Tags Posts tagged with "Noureddine Taboubi"

Noureddine Taboubi

par -

Dans un communiqué rendu public récemment, le Mouvement Tunisie Volonté (MTV) a annoncé         qu’une conversation téléphonique a eu lieu entre le président du parti, Moncef Marzouki et le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Tabboubi.

Moncef Marzouki a, dans ce contexte, insisté sur l’importance de relancer un dialogue national réel afin de faire sortir le pays de sa crise actuelle, nous apprend la même source.

par -

Fin janvier 2017, l’omnipotente unique centrale syndicale ouvrière officielle tenait son 23ème congrès. Des assises qui ont surtout vu le «syndicaliste pur jus» Noureddine Taboubi, comme l’appelait un journal français, prendre les commandes d’une organisation qui a dépassé, depuis 2011, son simple rôle syndical de défense des intérêts des travailleurs, vers celui d’une vraie force politique et même de gouvernement. Le nouveau SG issu de ce nouveau congrès, s’inscrit manifestement dans la continuité de son prédécesseur Houcine Abbassi. Taboubi maintient ainsi par exemple, la demande de départ du ministre de l’Education, prend position dans l’affaire des nominations des Délégués et ne semble pas vouloir mettre fin à l’escalade sociale en maintenant diverses grèves.

Mais le dernier congrès de l’UGTT, c’était aussi l’occasion de présenter certaines informations, inédites pour une organisation où l’information et la transparence financières n’ont jamais été de mise, par rapport à l’extérieur et notamment pour les médias. Des informations et des chiffres, notamment contenus dans son rapport financier pour les exercices, de 2012 à 2016. Un rapport dont Africanmanager, un des très rares journaux à ne pas avoir été invités à la couverture du congrès, a pu obtenir copie.

 –          La grande centrale syndicale n’a que 500 mille adhérents

Première découverte, dans cet important document qui n’a été distribué qu’aux congressistes, le nombre des adhérents de la plus importante des centrales syndicales de Tunisie, l’organisation généralement dite puissante et qui est la seule à être acceptée par le gouvernement, «dépasse les 500 mille à la fin de l’année 2016», dit le document sans autre précision sur ce chiffre.

Un nombre de syndiqués qui détonne, d’abord par rapport au nombre total d’employés en Tunisie qui sont estimés à 630 mille fonctionnaires (Chiffre de 2015, selon une déclaration du SG du gouvernement Ahmed Zarrouk à l’ARP) et 996.988 salariés du secteur formel ou secteur privé (Source : RNE-INS 2015). Loin de nous alors, toute idée ou velléité de remettre en cause sa représentativité ou son poids social et de partenaire socio-économique. La question, pourtant, ne s’en pose pas moins.

Ce sont aussi, selon son propre rapport financier, ces adhésions qui constituent les principales ressources de l’UGTT et lui donne toute sa légitimité de seul partenaire social et économique du gouvernement avec lequel elle est le seul à discuter, augmentations salariales dans les deux secteurs, public et privé, et même les orientations économiques de tout le pays.

 –          Presque 13 MDT de la fonction publique et 1,7 MDT seulement du secteur privé !   

Au cours des cinq dernières années, ces adhésions (Prélèvements sur les salaires des cotisations des fonctionnaires reversés par l’Etat et cotisations directes des employés du secteur privé), ont rapporté à l’UGTT plus de 59,539 MDT, avec un pic de 12,9 MDT en 2014 et malgré le léger repli, à un peu plus de 9,5 MDT pour les exercices allant de 2012 à 2016. Il est aussi évident à la lecture de ces chiffres, que l’UGTT trouve adhésion, plus facilement auprès des fonctionnaires qu’auprès du secteur privé.

Des sommes assez conséquentes pour une organisation qui compte un peu plus de 500 mille adhérents. Un petit calcul donnerait une cotisation moyenne de 25,8 DT par adhérent, malgré la hausse de 1 DT par adhérent du secteur public et 0,250 DT pour le secteur privé, décidée en décembre 2015 par la centrale syndicale.

Des sommes, mêmes s’ils ne constituent pas la totalité de ses ressources (objet de notre prochain article, si tout va bien !), en font certainement l’organisation nationale qui dispose des moyens financiers les plus importants en Tunisie, si l’on considère que tout le budget de son alter ego l’Utica (Centrale patronale tunisienne) ne dépasserait pas les 7 ou 8 MDT.  Des sommes qui, selon le propre document de l’UGTT, représentent 56 % de l’ensemble de ses ressources et couvrent 55 % de ses dépenses.

 –          L’UGTT, c’est aussi un employeur qui ne recrute pas

 La 1ère centrale syndicale ouvrière tunisienne est aussi un employeur. Son dernier rapport financier présenté à ses congressistes, en janvier dernier, évoque la masse salariale de ses 451 agents et employés et fait état surtout d’une politique de restrictions en matière d’emploi, ce qui pourrait sembler incohérent avec une organisation qui fait de la défense du droit à l’emploi un crédo.

En effet, entre 2012 et 2016, la masse salariale des agents et employés de l’UGTT, n’a pas trop bougé. Elle est passée de 5,122 MDT en 2012, à 5,476 MDT quatre années plus tard. Sur une période de 5 années, cette masse salariale n’a donc augmenté que de 354.411,211 DT, ce qui ne représenterait que 6,9 % de hausse, ce qui est loin de tous les taux discutés avec les secteurs public et privé. L’UGTT, défenseur des droits de tous les employés, serait-elle alors un mauvais employeur ? A moins que nous ayons mal lu ou mal compris ou mal interprété les chiffres issus du propre document de la centrale syndicale ouvrière, c’est ce qu’on pourrait comprendre.

Dans tous les cas, cette phrase tirée du rapport financier est à ce propos plus qu’éloquente et pourrait expliquer autrement ce petit taux d’augmentation de la masse salariale. «Ceci dit, la direction administrative et financière [Ndlr : de l’UGTT] a veillé, depuis le congrès de Tabarka 2011, à geler les recrutements et à bien gérer les situations de retraite, conventionnelle ou anticipée, et ce dans le but de maîtriser le coût élevé des agents et employés de l’Union (Ndlr : UGTT)», pouvait-on lire à la page 23 dudit document. En 5 ans, le nombre d’agents et employés a ainsi baissé de 73 personnes, à raison de 14 personnes par an et ce ne serait ainsi que des départs à la retraite non remplacés par de nouvelles recrues, ces adhérents étant toujours prêts à servir bénévolement leur organisation.

A l’heure où jeunes et moins jeunes tannent toute l’économie du pays à la recherche d’emplois et demandent le recrutement à tout bout de champ, la centrale syndicale ouvrière semblerait ainsi, certes comme devrait l’être le gouvernement, plus préoccupée par ses équilibres financiers que par l’emploi des jeunes, malgré ses importantes ressources !

Pour terminer, nous restons ouverts à toute rectification de ces chiffres où à une autre interprétation de ces chiffres par l’UGTT, soit directement ou par le biais d’un droit de réponse !

par -

Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a félicité ce vendredi 27 janvier 2017 Noureddine Taboubi, élu secrétaire général de l’UGTT, ainsi que les membres élus de son bureau exécutif.

La patronne des patrons a dans ce contexte exprimé ses vœux de succès à la nouvelle équipe et a insisté sur l’importance d’assurer la poursuite des concertations et de la coopération entre les deux organisations afin de servir l’intérêt du pays.

par -

Le Président du 23e Congrès de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Houcine Abassi, a officiellement annoncé, jeudi soir, la victoire de la liste de l’Unité syndicale menée par Nourredine Taboubi, aux élections du bureau exécutif et des commissions du contrôle financier et du règlement intérieur.
Selon le classement des voix obtenues, le bureau exécutif sera composé de Bouali Mbarki, Nourredine Taboubi, Samir Cheffi, Anouer Ben Gaddour, Mohamed Ali Boughdiri, Hfaïedh Hfhaïed, Sami Tahri, Kamel Saâd, Abdelkrim Jrad, Naïma Hammemi, Mohamed Msalmi, Monaem Amira et Slaheddine Selmi.
La commission du contrôle financier sera composée de Habib Trifi, Habib Bouneb, Fadhila Melliti, Salah Jalel, Mouldi Rajhi.
La commission du réglement intérieur sera composée, quant à elle, de Habib Halim, Habib Rjab, Habib Hzami, Salah Belaiba et Hamida Akkari.
Les voix obtenues par les 29 candidats au bureau national exécutif se répartissent comme suit:
Lassad Yacoubi: 113 voix
Anouar Ben kaddour: 410 voix
Bouali Mbarki: 474 voix
Wassila Ayachi: 77 voix
Zouheir Naceur: 9 voix
Habib Jarjir: 74 voix
Habiba Khimiri Slini: 17 voix
Hfaïedh Hfaïedh: 395 voix
Taher Barbari: 159 voix
Kamel Bouzidi: 81 voix
Kamel Saad: 376 voix
Mohamed Mongi Ben M’barek 69 voix
Mohamed Ali Boughdiri: 401 voix
Mohamed Masselmi: 325 voix
Mounem Oumira: 313 voix
Mastouri Gammoudi: 76 voix
Noureddine Taboubi: 449 voix
Naïma Hammami: 334 voix
Sami Tahri: 392 voix
Samia Bouslama Ltaief: 24 voix
Slim Ghriss: 81 voix
Samir Cheffi: 411 voix
Abbes Hanachi: 63 voix
Abdallah Ichi: 49 voix
Abdelkrim Jrad: 374 voix
Faouzi Chibani : 168 voix
Slaheddine Salmi: 248 voix
Kacem Affia: 161 voix
Chokri Boussetta: 8 voix

par -

Une nouvelle liste pourrait présenter sa candidature pour composer le prochain bureau exécutif de l’UGTT à côté des listes présidées par Noureddine Taboubi et Kacem Afia, rapporte Mosaïque Fm.

Rappelons que Noureddine Taboubi préside la liste nommée Liste du Consensus National alors que Kacem Afia avait assuré, à la même source, qu’il n’y a aucun consensus actuellement dans les coulisses du congrès de l’UGTT.

par -

Noureddine Taboubi, leader syndical et un des candidats au bureau exécutif de l’UGTT a déclaré, lors de son passage, ce dimanche, sur Mosaïque Fm, que le nombre de personnes qui ont présenté leurs candidatures pour appartenir au bureau exécutif de l’UGTT était de 38 personnes.

5 femmes figurent parmi les candidats au bureau exécutif de l’UGTT.

par -

Restructurer l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) et réviser le statut régissant sa vie intérieure sont un préalable nécessaire pour que l’organisation syndicale soit en phase avec les mutations socio-économiques, a affirmé Noureddine Taboubi, secrétaire général adjoint de l’UGTT.
Le nouveau statut de l’UGTT sera soumis à l’approbation lors du prochain congrès qui se tiendra fin de l’année courante, a-t-il déclaré à l’agence TAP lors d’une conférence nationale à Hammamet sur le projet du statut de l’UGTT. « Le règlement intérieur, texte régissant les différents volets de la vie intérieure de l’organisation, sera présenté dans un délai n’excédant pas six mois », a-t-il ajouté.
« La conférence représente un moment précieux pour analyser les différentes réformes à engager en vue d’asseoir l’autonomie de la décision syndicale », a précisé Taboubi
« L’objectif ultime étant de renforcer la présence de la femme au sein des structures de l’UGTT et de conforter son rôle syndical. », a-t-il poursuivi.
Revenant sur les attaques terroristes qui ont frappé la ville frontalière de Ben Guerdane, Taboubi a plaidé en faveur de la solidarité nationale en cette rude épreuve, appelant les partis politiques à éviter les tiraillements
partisans. Il a salué, au nom de l’UGTT, les forces de l’armée et de la sécurité nationales, estimant que la lutte contre le terrorisme est tributaire d’un développement durable, d’un engagement national contre la pauvreté.

TAP

par -
La réunion qui a lieu actuellement

La réunion qui a lieu actuellement, au siège de la présidence du gouvernement, à la Kasbah, entre une délégation gouvernementale et 5 membres du bureau exécutif de l’UGTT se déroule dans le huis clos le plus total, même si certaines « fuites » font état de l’éventualité d’un accord sur l’annulation de la grève générale prévue pour le 13 décembre.

Noureddine Taboubi, secrétaire général adjoint de l’UGTT, a démenti, dans une déclaration à Assabah News, ces informations les qualifiant de rumeurs, ajoutant que les négociations se poursuivent et qu’aucune partie extérieure à la réunion ne peut avoir accès à ce qui s’y dit, ni au déroulement des discussions.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

En République démocratique du Congo, un communiqué officiel confirme le massacre de policiers dans la province du Kasaï, rapporte le site rfi.fr. Un document signé...