Tags Posts tagged with "musée bardo"

musée bardo

par -
0
Géraldine

Une enquête de l’hebdomadaire Akher Khabar sur l’efficacité du dispositif sécuritaire au musée du Bardo suite à la terrible attaque terroriste de mars 2015 a de quoi glacer le sang. En effet, notre  confrère aabouti à la conclusion que ce qui est présenté comme un dispositif sécuritaire à la hauteur du carnage qui s’est produit à cet endroit est complètement inopérant, du moins quand il s’agit d’empêcher un autre attentat.

Le premier gros défaut du système sécuritaire, c’est le permis d’entrer et de sortir librement accordé aux employés du musée, sans être contrôlés ou fouillés, et cela au niveau des cinq portes donnant accès au bâtiment. Les agents sécuritaires chargés de veiller sur le musée ont même déclaré que le détecteur de métaux à l’entrée est tombé en panne et qu’on attend toujours une pièce de rechange qui doit venir de la Turquie. Donc, pas d’autre choix que de procéder à des  fouilles à l’entrée à la main, une situation très inconfortable pour les rares touristes qui visitent le  musée du Bardo. A signaler également que les ascenseurs étaient indisponibles longtemps après l’attentat et que certaines portes portent encore les stigmates – impacts de balles – de ce fameux 18 mars.

Les mêmes tares au niveau des caméras de surveillance disposées dans le musée. Sur 49 caméras, 14 ne fonctionnent pas, d’autres ne sont là que pour meubler puisqu’elles ne sont pas reliées au réseau. En plus, tous ces appareils ne sont pas des caméras infrarouges, c’est-à-dire avec la possibilité de filmer dans le noir, un très lourd handicap. Le parking n’est pas équipé d’une vidéosurveillance. Le système est si défaillant qu’une délégation américaine qui s’est rendue sur les lieux en mai 2015 pour voir dans quelle mesure reprendre les escales des croisières à Tunis a été rebutée par le fait de constater que les fils des caméras pendent sur le mur, d’après le journal.

S’agissant des gardiens du musée, 25 gardiens d’entre eux ne portent pas d’uniforme et n’ont même pas de radio pour alerter en cas de nécessité. Akher Khabar nous apprend que le conservateur en chef du musée, Moncef Ben Slama, a brandi maintes fois la menace de la démission, révolté par le peu d’intérêt des cadres du ministère de la Culture et de l’Institut du patrimoine pour la chose sécuritaire, au point de boycotter les réunions où ces questions sont abordées. Ben Slama aurait même saisi à de nombreuses reprises les autorités des défaillances du dispositif de sécurité mais également du système anti-incendie qui n’a toujours pas été mis à l’épreuve et évalué. On nous parle aussi de portes posées avec des bouts de bois et qui laissent passer les balles…

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...