Tags Posts tagged with "mort"

mort

par -
0

Une source informée a remis en cause l’authenticité des photos du corps présumé du terroriste et dirigeant de l’organisation interdite, Ansar Al Chariaâ, Seifallah Ben Hassine, alias Abou Iyadh. Ces photos ont été publiées par la chaîne libyenne  » Libya Al Hadath » et le site « Africa Gate News ».

Selon la déclaration de la même source à Mosaïque Fm, les médias et sites électroniques libyens procèdent à une manipulation dans le cadre des conflits internes

par -
0

8 policiers ont tués, lundi 16 janvier, dans une attaque armée menée par un groupe d’hommes armés contre un poste de contrôle dans la région d’Oued el Jadid au sud-est du Caire, annoncent des sources étrangères.

Deux des assaillants ont été tués tandis que trois autres membres des forces de sécurité ont été blessés, rapportent les mêmes sources.

Il est à noter que l’attaque s’est produite au contrôle d’Al-Naqab, à environ 80 kilomètres de la ville d’El-Kharga, la capitale de la province.

par -
0
Atteint par une frappe aérienne de la coalition

Le terroriste français d’origine tunisienne Abou Bakr Al Hakim, appartenant au groupe impliqué dans l’attaque contre la rédaction de Charlie Hebdo, a été neutralisé le mois dernier par un drone américain en Syrie, ont confirmé à l’agence de presse Reuters des responsables du département américain de la Défense.
Boubaker El Hakim (33ans) a été tué à Rakka, dans le nord-est de la Syrie, précise le Pentagone.
Selon ces sources, El Hakim avait participé à la préparation de l’attaque menée le 7 janvier 2015 à Paris contre la rédaction de l’hebdomadaire satirique par les frères Saïd et Chérif Kouachi, rapporte Reuters.
Le nom de Boubaker El Hakim, né en 1983 à Paris et passé par l’Irak et la Syrie dans les années 2002-2004, avait également été cité après les assassinats en 2013 à Tunis des opposants politiques Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.
Dans une enquête sur son parcours publiée vendredi, le quotidien Le Monde note que son ombre plane aussi sur les attaques du 13 novembre 2015 « au titre de ses fonctions dans l’unité chargée des opérations extérieures de Daesh  »
« Plusieurs auteurs de l’attaque contre le musée du Bardo, qui a fait 24 morts le 18 mars 2015 près de Tunis, auraient transité par les camps d’entraînement qu’il a montés en Syrie », ajoute le journal français.
Impliqué dans l’attentat terroriste contre le musée du Bardo (Mars 2015), Boubaker Hakim avait notamment revendiqué l’assassinat des deux martyrs Chokri Belaid et Mouhamed Brahmi.

par -
0

Le directeur de la publication de l’hebdomadaire satirique Baboubi fait l’objet de menaces de mort. En souhaitant rendre hommage à l’écrivain jordanien Nahed Attar, assassiné dimanche 25 septembre pour avoir partagé une caricature mettant en scène Dieu et un islamiste au paradis, le journaliste et caricaturiste marocain a reçu des commentaires et messages menaçants sur Facebook, ce qui l’a poussé à demander aux autorités une protection policière.

“J’ai contacté la police et mon avocat. Nous allons déposer plainte aujourd’hui”, confie Khalid Gueddar au HuffPost Maroc. Le caricaturiste se dit “extrêmement choqué par les messages” qu’il a reçus. “Ces propos sont violents et doivent être pris très au sérieux”, poursuit celui qui dit faire face à des menaces de mort pour la première fois. “C’est bien le rôle de la police de protéger ses citoyens, et je souhaite que ma sécurité soit assurée.”

“Votre sort, c’est la mort et l’égorgement, vous êtes l’ennemi de Dieu”, a reçu Khalid Gueddar en guise de menace suite à sa publication de la caricature critiquant les islamistes pour laquelle l’écrivain jordanien Nahed Hattar a été assassiné. Gueddar a accompagné la caricature d’une citation du caricaturiste français Chab, qui a également perdu la vie en janvier 2015 lors des attentats de Charlie Hebdo.

par -
0

Une collision entre deux trains de voyageurs a fait des dizaines de victimes à Boudouaou, dans le nord de l’Algérie.

Une personne a été tuée et 60 autres blessées samedi dans la collision de deux trains de voyageurs dans la ville algérienne de Boudouaou, dans la wilaya de Boumerdès (nord), ont annoncé les médias locaux.

Selon l’agence TSA, les deux trains roulaient dans le même sens.

Source : sputniknews

par -
0

Un bus transportant des touristes s’est renversé, jeudi, sur l’autoroute Tunis-Sousse à un kilomètre de l’entrée nord de Hammamet, faisant un mort et onze blessés, selon un premier bilan, signale le gouverneur de Nabeul, Samir Rouihem, à l’agence TAP.
L’accident est survenu vers 17 heures, indique le gouverneur précisant que deux voitures ont effectué un dépassement dangereux causant le dérapage d’un bus de touristes et son renversement sur le bas-côté. L’un des passages des deux voitures est mort sur le coup et onze personnes de plusieurs nationalités ont été blessées. Le bus transportait 26 touristes notamment des Russes de retour à Hammamet après une excursion à Tunis.
Les blessés ont été transportés à l’hôpital régional de Grombalia (gouvernorat de Nabeul). Cinq cas (3 Russes, 1 Libanais, 1 Irakien) devaient être mis sous observation médicale, signale Rouihem.

par -
0
L'Etat islamique (EI) est dans le viseur de la communauté

Hafez Saïd, à la tête de l’organisation Etat islamique (EI) en Afghanistan et au Pakistan, a trouvé la mort dans une attaque américaine en juillet 2016, dans la province afghane de Nangarhar, d’après le Pentagone.

Cette liquidation, un coup très dur pour Daech qui fait tout pour prendre racine au Pakistan et en Afghanistan, a eu lieu au cours d’actions conjointes des forces spéciales américaines et afghanes contre l’EI au sud de la province le mois dernier, a confié hier vendredi Gordon Trowbridge, porte-parole adjoint du Pentagone. « Les forces américaines ont mené une frappe visant Hafez Saïd (…) dans le district d’Achin, dans la province de Nangarhar le 26 juillet, entraînant sa mort », a-t-il précisé.

Ce dirigeant de Daech « était connu pour participer directement aux attaques contre les forces américaines et de la coalition, et les activités de son réseau terrorisaient les Afghans, particulièrement dans le Nangarhar », a ajouté Trowbridge.

On ne connait pas encore officiellement les circonstances dans lesquelles cette frappe s’est produite, mais un responsable américain a déclaré à la BBC qu’Hafez Saïd avait été exécuté à l’aide d’un drone.

Le même Hafez Saïd avait été donné pour mort en juillet 2015 par les autorités afghanes, dans une attaque de drone américaine qui avait ciblé plusieurs dizaines de responsables de l’EI dans le Nangarhar, près de la frontière pakistanaise. Cette opération avait eu lieu moins de six mois après une autre frappe qui avait permis d’abattre Abdul Rauf Khadim, dont on dit qu’il est le deuxième dirigeant de l’EI au Pakistan.

par -
0
Le bilan des affrontements qui se sont déclenchés dans la soirée du mercredi 10 septembre 2014 dans la ville de Douz du gouvernorat de

Un jeune de la ville de Douz (gouvernorat de Kébili) a succombé dans la nuit de vendredi à samedi à ses blessures malgré les secours nécessaires apportés, a indiqué une source médicale au correspondant de la TAP, précisant que la victime a été touchée par des tirs à la chevrotine causant une hémorragie, et ce après la reprise des heurts entre les habitants des localités de Douz et El Kalaa.

Les accrochages ont également fait 7 blessés parmi les forces sécuritaires dont un militaire en plus de 11 blessés parmi les habitants de la ville de Douz qui étaient transportés à l’hôpital régional de Kébili.

Le gouverneur de Kébili Hachem Hmidi a affirmé dans une déclaration au correspondant de la TAP avoir contacté la présidence du Gouvernement et le ministre de l’Intérieur et un couvre-feu serait probablement décrété.

Les accrochages entre les habitants des deux localités ont éclaté dans la nuit du lundi à mardi après un accident survenu sur la route de Matmata au sud de la ville de Douz suscitant la colère des habitants de la région et provoquant des actes de violence avec l’usage des fusils de chasse et des jets de pierres.

par -
0

La légende de la boxe Mohamed Ali est décédé vendredi à l’âge de 74 ans à Phoenix (Arizona), a annoncé sa famille dans un communiqué. « Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l’âge de 74 ans », a annoncé son porte-parole Bob Gunnell.

« Le triple champion du monde des lourds est mort dans la soirée », poursuit le communiqué. Ses obsèques auront lieu dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky, a précisé le porte-parole du boxeur le plus célèbre de la planète, sans préciser la date. « La famille Ali voudrait remercier tous ceux qui l’ont accompagné par leurs pensées, prières et soutien et demande le respect de son intimité », conclut le communiqué.

Mohamed Ali était hospitalisé depuis jeudi pour un problème respiratoire. Son porte-parole avait alors annoncé qu’il « se trouvait dans un bon état de santé » et que « son séjour devrait être de courte durée ». Mais une source proche de la famille avait indiqué vendredi dans la soirée à l’AFP que l’ancien boxeur « était dans un état très grave », confirmant les informations de plusieurs médias américains, dont le quotidien Los Angeles Times et la chaîne de télévision NBC News.

Ali souffrait depuis une trentaine d’années de la maladie de Parkinson et avait déjà été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire.

par -
0

Le président Barack Obama a confirmé ce lundi 23 mai 2016 la mort du mollah Mansour, chef des talibans afghans, dans une frappe américaine.

Cette mort est « un jalon dans notre effort au long cours pour ramener paix et prospérité en Afghanistan », estime le président, dans un communiqué de la Maison Blanche publié pendant sa visite au Vietnam.

«Les talibans devraient saisir cette opportunité pour suivre la seule véritable voie pour mettre fin à ce conflit: en rejoignant le gouvernement afghan dans un processus de réconciliation», a affirmé le président américain.

Il est à rappeler par ailleurs que le chef des talibans afghans a péri dans une frappe aérienne américaine menée par plusieurs drones des forces spéciales américaines dans la province pakistanaise du Baloutshistan.

par -
0

Les autorités afghanes ont confirmé, dimanche 22 mai, la mort du mollah Akhtar Mansour, chef des talibans lors d’un raid américain, portant un coup sévère au mouvement islamiste insurgé. « Le mollah Akhtar Mansour était surveillé depuis un certain temps », indiquent dans un communiqué les services afghans. Il « a été tué dans une frappe de drone hier (…) au Baloutchistan », province du sud-ouest du Pakistan.

Si Washingon a estimé samedi que la mort du chef taliban était « probable », aucune confirmation officielle américaine n’a toutefois été donnée pour l’heure. Le Pakistan, lui, ne s’est pas encore exprimé officiellement.

Les Américains avaient annoncé, samedi, avoir procédé à une frappe aérienne, le visant à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, et être « toujours en train d’évaluer les résultats de cette frappe ». « Nous livrerons d’autres informations lorsqu’elles seront disponibles », avait dit le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, précisant que la frappe a été autorisée par le président américain Barack Obama en personne.

par -
0
les ministres des affaires étrangères de l'UE ont décidé

Le chef militaire du Hezbollah, Mustafa Badreddine, a perdu la vie dans une attaque près de l’aéroport de Damas, a annoncé ce vendredi 13 mai le mouvement chiite libanais. Ce dernier s’active depuis des années sur le sol syrien pour prêter main forte au régime de Bachar al-Assad, qui fait face depuis 5 ans à une rébellion armée. Bardreddine était justement le coordinateur de cette intervention en Syrie. C’est donc une immense perte pour al-Assad…

Le Hezbollah n’a pas livré des détails sur la nature de l’attaque ou la date à laquelle elle a eu lieu, son communiqué dit juste ceci : « Selon les informations préliminaires, une grande explosion a visé l’un de nos postes près de l’aéroport international de Damas, tuant le frère commandant Mustafa Badreddine et blessant d’autres personnes ». Le texte ajoute : « Nous allons poursuivre l’enquête pour déterminer la nature et les causes de l’explosion et savoir si elle est due à un bombardement aérien, à un missile ou à un tir d’artillerie », sans pour autant avancer le moindre élément sur les responsables de cette attaque.
D’habitude, quand de tels faits se produisaient, le mouvement armé chiite accusait sans hésiter Israël, qu’il a affronté en 2006. Mais sur la mort de Badreddine, rien de tel.

Le nom du chef militaire, avec ceux de quatre autres leaders du Hezbollah, a été cité dans l’affaire Rafic Hariri, l’ancien Premier ministre libanais mort dans un attentat à Beyrouth en 2005. Cela a valu à Badreddine des sanctions du Trésor américain.
Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), mis en place pour démêler l’assassinat de Hariri, avait émis des mandats d’arrêt à l’encontre du commandant militaire, le « cerveau » présumé de l’attentat et des quatre membres du Hezbollah. Mais ce dernier a toujours catégoriquement rejeté les accusations et n’a jamais voulu remettre à la justice les accusés…

Enfin sachez que le Hezbollah a fait déclaré que Badreddine avait « dit il y a quelques mois, ‘je ne reviendrai pas de Syrie, sauf en martyr ou en portant le drapeau de la victoire’. Et il est revenu aujourd’hui en martyr ».

par -
0

Après la stupeur à l’échelle planétaire provoquée par la mort brutale et prématurée – 57 ans – de la méga star de la pop Prince hier jeudi 21 avril, l’heure est aux interrogations sur les raisons de cette disparition tragique qui a cl’émoi chez des millions de fans à travers le monde. TMZ, un site web spécialisé sur les célébrités, nous donne des pistes.

Le portail avait déjà écrit que l’avion privé de Prince a dû faire un atterrissage d’urgence vendredi dernier à Moline, dans l’Illinois, au nord des États-Unis, quelques heures après la fin d’un spectacle à Atlanta. D’après TMZ, cette manoeuvre risquée serait due à une overdose. « De multiples sources à Moline nous disent que Prince a été amené d’urgence à l’hôpital et que les docteurs lui ont fait une save shot (injection de neutralisation, NDLR), ce qui est typiquement administré pour contrecarrer les effets d’un opiacé (substance dérivée de l’opium, une drogue donc)», ajoute le site. « Nos sources soulignent que les docteurs avaient conseillé à Prince de rester hospitalisé vingt-quatre heures, que son entourage avait demandé une chambre privée mais qu’on leur a répondu que ce n’était pas possible », précise TMZ. Le « kid de Minneapolis » est alors remonté sur son avion direction sa maison à Minneapolis, mais il « ne se sentait pas bien » en quittant l’hôpital. Jusqu’à ce qu’on finisse par le retrouver hier inanimé…

Le terrible appel d’urgence

La police est actuellement en train d’enquêter sur les causes du décès mystérieux de l’artiste, qu’on aurait « trouvé inconscient dans un ascenseur dans ses studios d’enregistrement de Paisley Park, près de sa ville natale de Minneapolis ». On sait également que les services d’urgence ont réceptionné un appel dont le contenu a été rendu public par la police.
« Nous avons quelqu’un qui est inconscient, explique un homme.
– OK, quelle est l’adresse ?
– Euh, on est à la maison de Prince. (…) La personne est morte, explique-t-il.
– Est-ce qu’on sait comment la personne est morte ?
– Je ne sais pas, je ne sais pas. (…) Paisley Park. Nous sommes à Paisley Park.
– Vous êtes à Paisley Park, OK, ça, c’est à Chanhassen. Vous êtes avec la personne qui…
– Oui, c’est Prince… »

Quand les secours ont débarqué chez le chanteur, ils ont tout fait pour le ramener à la vie. « Nous avons reçu le corps, l’autopsie aura lieu demain », a confié à l’AFP une porte-parole du bureau de la médecine légale du Midwest, Martha Weaver. Elle a ajouté que les résultats préliminaires seraient livrés d’ici quelques jours mais que les examens médicaux – notamment toxicologiques – pourraient prendre des semaines….

par -
0

Les mines placées par les djihadistes au Mali avant d’être délogés par les soldats français font des dégâts humains terribles. Hier mardi 12 avril, trois militaires français ont perdu la vie suite à l’explosion d’une mine. Le premier, un jeune homme de 19 ans, est mort dans la journée. Les deux autres sont décédés dans la nuit des suites de leurs blessures.

“Le président de la République a appris avec une grande tristesse le décès de deux militaires du 511ème régiment du train d’Auxonne des suites de leurs blessures après l’explosion d’une mine contre leur véhicule blindé le 12 avril, qui avait déjà tué un de leurs camarades au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane dont l’objet est la stabilité dans le Sahel et la lutte contre le terrorisme. Il salue avec émotion la mémoire de ces deux soldats français morts pour notre pays”, dit l’Elysée dans un communiqué publié ce mercredi.

On a appris que l’engin a explosé quand le véhicule des soldats, en tête de convoi, était à proximité de sa destination, la ville de Tessalit, au nord du Mali. Les équipes médicales ont administré les premiers soins, puis les blessés ont été acheminés vers la base française de Gao, pour par la suite les transporter vers la France. IIs sont morts avant.

Une bataille de longue haleine

Pour rappel, le nord du Mali a été occupé par des groupes djihadistes en mars-avril 2012, presque sans livrer bataille. En effet l’armée malienne, sous-équipée et mal entrainée, a préféré concentrer ses forces sur la défense de la capitale, Bamako. Sauf que cela ne suffisait toujours pas et n’eut été l’intervention militaire internationale en janvier 2013, sur les épaules de la France essentiellement, Bamako serait sans doute tombé aux mains des djihadistes. Certes l’armée française a pu atomiser les assaillants et desserrer l’étau autour de la capitale, mais n’a pas pu reprendre le contrôle de la totalité de ce vaste territoire de 1 240 192 km², ce qui est de toute façon impossible avec cette immensité désertique où les groupes djihadistes sont comme des poissons dans l’eau. Et les poches de résistance posent fréquemment des problèmes aux forces maliennes et étrangères.

Au total 17 soldats français ont été tués depuis le déclenchement de l’action militaire au Mali en 2013.

Une menace régionale qui demande des moyens

Il y a actuellement à peu près 3.500 militaires français déployés dans toute la région du Sahel (en Mauritanie, au Mali, au Niger, au Tchad et au Burkina Faso) dans le cadre de l’opération Barkhane, laquelle a pris le relais de l’opération Serval le 1er août 2014. Sept militaires français ont perdu la vie depuis le démarrage de l’opération Barkhane, suite à des accrochages avec des éléments djihadistes ou en sautant sur des mines. L’opération Serval (juillet 2013-juillet 2014) s’était soldée par la mort de dix soldats français. Et manifestement le bilan va encore s’alourdir car il faudra du temps et des prises de risque pour pacifier toute la région…

par -
0

Un jeune homme âgé de 27 ans a péri, jeudi 24 mars 2016, dans un incendie qui s’est déclenché dans un entrepôt de carburant de contrebande situé à l’entrée ouest de la ville de Jendouba, rapporte Shems Fm.

Au moment où le défunt s’est rendu compte qu’un incendie venait de se déclencher, il s’est introduit dans l’entrepôt pour tenter de sortir sa camionnette, mais il s’est retrouvé piégé par les flammes.

Les agents de la protection civile ont retrouvé sa dépouille carbonisée à l’intérieur de l’entrepôt.

Les causes de l’incendie n’ont toujours pas été déterminées.

par -
0

Un enfant de 14 ans originaire du gouvernorat de Nabeul est mort dans un incendie survenu, dimanche, tôt le matin au centre de camping et de scoutisme à Borj Cédria.
Dans une déclaration à l’agence TAP, le gouverneur de Ben Arous, Abdellatif Missaoui, a fait savoir que l’incendie s’est déclenché dimanche à 3 heures du matin dans l’une des tentes installées dans le centre et occupées par un groupe de scouts tunisiens de la section de Nabeul.
Cet incendie a occasionné la mort d’un enfant et la blessure d’un autre, qui est actuellement en train d’être soigné au Centre des grands brûlés à Ben Arous. Une enquête a été ouverte pour déceler les causes de l’accident et déterminer les responsabilités.

TAP

par -
0
Une quinzaine de corps sans vie ont été repêchés  par les garde-côtes au

Une quinzaine de corps sans vie ont été repêchés par les garde-côtes au large de Ben Guerdane, alors que les opérations de récupération de corps sont en cours au large de la Tunisie.

Le ministère de la Défense avait annoncé plus tôt dans un communiqué la découverte de «deux corps en état de décomposition emportés par les courants marins depuis la Libye». Il a aussi annoncé des «opérations de recherche pour retrouver des survivants ou d’autres corps» sans pour autant préciser s’il s’agissait d’un nouveau drame de l’immigration clandestine.

par -
0
Le jeune vendeur Hamed Abdellaoui originaire de la ville de Msaken

Le jeune vendeur Hamed Abdellaoui originaire de la ville de Msaken, gouvernorat de Sousse a trouvé la mort après s’être immolé par le feu avant deux jours.

Le frère du défunt a indiqué à Shems Fm que les agents de la police municipale ont poussé son frère, qui travaillait comme vendeur ambulant, au suicide, et cela après l’avoir agressé physiquement et saisi sa balance, ajoutant que certains policiers municipaux lui ont même dit « vas-y allume le feu ».

Les membres de la famille de la victime ont observé, lundi, un mouvement de protestation pour demander l’ouverture d’une enquête sur l’affaire.

par -
0
La dépouille de Zaki Saïdani

La dépouille de Zaki Saïdani, un militaire originaire de Métlaoui, et un des 15 soldats tunisiens tués mercredi dernier dans l’attaque terroriste de Chaambi a été remise par erreur samedi à la famille d’une autre victime, a indiqué son le frère du martyre, Mahmoud Saïdani . Le ministère de la Défense a aussitôt confirmé la nouvelle et annoncé que les corps de Zaki Saïdani, livré à une autre famille sera repris et remis à sa famille lundi.

La famille s’est rendue compte de l’erreur après avoir ouvert le cercueil, s’apercevant que le corps remis ne porte pas une tache de naissance sur la joue droite. Elle en a conclu que la dépouille n’est pas celle de son fils.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le régime burundais a ordonné, ce mardi, la libération d'un quart de la population carcérale, afin de désengorger les prisons, rapporte France 24.Ces libérations,...

SPORT