Tags Posts tagged with "Mounir Mouakher"

Mounir Mouakher

par -
0
Dans un entretien téléphonique avec Africanmanager

Dans un entretien téléphonique avec Africanmanager, Mounir Mouakher, président de la Chambre du Commerce et d’Industrie de Tunis (CCIt) dénonce l’intervention du ministère du Commerce au niveau des chambres du commerce précisant qu’elles sont des structures indépendantes fournissant des serviceq aux différentes entreprises. Interview :

La date de 29 décembre pour les élections des chambres du commerce et d’industrie fait polémique, poussant la centrale patronale à demander au chef du gouvernement de reporter cette date. Pouvez-vous nous donner des éclaircissements ?

C’est vrai. Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, au nom de toutes les chambres du commerce et d’industrie, a exprimé son refus de la nouvelle réglementation proposée par le ministère du Commerce et par la suite le refus de la date fixée pour les élections des chambres du commerce et d’industrie.

Mais pourquoi ?

C’est raisonnable, puisque l’UTICA et les professionnels n’ont pas été consultés au moment de l’élaboration de cette nouvelle réglementation, plus précisément, le décret-loi numéro 3672 de 19 septembre 2013 dont les failles sont multiples

Pouvez-vous être plus précis ?

A mon avis, cette réglementation comporte trois lacunes essentielles. En effet, cette réglementation touche, en premier lieu, l’indépendance des chambres du commerce et d’industrie.

Cette nouvelle réglementation touche la composition des chambres du commerce et d’industrie. Or , ce n’est pas acceptable, étant donné que nous sommes des chambres indépendantes. Pis, la composition de la commission des élections est ciblée aussi par cette réglementation, et c’est honteux. Autre lacune, celle liée à l’exclusion des membres ayant fait deux mandats. Autrement dit, ces derniers n’ont pas le droit de se présenter aux élections de leurs chambres.

Selon vous, quels sont les motifs du ministre du Commerce à travers l’élaboration de cette réglementation ?

C’est tout simplement éliminer les gens ayant beaucoup travaillé pour le compte de leurs chambres et, de manière générale, pour servir l’intérêt national. Mais, comme je l’ai dit, dès le début, c’est inacceptable. Les chambres dans tous les pays travaillent de façon indépendante. Encore plus, les chambres du commerce tunisiennes ont suivi l’exemple francophone qui interdit l’intervention du ministère du Commerce dans ce domaine. Elles sont également des structures qui fournissent le service aux entreprises.

Alors, vous rejetez la décision d’Abdelwaheb Maater ?

Egalement, nous refusons la volonté du ministère de dominer les chambres du commerce et d’industrie. Son attachement, en fait, de tenir les élections à la date du 29 décembre prochain, nous pousse à poser plusieurs questions surtout dans ce climat critique marqué par l’aggravation de l’imbroglio politique et la multiplication des mouvements sociaux.

C’est pour cette raison que , Wided Bouchamaoui, au nom de 8 chambres, a déclaré avoir renouvelé au chef du gouvernement le refus total de cette date des élections qui ont été imposées et décidées unilatéralement. Et encore une fois, nous refusons l’implication du ministère de tutelle qui reste, à mon avis, une autorité morale et non plus une autorité structurelle.

Votre message au chef du gouvernement ?

Nous appelons le chef du gouvernement, Ali Laarayedh, à intervenir pour mettre fin à cette polémique surtout que les chambres du commerce, dont leur nombre s’élève à 8, ont besoin d’une réelle assistance pour qu’elles puissent promouvoir leurs activités et mieux contribuer à la relance économique.

Pouvez-vous alors nous dresser l’état des lieux des chambres du commerce actuellement ?

C’est un sujet important qui nécessite une réflexion approfondie et un grand travail vu les difficultés confrontées. Mais, je peux vous assurer que si nous voulons relancer l’économie tunisienne, il est utile d’améliorer le rendement des chambres en leur donnant les moyens nécessaires.

D’ailleurs, on a proposé plusieurs recommandations pour développer cette activité ainsi que ses revenus, mais voilà que nous attendons encore une réaction positive de la part des autorités, notamment le ministère du Commerce.

Quelles seraient les actions à entreprendre ?

Il faut garder les chambres du commerce et d’industrie à l’abri des problèmes administratifs et politiques. Je pense qu’il est important de promouvoir l’activité des chambres pour qu’elles puissent se développer et préserver les acquis réalisés depuis des années.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive...

SPORT