Tags Posts tagged with "Mustapha Kamel Nabli, banque, tunisie"

Mustapha Kamel Nabli, banque, tunisie

par -

Saluons tout d’abord l’initiative de communication à propos de ce sujet qui constitue une demande nationale, de la part du nouveau gouverneur de la BCT, Mustapha Kamel Nabli et son appel à toutes les banques de dire toute la vérité à ce propos. La communication à propos de l’engagement du secteur bancaire tunisien auprès des clans Trabelsi et Ben Ali s’est faite dans le cadre d’une conférence de presse à double enjeu.

D’abord éclairer l’opinion publique. On apprend ainsi à ce propos que l’ensemble des engagements bancaires tunisiens auprès de deux familles et de leurs alliés et partenaires se monte à 2500 MDT, répartis entre  23 groupes comprenant 128 entreprises économiques diverses. Y ont participé, comme nous l’avions dit dans notre article du mercredi 16 février 2011, toutes les banques ou presque (Nabli a préféré ne pas être explicite à ce propos malgré les questions) et des deux secteurs, public et privé.

Ensuite et surtout pour tranquilliser, à l’extérieur comme en local, sur la capacité de résilience du secteur bancaire tunisien face à ces engagements, puisqu’il a assuré s’être assuré que les banques disposent des contreparties nécessaires pour se faire rembourser.

Notons ensuite, toujours selon le gouverneur Nabli, que  les 2500 MDT ne représentent par ailleurs que 5 % du total des engagements bancaires tunisiens et du total de leurs encours et que 71% des 2500 MDT représentent des engagements où le risque et très faible pour les banques créditrices, puisqu’elles disposent de garanties, réelles ou financières.

Nabli indique  que 1700 MDT ont été accordés à des groupes d’entreprises et des sociétés de transport où le risque est faible et dont 1300 MDT (sur les 2500 MDT) ont été accordés par les banques pour financer 4 projets importants où le risque est vraiment minime. Il s’agit de Carthage Cement de Belhassen Trabelsi et Lazhar Sta, de Tunisie Sucre de Belhassen Trabelsi avec Lotfi Abdennadher notamment, de Tunisiana de Sakher El Materi et d’Orange Tunisie pour Marwane Mabrouk. Le gouverneur de la BCT affirme aussi que 300 autres MDT sont considérés comme étant de «bons crédits ».Restent donc 430 MDT qui pourraient poser problème, qui doivent être classés (classe 2, 3 ou 4) et qui nécessiteront la constitution de provisions de la part du secteur bancaire. Ce dernier, affirme le gouverneur de la BCT, en sera capable, et cela aura pour seule incidence de diminuer le résultat net bancaire du secteur, pour l’exercice 2011 certainement. «Les banques seront capables de faire face et de résorber ces risques », martèlera Mustapha Nabli, confirmant ainsi sa confiance dans la bonne santé du secteur bancaire tunisien et dans sa capacité de résilience face à cette nouvelle crise.

Nabli n’oubliera pas non plus de marteler que  «les 182 entreprises appartenant aux familles et leurs alliés resteront des entreprises tunisiennes et un patrimoine national », appelant tout le monde à les préserver. «Nous faisons la différence entre les propriétaires des actions de ces entreprises et leur gestion », a-t-il tenu à préciser. Notons à ce propos que  des directives avaient été déjà données par le gouverneur de la BCT, lors de réunions antérieures avec les PDG des banques, de ne pas handicaper ou mettre en difficulté la gestion courante de ces entreprises qui appartenaient ou ont été dirigées par des membres des deux familles, Trabelsi et Ben Ali et leurs alliés et d’ accorder toutes les facilités nécessaires  pour  leur bon fonctionnement, pour en préserver les emplois et en sauvegarder la pérennité et le rendement économique.

Questionné par Africanmanager à propos de la liste d’entreprises et de chefs d’entreprise envoyée par la BCT aux banques tunisienne et vécue comme une liste de pestiférés, M. Nabli a indiqué qu’elle vise à les inciter à prendre les mesures conservatoires nécessaires sur les liquidités disponibles et de demander la désignation d’administrateurs judiciaires à leur tête au  cas où la justice tunisienne n’aurait pas déjà pris l’initiative de le faire. Il a cependant précisé que ce ne sont pas les 128 entreprises qui verront la nomination d’administrateurs judiciaires, indiquant que si une telle mesure ne va pas être  pas nécessaire pour Tunisiana (Sakher El Materi y est minoritaire), elle est en cours pour Ciment de Carthage. Le principe, et c’est important, sera ainsi appliqué. Là où le membre de l’une des familles concernées est minoritaire, il n’y aura que gel des actions et pas d’administrateur judiciaire.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT