Tags Posts tagged with "ministère, de, la, Femme"

ministère, de, la, Femme

par -
0

Selon un communiqué rendu public par le ministère de la femme, de la famille et de l’enfant, 300 espaces anarchiques exploités en tant que des jardins d’enfants ont été découverts dans plusieurs gouvernorats. Des décisions de fermeture ont été prises contre 177 jardins d’enfants anarchiques dont 52 exercent dans le gouvernorat de Monastir.

D’autres espaces se sont en revanche conformés à la loi et 10 autres ont fermé leurs portes d’une façon spontanée, nous apprend la même source.

par -
0

La Tunisie a fait beaucoup d’efforts pour les droits des enfants, en particulier dans le domaine de l’éducation. Cependant, de nombreuses violations persistent encore, comme par exemple les violences sexuelles. Les enfants tunisiens sont victimes d’abus sexuel, de plus en plus. Ce phénomène de société, qui ne cesse d’augmenter, se propage dans toutes les principales villes du pays.

De nombreuses familles de différentes régions de la Tunisie ont, à maintes reprises, avoué aux médias, que leurs enfants étaient victimes d’agressions physiques ou morales dans les institutions.

C’est dans ce contexte que de récents chiffres dévoilés par le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance révèlent que le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels a triplé de 2013 à 2016. Il est passé de 261 à 601.

Des cas ont été signalés auprès des délégations de l’Enfance, présentes dans toutes les régions. 33% sont victimes d’abus sexuels directement et 51% ont fait l’objet de harcèlement sexuel, a ajouté la même source.

Face à l’augmentation du phénomène de violence enregistrée envers nos petits, l’Association Tunisienne des Droits de l’Enfant (ATUDE) a annoncé le lancement d’un projet de loi protégeant les enfants contre les violences sexuelles. Près de 60 personnes seront formées dans ce cadre. Ce projet sera soutenu par l’Union Tunisienne de Solidarité Sociale « UTSS », l’Union de la Femme et la Chambre nationale des crèches et jardins d’enfants.

Milieu familial : 93% des enfants victimes de violences!

On note également que la violence à l’égard de cette catégorie a pris d’autres formes, comme par exemple la hausse vertigineuse du nombre d’enfants violentés par leurs parents ou leurs proches.

D’après la dernière enquête menée par le ministère du Développement et de la Coopération internationale, l’Institut National de la Statistique, en collaboration avec l’Unicef, près de 93% des enfants tunisiens âgés de 2 à 14 ans ont été victimes de violences et soumis au moins une fois à une forme de punition psychologique ou physique par leur mère ou la personne en charge ou d’autres proches.

Les autorités de tutelle sont appelées à contrôler les jardins d’enfants et à poursuivre en justice les propriétaires de ces espaces qui ne respectent pas les normes du cahier des charges en la matière.

L’enfant est un citoyen silencieux. Il ne sait pas s’exprimer, ni défendre ses droits. Il est important aujourd’hui d’avoir une culture de protection de l’enfance à tous les niveaux.

par -
0

Le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance a annoncé dans un communiqué rendu public, ce samedi 17 septembre 2016, la création d’une cellule au sein de la délégation régionale de protection de l’enfance afin de suivre, via les réseaux sociaux, tout ce qui peut nuire aux droits de l’enfant.

Cette décision a été prise suite à la vague de protestations provoquées par la publication sur les réseaux sociaux des photos des fiançailles d’une jeune fille de 12 ans.

par -
0
Le nombre des jardins d'enfants illégaux recensés récemment s'élève 470. C’est ce qu’a indiqué Neila Chaabane

Le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance a appelé les parents à inscrire leurs enfants dans les crèches et jardins d’enfants réglementaires, disposant d’une autorisation du ministère, et ce dans l’objectif de garantir la sécurité de leurs enfants.

Dans un communiqué, le ministère a rappelé que la liste des crèches et jardins d’enfants réglementaires est disponible sur son site web officiel, www.femme.gov.tn.

par -
0

La Tunisie, durant plusieurs années, a fait beaucoup d’efforts pour les droits des enfants, en particulier dans le domaine de l’éducation. Cependant, de nombreuses violations persistent encore, comme par exemple les violences sexuelles. Les enfants tunisiens sont victimes d’abus sexuel. Ce phénomène de société, qui ne cesse d’augmenter, se propage dans toutes les principales villes du pays.

Les chiffres dévoilés récemment par le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, révèlent que le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels a triplé de 2013 à 2016. Il est passé de 261 à 601.

Des cas ont été signalés auprès des délégations de l’Enfance, présentes dans toutes les régions. 33% sont victimes d’abus sexuels directement et 51% ont fait l’objet de harcèlement sexuel, a ajouté la même source.

MI : Plus de 800 enfants déclarés disparus en 2015

Selon des statistiques officielles fournies par le ministère de l’Intérieur, quelque 804 mineurs sont déclarés disparus en 2015, dont l’écrasante majorité sont des fugueurs. 99,62% d’entre eux ont été retrouvés sains et saufs.

Parmi les enfants disparus, 541 d’entre eux sont de sexe féminin. Selon le département de l’Intérieur, ce phénomène qui n’est pas exclusivement tunisien s’explique par la pression psychologique exercée sur certaines filles et la tension qui s’installe parfois dans les relations parents-enfants. Pour les enfants de sexe masculin, leur disparition s’explique par l’abandon scolaire précoce, les conditions matérielles et le chômage…

On rappelle que le Conseil de l’Europe, en collaboration avec le ministère de la Femme et de l’Enfance, avaient présenté  en 2015, la Convention du CE sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels. Cette convention s’articule autour de plusieurs axes très importants dont notamment  le lancement des campagnes de sensibilisation, la prévention dans les milieux scolaires, surtout dans les zones intérieures de la Tunisie.

par -
0

Un accord de partenariat entre le ministère de la femme, de la famille, et de l’enfance et la Chambre Nationale des Femmes Chefs d’Entreprise (CNFCE) a été signé, mercredi, dans le cadre du programme national de l’entrepreneuriat féminin.
En vertu de cet accord, le ministère de la femme prend en charge l’orientation des femmes entrepreneurs pour la participation dans les activités financées par la CNFCE.
La CNFCE, s’engage, quant à elle à offrir aux projets sélectionnés l’appui technique et la formation nécessaire afin de permettre aux femmes entrepreneurs de concrétiser leurs projets et commercialiser leurs produits au niveau national et international.
Les projets seront suivis et évalués dans le cadre d’une commission mixte incluant des représentants du ministère de la femme et de la CNFCE.
A cette occasion, Samira Merai Friaa, ministre de la femme de la famille et de l’enfance, a estimé que la participation de la femme dans la vie économique reste faible en comparaison avec les pays développés, signalant, à ce propos, que son département ambitionne d’augmenter le taux de la participation de la femme dans la vie économique à 35%, à travers un programme national pour la promotion de l’entrepreneuriat féminin.

par -
0
Le Conseil administratif de la CONECT s’est tenu dans sa première session au titre de l’année 2015 à la fin de la semaine dernière à Tabarka

Une convention de partenariat a été signée, vendredi, ente le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT).
L’objectif étant de promouvoir l’initiative économique féminine lancée par le ministère pour garantir l’assistance technique et l’accompagnement au profit des jeunes promotrices de projets.
En vertu de cette convention, le ministère s’engage à orienter les jeunes filles et femmes qui désirent créer de petites et moyennes entreprises vers les activités de la CONECT.
Le ministère s’engage, également, à financer les projets validés par la CONECT et le comité technique de pilotage relevant du département à travers une ligne de financement de la banque tunisienne de solidarité.
De son côté, la CONECT s’engage à garantir l’assistance technique et l’accompagnement des jeunes promotrices en les aidant à élaborer leurs business plan et en leur assurant l’accompagnement et l’orientation des chefs d’entreprises.
Les bénéficiaires profiteront aussi d’une formation complémentaire et d’un accompagnement personnalisé à la création de projets et à la commercialisation de leurs produits aux niveaux national et international.
Un comité mixte formé de représentants du ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et de la CONECT est tenu d’assurer le suivi de l’application de cette convention à travers la tenue de réunions trimestrielles.
Intervenant à cette occasion, la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Maraï Feriaa a précisé que la réussite du programme de promotion de l’initiative économique féminine est un défi pour la femme tunisienne, soulignant que le département a choisi de collaborer avec plusieurs parties en vue d’encourager les femmes à créer leurs projets.
De son côté, le président de la CONECT, Tarek Chérif a indiqué que cette convention s’inscrit dans le cadre des programmes de l’organisation visant à créer des projets dans les régions intérieures.

par -
0

Le ministère de la femme, de la famille, et de l’enfance s’est félicité de l’adoption de l’article 49 du projet de loi sur les élections et les référendums.
L’article en question préconise l’adoption du principe de la parité horizontale et verticale au niveau des listes candidates aux élections municipales.
Selon un communiqué du ministère publié, jeudi, le ministère a estimé que l’adoption de cet article ne manquera pas de favoriser la participation effective de la femme tunisienne aux élections municipales et dans la gestion des affaires locales. Le principe de la parité, consolidera le principe de l’égalité et renforcera la démocratie locale, ajoute la même source.
A ce titre, le ministère a mis en place un programme de formation destiné à 450 femmes diplômées afin de renforcer leur compétence et les préparer au mieux à la vie publique et politique.
A noter que la séance plénière consacrée à l’adoption des articles et demandes rectification du projet de loi sur les élections et les référendums a été levée, hier mercredi, sans parvenir à adopter le projet de loi.
Le report fait suite aux divergences affichées tout au long des débats et qui ont empêché de trouver une formule de compromis.

par -
0

Une convention de partenariat a été signée, lundi, entre le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et le conseil international des femmes entrepreneures (CIFE).
Cette convention vise à identifier les champs de coopération entre les deux parties en vue de promouvoir le partenariat actif avec les associations à travers la garantie de l’assistance technique au profit des femmes qui désirent créer des petites et moyennes entreprises.
En vertu de cet accord, le ministère de la femme s’engage à orienter les jeunes promotrices de projets vers le conseil international des femmes entrepreneures pour profiter de ses activités relatives à la création et au financement de projets approuvés à travers une ligne de financement mise à leur disposition à la banque tunisienne de solidarité.
Par ailleurs, le conseil international des femmes entrepreneures s’engage à assurer l’assistance technique des bénéficiaires en les aidant à élaborer leurs business plan outre la garantie de la formation complémentaire des personnes concernées et leur accompagnement dans la création de leurs projets et la commercialisation de leurs produits aux niveaux national et international.
Une commission mixte formée de représentants des deux parties assurera le suivi et la mise en œuvre de cette convention et tiendra, à cet effet, des réunions trimestrielles.
Intervenant à cette occasion, la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Maraï Feriaa a souligné l’importance de l’action commune entre les organisations gouvernementales et non gouvernementales et les composantes de la société civile, indiquant que de tels partenariats peuvent aboutir à des résultats positifs, notamment, en cette période difficile que traverse le pays à tous les niveaux.
Dans ce contexte, la ministre a rappelé le lancement d’un programme national pour la promotion de l’initiative économique relative à la femme diplômée du supérieur, soulignant que le département a signé plusieurs conventions de partenariat avec le secteur privé et les organisations nationales à cet effet.
« Le ministère œuvre dans le cadre de ce programme à renforcer l’autonomisation des femmes et à promouvoir leur contribution dans la vie économique « , a-t-elle dit.

par -
0
D’après  les indicateurs d’activité trimestriels de Poulina Group Holding (PGH)

Le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et Poulina Group Holding ont signé a signé, mercredi 25 mai 2016 une convention cadre de partenariat et de coopération en vertu de laquelle le groupe s’engage à organiser au profit des enfants issus des régions les plus défavorisées, des visites à ses Parcs d’attractions Carthage Land, indique un communiqué.

L’accord prévoit, également, de faire bénéficier les femmes sans emploi de ces régions de contrats de franchise leur permettant d’exploiter la marque commerciale EL Mazraa. PGH s’engage, également, à leurs assurer un encadrement spécifique, leur fournir l’équipement nécessaire et les accompagner dans la réalisation de leurs projets. Les premiers dossiers sont en cours de réalisation dans plusieurs gouvernorats tels que Medenine, Siliana etc.

La ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Merai Friaa a souligné, lors de la cérémonie de signature organisée au siège du ministère, l’importance de ce type de convention dans la démocratisation des loisirs au profit de tous les enfants tunisiens, notamment, ceux issus des régions défavorisées.

De telles initiatives, a-t-elle dit, contribuent à immuniser les enfants et les adolescents contre l’extrémisme et le fanatisme.

Elle a exprimé  l’espoir de voir cette convention profiter à plus de 10 mille enfants dans une première étape, mettant l’accent sur l’importance du partenariat entre les institutions de l’État et les groupes économiques privés dans le renforcement et la diversification de l’action sociale.

De son côté, le président de Poulina Group Holding , Abdelwaheb Ben Ayed a indiqué que le groupe a répondu positivement à cette initiative joint l’utile à l’agréable en alliant divertissement et culture. Il a ajouté que Poulina applique depuis plusieurs années un programme de responsabilité sociétale qui permet de promouvoir l’œuvre de développement et de renforcer son ouverture sur l’environnement extérieur.

Il a précisé que cette convention permet de mieux organiser l’initiative lancée en décembre 2015 en faveur des enfants des régions intérieures, indiquant, à cet égard, que plus de 700 enfants ont, jusque-là, visité l’espace Carthage Land.

Il est à signaler enfin qu’un comité mixte sera créé pour le suivi et l’application des termes de cette convention afin d’atteindre les objectifs tracés.

par -
0
Renforcer le staff étant parmi les meures qui ont été prises par le ministère de la Femme suite à l’affaire du viol d’une petite fille âgé de 3 ans dans un jardin d’enfants de la Marsa

Renforcer le staff étant parmi les meures qui ont été prises par le ministère de la Femme suite à l’affaire du viol d’une petite fille âgé de 3 ans dans un jardin d’enfants de la Marsa.

Dans une conférence de presse qui a eu lieu ce mardi, 2 avril, à la présidence du gouvernement, Sihem Badi a indiqué que le ministère va recruter 300 nouveaux inspecteurs sociaux et entre 18 et 30 assistants pédagogiques, selon les besoins du ministère.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...