Tags Posts tagged with "Mohamed Frikha, Syphax Airlines"

Mohamed Frikha, Syphax Airlines

par -
La compagnie privée de transport aérien

La compagnie privée de transport aérien, Syphax, a récemment tenu son AGO devant un public peu nombreux. Elle y a notamment annoncé ses résultats pour l’exercice 2013. Comme on s’y attendait, ces résultats font apparaître un déficit net de plus de 11,746 MDT, presque la moitié du capital de l’entreprise qui est de 27,5 MDT. Ce résultat n’est pas une surprise. Il a déjà a été annoncé à l’entrée en bourse du transporteur. Un résultat qui explique amplement aussi la mauvaise performance boursière, presqu’en chute libre depuis juillet dernier, de l’action de l’entreprise comme le démontre le graphique ci-dessous. Un résultat qui bouleverse toutes les données du management de l’entreprisse et qui rend presque caduques toutes les prévisions autour desquelles a été bâtie la levée de fonds sur la bourse de Tunis. Mohamed Frikha le sait et annonce, depuis le 28 juin dernier, qu’un nouveau business Plan sera prochainement présenté au CMF après approbation de son conseil d’administration.

Tout cela n’est cependant que peu de choses en regard des observations du commissaire aux comptes (CC) de Syphax Airlines, qui n’a même pas certifié les comptes, sous réserves, mais a déclaré que «la certification de la sincérité et la régularité des états financiers (…) demeure subordonnée à la régularisation des points… ».

– Le commissaire aux comptes n’a pas encore certifié les comptes !

Ils sont quatre, ces points qui ont empêché la certification des comptes de Syphax Airlines et laisseraient presque perplexe quant aux erreurs commises et leur but. Ce sont en premier lieu «les immobilisations financières [qui] comportent une caution qui a perdu son objet après arrangement avec le prestataire concerné». C’est ensuite la non-finalisation des encaissements et décaissement aux clients et fournisseurs appropriés. C’est aussi et surtout «la somme de 1 MDT, avancée à l’intermédiaire [boursier] pour le rachat des actions propres pour réguler le cours de l’action présentée parmi les fournisseurs débiteurs, au passif du bilan. La somme devrait être présentée en déduction de l’avoir des actionnaires sous une rubrique distincte». C’est encore des «immobilisation incorporelles de plus de 2,2 MDT, qui ne remplissent pas les conditions de comptabilisation d’un actif. Elles doivent être comptabilisées en charge de l’exercice», ce qui alourdirait son déficit, comme ne le dit pas le rapport du CC. C’est aussi et pas enfin, «des charges d’exploitation dont les factures ne sont pas encore parvenues (…) de l’ordre de 5 MDT et qui méritent de faire l’objet de provision». Syphax ne le fait pas, encore une fois, pour ne pas alourdir ses pertes. C’est enfin, «le suivi commercial des billets, émis et non consommés, qui présente un solde créditeur de plus de 7,1 MDT, alors que le solde comptable correspondant est débiteur de plus de 2,3 MDT. Le CC se limitera à dire que «cet écart devrait être analysé et justifié». Suivez son regard !

– Syphax volerait-il la taxe carbone ?

Toutes ces aberrations comptables, si ce n’est davantage, restent à leur tour peu de choses devant cette autre remarque tuante et assassine du CC de Syphax. Une remarque qui pourrait avoir de fâcheuses implications pour un opérateur aérien qui opère surtout sur l’Europe.

«La taxe carbone, collectée par Syphax Airlines des passagers départ France est comptabilisée parmi les revenus», fait remarquer le CC dans son exposé des motifs de son opinion sur les comptes de la compagnie de Mohamed Frikha. D’après nos informations, cette taxe serait de 1,5 euro par passager départ France. Syphax n’étant qu’un collecteur, devrait la reverser à la commission européenne qui gère cette taxe carbone, comme le fait actuellement la compagnie concurrente Tunisair. Syphax ne le fait pas. La compagnie de Mohamed Frikha détourne cette taxe à son profit et la comptabilise même comme l’un de ses revenus. C’est ce qui est clairement dit par le CC !! Au cours de son AGO, la direction de Syphax a encaissé la remarque du CC, qui demande expressément que cette taxe soit comptabilisée dans le passif du bilan,  et n’a fourni aucune explication au sujet de ce geste, pour le moins pas anodin pour un chef d’entreprise.

Khaled

par -
La compagnie privée de transport aérien

La compagnie privée de transport aérien, Syphax, a récemment tenu son AGO devant un public peu nombreux. Elle y a notamment annoncé ses résultats pour l’exercice 2013. Comme on s’y attendait, ces résultats font apparaître un déficit net de plus de 11,746 MDT, presque la moitié du capital de l’entreprise qui est de 27,5 MDT. Ce résultat n’est pas une surprise. Il a déjà a été annoncé à l’entrée en bourse du transporteur. Un résultat qui explique amplement aussi la mauvaise performance boursière, presqu’en chute libre depuis juillet dernier, de l’action de l’entreprise comme le démontre le graphique ci-dessous. Un résultat qui bouleverse toutes les données du management de l’entreprisse et qui rend presque caduques toutes les prévisions autour desquelles a été bâtie la levée de fonds sur la bourse de Tunis. Mohamed Frikha le sait et annonce, depuis le 28 juin dernier, qu’un nouveau business Plan sera prochainement présenté au CMF après approbation de son conseil d’administration.

Tout cela n’est cependant que peu de choses en regard des observations du commissaire aux comptes (CC) de Syphax Airlines, qui n’a même pas certifié les comptes, sous réserves, mais a déclaré que «la certification de la sincérité et la régularité des états financiers (…) demeure subordonnée à la régularisation des points… ».

– Le commissaire aux comptes n’a pas encore certifié les comptes !

Ils sont quatre, ces points qui ont empêché la certification des comptes de Syphax Airlines et laisseraient presque perplexe quant aux erreurs commises et leur but. Ce sont en premier lieu «les immobilisations financières [qui] comportent une caution qui a perdu son objet après arrangement avec le prestataire concerné». C’est ensuite la non-finalisation des encaissements et décaissement aux clients et fournisseurs appropriés. C’est aussi et surtout «la somme de 1 MDT, avancée à l’intermédiaire [boursier] pour le rachat des actions propres pour réguler le cours de l’action présentée parmi les fournisseurs débiteurs, au passif du bilan. La somme devrait être présentée en déduction de l’avoir des actionnaires sous une rubrique distincte». C’est encore des «immobilisation incorporelles de plus de 2,2 MDT, qui ne remplissent pas les conditions de comptabilisation d’un actif. Elles doivent être comptabilisées en charge de l’exercice», ce qui alourdirait son déficit, comme ne le dit pas le rapport du CC. C’est aussi et pas enfin, «des charges d’exploitation dont les factures ne sont pas encore parvenues (…) de l’ordre de 5 MDT et qui méritent de faire l’objet de provision». Syphax ne le fait pas, encore une fois, pour ne pas alourdir ses pertes. C’est enfin, «le suivi commercial des billets, émis et non consommés, qui présente un solde créditeur de plus de 7,1 MDT, alors que le solde comptable correspondant est débiteur de plus de 2,3 MDT. Le CC se limitera à dire que «cet écart devrait être analysé et justifié». Suivez son regard !

– Syphax volerait-il la taxe carbone ?

Toutes ces aberrations comptables, si ce n’est davantage, restent à leur tour peu de choses devant cette autre remarque tuante et assassine du CC de Syphax. Une remarque qui pourrait avoir de fâcheuses implications pour un opérateur aérien qui opère surtout sur l’Europe.

«La taxe carbone, collectée par Syphax Airlines des passagers départ France est comptabilisée parmi les revenus», fait remarquer le CC dans son exposé des motifs de son opinion sur les comptes de la compagnie de Mohamed Frikha. D’après nos informations, cette taxe serait de 1,5 euro par passager départ France. Syphax n’étant qu’un collecteur, devrait la reverser à la commission européenne qui gère cette taxe carbone, comme le fait actuellement la compagnie concurrente Tunisair. Syphax ne le fait pas. La compagnie de Mohamed Frikha détourne cette taxe à son profit et la comptabilise même comme l’un de ses revenus. C’est ce qui est clairement dit par le CC !! Au cours de son AGO, la direction de Syphax a encaissé la remarque du CC, qui demande expressément que cette taxe soit comptabilisée dans le passif du bilan,  et n’a fourni aucune explication au sujet de ce geste, pour le moins pas anodin pour un chef d’entreprise.

Khaled Boumiza

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...