Tags Posts tagged with "musulmans"

musulmans

par -

On le savait, le populisme a le vent en poupe, notamment en Europe et aux USA, et avec lui sa cohorte de xénophobie, d’islamophobie et de racisme dans ces parties du monde plus soumises aux flux migratoires, du fait surtout des foyers de tension que les Européens et les Américains ont eux-mêmes allumés. La dynamique populiste vient de porter magistralement au pouvoir le républicain Donald Trump, alors que les analystes politiques ne pariaient pas un dollar sur ses chances de succès à l’élection américaine. Mais voilà, la déraison populiste, si démagogue, si efficace et si ravageur, est passée par là, emportant tout sur son passage. En Europe il semble que cette sanctuarisation américaine de la nébuleuse populiste ait enhardi les tenants de la ligne dure contre l’immigration. Les musulmans, si facilement identifiables à tout ce qui va de travers dans ce monde, sont les premiers à trinquer. Ce que les Européens pensent des migrants musulmans, c’est un sondage de Chatham House publié le 07 février 2017 qui nous le dit. Et ce qu’on a appris est plutôt effrayant : Les esprits des Européens se ferment de plus en plus, et l’irrationnel, la peur de l’étranger, surtout musulman, gagne du terrain, avec toutes les visions fantasmées et destructrices qui vont avec.

Les citoyens de 10 pays européens interrogés dans le cadre de cette enquête sont, à une écrasante majorité, favorables à un arrêt net de l’immigration musulmane. Il n’y a qu’en Espagne et au Royaume-Uni où ce taux est en-dessous de 50% (41% chez les Espagnols et 47% chez les Britanniques). On atteint des sommets en Pologne, où 71% des citoyens se déclarent en faveur d’une fermeture des frontières aux migrants musulmans. La tendance est également remarquable en Hongrie, 64%, en Autriche, 65%, mais aussi, plus surprenant encore, en Belgique, qui affiche 64% de citoyens anti-immigration musulmane. Les attentats de Bruxelles, le 22 mars 2016, sont pour beaucoup dans ce désamour. Même la France, où il y a une forte communauté musulmane, est à un niveau très haut, 61%. Là aussi les terribles attaques terroristes de Paris (13 novembre 2015) et Nice (le 14 juillet 2016) ont porté un rude coup au modèle d’intégration à la française. Mais avant cela il y a eu le travail de sape de l’ex-président français, Nicolas Sarkozy, qui a assumé un virage à droite et a décomplexé les Français, libérant la parole xénophobe. C’est tout cela qui explique aujourd’hui que la candidate de l’extrême droite, Marine Le Pen, soit à ce niveau de popularité, au point d’être la favorite, selon les sondages, du premier tour de la prochaine présidentielle, en avril 2017.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’au total 55% des Européens sondés optent pour un bouclage des frontières face aux migrants musulmans. Terrifiant, et cela d’autant plus que la vague islamophobe a considérablement grossi depuis la dernière enquête en 2016. En Pologne, on était à 66% l’an dernier (71% en 2017), à peine 28% au Royaume-Uni (47% en 2017), 29% en Allemagne (53% en 2017) et en France (61%). C’est une évolution spectaculaire. C’est d’ailleurs cette dynamique xénophobe qui a poussé les Britanniques à se recroqueviller sur eux et à sortir de l’Union européenne. Ils ont maintenant en face d’eux un Trump qui leur dit : Vous avez bien fait, venez dans mes bras, tout en soufflant sur les braises pour provoquer d’autres défections dans l’UE. Pas de doute : C’est l’inconnu qui préside désormais aux destinées de l’humanité depuis l’arrivée de la tornade Trump, avec des effets incalculables…

par -

Cinq jours après la tuerie de San Bernardino – Syed Farook et sa femme, Tashfeen Malik, avaient abattu 14 personnes et blessé 23 autres, un assaut au nom de Daech -, le président fraichement élu, Donald Trump, qui était à la pêche aux voix, avait choqué le monde en déclarant que l’un de ses premiers actes, en tant que patron de la Maison Blanche, serait d’interdire aux musulmans l’accès au territoire américain. Alors tout le monde l’attendait au tournant sur cette affaire hautement explosive, maintenant qu’il est effectivement aux manettes. Le moins qu’on puisse dire est que le revirement a été rapide, fulgurant même vu que cette proposition a tout bonnement disparu du site web de Trump. Premier reniement ? Première trahison aux yeux de certains de ses électeurs, racistes et xénophobes ? Sand doute, mais il y en aura d’autres, le costume de candidat étant, par définition, beaucoup plus large que celui de président…

Pour Slate.com, même si une mutation radicale «semble hautement improbable », on peut s’attendre à « une disparition de certaines des parties les plus répugnantes de sa campagne».
«Après avoir nourri une vague anti-musulmans chez ses soutiens, qui l’a portée vers la Maison-Blanche, la campagne Trump a discrètement supprimé de son site son appel nocif à interdire l’immigration de musulmans aux États-Unis», ajoute le journal.
L’opération a été rondement et discrètement menée dès le 08 novembre 2016, date du scrutin présidentiel ; la proposition sulfureuse a été subrepticement remplacée par un lien qui renvoie vers la page d’accueil sur laquelle le staff de campagne du républicain exprime sa gratitude pour la «majorité silencieuse» qui a voté pour Trump et son colistier Mike Pence. Fini la provocation et les déclarations incendiaires…

Le journal Le Monde souligne que Donald Trump avait finalement revu à la baisse ses prétentions  «face à l’impossibilité constitutionnelle d’appliquer une telle mesure. Le candidat veut désormais limiter l’interdiction du territoire américain aux ressortissants des “États et nations terroristes”, tout en réclamant une “extrême vigilance” pour les musulmans désirant se rendre aux États-Unis».

par -

Des jeunes musulmans d’Afrique en lutte contre les extrémismes se sont réunis à Ouagadougou au Burkina Faso. Plus de 240 jeunes, venus de huit pays de la sous-région, ont décidé de renforcer la sensibilisation des jeunes musulmans contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Ils demandent par ailleurs aux différents gouvernements de jouer pleinement leur rôle en offrant des opportunités d’emploi et de formation aux jeunes afin d’éviter qu’ils tombent dans le piège des terroristes, rapporte le site « rfi.fr ».

D’après la même source, pour l’Organisation de la jeunesse musulmane en Afrique de l’Ouest (Ojemao), il faut aller « vite », car les terroristes et certains prédicateurs radicaux ont pris de l’avance. Au Niger par exemple, l’association des clubs de jeunes musulmans initie, depuis des années, des rencontres dans les écoles et les quartiers pour sensibiliser les jeunes sur les valeurs de paix, de développement et l’amour de la patrie, selon Seyni Ibrahim, le président national de cette association de jeunes musulmans : « Nous organisons des exposés sur l’islam, sur le comportement des jeunes, sur la relation parentale, le respect des parents. Et nous rencontrons les jeunes dans les quartiers et même dans les écoles coraniques pour dialoguer avec eux. Nous avons beaucoup de rencontres de formation pour expliquer, former les jeunes. »,

par -

Les musulmans, nous le savons, ne sont pas en odeur de sainteté chez le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump. Ce dernier, qui n’est pas à une déclaration fracassante près, ne s’est pas gêné le moins du monde pour déclarer que sa réponse à la menace djihadiste était d’empêcher aux musulmans d’entrer aux USA. Sauf quelques uns dont le tout nouveau maire de Londres, Sadiq Khan, d’origine pakistanaise et premier musulman à avoir l’honneur de piloter une capitale européenne.

Dans un entretien avec le New York Times paru hier lundi 09 mai, Trump a dit qu' »il y aurait toujours des exceptions » à sa politique de fermeture des frontières aux adeptes de l’islam. Et manifestement le nouveau maire de Londres fait partie des musulmans qui trouvent grâce aux yeux de l’ovni de la scène politique américaine. A propos de l’élection de Khan, l’homme d’affaires a déclaré qu’il s’en réjouit. « C’est une très bonne chose, et j’espère qu’il fera du très bon boulot, parce que franchement ce serait très très bien », a-t-il affirmé.

La sortie de Trump fait suite aux propos de Sadiq Khan dans le magazine Time mardi dernier. Le maire de Londres avait fait savoir qu’il appréhendait le succès du républicain à la présidentielle en novembre car il pourrait être interdit de séjour aux Etats-Unis. Il avait ajouté : « Il ne s’agit pas simplement de moi mais aussi de mes amis, ma famille et de tous ceux dont les origines sont semblables aux miennes, partout dans le monde ».

« La vision ignorante de l’islam qu’a Donald Trump pourrait rendre nos deux pays moins sûrs, elle risque d’éloigner les musulmans modérés dans le monde entier et de servir les intérêts des extrémistes (…). Donald Trump et ceux autour de lui pensent que les valeurs libérales de l’occident sont incompatibles avec l’islam modéré. Londres lui a démontré le contraire », a déclaré Sadiq Khan.

Enfin sachez que pour lui, « l’approche politique de Donald Trump » ne peut pas le conduire au succès à la présidentielle….

par -
Le ministère des affaires religieuses a publié un communiqué dans lequel il a qualifié de mensongères les accusations de perturbation des activités de la mosquée Zitouna et la tentative de sa fermeture qui lui étaient adressées

Le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Khalil, a déclaré lors de la visite qu’il a effectué, mardi 12 avril 2016  à Monastir, dans le cadre du programme de mémorisation du Coran à l’intention de 100 mille jeunes, que le ministère a découvert des copies du coran qui comportent des versets du Corans manquantes, rapporte Mosaïque fm.

Mohamed Khalil a insisté sur l’importance du rôle joué par les mosquées pour restaurer les liens entre les musulmans et le coran, a ajouté la même source.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Pendant une opération de sauvetage en mer Méditerranée survenue le 23 mai, la garde côtière libyenne s'est approchée des embarcations en détresse, a intimidé...

SPORT

Reseaux Sociaux