Tags Posts tagged with "Mustapha Abdelkébir)"

Mustapha Abdelkébir)

par -
0

Après un relatif apaisement depuis des mois, la tension est remontée à Ben Guerdane, au gouvernorat de Médenine, où des affrontements ont éclaté ces derniers jours entre des protestataires et les forces de l’ordre à la place du Grand Maghreb Arabe et dans les artères principales de la ville.

Réclamant le libre passage à la frontière, les manifestants ont lancé des pierres sur les forces de l’ordre, qui ont riposté en lançant des grenades lacrymogènes.

Dans une déclaration accordée ce vendredi 13 janvier 2017 à Africanmanager, le défenseur des droits de l’Homme Mustapha Abdelkebir a lancé un appel au gouvernement afin d’intervenir et de résoudre les problèmes sociaux des habitants de Ben Guerdane.

Il a, dans ce contexte, affirmé que les mouvements de protestation se sont poursuivis dans la matinée dans la région en question. Et d’ajouter que des jeunes sont en train de bloquer les routes de la ville, ils réclament le travail et le développement régional.

3000 mille chômeurs diplômés du supérieur

Le défenseur des droits de l’Homme a, sur un autre volet, ajouté que les habitants ont protesté pour réclamer non seulement le libre passage à la frontière mais aussi le droit au travail et au développent régional étant donné que le Sud tunisien souffre de marginalisation depuis l’ère Bourguiba, jusqu’à la période post révolutionnaire.

Et d’ajouter que Ben Guerdane nécessite des efforts supplémentaires pour développer l’infrastructure, promouvoir les projets, soulignant que le taux de chômage est de l’ordre de 75% et que plus de 3000 mille chômeurs sont diplômés de l’enseignement supérieur.

Il a indiqué qu’une délégation gouvernementale est actuellement à Ben Guerdane et au passage frontalier de Ras Jedir, pour examiner les revendications légitimes des habitants.

La multiplication des mouvements de protestation dans de nombreuses régions de la Tunisie a engendré des pertes inestimables pour le pays. Les demandes des protestataires sont légitimes, d’après le chef du gouvernement et peuvent, par exemple, être discutées dans le cadre de réunions regroupant les responsables locaux et les représentants des travailleurs en vue de trouver les solutions appropriées.

par -
0

40 Tunisiens travaillant en Libye ont été libérés aujourd’hui, dimanche 6 novembre 2016, et ce après avoir été retenus pendant des heures par des milices armées à la région d’Ouerchfana en Libye. Ce groupe conteste contre l’arrestation de leur proche en Tunisie.

Mustapha Abdelkebir, activiste dans le domaine de défense des droits de l’homme a indiqué à Mosaïque Fm, qu’un accord a été trouvé avec le conseil des tribus d’Ouerchfana. Il s’est avéré que leur proche n’a pas été arrêté.

par -
0

L’activiste tunisien Mustapha Abdelkebir a appelé la présidence de la république et les autorités tunisiennes concernées à intervenir « pour sauver trois tunisiens qui risquent la peine de mort en Libye sans une preuve tangible de leur inculpation et œuvrer à les rapatrier afin de leur garantir un procès équitable ».
« Les trois accusés qui sont originaires des gouvernorats de Gafsa, Jendouba et Seliana ont été arrêtés à Musrata depuis deux ans et inculpés d’avoir tué une personne même si des preuves confirment leur innocence », a indiqué Mustapha Abdelkebir à l’agence TAP.
Il a précisé que les trois tunisiens qui travaillaient dans une usine de production de jus avaient été inculpé d’avoir tué le propriétaire de l’usine  » après avoir été trouvé la mort dans des conditions suspectes « .
Abdelkebir a indiqué qu’il a réussi « à collecter avec plusieurs autres activistes des droits de l’homme en Tunisie et en Libye plus de 150 documents portant sur des témoignages et enquête qui démontrent que les trois Tunisiens sont innocents ».
Abdelkebir a estimé que « parmi les principales raisons de la demande adressée aux autorités tunisiennes de rapatrier les trois accusés est le manque d’indépendance de la justice libyenne en raison de la crise politique que vit le pays, ce qui rend les Tunisiens victimes des luttes inter-libyennes ».
Il a également incité les autorités tunisiennes « à appliquer les accords entre les deux pays en matière judiciaire pour sauver les trois tunisiens », affirmant qu’il est en contact avec le haut commissariat des droits de l’homme et les organisations internationales pour intervenir et garantir le retour des accusés tunisiens en Tunisie afin qu’ils puissent bénéficier d’un procès équitable ».

par -
0

Les dépouilles de treize migrants tunisiens décédés, la semaine dernière, après le naufrage de leur embarcation au large de la ville libyenne de Sabratha ont été repêchées, a affirmé, samedi, le défenseur des droits humains, Mustapha Abdelkebir.
 » La dernière dépouille de migrant tunisien, devra arriver, ce samedi, à Ben Guerdane ce qui porte à treize le nombre total de naufragés tunisiens, issus de cette ville « , a-t-il ajouté dans une déclaration à la TAP. Onze migrants tunisiens qui se trouvaient à bord de l’embarcation ont été secourus au large des côtes libyennes, a-t-il, toutefois, ajouté.
Abdelkébir a souligné la coordination des actions entre la société civile des deux pays pour faciliter les opérations de recherche et le transfert des dépouilles.
 » D’importants efforts ont été fournis par des activistes et plusieurs organisations des secours comme le Croissant Rouge libyen « , a-t-il dit.
La ville de Ben Guerdane a été secouée, samedi dernier, par la tragique nouvelle de naufrage et la perte de plusieurs de ses jeunes.
L’un des rescapés avait indiqué à l’agence TAP qu’ils étaient au total 26 émigrés clandestins de Ben Guerdane dont deux Egyptiens à prendre le large, au départ d’un port libyen à destination des côtes italiennes. A peine une heure après, le chalutier a eu une voie d’eau. Les rescapés se sont accrochés à l’épave et ont dû résister à la houle, pendant deux heures, avant d’être secourus par des marins-pêcheurs. Les autres passagers se sont noyés.

par -
0

Le militant des droits de l’homme et expert en affaires libyennes, Mustapha Abdelkébir, a déclaré que les marins pêcheurs, originaires de Zarzis (Gouvernorat de Médenine), dont les chalutiers ont été saisies la semaine dernière en Libye, sont sains et saufs, ajoutant que des négociations sont en cours avec la partie Libyenne pour assurer leur retour, bientôt en Tunisie, sans avoir recours aux procédures d’usage. Il a indiqué à la correspondante de la TAP dans la région que ces marins-pêcheurs ne sont pas en état d’arrestation et se trouvent actuellement avec leurs chalutiers à Zaouia à Tripoli.
A noter que, les gardes côtes libyens avaient saisi 5 chalutiers de pêche, sur deux étapes, avec 74 marins-pêcheurs de Zarzis, ce qui a provoqué une tension dans la région et chez les marins pêcheurs et leur famille.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Pour sa première sortie médiatique cette année, la Banque mondiale est optimiste pour la croissance au Maroc. Elle prévoit un taux de 4% en...