Tags Posts tagged with "Nabil Karoui,"

Nabil Karoui,

par -

L’organisation mondiale « Transparency International » (TI) et le Centre de Tunis pour la liberté de la presse (CTLP) ont réclamé, mardi 18 avril 2017, une enquête  » précise  » et  » détaillée  » sur l’enregistrement audio attribué au directeur de la chaîne privée Nessma TV, Nabil Karoui.

Dans un communiqué, « Transparency International » a dénoncé la campagne de  » diffamation  » et les menaces proférées contre l’organisation I Watch appelant les autorités tunisiennes à protéger l’organisation et à appuyer la société civile de manière générale.

 » Les autorités tunisiennes doivent s’engager pour protéger l’organisation I Watch et soutenir les efforts de la société civile « , a plaidé le président du conseil d’administration de « Transparency International », cité dans le même communiqué.

De son côté, le représentant du Centre de Tunis pour la liberté de la presse s’est dit choqué par le contenu de l’enregistrement audio attribué au directeur de la chaîne privée Nessma TV, Nabil Karoui estimant qu’il a comporté tout un plan de dénigrement contre l’organisation I Watch.

Un enregistrement audio attribué à Nabil Karoui a été diffusé, dimanche, sur les réseaux sociaux dans lequel le patron de la chaîne privée parle du « lancement d’une campagne de dénigrement contre I Watch sur la chaîne Nessma ».

par -

Ce qui fait du bruit en ce moment sur les réseaux sociaux, c’est une conversation téléphonique dans laquelle Nabil Karoui, propriétaire de la chaîne Nessma Tv, aurait révélé que Hafedh Caïd Essebsi, le patron auto-proclamé de Nidaa Tounes, l’aurait sollicité pour attaquer un leader du parti.

Par ailleurs Karoui aurait affirmé qu’il a joué un rôle très important dans l’accession de Béji Caïd Essebsi au pouvoir en 2014. Et d’ajouter que son fils, Hafedh Caïd Essebsi, aurait revendiqué le droit de piloter Nidaa Tounes à sa guise du seul fait que son père est le président de la République.

A noter que cette vidéo a été publiée une heure après la diffusion de l’interview de BCE sur la chaîne Nessma Tv…

par -

Membre fondateur de Nidaa Tounes, Nabil Karoui a expliqué, ce mercredi 5 octobre 2016 dans une interview accordée au quotidien Al Chourouk, les raisons du gel de son adhésion et la suspension de toutes ses activités au sein des instances de Nidaa Tounes.

Il a, dans ce contexte, précisé qu’«il est impossible de traiter les conflits qui secouent Nidaa Tounes. Il y a toujours un petit espoir pour que le parti en question puisse emprunter le chemin de la réussite et nous avons consenti des efforts pour réaliser ce succès en signe de respect pour les gens qui avaient voté pour nous et pour éviter qu’ils soient déçus», a-t-il précisé.

par -

Nabil Karoui a enterré les derniers espoirs d’une entente cordiale avec Hafedh Caïd Essebsi. L’ancien patron de la chaîne Nessma TV, qui se démène pour se faire une place parmi les caciques de Nidaa Tounes, est passé sur Mosaïque FM hier mardi 21 juin pour dire tout le mal qu’il pense du directeur exécutif du parti. Et il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère !

Karoui a ouvert les hostilités en qualifiant Nidaa Tounes de « One Men Show ». Puis haro sur le fils du président de la République, qu’il a traité de chef du gouvernement, de ministre de l’Intérieur, des Affaires étrangères, des Finances et de l’Education nationale, à la fois. Il a ajouté que Essebsi fils est en train de tout régenter dans le parti et au sein de l’appareil d’Etat.

Bon pour le parti, c’est un secret de polichinelle, l’affaire est même déjà largement consommée. D’ailleurs c’est ce qui avait poussé dans les cordes l’ex-secrétaire générale de Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk, qui a finalement préféré prendre le large en créant son propre parti. Donc là pour le coup Karoui se réveille un peu tard, Hafedh Caïd Essebsi est déjà le maitre des lieux. Jusqu’au prochain « putsch »… ou défaite démocratique, même si on ne voit aucun combattant à l’horizon. Le fils du locataire du palais de Carthage a le temps de voir venir.

Quant à sa main mise sur l’appareil d’Etat, ce n’est pas encore fait. Ce n’est pas l’envie qui lui manque, mais les moyens. Cela dépendra beaucoup de l’issue des négociations autour de la personne qui va loger au palais de la Kasbah. Mais le papa y travaille…

Justement en parlant de ce lien de parenté, Karoui a déclaré que c’est un problème d’éthique et que la seule façon de solder ça est que Hafedh Caïd Essebsi lâche le parti, « dignement ». Pas sûr que son appel soit entendu. Pour rappel, le chef de l’Etat avait déclaré qu’il avait demandé la même chose à son fils, qui bien entendu n’avait pas obtempéré. Mais ça c’était au plus fort de la grogne interne contre la personne de Essebsi junior. Les choses se sont tassées depuis et l’intéressé s’est bien requinqué.

Des leaders qui font de la politique à la hache

Si on se détache un moment de ces bisbilles internes, le drame de Hafedh Caïd Essebsi et de Nabel Karoui c’est le drame de toute la classe politique tunisienne : Ils ont découvert la politique dans le tard, il y a à peine 5 ans, quand la chape de plomb de la dictature a sauté, après des dizaines d’années de bourguibisme paternaliste qui ne laissait que peu de place au vrai débat d’idées, au sens noble du terme, avec son esprit de contradiction. Ce qui fait que les dirigeants actuels, même ceux qui semblent être les plus aguerris, font de la politique à la hache, avec des attaques frontales, violentes, sans beaucoup de discernement. Logique, on ne peut pas être un maitre dans une discipline qu’on n’a pas apprise.

Il y a encore quelques jours, Nabil Karoui était plus patron de TV, businessman que politicien. Il s’est fait rapidement une place sur la scène politique en surfant sur sa notoriété, déjà établie, mais aussi parce que, il faut le dire, des ténors, des vrais, il y en a pas beaucoup. Et c’est pareil dans tous les partis. Quant à Essebsi junior, il est sorti du chapeau de son père et a refusé de rentrer ses ailes, même au plus fort de la contestation contre son intrusion. Si on lui reconnait une qualité c’est sa pugnacité, qui a fini par avoir, à l’usure, tous ses adversaires. Mais c’est son seul fait d’armes, et évidemment ça ne suffit pas pour faire de l’homme un monstre de la politique, comme l’est le papa, même si en ce moment il semble avoir perdu ses gammes avec son histoire de gouvernement d’union nationale.

La tragédie de la Tunisie c’est que sa classe politique est à son niveau, c’est-à-dire pas très inspirée quand il s’agit de plancher sur la chose politique. Mais de ce point de vue il ne peut pas y avoir de miracle, les dirigeants étant toujours à l’image du peuple. Les leaders censés piloter le navire apprennent les arcanes de la politique, exactement comme le font les citoyens. Donc il ne faut pas s’attendre à des lumières sur la scène politique, dans l’immédiat. Le temps de la maturation sera long. Très long.

par -
Nidaa Tounès aurait décidé de désigner Omar S’habou comme tête de liste du parti pour les élections législatives dans la circonscription

Nabil Karoui, membre du comité politique du Mouvement Nidaa Tounes a dénoncé lundi la mainmise exercée par le directeur exécutif du Mouvement Hafedh Caïd Essebsi sur le parti.
Selon lui, Hafedh Caïd Essebsi cumule toutes les fonctions définies lors du congrès de Sousse tenu au début de l’année en cours.
Dans un entretien accordé à la station radiophonique privée  » Radio Mosaïque « , Karoui a regretté l’absence de toute distribution des rôles au sein du parti.  » Il n’y a pas de répartition des rôles au sein du Mouvement . Il y a plutôt un directeur exécutif qui fait tout « , a-t-il lancé.
Plusieurs membres du Mouvement, a-t-il ajouté, sont mécontents de voir Hafedh Caïd Essebsi représenter Nidaa Tounes lors des concertations autour de la formation d’un gouvernement d’union nationale.  » Les concertations sont devenues ainsi entre père et fils « , a-t-il indiqué sur un ton sarcastique.
Vainqueur des élections présidentielle et législatives de 2014, le Mouvement Nidaa Tounes a connu, depuis l’accès du Béji Caïd Essebsi à la magistrature suprême et sa démission de la présidence du parti, une crise de leadership.
Selon plusieurs dirigeants au Mouvement Nidaa Tounes, le fils du président de la République, Hafedh Caïd Essebsi, aurait une propension à exercer une mainmise totale sur le parti. Ils l’accusent aussi d’être à l’origine des dissensions au sein du parti et du départ de plusieurs de ses membres-fondateurs.
Au cours de l’entretien, Nabil Karoui a tenu à préciser qu’il ne brigue pas la primature.
Cette précision intervient sur fonds des rumeurs qui circulaient dans les médias sur sa candidature à la présidence du gouvernement et son éventuelle accession à un portefeuille ministériel.

par -
<p></p>

Le directeur général de la chaîne Nessma tv, Nabil Karoui, est en train de fonder un parti politique pour lequel il aurait choisi l’appellation « Tahya Tounes » ( Vive la Tunisie).

Selon Hakaek online, Nabil Karoui, fera son entrée sur la scène politique, accompagné de figures du monde sportif et associatif.

Des sources n’écartent pas l’éventualité que le DG de Nessma se portera candidat aux prochaines élections présidentielles.

par -
Nabil Karoui a adressé à Béji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi

Nabil Karoui a adressé à Béji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi, « Une lettre à deux hommes de mon pays », publiée dans le journal Al Maghreb dans son édition de mercredi 20 novembre.

Le directeur général de Nessma TV qualifie le dialogue national de tragi-comédie, prédit son échec et estime que les présidents des deux plus importants partis Nidaa Tounes et Ennahdha doivent s’entendre pour réaliser un compromis historique qui sera concrétisé par une cohabitation au pouvoir, seul moyen, à ses yeux, d’assurer une transition démocratique exemplaire.

Nabil Karoui leur fait porter la responsabilité des éventuels développements négatifs de la situation du pays, et les avertit qu’ils auront à résister aux tentations de donner la priorité aux soucis partisans, et leur rappelle les exploits de Nelson Mandela et Frederik Willem de Klerk en Afrique du Sud et de Adolfo Suárez Gonzalez et Philipe Gonsalez en Espagne.

Il inscrit cette initiative dans le cadre des efforts qu’il ne cesse de déployer personnellement, et qui ont rendu possible la tenue de la réunion de Paris le 15 août 2013, et les entretiens avec les responsables régionaux et internationaux, pour ouvrir des horizons à un dialogue national et mettre en lumière la spécificité de l’approche tunisienne.

par -
Le directeur de Nessma tv

Le directeur de Nessma tv, Nabil Karoui, a démenti les informations selon lesquelles la chaîne est en proie à des difficultés économiques et politiques, qu’elle arrêtera ses programmes tunisiens pour diffuser uniquement des programmes algériens et que l’homme d’affaires Walid Ibn Talal entrera dans le capital de la station.

Dans une déclaration à Assabah News, il a qualifié ces rumeurs de « cinéma », affirmant que la situation de Nessma est bonne et qu’il n’en cédera les parts à personne. Il a ajouté que ses relations avec le milliardaire saoudien sont excellentes et que ce dernier a voulu que Nessma tv diffuse une interview qu’il a accordée à des chaînes arabes, et « c’est tout », a-t-il dit.

Enfin, il a promis de « grands développements » au niveau de Nessma qui, a-t-il encore affirmé, « n’a pas régressé et ne régressera pas ; elle progressera plutôt. »

par -

 »Je présente mes excuses au peuple tunisien pour la diffusion de la séquence controversée du film « Persepolis » et je considère cela comme une erreur qui ne se répètera pas », c’est ce qu’a déclaré  mardi, au téléphone à l’Agence TAP, M. Nabil Karoui, directeur général de la chaîne de télévision privée Nessma, ajoutant  »je suis triste et peiné ».

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE