Tags Posts tagged with "Meftah Dhaouadi,"

Meftah Dhaouadi,

par -
              Depuis vendredi dernier

Depuis vendredi dernier, date du crash de l’Antonov libyen à Grombalia, tout le monde s’interroge sur l’identité réelle de Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi qui était à bord , mais les réponses n’ont malheureusement pas été au rendez-vous. Plusieurs éléments en relation avec l’accident ont été révélés et analysés par les observateurs, et ont permis d’inscrire cette affaire dans le cadre des développements dans la région.

Un des éléments fondamentaux se rapporte au fait que ce sont des sources de l’Aéroport de Miitigua, lieu du décollage de l’avion vers la Tunisie , qui , avant toutes les autres, ont été les premières, et ce dès l’annonce du crash , à révéler l’identité de la principale victime de l’accident ( Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi ) et à évoquer les liens probables qu’il entretenait avec Al Qaida . Le deuxième élément se rapporte aux accompagnateurs de Meftah Dhaouadi (Noureddine Ali Essid /Abdelhakim Ali Essid /Walid Salah Essid /Tahar Abdelmoula Chérif ) qui seraient membres des Ansars Chariâa de la zone ouest de la Libye (Sabrata ) , et servaient, en fait, de gardes du corps au leader djihadiste .Un troisième élément se rapporte aux liens présumés entre Meftah Dhaouadi et Seifeddine Ben Hassine alias Abou Iyadh , leader des Ansars Chariâa en Tunisie qui se serait réfugié dans la région de Sabrata et bénéficierait de la protection de cette section des Ansars Chariâa en Libye . Des informations ont même révélé qu’Abou Iyadh aurait été libéré à Sabrata suite à une intervention armée de cette section des Ansars Chariâa , après un raid commandité par les forces spéciales américaines , le 30 décembre dernier. Le quatrième élément indique que le groupe qui accompagnait Meftah Dhaouadi serait le même qui avait pris en otage le Premier Ministre Ali Zidane le 10 /10 / 2013 , en réaction à la capture par les américains en plein Tripoli d’Abou Anas Allibi , un des chefs présumés d’Al Qaida ? selon les Américains , le samedi 5 octobre 2013.

La Chambre des révolutionnaires libyens et la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, deux anciennes milices en charge de la sécurité de Tripoli, ont affirmé que la capture d’Ali Zidane est une réaction des anciens rebelles au rôle joué par le gouvernement libyen dans la capture d’Abou Anas Allibi, rôle confirmé par John Kerry , lui-même , qui a dit, à ce sujet, que le gouvernement libyen était informé de cette opération . Le cinquième élément se rapporte au rôle de premier plan joué par la nébuleuse Ansar Chariâa formée de 4 sections ( celles du Yémen , de la Tunisie , de Derna à l’Est libyen et de Sabrata à l’Ouest libyen ) dans l’assassinat , à Benghazi , de Christopher Stevens ,ambassadeur américain en Libye, le 11/9/2012 .D’ailleurs, le nom d’un Tunisien, Ali Harzi, impliqué dans l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, à Benghazi , relâché le 10 janvier 2013 après son extradition de Turquie, a été cité lors de l’assassinat de Chokri Belaid , 3 semaines plus tard , et est toujours en fuite .

Pour Meftah Dhaouadi (alias Abou Abd El Ghaffar), on retiendra 4 grands tournants. D’abord celui de 1988, date de son départ en Afghanistan, après avoir abandonné ses études de médecine à Tripoli, pour rejoindre Peshawar, Tora Bora , et Karachi . Après deux années de jihad , et suite à l’effondrement de l’Union Soviétique , il décide avec quelques Libyens de former leur organisation propre pour combattre Gadhafi et instaurer l’Etat Islamique régi par la Chariâa .

Le deuxième est celui de 1990, en Afghanistan, où il fonde avec un groupe de ses compatriotes, le Groupe islamiste combattant armé libyen (GICL) , dont il devient le premier Emir .La vocation purement libyenne de cette organisation , ne l’empêche pas d’évoluer au Soudan après l’accès du couple Hassen Tourabi et Omar Hassen Bachir au pouvoir qui fera de Khartoum une sorte de La Havane de l’islamisme , ni de prêter main forte au Groupe Islamique Algérien (GIA ) , Al-Gamaâ Al-Islamia d’Egypte ou le Jihad au Yémen .

Le troisième tournant s’opère en 1992, quand il a été arrêté par les services de sécurité égyptiens à la frontière égypto-libyenne , pour être remis à la police de Gadhafi .Il passera 18 ans en prison et ne sortira du bagne d’Abou Salim que le 16 février 2011, un jour avant le déclenchement de la révolution libyenne .

A son arrestation, il est remplacé à la tête du GICL par Abou Abdallah Assadiq, puis par Abdelhakim Belhaj, l’actuel homme fort de Tripoli .

Et depuis, deux événements vont être déterminants dans l’évolution du GICL et de la Libye : en 1996, une tentative d’assassinat de Gadhafi fomenté par le GICL va échouer et donner lieu à une répression aveugle , et puis, dans les années 2000, le gouvernement de la Jamahiriya va entamer un dialogue avec le GICL par l’entremise du fils même de Gadhafi , Saïf al-Islam,et de Ali Sallabi représentant des Frères Musulmans Libyens . Le 8 avril 2008, 90 membres du GICL sont libérés, et le Groupe décide, en 1999, de geler la lutte armée et publie un livre intitulé :  » Etudes correctives sur les concepts du Djihad , de la Hisba et de la justice applicable aux tiers  » en vertu duquel Gadhafi est considéré comme le seul responsable légitime du pays et il est interdit de mener contre lui une dissidence armée .

Entre temps, plusieurs les djihadistes libyens à l’étranger ont rejoint massivement Al Qaida, formant le plus important bataillon de volontaires maghrébins en Irak et contribuant à la formation, depuis septembre 2006, d’Al Qaïda au pays du Maghreb islamique (AQMI). Cet élément nourrissait le doute que les « Etudes correctives » ne soient, en fait , qu’un subterfuge pour éviter la répression de Gadhafi , d’autant plus que la mouvance « assagie » a vite pris les armes pour venir à bout du régime de Gadhafi , le moment venu .

La libération de Meftah Dhaouadi tardera pourtant à venir, et elle n’aura lieu que le 16 février 2011 , soit juste la veille du déclenchement de la révolte anti-Gadhafi .

Meftah Dhaouadi et les siens vont observer un répit qui s’est poursuivi jusqu’à mars 2011 , le temps que se déclenchent les opérations de l’Otan en Libye , pour afficher leur opposition à Gadhafi , et c’était là le quatrième tournant de la carrière jihadiste de Meftah Dhaouadi , tournant qui lui a ouvert les portes du pouvoir et procuré les grands moyens pour servir ses idéaux et objectifs , jamais tus ni revus.

Aboussaoud Hmidi

par -
              Depuis vendredi dernier

Depuis vendredi dernier, date du crash de l’Antonov libyen à Grombalia, tout le monde s’interroge sur l’identité réelle de Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi qui était à bord , mais les réponses n’ont malheureusement pas été au rendez-vous. Plusieurs éléments en relation avec l’accident ont été révélés et analysés par les observateurs, et ont permis d’inscrire cette affaire dans le cadre des développements dans la région.

Un des éléments fondamentaux se rapporte au fait que ce sont des sources de l’Aéroport de Miitigua, lieu du décollage de l’avion vers la Tunisie , qui , avant toutes les autres, ont été les premières, et ce dès l’annonce du crash , à révéler l’identité de la principale victime de l’accident ( Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi ) et à évoquer les liens probables qu’il entretenait avec Al Qaida . Le deuxième élément se rapporte aux accompagnateurs de Meftah Dhaouadi (Noureddine Ali Essid /Abdelhakim Ali Essid /Walid Salah Essid /Tahar Abdelmoula Chérif ) qui seraient membres des Ansars Chariâa de la zone ouest de la Libye (Sabrata ) , et servaient, en fait, de gardes du corps au leader djihadiste .Un troisième élément se rapporte aux liens présumés entre Meftah Dhaouadi et Seifeddine Ben Hassine alias Abou Iyadh , leader des Ansars Chariâa en Tunisie qui se serait réfugié dans la région de Sabrata et bénéficierait de la protection de cette section des Ansars Chariâa en Libye . Des informations ont même révélé qu’Abou Iyadh aurait été libéré à Sabrata suite à une intervention armée de cette section des Ansars Chariâa , après un raid commandité par les forces spéciales américaines , le 30 décembre dernier. Le quatrième élément indique que le groupe qui accompagnait Meftah Dhaouadi serait le même qui avait pris en otage le Premier Ministre Ali Zidane le 10 /10 / 2013 , en réaction à la capture par les américains en plein Tripoli d’Abou Anas Allibi , un des chefs présumés d’Al Qaida ? selon les Américains , le samedi 5 octobre 2013.

La Chambre des révolutionnaires libyens et la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, deux anciennes milices en charge de la sécurité de Tripoli, ont affirmé que la capture d’Ali Zidane est une réaction des anciens rebelles au rôle joué par le gouvernement libyen dans la capture d’Abou Anas Allibi, rôle confirmé par John Kerry , lui-même , qui a dit, à ce sujet, que le gouvernement libyen était informé de cette opération . Le cinquième élément se rapporte au rôle de premier plan joué par la nébuleuse Ansar Chariâa formée de 4 sections ( celles du Yémen , de la Tunisie , de Derna à l’Est libyen et de Sabrata à l’Ouest libyen ) dans l’assassinat , à Benghazi , de Christopher Stevens ,ambassadeur américain en Libye, le 11/9/2012 .D’ailleurs, le nom d’un Tunisien, Ali Harzi, impliqué dans l’assassinat de l’ambassadeur américain en Libye, à Benghazi , relâché le 10 janvier 2013 après son extradition de Turquie, a été cité lors de l’assassinat de Chokri Belaid , 3 semaines plus tard , et est toujours en fuite .

Pour Meftah Dhaouadi (alias Abou Abd El Ghaffar), on retiendra 4 grands tournants. D’abord celui de 1988, date de son départ en Afghanistan, après avoir abandonné ses études de médecine à Tripoli, pour rejoindre Peshawar, Tora Bora , et Karachi . Après deux années de jihad , et suite à l’effondrement de l’Union Soviétique , il décide avec quelques Libyens de former leur organisation propre pour combattre Gadhafi et instaurer l’Etat Islamique régi par la Chariâa .

Le deuxième est celui de 1990, en Afghanistan, où il fonde avec un groupe de ses compatriotes, le Groupe islamiste combattant armé libyen (GICL) , dont il devient le premier Emir .La vocation purement libyenne de cette organisation , ne l’empêche pas d’évoluer au Soudan après l’accès du couple Hassen Tourabi et Omar Hassen Bachir au pouvoir qui fera de Khartoum une sorte de La Havane de l’islamisme , ni de prêter main forte au Groupe Islamique Algérien (GIA ) , Al-Gamaâ Al-Islamia d’Egypte ou le Jihad au Yémen .

Le troisième tournant s’opère en 1992, quand il a été arrêté par les services de sécurité égyptiens à la frontière égypto-libyenne , pour être remis à la police de Gadhafi .Il passera 18 ans en prison et ne sortira du bagne d’Abou Salim que le 16 février 2011, un jour avant le déclenchement de la révolution libyenne .

A son arrestation, il est remplacé à la tête du GICL par Abou Abdallah Assadiq, puis par Abdelhakim Belhaj, l’actuel homme fort de Tripoli .

Et depuis, deux événements vont être déterminants dans l’évolution du GICL et de la Libye : en 1996, une tentative d’assassinat de Gadhafi fomenté par le GICL va échouer et donner lieu à une répression aveugle , et puis, dans les années 2000, le gouvernement de la Jamahiriya va entamer un dialogue avec le GICL par l’entremise du fils même de Gadhafi , Saïf al-Islam,et de Ali Sallabi représentant des Frères Musulmans Libyens . Le 8 avril 2008, 90 membres du GICL sont libérés, et le Groupe décide, en 1999, de geler la lutte armée et publie un livre intitulé :  » Etudes correctives sur les concepts du Djihad , de la Hisba et de la justice applicable aux tiers  » en vertu duquel Gadhafi est considéré comme le seul responsable légitime du pays et il est interdit de mener contre lui une dissidence armée .

Entre temps, plusieurs les djihadistes libyens à l’étranger ont rejoint massivement Al Qaida, formant le plus important bataillon de volontaires maghrébins en Irak et contribuant à la formation, depuis septembre 2006, d’Al Qaïda au pays du Maghreb islamique (AQMI). Cet élément nourrissait le doute que les « Etudes correctives » ne soient, en fait , qu’un subterfuge pour éviter la répression de Gadhafi , d’autant plus que la mouvance « assagie » a vite pris les armes pour venir à bout du régime de Gadhafi , le moment venu .

La libération de Meftah Dhaouadi tardera pourtant à venir, et elle n’aura lieu que le 16 février 2011 , soit juste la veille du déclenchement de la révolte anti-Gadhafi .

Meftah Dhaouadi et les siens vont observer un répit qui s’est poursuivi jusqu’à mars 2011 , le temps que se déclenchent les opérations de l’Otan en Libye , pour afficher leur opposition à Gadhafi , et c’était là le quatrième tournant de la carrière jihadiste de Meftah Dhaouadi , tournant qui lui a ouvert les portes du pouvoir et procuré les grands moyens pour servir ses idéaux et objectifs , jamais tus ni revus.

Aboussaoud Hmidi

par -
Ila été confirmé officiellement de sources tunisiennes et libyennes que Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi

Ila été confirmé officiellement de sources tunisiennes et libyennes que Meftah Mabrouk Aissa Dhaouadi, a été tué dans le crash de l’avion militaire médicalisé libyen qui s’est écrasé, peu après minuit, ce vendredi, dans la région de Nyanou, de la délégation de Grombalia.

Selon certaines sources, Dhaouadi est suspecté d’appartenance à l’organisation libyenne Ansar Chariâa affiliée à Al Qaida. Toutefois, l’ambassadeur de Libye en Tunisie, a nié dans une déclaration accordée aux plusieurs médias, la présence de terroristes dans l’avion sinistré. Il a affirmé que tous les passagers sont des civils.

D’après un porte-parole de la « salle d’opérations des rebelles de Libye », cité par l’agence Reuters, Meftah Dhaouadi est un haut responsable au ministère libyen des familles des martyrs et des disparus. Il est connu pour avoir été l’un des chefs du soulèvement contre le colonel Moammar Gadhafi.

On ignore encore les raisons de sa présence à bord de l’avion sinistré, et s’il s’y trouvait en tant que patient ou en tant qu’accompagnateur.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

La compagnie aérienne Air France met le paquet sur le Maroc. Dimanche 26 mars 2017, une nouvelle ligne entre les aéroports Paris-Charles-de-Gaulle et Marrakech...