Tags Posts tagged with "ministère des Affaires sociales"

ministère des Affaires sociales

par -

Les diplômés au chômage issus de familles nécessiteuses poursuivent depuis 15 jours leur sit-in devant le ministère des Affaires sociales pour demander l’application de la décision ministérielle relative à l’embauche d’un membre de chaque famille démunie dans la fonction publique et le secteur privé.
« Nous observons un sit-in ouvert jusqu’à ce que la décision de l’ancien chef du gouvernement, Habib Essid, en date du mois de janvier 2016 soit appliquée« , a déclaré lundi à l’agence TAP Idriss Guermazi, coordinateur national de ce mouvement de protestation.
Il a affirmé que les solutions proposées la semaine écoulée lors d’une réunion de négociation avec le ministre de la Formation professionnelle et de l’Emploi portaient sur des emplois précaires et consistaient à leur octroyer des contrats-dignité.
« Nos droits à l’emploi ont été accordés aux catégories soutenues politiquement, comme les fichés par la police et les bénéficiaires de l’amnistie législative générale« , a-t-il affirmé, soulignant que son mouvement compte une élite d’ingénieurs et de docteurs issus de familles dans le besoin.
Les chômeurs diplômés issus de familles nécessiteuses qui observent un sit-ouvert devant le siège du ministère des Affaires sociales exigent l’embauche de 70 d’entre eux dans les plus brefs délais. Ils demandent depuis près d’un an l’activation de la décision de Essid stipulant l’embauche d’un membre de chaque famille démunie et détenteur d’un diplôme du supérieur dans la fonction publique et le secteur privé.

par -

Selon un communiqué rendu public par le ministère des affaires sociales, la cimenterie SOTACIB sise au gouvernorat de Kairouan a repris ses activités, jeudi 2 février 2017, à l’issue d’un accord trouvé entre les parties concernées.

On rappelle que les activités de la société en question avaient été suspendues depuis le 1er décembre 2016.

Filiale à 65% de l’espagnole Cementos Molins, Sotacib dispose déjà d’une importante unité de ciment blanc à Feriana au gouvernorat de Kasserine et exporte une partie de sa production en Algérie, Libye et en France.

par -
Les ouvriers et employés de la filiale de la société Tunisienne des industries de pneumatiques (STIP ) à Menzel Bourguiba ont organisé

Un accord d’entente a été signé, mercredi, entre le ministère des Affaires sociales et les membres du syndicat de la Société Tunisienne des Industries de Pneumatiques (STIP).

Les activités de la STIP seront reprises à partir du vendredi 9 décembre 2016, rapporte Jawhara fm.

On rappelle que les ouvriers de la STIP, à Msaken et à Menzel Bourguiba ont à maintes reprises protesté, revendiquant la régularisation de leur situation financière.

par -
Les sociétés tunisiennes de transport de carburants

Une réunion au siège du ministère des Affaires Sociales est programmée pour discuter de la grève des stations services de tout le pays, prévue pour les 23 et 24 septembre courant.

Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Belgacem Ayari, a déclaré sur Mosaïque fm qu’il y a des signaux positifs quant à la signature de l’accord portant sur la hausse des salaires des employés de ce secteur.

par -

Le ministère des Affaires Sociales, par la voix du directeur général de la sécurité sociale, a mis l’accent sur la gravité de la situation financière des caisses sociales. « La situation est inquiétante », a déclaré Kamel Maddouri lors d’une interview accordée ce mardi 6 septembre 2016 à Africanmanager.

Il a indiqué que le dossier des équilibres financiers des caisses sociales figure parmi les axes prioritaires de l’action gouvernementale et du plan quinquennal du développement 2016-2020. Une concertation entre les différentes parties prenantes est inévitable pour mener à bien la reforme des régimes de sécurité sociale.

Il n’existe pas de solution unique ni unilatérale, les pistes de reforme sont multiples selon Kamel Maddouri, qui précise que toutes les parties sociales doivent y prendre part : « Le gouvernement, l’UTICA et l’UGTT doivent tous contribuer à la recherche de solutions et se mettre d’accord sur les mesures de reforme qui permettraient la sorite de l’ornière », a dit le responsable.

Selon lui, l’heure est propice pour se réunir, débattre de la question et « prendre des décisions courageuses dont la charge serait partagée équitablement entre les différentes catégories socio professionnelles et les différentes générations. Une réforme devrait impérativement être équitable, juste et responsable ».

De même, la diversification des sources de financement de la sécurité sociale telle que la création des impôts et taxes affectés, à l’instar des expériences comparées mérite d’être examinée tout au long du processus de réforme.

La crise en chiffres !

Et pourtant, ce responsable sait parfaitement de quoi il s’agit. La situation est de plus en plus critique. Chiffre à l’appui, le déficit des caisses sociales risque d’atteindre 938 millions de dinars à la fin de l’année en cours pour s’établir à 1326 millions de dinars en 2017.

Ce déséquilibre financier est dû aux résultats négatifs enregistrés au niveau des régimes de pensions dans les secteurs public et privé, mais aussi au niveau du régime d’assurance-maladie. D’ailleurs, les régimes de pensions ont affiché un déficit de l’ordre de 1198 millions de dinars dont 789 millions de dinars auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et 409 millions de dinars auprès de la Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (CNRPS).

Le système tunisien de sécurité sociale fonctionne selon le principe de répartition. Ce système est très sensible à l’équilibre entre les recettes et les dépenses, un équilibre qui est foncièrement tributaire des mutations démographiques. Le financement du système tunisien de sécurité sociale est basé sur les coti-contributions des salariés et des employeurs.Ces dernières sont insuffisantes pour couvrir les dépenses de sécurité sociale.

Cette situation a conduit à un épuisement des réserves disponibles des caisses sociales, d’après les chiffres révélés par Kamel Maddouri.

Sur le plan de la liquidité, les différentes caisses de sécurité sociale sont confrontées à des problèmes de trésorerie qui s’accentuent d’année en année. La CNRPS est en déficit chronique et fonctionne grâce à des avances de l’État et aux cotisations qu’elle prélève pour la CNAM, sans les reverser à cette dernière. La CNSS est confrontée à d’importants problèmes de recouvrement des cotisations (sous-déclaration des salaires). Selon des estimations de la CNSS, c’est environ 2,300 millions de dinars de salaires qui ne sont pas déclarés chaque année, privant ainsi la CNSS de 400 millions de dinars de cotisations annuellement. De son côté, la CNAM fait face à des problèmes de fraude et son taux de cotisation est très faible par rapport aux prestations qu’elle fournit. D’ailleurs, le détournement de cotisations que la CNRPS devrait normalement reverser à la CNAM amplifie les problèmes financiers de la caisse nationale d’assurance maladie.

Les caisses font face à des difficultés de plus en plus pressantes pour honorer leurs engagements. Ainsi, la CNSS affiche un besoin de liquidité de 623 millions de dinars d’ici fin 2016 pour payer les pensions à temps, alors que les besoins en liquidité de la CNRPS sont chiffrés à 243 millions de dinars.

« Les engagements mensuels des caisses de sécurité sociale sont estimés à 793 millions de dinars dont 340 millions à la charge de la CNRPS et 241 millions à la charge de la CNSS », a évoqué Maddouri, tout en rappelant que ces difficultés financières sont évidemment aggravées par une conjoncture économique défavorable : Faible croissance, évolution du taux de chômage, inflation, etc.

Des perspectives financières qui appellent à la réflexion

Face à cette situation, les perspectives financières des régimes de retraite appellent à la réflexion, la définition et la mise en œuvre de mesures appropriées afin de garantir leur viabilité financière.

Le système de retraite tel qu’il est défini actuellement ne pourrait pas faire face aux évolutions démographiques, économiques et sociales prévisibles dans les années à venir. D’où l’importance de la mise en place des mesures urgentes afin de pérenniser le système de retraite et alléger la charge du déficit financier des caisses sur le reste de l’économie.

Dans ce sens et devant cette situation de plus en plus critique, le ministère des Affaires sociales, en collaboration avec les caisse sociales et le centre de recherche et des études sociales, a arrêté les besoins de liquidité des différentes caisses pour assurer le paiement des prestations dans les délais prescrits et a dressé un diagnostic plus profond et précis des déterminants de ce déséquilibre, ainsi que les différentes pistes de reforme envisageables et qui feront l’objet de concertation et de négociation avec les partenaires sociaux.

De même, un Conseil ministériel tenu le 28 juillet 2016 a examiné les différentes mesures visant à résoudre les problèmes de liquidité des caisses et améliorer le recouvrement de ses créances, qui sont à la charge notamment des entreprises publiques et les modalités pratiques pour renforcer l’entraide et le coordination avec l’administration fiscale en vue de combattre la fraude et l’évasion sociale.

par -

Le directeur général de la sécurité sociale au ministère des Affaires sociales, Kamel Maddouri, a assuré que les pensions seront versées dans les délais.
Dans une déclaration accordée ce lundi 5 septembre à Africanmanager, le responsable a démenti les informations qui circulent depuis quelque temps selon lesquelles l’État est en train de chercher des fonds pour assurer le virement des pensions de retraite pour ce mois.
« Contrairement aux informations, le gouvernement est en train de recouvrir les impayés de certains établissements publics, à savoir la SONEDE, et qui sont estimés à 250 millions de dinars », a ajouté le responsable. Il a fait savoir que cette étape est importante dans la mesure où elle aide les caisses sociales à surmonter la crise et à faire face aux déséquilibres financiers.

par -

D’après les derniers chiffres dévoilés exclusivement à Africanmanager, les journées de travail perdues à cause des grèves dans le secteur public ont été réduites de 82% au cours des six premiers mois de 2016 en comparaison avec la même période de 2015.

Plusieurs grèves ont été évitées au cours de cette période qui a été marquée par une régression de 22% des mouvements sociaux.

Dans le même contexte, le nombre des entreprises touchées par les grèves a aussi connu une chute de 19%.

C’est important étant donné que cela a certainement un effet sur les ouvriers. D’après les chiffres du ministère des Affaires sociales, le nombre des ouvriers participant aux grèves a baissé de 68%.

par -

Le ministre des Affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane, a déclaré ce mardi 19 juillet 2016 qu’un recensement sera réalisé en 2017 afin d’identifier toute forme de handicap.
Lors d’une séance plénière qui se tient actuellement au sein de l’ARP, il a ajouté que cette démarche est cruciale dans la mesure où elle facilitera l’élaboration d’une stratégie bien déterminée en ce qui concerne le traitement de ce dossier.
Sur une question posée par le député Imed Daimi relative à la stratégie de ce ministère pour l’autisme, le ministre a souligné que la réalisation du recensement jouera un rôle déterminant au niveau de la lutte contre cette maladie.
Pour l’étape actuelle, les efforts se déploient pour mieux aider les enfants souffrant de cette maladie.
Des aides ont été accordées à cette catégorie. Chiffre à l’appui, 2.3 millions de dinars ont été octroyés à un nombre important d’enfants autistes. Ajoutons à cela environ 886 autistes bénéficiant d’une couverture sociale.
De même, il existe 18 associations et 90 centres spécialisés sur les cas d’autisme.
S’agissant du nombre d’autistes, le ministre a indiqué que sur 1000 personnes une est autiste.

par -

Un accord tripartite a été signé, mercredi, entre l’Union tunisienne de la Solidarité sociale (UTSS), le Conseil du gouvernorat de Kairouan et la Société régionale de Transport, pour renforcer le transport scolaire et universitaire dans la région. L’UTSS sera dotée, en vertu de cet accord, de deux bus de transport des écoliers et des étudiants.

Mahmoud Ben Romdhane, ministre des Affaires Sociales, qui s’est déplacé dans la région, a souligné, à la cérémonie de signature de cet accord, que son département est déterminé à améliorer les conditions sociales dans le gouvernorat de Kairouan. Des aides aux familles nécessiteuses et aux catégories aux besoins spécifiques seront accordées dans ce cadre.

En prévision de la fête de l’Aid El Fitr, l’UTSS a aménagé un centre de dépôt de prêt à porter et de chaussures destinés aux familles aux faibles revenus dans la région de Kairouan. TAP

par -

Le ministère des Affaires Sociales vient d’annoncer de nouvelles nominations, apprend Africanmanager d’une source bien informée relevant de ce département. Il s’agit de la nomination de Yamina Methlouthi à la tête du Centre des Recherches et des Etudes sociales. Il y a également la désignation de Bechir Irmàni en tant que nouveau PDG de la CNAM et Imed Torki à la tête de la CNRPS.

par -

Le ministère des Affaires sociales a annoncé que des aides financières seront octroyées à 250 mille familles démunies durant le mois de Ramadan et d’Aid El Fitr.

Lors de son passage ce mardi 10 mai 2016 sur Jawhara Fm, le chef de cabinet du ministre des Affaires sociales, Hichem Mechichi, a affirmé que ces aides  seront consenties en deux tranches.

La première tranche, estimée à 40 dinars, sera versée durant le mois de Ramadan, alors que la seconde tranche sera octroyée à l’occasion d’Aid El Fitr.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Pendant une opération de sauvetage en mer Méditerranée survenue le 23 mai, la garde côtière libyenne s'est approchée des embarcations en détresse, a intimidé...

SPORT

Reseaux Sociaux