Tags Posts tagged with "Mokhtar, Jallali"

Mokhtar, Jallali

par -
0
Un point de presse a été organisé récemment à l’occasion de la 4ème édition du Green Med Forum 2011 qui se tiendra, pour la première fois en Tunisie, du 28 au 30 septembre. S’exprimant en marge de la rencontre, Mokhtar Jallali, ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, a affirmé dans un entretien avec Africanmanager, la nécessité de tirer profit du contexte de l’après Révolution pour s’ouvrir à de nouveaux marchés et promouvoir le secteur agricole en particulier, en vue de renforcer la sécurité alimentaire. Interview :
Comment se comporte le secteur agricole, huit mois après le déclenchement de la révolution?
Nous avons une bonne année de production, due principalement aux conditions climatiques mais aussi aux précautions que nous avons prises pour préserver la production. Une saison pluviale très intéressante ainsi qu’une saison agricole performante.
En huit mois, le secteur agricole tunisien a enregistré des performances, vus les efforts de soutien accomplis. On peut dire que nous avons fait quelques choses de particulier durant cette période. Nous allons procéder à des reformes structurelles qui sont en cours de réalisation et nous espérons que certains secteurs font rassoir ces réformes pendant cette période transitoire. 
Et en termes de chiffres ?
Selon les chiffres, les investissements de l’ordre de 250 millions de dinars ont été consentis par le secteur privé jusqu’à la fin du mois de l’année en cours et ce en croissance de 3.6% par rapport à la même période de l’année précédente permettant de générer 3.088 postes d’emplois dont 136 diplômés du supérieur.
Dans le secteur foncier, 86 crédits ont été accordés d’une valeur de 5.7 millions de dinars contre 84 crédits d’une valeur 5.2 millions de dinars approuvés l’année précédente.
Les investissements des jeunes promoteurs ont progressé en passant de 29 millions de dinars au cours de 2010 à 31 millions de dinars durant les 8 premiers mois de 2011
Les investissements des nouveaux promoteurs ont atteint 17 millions de dinars contre 9 millions de dinars le long des 8 premiers mois 2010
Si les bonnes conditions climatiques se poursuivent, ce qui permettra de créer de nouvelles opportunités d’emploi et d’exportation, d’une part, et de réduire les importations, d’autre part.
Pouvez-vous nous parler de la saison des grandes cultures et des préparatifs pour la récolte 2011/2012 ?
Il ya des soucis même au temps normal. De toute façon, je pense que les précautions d’usage seront prises. Nous sommes entrain de nous préparer à l’avance pour la saison des grandes cultures. A ce niveau, on peut dire qu’il n’y a pas des conditions particulières.
Au niveau stabilité, je pense que les tunisiens sont suffisamment conscients pour que les choses se  passent convenablement.  Surtout que ce secteur agricole est appelé à réaliser de la croissance économique et à garantir la sécurité alimentaire à des coûts acceptables.
Vos perspectives pour les échanges agricoles tuniso-libyens dans ce nouveau contexte, surtout avec les événements survenus en Lybie et avec la chute de Kadhafi ?
Je pense qu’il s’agit des bonnes perspectives. La Libye est la porte d’entrée vers le marché africain comme la Tunisie est la porte d’entrée pour le marché européen. Ce qui fait que la coopération entre les deux pays ne peut qu’être bénéfique pour les deux parties.
Wiem Thebti

par -
0
Un point de presse a été organisé récemment à l’occasion de la 4ème édition du Green Med Forum 2011 qui se tiendra, pour la première fois en Tunisie, du 28 au 30 septembre. S’exprimant en marge de la rencontre, Mokhtar Jallali, ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, a affirmé dans un entretien avec Africanmanager, la nécessité de tirer profit du contexte de l’après Révolution pour s’ouvrir à de nouveaux marchés et promouvoir le secteur agricole en particulier, en vue de renforcer la sécurité alimentaire. Interview :
Comment se comporte le secteur agricole, huit mois après le déclenchement de la révolution?
Nous avons une bonne année de production, grâce  principalement aux conditions climatiques mais aussi aux précautions que nous avons prises pour préserver la production, une saison pluviale très intéressante ainsi qu’une saison agricole performante.
En huit mois, le secteur agricole tunisien a enregistré des performances, vu les efforts de soutien accomplis. On peut dire que nous avons fait quelque chose de particulier durant cette période. Nous allons procéder à des reformes structurelles qui sont en cours de réalisation et nous espérons que certains secteurs font rassoir ces réformes pendant cette période transitoire. 
Et en termes de chiffres ?
Selon les chiffres, des investissements de l’ordre de 250 millions de dinars ont été consentis par le secteur privé jusqu’à la fin du mois de l’année en cours, et ce en croissance de 3.6% par rapport à la même période de l’année précédente permettant de générer 3.088 postes d’emplois dont 136 diplômés du supérieur.
Dans le secteur foncier, 86 crédits ont été accordés d’une valeur de 5.7 millions de dinars contre 84 crédits d’une valeur 5.2 millions de dinars approuvés l’année précédente.
Les investissements des jeunes promoteurs ont progressé en passant de 29 millions de dinars au cours de 2010 à 31 millions de dinars durant les 8 premiers mois de 2011.
Les investissements des nouveaux promoteurs ont atteint 17 millions de dinars contre 9 millions de dinars le long des 8 premiers mois 2010
Si les bonnes conditions climatiques se poursuivent, ceci permettra de créer de nouvelles opportunités d’emploi et d’exportation, d’une part, et de réduire les importations, d’autre part.
Pouvez-vous nous parler de la saison des grandes cultures et des préparatifs pour la récolte 2011/2012 ?
Il ya des soucis même en temps normal. De toutes les  façons, je pense que les précautions d’usage seront prises. Nous sommes en train de nous préparer à l’avance la saison des grandes cultures. A ce niveau, on peut dire qu’il n’y a pas des conditions particulières.
Au niveau de la stabilité, je pense que les Tunisiens sont suffisamment conscients pour que les choses se  passent convenablement.  Surtout que ce secteur agricole est appelé à réaliser de la croissance économique et à garantir la sécurité alimentaire à des coûts acceptables.
Vos perspectives pour les échanges agricoles tuniso-libyens dans ce nouveau contexte, surtout avec les événements survenus en Libye ?
Je pense qu’il s’agit des bonnes perspectives. La Libye est la porte d’entrée vers le marché africain comme la Tunisie est la porte d’entrée pour le marché européen. Ce qui fait que la coopération entre les deux pays ne peut qu’être bénéfique pour les deux parties.
Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

SPORT

0
Déclarations après le match Tunisie-Angola (43-34), disputé jeudi après-midi à Metz, pour le compte de la 5e et dernière journée du Mondial-2017 de handball...