Tags Posts tagged with "Nawara"

Nawara

par -
0

L’exploitation du projet gaz du Sud « Nawara », à Tataouine, démarrera au début de 2018, a annoncé la ministre de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables, Hela Cheikhrouhou.

Elle a ajouté lors d’une rencontre de presse à l’occasion de la visite qu’elle a effectuée, hier samedi 22 octobre 2016, à la zone industrielle de Gabès que les efforts sont axés, actuellement, sur la résolution des problèmes qui risquent de retarder les travaux de ce projet.

Le taux d’avancement dudit projet a atteint environ 60% et celui des travaux de l’unité de traitement final en cours d’exécution dans la zone industrielle à Gabès est de 75% ,sachant que 90% des équipements devant être installés dans cette unité l’ont été, selon des données présentées par les responsables dudit projet.

Le projet gaz du sud dont le coût s’élève à 2500 millions de dinars (MD) se compose notamment d’une unité de traitement préliminaire à Nawara, à Tataouine, d’une autre de traitement final dans la zone industrielle de Gabes et d’un pipeline de transport du gaz reliant entre les deux unités sur une distance de 370km.

Cheikhrouhou a précisé qu’un programme d’investissement dans les énergies renouvelables sera annoncé prochainement et changera radicalement l’exploitation de ces énergies, tout en impactant positivement l’activité des technopoles qui désirent bénéficier de ces investissements, comme il en est le cas pour le pôle technologique et industriel de Gabes.

La ministre, qui était accompagnée de Hichem Hamdi, secrétaire d’Etat chargé des mines, a pris connaissance de la marche de l’activité dans une unité du groupe chimique tunisien (GCT) ainsi que des programmes de développement et environnementaux que le groupe compte réaliser.

Elle s’est également enquise de la réalisation du projet de réduction des gaz d’ammonium auquel a été consacrée une enveloppe de 16 millions de dinars et dont la fin de la réalisation est prévue pour mi-2017.

Cheikhrouhou s’est rendue à l’usine d’acide phosphorique où elle a inspecté l’activité de l’unité pilote de production d’acide citrique utilisé dans les produits alimentaires.

Elle a également pris connaissance à la société Al Kimia, à Gabes, d’un projet en cours de réalisation par cette société pour répondre à ses besoins en énergie et consistant en la mise en place d’un cogénérateur d’un coût de près de 5 millions de dinars.

par -
0

Le groupe Bouchammaoui a organisé jeudi une visite de presse sur le site de construction du gazoduc Nawara, dont les travaux sont réalisés en association de la société allemande Max Streicher pour le compte de l’entreprise tunisienne ETAP et la compagnie autrichienne OMV.

Il s’agit d’un ouvrage reliant la station Nawara et la station de traitement de gaz de Gabès, sur 374 kilomètres, traversant les gouvernorats de Tataouine, Médenine, Gabès et Kébili.

Les travaux ont progressé à hauteur de 65%. Le  mégaprojet, une fois achevé, produira 2 millions de mètres cubes de gaz par jour, soit plus de 17% de la consommation nationale et épongera un part importante du déficit énergétique du pays.

Le projet offre des centaines d’emplois directs et indirects et fait appel à de nombreuses sociétés et entreprises de travaux publics, d’approvisionnement, de services logistiques, de transport…

Dans le cadre de ce projet, une enveloppe de plus de 7 millions de dinars est allouée au programme de responsabilité sociétale destiné à appuyer la société civile et les diplômés de l’enseignement supérieur en chômage.

par -
0

En 2006, de grandes réserves de gaz ont été découvertes dans le sud de la Tunisie. Elles seront exploitées par l’entreprise publique tunisienne ETAP et  la compagnie autrichienne OMV dans le cadre du projet Nawara. Il est prévu que le gaz produit fournira environ 11% de la consommation de gaz en Tunisie.

Les deux sociétés ont attribué au groupement Max Streicher/ BouchamaouiIndustries la construction d’un gazoduc long de 374 kilomètres.  Max Streicher SpA réalise des travaux de l’ouvrage pour le compte de la société mère. Dans le cadre du projet, Streicher et Bouchamaoui sont responsables de l’exécution, de l’ingénierie et de l’approvisionnement. Près de la moitié du projet a déjà été réalisée.

Le gazoduc de 24 pouces  (1 pouce = 2,54 centimètres) reliant la station de  traitement de gaz dans le sud de la Tunisie à Gabés sur la côte est, devrait être achevé en 2017. Les activités sur le terrain ont commencé en avril 2015. En plus de la construction de l’ouvrage,  le contrat comprend la réalisation de  stations de pompage  intermédiaires, des installations de lancement et de réception de racleurs et des interconnexions avec les nouvelles installations et celles existantes – y compris l’installation de la centrale de traitement du gaz  dans le  champ de gaz de Nawara.

Des conditions de travail particulières

Afin d’effectuer simultanément les travaux et  donc permettre un processus de travail rapide, trois camps ont été installés le long de la route. Dans le sud, le tracé du gazoduc traverse principalement  le désert.

«Les conditions de travail sont complètement différentes de celles de l’Europe, » a déclaré Giovanni Muriana, Directeur Général de Max Streicher. « En été, la température atteint jusqu’à 45 degrés, en hiver, les tempêtes de sable peuvent soudainement éclater. »

Ainsi, la journée de travail commence très tôt, vers quatre heures en été, et les employés sont protégés contre le sable et le bruit en utilisant des équipements spéciaux. Comme il n’y a pratiquement pas de limitations d’infrastructure dans le sud, les activités ont progressé rapidement.

Cependant, dans le nord, la route traverse un environnement agricole. Par conséquent, des progrès devraient ralentir vers le nord, en se rapprochant de la ville de Gabès.

Avec le développement de ce projet, Max Streicher vient d’entrer dans un nouveau marché. « Le projet Nawara en Tunisie est une expérience essentielle pour nous en Afrique du Nord», a souligné  Muriana. « Le pays s’achemine vers un développement important du secteur du pétrole et du gaz, bien que le bas prix actuel du pétrole ralentisse certains investissements. Nous allons garder un œil sur les possibilités de développement des affaires et de l’investissement dans cette région à l’avenir « , a-t-il indiqué.

 

par -
0
Le gouvernement tunisien a donné son approbation aux plans qui lui ont

Le gouvernement tunisien a donné son approbation aux plans qui lui ont été soumis par une joint-venture entre la compagnie pétrolière autrichienne OMV et son homologue tunisienne l’ETAP pour l’exploitation des réserves de gaz du champ Nawara, au sud de la Tunisie.

Le projet Nawara est un projet d’infrastructure stratégique pour la Tunisie, permettant la libération et l’exploitation des ressources gazières du pays.

Le projet a reçu toutes les approbations gouvernementales nécessaires et les marchés seront attribués en temps utile.

Jaap Huijskes, membre du comité exécutif responsable de l’exploration et de la production à OMV, a déclaré que « OMV et l’ETAP, notre partenaire tunisien, ont franchi des étapes importantes pour mettre en œuvre le projet de développement du champ de gaz Nawara ». « Cet énorme projet énergétique crée une opportunité gagnant-gagnant pour tous les partenaires d’affaires ainsi que pour les communautés locales, et il reçoit le soutien du plus haut niveau du gouvernement tunisien. OMV est entièrement engagée à investir dans le développement des ressources en Tunisie pour augmenter les niveaux de production et développer les réserves », a-t-il ajouté.

«Nous sommes fiers d’être un partenaire de confiance pour la Tunisie dans la libération et l’exploitation des ressources énergétiques nationales du pays ».

La décision finale d’investissement interne pour le projet Nawara a été prise en mars 2014. Le projet de gazoduc Sud tunisien et celui de Nawara ont déjà été fusionnées.

Les travaux dureront entre deux et trois ans.

Pour OMV, ce projet conjoint avec l’ETAP est une partie importante de sa stratégie de croissance en Tunisie et en ligne avec son objectif de croissance en amont et pour assurer un portefeuille international équilibré.

Le projet comporte des installations de production dans le site du puits et des pipelines reliant le site Nawara à des usines de traitement de gaz pour produire du GPL et du gaz commercial.

La première production de gaz est prévue pour début 2016 avec une production de pointe de l’ordre de 10 000 bep / j. OMV prévoit d’investir dans le projet environ 680 millions de dollars.

OMV a actuellement cinq permis d’exploration et neuf licences de production onshore et offshore en Tunisie.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT

0
Le Club Africain a publié sur sa page officielle facebook les derniers transferts effectués dans le mercato d'hiver 2016-2017. Les nouvelles recrues: Oussama Darragi (29...