Tags Posts tagged with "nominations "

nominations 

par -

L’ex-ministre de la Fonction publique et de la Gouvernance, Abid Briki, a déclaré ce vendredi 03 mars lors d’une conférence de presse que son différend avec la présidence du gouvernement n’est pas uniquement lié à son ancien poste, mais le dévoilement de plusieurs dossiers de corruption dans plusieurs secteurs, notamment les recrutements exceptionnels sur instruction du président de la République, Béji Caïd Essebsi.

Selon Mosaïque fm, Briki a également évoqué des nominations douteuses de présidents directeurs généraux. La présidence de la République a quant à elle rétorqué qu’elle ne sait rien des nominations pointées du doigt par Briki…

par -

Suite à un décret émis par le ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, il a été décidé de nommer :

*Rym Mlawah : Présidente des études et de développement agricole à la délégation régionale de développement agricole à Zaghouan.

*Lotfi Boujmil : Président des ressources hydrauliques à la délégation régionale de développement agricole à Nabeul.

*Abdel Kader Salmane : Président des ressources hydrauliques à la délégation régionale de développement agricole à Mahdia.

*Ahmed Mohamed : Président des études et des statistiques à la délégation régionale de développement agricole à Zaghouan.

*Rached chiboub : Chef du service terres à la délégation régionale de développement agricole à Ben Arous.

par -

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a affirmé ce mardi 31 janvier 2017 lors d’une conférence nationale sur les réformes de la sécurité sociale qu’il n’y a aura pas de changement au niveau des dernières nominations des délégués.

On rappelle que les récentes nominations des délégués ont suscité l’indignation de certains dirigeants politiques et représentants de la société civile. Certains de ces délégués n’ont même pas fait d’études secondaires et la majorité d’entre eux sont issus des rangs de Nidaa Tounes (40), Ennahdha (27) et Afek Tounes (10).

par -

Noureddine Taboubi, nouveau secrétaire général de la centrale syndicale a déclaré, lors d’une visite effectuée lundi 31 janvier 2017, qu’une équipe administrative a été chargée d’examiner les CV des délégués récemment nommés.

Il a par ailleurs expliqué, dans une déclaration rapportée par Mosaïque Fm, que cette procédure vise à fixer une position relatif à ses dernières nominations.

Il est à rappeler à ce propos que le dernier mouvement des délégués a été à l’origine d’une grande polémique sur les réseaux sociaux.

par -

L’ex-chef du gouvernement, Habib Essid, avait fait des gouverneurs ses ‘têtes de turc’. On avait fini par croire qu’ils étaient responsables de tous les maux de la Tunisie, tant les mouvements qui les touchaient étaient fréquents. La série avait commencé le 14 février 2015, avec la nomination de deux nouveaux gouverneurs. Puis ça a continué le 09 avril 2015, avec la désignation de 6 nouveaux gouverneurs. A peine un peu plus de quatre mois après, plus précisément le 22 août 2015, Essid remet ça, mais cette fois dans des proportions plus importantes : 11 gouverneurs sont éjectés et 3 affectés dans d’autres régions. Il y en a eu d’autres par la suite. L’actuel chef du gouvernement, Youssef Chahed, a frappé plus fort, dès le début.

Moins d’un mois après sa prise de fonction, il jette déjà son dévolu sur les gouverneurs et fait tomber les têtes, et pas peu : 12, d’un coup. Sale temps pour les gouverneurs. Y avait-il urgence à semer la terreur dans leurs rangs ? Les priorités de la Tunisie sont-elles logées là ? Assurément non, à en croire le discours de haute facture servi par Chahed lors du vote de confiance à l’ARP.

Il est légitime de se demander si Chahed, comme son prédécesseur, n’est pas en train de tenter de faire croire aux citoyens qu’il suffit d’évincer les gouverneurs jugés inefficaces et pantouflards pour régler les nombreux problèmes des citoyens. Essid poussait même le bouchon jusqu’à tancer publiquement les gouverneurs, comme des gamins pris en faute, et leur intimer l’ordre de descendre sur le terrain pour prendre le pouls de la situation du pays, au lieu de se calfeutrer dans leurs bureaux cossus. Bon Chahed n’en est pas encore là, mais vu son démarrage en trombe, on peut parier qu’il en arrivera vite aux séances publiques de flagellation des gouverneurs. Un exercice qui ne mange pas de pain et fait toujours son petit effet sur des citoyens qui désespèrent d’avoir des gages sur le fait que les gouvernants maitrisent bien leur sujet.

Un coup d’épée dans l’eau

Comme l’histoire de la baisse des salaires des membres du gouvernement, changer intempestivement les gouverneurs est, en l’état, un simple affichage, avec tout au plus une portée symbolique qui peut vite tourner court si derrière il n’y a pas des mouvements de plus grande ampleur vers de profondes réformes structurelles. C’est de ça dont le pays a besoin, et pas qu’on lui offre fréquemment des têtes de notables des gouvernorats. On est encore très loin de la hauteur de vue de l’allocution du chef du gouvernement devant des parlementaires exaltés il y a trois semaines. Certes il est encore trop tôt pour évaluer l’action de Chahed, il faudra au moins 100 jours pour cela, mais force est de constater que le départ est un peu poussif, en mal d’inspiration et bigrement arcbouté sur des symboles, fussent-ils très puissants.

Certes le gouverneur a un rôle central, notamment dans les régions de l’intérieur où il incarne l’Etat, mais c’est un Etat sans le sou et endetté qu’il incarne, avec toutes les limites que cela suppose. On peut lui demander de faire de l’activisme, de faire la tournée des marchés, des cafés, de prendre fait et cause pour la veuve et l’orphelin, c’est bien gentil, un brin rassurant pour les citoyens, mais ça ne remplacera pas de vrais moyens pour changer le quotidien des gens. Or des moyens, les gouverneurs et ses services n’en ont pas, ou très peu. Alors tout ce qu’il peut faire en direction de ses administrés, c’est toujours bon à prendre, mais ça restera un pansement sur une jambe en bois.

Le destin des gouvernorats changera réellement quand il y aura une vraie politique de décentralisation, de développement régional, avec des ressources financières conséquentes à la disposition des autorités locales. Le projet a été élaboré, il est parfait sur le papier, mais pour la concrétisation, c’est une toute autre affaire. Tous les gouvernements de la première et de la deuxième République s’y sont cassés les dents. Tant que les choses en resteront à ce niveau, faire valser les gouverneurs demeurera un coup d’épée dans l’eau, qui plus est profondément injuste pour ceux sur qui tombe le couperet…

par -
Le ministère de l'Agriculture a annoncé qu’il a pris livraison de

Le ministère de l’Agriculture a annoncé ce mercredi 3 août 2016, dans un communiqué, que de nouveaux délégués régionaux chargés du développement agricole ont été nommés. Il s’agit de :

 Abdelmalek Sallami : Délégué régional chargé du développement agricole à Monastir.

Bechir Ben Aïcha : Délégué régional chargé du développement agricole à Mahdia.
Hamza Bahri : Délégué régional chargé du développement agricole à Zaghouan.
Mohsen Chebbi : Délégué régional chargé du développement agricole à l’Ariana.
Youssef Azzabou : Délégué régional chargé du développement agricole à Tozeur.

par -
Le ministre des affaires étrangères
S’appuyant sur des informations fuitées sur la composition du nouveau gouvernement, le quotidien « Achourouk » a indiqué dans son édition de ce lundi 1er août 2016 que l’ancien ministre des Affaires Étrangères Mongi Hamdi pourrait être le successeur de Habib Essid.
D’après la même source, Mongi Hamdi bénéficie du soutien de deux organisations nationales à savoir l’UGTT et l’UTICA d’autant plus qu’il n’est pas confronté aux réserves de partis politiques.
Ce nom vient s’ajouter à la liste des noms qui circulent actuellement comme le cas de Néji Jalloul, Slim Chaker et Youssef Chahed.
Il est à rappeler que le parlement tunisien a retiré samedi dernier, sa confiance au gouvernement de Habib Essid et ce suite à l’annonce de l’initiative du président de la République,Beji Caied Essebsi de former un gouvernement d’union nationale.

par -

Le conseil d’administration de la BCT à coopté deux nouveaux membres.
Des entrées qui font suite à l’adoption de la nouvelle loi de la BCT.
Les « bleus » du conseil de la Banque centrale et qui entrent ainsi désormais dans le secret des dieux du temple des finances tunisiennes sont Fethi Zouheir Nouri et Fatma Saiala Guermazi en leur qualité d’universitaires et Salma Bellagha et Sadok Ataya en leur qualité d’experts bancaires.

par -
Thierry Haure-Mirande, gérant d’Areotech (Groupe Aeroprotec), vient d’être nommé président du Groupement des Industries Tunisiennes Aéronautiques et Spatiales (GITAS) et Karim Chafroud vice-président, apprend Africanmanager d’une source bien informée.
Les nominations ont eu lieu lors de l’assemblée générale élective du GITAS, qui s’est tenue récemment.
Il est à noter que le GITAS a fêté sa 10ème année, avec 44 sociétés membres toutes opérant dans le secteur de l’ingénierie, la fabrication ou la maintenance de tout ou partie des aéronefs.
L’industrie aéronautique en Tunisie n’a cessé de croître et de se développer. Chiffres à l’appui : 10.000 emplois ont été créés et le GITAS à travers ses travaux et ses commissions collabore avec les instances nationales pour la mise en place de la formation aux métiers de l’industrie aéronautique.

par -

Le ministère des Affaires Sociales vient d’annoncer de nouvelles nominations, apprend Africanmanager d’une source bien informée relevant de ce département. Il s’agit de la nomination de Yamina Methlouthi à la tête du Centre des Recherches et des Etudes sociales. Il y a également la désignation de Bechir Irmàni en tant que nouveau PDG de la CNAM et Imed Torki à la tête de la CNRPS.

par -

Le ministère des Finances a procédé à un remaniement partiel au sein du département, dans le cadre duquel, de nouvelles nominations ont été, annoncées, lundi, dans un communiqué.Il s’agit de:

– Abdellatif Dachraoui, chargé de la coordination entre les directions fiscales.

-Ridha Ben Ahmed, directeur général des impôts

-Noura Deffi, directrice générale de la comptabilité publique et du recouvrement

-Kaïs Rzigua, directeur général de l’audit et du suivi des grands projets

-Hatem Achour, directeur général des affaires financières et des équipements

-Habib Zaddam, chef du centre régional du contrôle des impôts de l’Ariana

-Fatiha Gharbi, chef de l’unité du contrôle national et des recherches fiscales

-Maher Janhani, directeur des grandes entreprises

-Abdelkader Labbaoui, directeur de l’Ecole Nationale des Finances (à partir du 1er juin 2016)

Mustapha Mezghanni, PDG de Tunisie Trade Net est chargé de superviser et de suivre le projet de la numérisation du ministère des Finances, a précisé le département.

TAP

par -

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Maher Ben Dhia, a affirmé que la date de l’épreuve du Bac Sport est maintenue.

Dans une déclaration à l’agence TAP, le ministre a indiqué qu’un compromis est en voie entre le ministère de l’Education et le syndicat de l’Enseignement secondaire.

« L’épreuve aura lieu à la date prévue et il n’y aura aucun changement », a tenu à rassurer Maher Ben Dhia soulignant que le différend opposant le ministère au syndicat sera résolu bientôt.

Le ministre a précisé que le point de courroux réside dans les réserves exprimées vis à vis d’un certain nombre de nominations dans le secteur de l’éducation physique dans quelques gouvernorats du pays. 29 nominations ont semé la discorde, a fait savoir Maher Ben Dhia ajoutant qu’elles ont été effectuées dans les écoles primaires « pour le bien des élèves ».

Pour rappel, le syndicat de l’Enseignement secondaire a fait savoir son intention de boycotter les épreuves du Bac Sport le 18 avril prochain.

par -

Suite au limogeage de 4 directeurs des renseignements au sein de la direction générale des services spéciaux dont le directeur de l’unité de lutte contre le terrorisme, le ministère de l’Intérieur a procédé à de nouvelles nominations. Il s’agit de :

– Mohamed Ali Ben Tirou : Directeur des renseignements en remplacement de Hamadi Gherbal

– Lotfi Esseghir : Directeur de l’administration des frontières et des étrangers en remplacement de Taoufik Sebaï

– Saber Ajili : Directeur de l’unité nationale lutte contre le terrorisme au Gorjani en remplacement de Mohamed Kheriji

– Ramzi Rajhi : Directeur général de la lutte contre le terrorisme en remplacement de Wassim Ben Thabet.

par -
Le ministère des affaires étrangères révisera

Le ministère des affaires étrangères révisera, dans les prochains jours, quatre nominations considérées comme partisanes, indique Mosaïque FM .

Le mouvement touchera les ambassadeurs tunisiens à Tripoli (Libye), Riyad (Arabie-Saoudite), Genève et Paris.

D’autres nominations seraient effectuées dans les consulats d’Italie et de Marseille et dans les ambassades de Vienne et Islamabad ainsi que l’organisation de l’Unesco.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

AFC s'apprête à investir 30 millions d'EUR dans des améliorations essentielles apportées à l'infrastructure de transport de la Guinée

Africa Finance Corporation (AFC), une grande institution multilatérale panafricaine de financement et de développement de projets, annonce aujourd'hui ses résultats pour l'exercice financier 2016.Une...

SPORT