

Selon Michel Thoilière, président de MEDREG, la plupart des marchés du nord de la Méditerranée ont à présent instauré des échanges d’énergie au niveau national ou régional. De même, les pays du sud de la Méditerranée se sont actuellement engagés à créer un marché avec succès nécessitant l’intensification de l’intégration et de la coopération régionales. Le lien existant entre les pays du Maghreb et les pays du nord de la Mméditerranée pourrait représenter une base solide dans le contexte actuel.

Il convient de rappeler que le projet IMME a provoqué une meilleure prise de conscience des enjeux de l’intégration régionale des marchés de l’électricité, favorable au dialogue entre les parties prenantes.

A titre de rappel, ce projet s’inscrit dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen initié par le processus de Barcelone (1995) et par le Forum euro-méditerranéen (1997), dont l’objectif général est la création d’un espace de libre-échange entre les pays méditerranéens et l’UE. Les activités du projet sont axées sur le soutien au développement des marchés de l’électricité, le renforcement des compétences (techniques, technologiques, industrielles, réglementaires et de gestion) via la dissémination des connaissances idoines…

par -
L’IMME est un projet d’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires ainsi que des structures industrielles de la Tunisie

L’IMME est un projet d’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires ainsi que des structures industrielles de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc, pour créer un marché de l’électricité. Ces législations et ces institutions devraient être, préalablement, compatibles avec les standards européens en la matière, en vue d’intégrer le marché de l’Union européenne.

La Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) a organisé, mercredi, sous le patronage du Ministère de l’Industrie et conjointement avec MEDREG (Mediterraneen Energy Regulators) et l’Union Européenne, un séminaire sous le thème : «Ouverture des marchés de l’Electricité dans les trois pays : Tunisie, Algérie, Maroc, dans le cadre du projet IMME».

Il s’agit de définir les mécanismes adaptés pour assurer la domiciliation de ces formations au niveau des pays bénéficiaires et la pérennisation des activités de formation au niveau régional.

Intervenant au cours de la session sur la création et mission des autorités de régulation dans la phase d’ouverture à la compétition, Benjamin Gallèpe, secrétaire de MEDREG a indiqué que l’efficacité du marché dépend de l’efficacité des institutions qui l’encadrent.

Selon lui, les marchés, y compris ceux de l’énergie ne peuvent pas opérer sans partager les mêmes principes juridiques, les mêmes droits de propriété et un système centralisé d’échanges. Et pour garantir que les trois pays puissent s’approvisionner l’un l’autre, il est important de résoudre les problèmes liés à l’intégration des codes de réseaux.

Il s’agit également de l’extension des fournitures et des autres respects de la génération et de la transmission de l’énergie, de l’extension de l’intégration des standards techniques et de la régulation qui dépendra donc de l’extension de l’intégration régionale…

En ce qui concerne la réorganisation du secteur de l’électricité dans les pays du Maghreb, il a affirmé que ceux-ci ont opéré certains choix qui sont cohérents avec la libération de leur marché de l’électricité, mais des actions doivent encore être accomplies afin de libéraliser complètement leur marché.

De même, chaque pays a déjà identifié des cibles ambitieuses en définissant le partage de l’énergie durable qui fera partie de son mix énergétique. En plus des réseaux de transmission et distribution solides, ces ambitions politiques différentes, mais dans l’ensemble significatives, requièrent des marchés électriques ouverts pour pouvoir atteindre les objectifs fixés par les trois pays, a-t-il ajouté.

Selon Michel Thoilière, président de MEDREG, la plupart des marchés du nord de la Méditerranée ont à présent instauré des échanges d’énergie au niveau national ou régional. De même, les pays du sud de la Méditerranée se sont actuellement engagés à créer un marché avec succès nécessitant l’intensification de l’intégration et de la coopération régionales. Le lien existant entre les pays du Maghreb et les pays du nord de la Mméditerranée pourrait représenter une base solide dans le contexte actuel.

Il convient de rappeler que le projet IMME a provoqué une meilleure prise de conscience des enjeux de l’intégration régionale des marchés de l’électricité, favorable au dialogue entre les parties prenantes.

A titre de rappel, ce projet s’inscrit dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen initié par le processus de Barcelone (1995) et par le Forum euro-méditerranéen (1997), dont l’objectif général est la création d’un espace de libre-échange entre les pays méditerranéens et l’UE. Les activités du projet sont axées sur le soutien au développement des marchés de l’électricité, le renforcement des compétences (techniques, technologiques, industrielles, réglementaires et de gestion) via la dissémination des connaissances idoines…

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié...

SPORT

Reseaux Sociaux