Tags Posts tagged with "naufrage"

naufrage

par -
0

Une trentaine de personnes sont décédées dans le naufrage de leur bateau, dimanche 25 décembre dans l’ouest de l’Ouganda. Il s’agit des membres d’une équipe de footballeurs et leurs supporters, rapporte le site « 24matins.fr ».

Cité par le Parisien, le commandant de la police locale explique qu’«il y avait une fête sur le bateau, les passagers dansaient et certains étaient soûls. Le bateau était surchargé, avec 45 personnes à bord, tous des membres de l’équipe de football et des supporteurs locaux », a précisé la même source.

par -
0

Les Unités de la Garde maritime, de la protection civile et de l’Armée de mer à Mahdia ont trouvé samedi soir, trois nouveaux cadavres des marins disparus vendredi suite au naufrage d’un bateau de pêche », a souligné le délégué principal Abdelfatah Chakchouk au correspondant de l’agence TAP.

Le responsable a précisé que les trois corps ont été retrouvés sur la plage d’El Ghdhabna dans la délégation de Ksour Essef, ainsi le nombre de victimes du naufrage du bateau de pêche  » El Barka  » à El Karkara s’est élevé à quatre sur un total de 14 marins pêcheurs.

La garde maritime avait retrouvé samedi après-midi le corps d’un marin pêcheur à Khmara dans la même région tandis qu’un autre marin (Yahia Sfar ) avait survécu en s’attachant à un pneu et il a été transféré à l’hôpital universitaire Tahar Sfar pour recevoir les soins nécessaires.
Selon la même source, les recherches se poursuivent pour retrouver des survivants et ou repêcher des cadavres, faisant remarquer que les mauvaises conditions météorologiques sont à l’origine de la perte du contact avec le bateau El Baraka depuis vendredi.

A noter que la cellule de crise assure le suivi de la situation en coordination avec les familles des marins pêcheurs qui sont en proie à un profond désarroi.

par -
0
217 naufragés au nord des côtes libyennes ont été sauvés par un patrouilleur de la marine française. Les naufragés étaient à bord de trois

Au moins 240 migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée à bord de deux gros canots pneumatiques ont péri au large des côtes libyennes au cours des dernières 24 heures, a annoncé ce ce vendredi 4 novembre 2016, « Le Figaro ».

Cinq navires de secours étaient en vue des embarcations bondées, mais, malgré les efforts pour sauver les migrants, la majeure partie d’entre eux sont morts.

Le nombre de migrants arrivés en Italie en octobre a bondi et s’établit à 27.388, soit plus que les deux précédents mois d’octobre combinés. Depuis le début de l’année, plus de 158.000 migrants sont arrivés en Italie, a ajouté la même source.

par -
0

Ce qui devait arriver est arrivé. Le parti Nidaâ Tounès n’est plus que l’ombre de lui-même. Traversé au départ par des accès de grogne, puis par des scissions qui ont vit fait de se transformer en guerre larvée entre ex-dirigeants, il réfléchit  aujourd’hui l’image d’une formation  politique en voie d’irrésistible démembrement. Le dernier en date des actes de cette course vers l’abîme est la décision prise par 16 députés du mouvement de geler leur adhésion au groupe parlementaire du « premier parti issu des élections législatives » alors que 4 autres ont effectivement présenté leur démission du bloc.

Le président du groupe parlementaire de Nidaa Tounes, Sofiene Toubel, est, cependant, monté au créneau pour démentir la démission des 4 députés affirmant qu’un seul élu l’a fait, en l’occurrence , Noureddine Ben Achour, alors que deux autres, à savoir Ali Ben Salem et Ali Belakhoua, se sont rétractés, sans omettre de rappeler que «  le règlement intérieur de l’ARP ne comporte disposition  relative au gel d’adhésion, se limitant à faire état , et uniquement,  d’appartenance à un groupe ou de démission d’un groupe ».

Par-delà  ces arguties juridiques et tout à fait politiciennes, il se pose la question centrale de savoir dans quelle mesure ces convulsions vont peser sur l’existence d’un parti, partie prenante majeure dans l’exercice du pouvoir dans ses institutions prépondérantes, l’exécutif et la Représentation nationale. D’autant qu’il est encore question que le chef du gouvernement devienne le nouveau patron de ce parti, sans que ce projet qui lui est prêté ne soit formellement démenti.

Nidaâ, une formation politique à vau-l’eau, cela ne fait plus l’ombre d’un doute. Et son fondateur, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, envisagerait sérieusement de s’en débarrasser en créant un nouveau parti en lieu et place, convaincu qu’il est que Nidaâ Tounès n’est plus en mesure de retrouver sa « vitalité et sa cohésion ».

Manœuvre politique !

De guerre lasse ou autre manœuvre politique du locataire du palais de Carthage, cette initiative aura tout pour introduire une troublante donnée dans l’échiquier politique tunisien, déjà croulant sous une périlleux composé de diversions, de volte-face et de soubresauts qui n’augurent rien de bon pour l’architecture politique et , fait plus grave encore, pour le pays en son entier. Sans noircir le trait, il pourrait être dans l’ordre des choses que cette foire d’empoigne tourne au chaos qui viendrait s’ajouter à une situation économique, financière  et sociale littéralement désastreuse.

On ne s’empêcherait pas de voir dans cette pétaudière annoncée la rançon d’une démocratie mal partie, mal comprise et mal gérée où chacun tire la couverture à soi, où les partis politiques, formés dans la précipitation, n’ont rien à offrir aux Tunisiens que le spectacle désolant de chamailleries sans fin, d’agendas nébuleux et peu scrupuleux, et d’acteurs  trop disposés aux manœuvres politiques retorses. Et fatalement, ils séduisent de moins en moins, les militants les désertent et leurs discours apparaissent souvent en décalage avec les réalités.

Pour s’en convaincre, il suffit d’ailleurs de voir comment bien des formations politiques s’échinent à « se refonder » et à se recomposer autrement. C’est le cas du fidèle allié du président de la République, l’Union patriotique libre (UPL) de Slim Riahi, miné par une vague de démissions au sein de son groupe parlementaire et ailleurs, et plus encore, même moins franchement, le mouvement Ennahdha où les légions des mécontents ne cessent de se gonfler en protestation à la ligne politique adoptée par son Cheikh fondateur et à l’emprise sans partage qu’il exerce sur l’appareil du parti, ci-devant islamiste. Les autres partis ne sont pas en reste où cependant  la grogne n’a pas encore viré à la scission ou à la dissidence, comme c’est le cas du Front populaire dont le dirigeant Mongi Rahoui s’est vu offrir un portefeuille ministériel dans le gouvernement de Youssef Chahed. Il est vrai que « l’incident » a été circonscrit, mais la cohésion ne semble avoir été rétablie qu’en apparence.

Autant dire que les lignes bougent, mais dans le mauvais sens. Et cette dérive  porte en elle  les germes d’une vraie menace pour la stabilité du pays. Si bien que  de nouvelles initiatives se font jour pour battre de nouveau les cartes par l’émergence de nouveaux fronts politiques et électoraux, pour occuper le terrain laissé par Nidaâ Tounès, autrement dit le Centre incrusté par Béji Caïd Essebsi dans l’échiquier politique, un certain automne 2014.

par -
0

Le bateau de migrants, qui a fait naufrage la semaine dernière, a été renfloué par les autorités égyptiennes mardi. Le bilan a grimpé à 184 morts après la découverte de nouveaux corps.

Les autorités égyptiennes ont renfloué mardi le bateau de migrants ayant fait naufrage la semaine dernière en Méditerranée au large des côtes égyptiennes. Elles ont communiqué un nouveau bilan d’au moins 184 morts après la découverte de nouveaux corps.

Jusqu’à 450 migrants se trouvaient à bord du bateau de pêche lorsqu’il a chaviré mercredi dernier au large de la ville portuaire de Rosette, selon le témoignage de survivants.

« Le nombre de morts dans le naufrage du bateau de migrants au large de Rosette est monté à 184 », a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué. Un bilan précédent faisait état de 179 morts.

« Le bateau a été renfloué, on est en train de repêcher de nouveaux corps », avait auparavant indiqué Wahdan al-Sayyed, le porte-parole de la province de Beheira, où se trouve la cité portuaire.

Un décompte est en cours sur la plage, a-t-il ajouté, précisant que les équipes de recherche avaient réussi à accéder à la chambre froide du bateau de pêche, où selon les témoignages des rescapés, une centaine de personnes avaient pris place avant le naufrage.

Au moins 163 passagers de l’embarcation ont été secourus.

Source : Arcinfo

par -
0

Les corps de quatre personnes dont deux enfants ont été repêchés mercredi par les autorités grecques au large de l’île de Lesbos après le naufrage de leur embarcation transportant onze migrants au total, a indiqué la police portuaire. « Six personnes ont été repêchées saines et sauves tandis qu’une personne

est portée disparue », selon la même source. « Les gardes-côtes ont repêché au total quatre corps dont une fillette de quatre ans et un garçon dont l’âge n’est pas pour le moment connu ainsi qu’un homme et une femme à 0,5 mille marin au large des côtes sud de Lesbos », a indiqué une responsable du bureau de presse de la police portuaire, citée une source médiatique.

Selon les déclarations des rescapés, dont la nationalité n’a pas été dévoilée, onze personnes se trouvaient sur l’embarcation qui avait chaviré après avoir appareillé des côtes occidentales turques proches.

Les autorités grecques poursuivaient leurs recherches pour retrouver la personne portée disparue.

Plus d’un million de personnes ont afflué en Europe l’année dernière, principalement par les îles de la mer Egée, dont Lesbos, devenue la principale porte d’entrée des migrants sur le continent.

L’accord entre l’Union européenne et la Turquie, signé le 20 mars, a presque permis l’arrêt du flux migratoire par cette voie. Un flux qui a désormais repris dans l’ouest de la mer Méditerranée et plus particulièrement depuis les côtes libyennes.

Depuis le début de l’année, 2.942 personnes sont mortes en Méditerranée contre 1.838 sur les six premiers mois de 2015, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

par -
0

Les dépouilles de treize migrants tunisiens décédés, la semaine dernière, après le naufrage de leur embarcation au large de la ville libyenne de Sabratha ont été repêchées, a affirmé, samedi, le défenseur des droits humains, Mustapha Abdelkebir.
 » La dernière dépouille de migrant tunisien, devra arriver, ce samedi, à Ben Guerdane ce qui porte à treize le nombre total de naufragés tunisiens, issus de cette ville « , a-t-il ajouté dans une déclaration à la TAP. Onze migrants tunisiens qui se trouvaient à bord de l’embarcation ont été secourus au large des côtes libyennes, a-t-il, toutefois, ajouté.
Abdelkébir a souligné la coordination des actions entre la société civile des deux pays pour faciliter les opérations de recherche et le transfert des dépouilles.
 » D’importants efforts ont été fournis par des activistes et plusieurs organisations des secours comme le Croissant Rouge libyen « , a-t-il dit.
La ville de Ben Guerdane a été secouée, samedi dernier, par la tragique nouvelle de naufrage et la perte de plusieurs de ses jeunes.
L’un des rescapés avait indiqué à l’agence TAP qu’ils étaient au total 26 émigrés clandestins de Ben Guerdane dont deux Egyptiens à prendre le large, au départ d’un port libyen à destination des côtes italiennes. A peine une heure après, le chalutier a eu une voie d’eau. Les rescapés se sont accrochés à l’épave et ont dû résister à la houle, pendant deux heures, avant d’être secourus par des marins-pêcheurs. Les autres passagers se sont noyés.

par -
0

Neuf rescapés tunisiens d’un naufrage survenu, dans la nuit de vendredi à samedi, au large des côtes libyennes sont retournés chez eux, à Ben Guerdane, sur un total de douze rescapés dont un jeune de Zarzis et deux Egyptiens. Une famille de Ben Guerdane a été informée du décès de son fils dans ce naufrage.

L’un des rescapés a indiqué à l’agence TAP qu’ils étaient au total 26 émigrés clandestins de Ben Guerdane et deux Egyptiens à prendre le large, vendredi, au départ d’un port libyen à destination des côtes italiennes.

A peine une heure après, le chalutier a eu une voie d’eau. Les rescapés se sont accrochés à l’épave et ont dû résister à la houle, pendant deux heures, avant d’être secourus par des marins-pêcheurs. Les autres passagers se sont noyés.

Le même témoin a affirmé être entré légalement, en Libye, par le terminal de Ras Jedir, pour tenter de migrer clandestinement vers l’Italie à la recherche d’un travail.

La ville de Ben Guerdane a été secouée, samedi, par la tragique nouvelle du naufrage et la perte de plusieurs de ses jeunes. D’après le défenseur des droits de l’Homme, Mustapha Abdelkabir, seize sont portés disparus et un seul corps a été repêché.

par -
0

Un chalutier transportant 28 jeunes tunisiens originaires de Ben Guerdane, à fait naufrage, dans la nuit du vendredi à samedi, près des côtes de Sabratha en Libye, a indiqué samedi à l’agence TAP, Mustapha Abdelkebir, défenseur des droits de l’Homme.
Parmi les naufragés, 12 ont été repêchés et remis à l’observatoire libyen de l’émigration clandestine, tandis que les autres sont encore portés disparus.
Selon Abdelkebir, les migrants ont quitté le territoire tunisien depuis deux jours avant d’entamer, depuis Sabratha, le périple vers les côtes italiennes.
Aucun détail supplémentaire ou vérification de l’information n’ont pu être obtenus par l’agence TAP de source officielle sur cette opération.

par -
0

Un total de 18 immigrés clandestins Tunisiens ont été interceptés hier, 3 juin 2016 qui tentaient une traversée périlleuse vers les côtes italiennes, a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué publié samedi.

Tous les clandestins retrouvés à bord de deux embarcations de fortune volées sont en bon état de santé et placés en garde à vue, ajoute la même source.

par -
0

Une nouvelle catastrophe maritime en Mer Méditerranée a probablement coûté la vie à 20 ou 30 immigrés clandestins.

Un autre bateau transportant des d’immigrés clandestins avait coulé, jeudi 26 mai 2016, au large des côtes libyennes en mer Méditerranée, a annoncé le porte-parole des garde-côtes italiens, selon Le Mondefr.

Un avion éclaireur luxembourgeois aurait intercepté l’embarcation au moment du naufrage estimant que le bateau de fortune a fait naufrage à 35 milles des côtes libyennes avec plus de 100 personnes à bord.

Le porte-parole des forces navales européennes en Méditerranée a confirmé l’accident et évoqué le sauvetage de 26 personnes et d’au moins 80 disparus.

Il s’agit du deuxième naufrage du même type en deux jours, rappelle la même source.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Pour sa première sortie médiatique cette année, la Banque mondiale est optimiste pour la croissance au Maroc. Elle prévoit un taux de 4% en...