Tags Posts tagged with "open, sky,"

open, sky,

par -

Le ministre du Transport, Anis Ghedira, a déclaré que les tractations avec l’Union Européenne autour de l’ouverture du ciel tunisien (Open Sky) avancent de manière considérable
Rencontré lors d’un atelier sur le démarrage de l’étude relative à la mise en place d’un plan directeur national des transports à l’horizon 2040, le ministre a ajouté que les efforts des deux parties se déploient afin de trouver d’ici fin décembre 2016 un compromis sur tous les points en relation avec ce sujet.
Le ministre a par ailleurs estimé la signature de la convention d’ici mars 2017, ce qui sera certainement un bon départ pour le secteur du transport mais aussi pour le tourisme tunisien.
Il est à rappeler que les négociations autour de cette question, bien qu’elles aient été retardées à maintes reprises, ont été enclenchées avec l’UE début Mars 2016 après un arrêt, pour s’étaler sur une dizaine de rounds en 2016 et 2017.

par -

La ministre du Tourisme, Salma Elloumi a affirmé dans une interview accordée, ce lundi 5 septembre 2016 à « l’echotouristique » que la Tunisie a entamé une procédure avec l’Europe pour ouvrir le ciel tunisien en entrant dans le système de l’Open Sky.

Interrogée sur le plan social de grande ampleur qui devrait être annoncé chez Tunisair pour faire redémarrer l’industrie touristique, la ministre a expliqué que ce choix stratégique induit de la concurrence et remet certains équilibres en question. « Il est important que la compagnie nationale anticipe, se restructure et se remette à niveau. Tunisair a toujours joué un rôle fondamental et majeur dans le développement du pays », a-t-elle ajouté.

par -

Le délégué régional du tourisme à Djerba Zarzis, Ahmed Kalboussi a déclaré que les négociations se poursuivent en ce qui concerne l’ouverture du ciel à l’aéroport de Djerba.

« Ce dossier nécessite des préparatifs et encore plus l’élaboration des études nécessaires pour mieux relever ce défi », a précisé le responsable dans une déclaration accordée à AfricanManager, et d’assurer: « un compromis relatif à l’Open Sky sera trouvé au cours des prochains mois en ce qui concerne l’aéroport de Djerba ».
La précision du responsable vient à un moment où plusieurs hôteliers ont pointé du doigt les problèmes confrontés en raison de ce qu’ils considèrent un obstacle majeur, celui du transport aérien.

par -
''Un programme de réhabilitation des aéroports tunisiens va être lancé par le ministère du Transport

 »Un programme de réhabilitation des aéroports tunisiens va être lancé par le ministère du Transport, en prévision de l’intensification du trafic aérien, avec l’entrée en vigueur attendue, de l’Open Sky avec l’Union européenne », selon Kamel ben Miled, DG de l’aviation civile.

Ce programme prévoit l’extension, moyennant un coût d’environ 500 MD, de l’aéroport International de Tunis- Carthage.

L’objectif est d’augmenter sa capacité d’accueil de 5 à 7 millions de passagers, par an, dans une première étape et à 10 millions de passagers ultérieurement.

De même, l’infrastructure de base de l’aéroport sera réhabilitée pour un montant de 38 millions de dinars (MD).

Les travaux vont démarrer début février 2014 et se poursuivront jusqu’au 16 août 2016.

Des travaux d’extension seront, également, entrepris, à partir de mai 2014, pour une durée d’un an, pour l’élargissement du tarmac de l’Aéroport de Sfax, à travers l’aménagement de 4 zones de stationnement supplémentaires.

Le coût de ce projet est estimé à 9 MD. Enfin, des crédits de l’ordre de 20 MD, sont alloués au développement de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Gafsa.

par -
Le coup d'envoi des travaux des commissions techniques chargées du projet de l'Open Sky (ciel ouvert) avec l'Union Européenne

Le coup d’envoi des travaux des commissions techniques chargées du projet de l’Open Sky (ciel ouvert) avec l’Union Européenne (UE) a été donné, vendredi, au cours de la réunion de la commission en charge du projet.

Selon un communiqué, publié ,vendredi, par le ministère du transport, les travaux de la commission s’inscrivent dans le cadre des préparatifs du deuxième round des négociations avec l’UE prévu pendant le mois de décembre 2013. Ces commissions s’intéressent au domaine de la conformité législative et réglementaire avec l’arsenal juridique européen régissant l’aviation civile, au domaine de l’exploitation de l’infrastructure ainsi qu’à la restructuration des compagnies du transport aérien et la compétitivité.

La réunion, ajoute le communiqué, a offert l’occasion pour exposer les résultats du premier round des négociations, approuver le rapport y afférent et concevoir une feuille de route pour le projet d’accord sur l’open sky.

Le ministre du Transport, Abdelkrim Harouni, qui a présidé cette réunion, a souligné la portée de ce projet pour réaliser la conformité des législations et des règlements avec ceux de l’UE organisant l’aviation civile.

Il a précisé que l’open sky contribue à l’exécution des programmes de coopération avec l’UE dans les domaines de l’exploitation de l’infrastructure des aéroports et la navigation aérienne, outre à la restructuration et la mise à niveau des compagnies aériennes tunisiennes.

par -
Jeudi 27 juin

Jeudi 27 juin, la Tunisie et l’Union Européenne entameront les négociations à propos du chantier de la libéralisation du transport aérien tunisien.

Ce sera certainement un travail de longue haleine comme c’est le cas du Maroc. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Une nouveauté de taille, car il faut rappeler que, jusqu’aujourd’hui, le transport aérien entre la Tunisie et les pays européens est régi par des accords bilatéraux qui sont souvent limités en termes de possibilités du trafic.

Avec l’open sky, il n’y aura plus du ciel gardé ou un ciel réservé uniquement aux quelques compagnies. Cela veut dire que les opérateurs tunisiens devraient être autorisés à ouvrir des lignes aériennes en Europe librement. De même, la concurrence jouera son rôle et on verra apparaître des nouvelles compagnies sur les aéroports tunisiens, notamment celles dont les billets sont très bon marché.

Mais la Tunisair dans tout cela? Aujourd’hui, la Tunisie est prête à ouvrir son ciel et être ouverte au monde, a assuré le ministre du Transport, Abdelkarim Harouni , visiblement enthousiasmé par cette ouverture.

Lors d’une réunion organisée à la veille du démarrage des négociations, le ministre a relevé que la Tunisie de l’après 14 janvier est en train de concrétiser la bonne direction de la coopération tuniso-européenne, qui a atteint un niveau avancé. Et le démarrage des négociations afin de bénéficier de l’expérience de l’Open Sky (ciel ouvert), notamment l’ouverture de l’espace aérien aux compagnies européennes est un bon exemple de la réussite de la stratégie de voisinage.

Les négociations seront lancées, jeudi, entre les experts tunisiens en aviation civile et une délégation européenne dont l’objectif est d’avoir un profit optimum pour les deux parties. Un défi de taille, mais il peut être relevé, en s’inspirant notamment d’autres expériences comme celle marocaine et en s’assurant que cette dernière sera sans grands risques et sans pertes pour le transporteur aérien national et le parc aéronautique en général.

Restructuration de Tunisair, condition de réussite de l’ouverture du ciel

Pour Abdelkarim Harouni, la réussite de l’ouverture du ciel tunisien reste tributaire de la restructuration de la compagnie nationale. En effet, un plan de redressement a été mis en place permettant à Tunisair d’augmenter ses capacités concurrentielles. Le ministre a fait savoir que « la réforme de la compagnie nationale est importante dans la mesure où elle permettra de gérer les risques et assurer un équilibre financier pour cette compagnie déjà entravée par plusieurs difficultés ».

Outre la réhabilitation de ladite compagnie, la préparation technique demeure une autre condition obligatoire pour accomplir cette mission. Kamel Ben Milad, directeur général de l’aviation civile nous a indiqué que le secteur du transport est en plein réforme. Dans ce cadre, une stratégie de négociation a été mise en place qui aboutira, selon lui, à un accord d’ouverture des services aériens du transport dans les meilleurs délais.

Autre condition, l’inclusion dans un accord final des filets de sauvegarde afin de minimiser les retombées d’une concurrence. Ceci est lié à la mise en place d’une panoplie des mesures d’accompagnement, l’objectif étant de rénover le secteur de l’aéronautique, d’une part, et d’harmoniser avec les infrastructures aéroportuaires et de navigation aérienne, d’autre part.

Quel danger pourrait faire peser un tel accord avec l’UE ?

Kamel Ben Milad nous a assuré que l’accord avec l’Europe présentera des avantages contrairement aux informations circulant sur quelques supports médiatiques. D’abord, il contribuera à l’augmentation des trafics et ce, grâce à l’ouverture des nouvelles lignes, les aéroports de l’intérieur en particulier.

Egalement, il y aura certainement avec l’augmentation de la concurrence, une baisse de prix des consommateurs, ce qui favorisera sans doute le tourisme et la concurrence.

Autre avantage, celui relatif à la promotion des standards aéronautiques tunisiens pour être en conformité avec les standards internationaux.

Bref, l’open sky est certainement bien, mais à quel niveau ?

Wiem Thebti

par -
Jeudi 27 juin

Jeudi 27 juin, la Tunisie et l’Union Européenne entameront les négociations à propos du chantier de la libéralisation du transport aérien tunisien.

Ce sera certainement un travail de longue haleine comme c’est le cas du Maroc. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Une nouveauté de taille, car il faut rappeler que, jusqu’aujourd’hui, le transport aérien entre la Tunisie et les pays européens est régi par des accords bilatéraux qui sont souvent limités en termes de possibilités du trafic.

Avec l’open sky, il n’y aura plus du ciel gardé ou un ciel réservé uniquement aux quelques compagnies. Cela veut dire que les opérateurs tunisiens devraient être autorisés à ouvrir des lignes aériennes en Europe librement. De même, la concurrence jouera son rôle et on verra apparaître des nouvelles compagnies sur les aéroports tunisiens, notamment celles dont les billets sont très bon marché.

Mais la Tunisair dans tout cela? Aujourd’hui, la Tunisie est prête à ouvrir son ciel et être ouverte au monde, a assuré le ministre du Transport, Abdelkarim Harouni , visiblement enthousiasmé par cette ouverture.

Lors d’une réunion organisée à la veille du démarrage des négociations, le ministre a relevé que la Tunisie de l’après 14 janvier est en train de concrétiser la bonne direction de la coopération tuniso-européenne, qui a atteint un niveau avancé. Et le démarrage des négociations afin de bénéficier de l’expérience de l’Open Sky (ciel ouvert), notamment l’ouverture de l’espace aérien aux compagnies européennes est un bon exemple de la réussite de la stratégie de voisinage.

Les négociations seront lancées, jeudi, entre les experts tunisiens en aviation civile et une délégation européenne dont l’objectif est d’avoir un profit optimum pour les deux parties. Un défi de taille, mais il peut être relevé, en s’inspirant notamment d’autres expériences comme celle marocaine et en s’assurant que cette dernière sera sans grands risques et sans pertes pour le transporteur aérien national et le parc aéronautique en général.

Restructuration de Tunisair, condition de réussite de l’ouverture du ciel

Pour Abdelkarim Harouni, la réussite de l’ouverture du ciel tunisien reste tributaire de la restructuration de la compagnie nationale. En effet, un plan de redressement a été mis en place permettant à Tunisair d’augmenter ses capacités concurrentielles. Le ministre a fait savoir que « la réforme de la compagnie nationale est importante dans la mesure où elle permettra de gérer les risques et assurer un équilibre financier pour cette compagnie déjà entravée par plusieurs difficultés ».

Outre la réhabilitation de ladite compagnie, la préparation technique demeure une autre condition obligatoire pour accomplir cette mission. Kamel Ben Milad, directeur général de l’aviation civile nous a indiqué que le secteur du transport est en plein réforme. Dans ce cadre, une stratégie de négociation a été mise en place qui aboutira, selon lui, à un accord d’ouverture des services aériens du transport dans les meilleurs délais.

Autre condition, l’inclusion dans un accord final des filets de sauvegarde afin de minimiser les retombées d’une concurrence. Ceci est lié à la mise en place d’une panoplie des mesures d’accompagnement, l’objectif étant de rénover le secteur de l’aéronautique, d’une part, et d’harmoniser avec les infrastructures aéroportuaires et de navigation aérienne, d’autre part.

Quel danger pourrait faire peser un tel accord avec l’UE ?

Kamel Ben Milad nous a assuré que l’accord avec l’Europe présentera des avantages contrairement aux informations circulant sur quelques supports médiatiques. D’abord, il contribuera à l’augmentation des trafics et ce, grâce à l’ouverture des nouvelles lignes, les aéroports de l’intérieur en particulier.

Egalement, il y aura certainement avec l’augmentation de la concurrence, une baisse de prix des consommateurs, ce qui favorisera sans doute le tourisme et la concurrence.

Autre avantage, celui relatif à la promotion des standards aéronautiques tunisiens pour être en conformité avec les standards internationaux.

Bref, l’open sky est certainement bien, mais à quel niveau ?

Wiem Thebti

par -
Le ministre du Commerce

Le ministre du Commerce, Abdelwahab Maater, a déclaré, ce mardi 25 juin, à Shems fm, que les pourparlers entre la Tunisie et l’Union Européenne sur la question de l’Open Sky s’ouvriront, le jeudi 27 juin.

D’après le ministre, d’autres négociations s’ouvriront début juillet entre les mêmes parties, concernant le libre échange.

par -
«L'ouverture totale et complète du ciel tunisien (open sky) est prévue

«L’ouverture totale et complète du ciel tunisien (open sky) est prévue, pour l’année 2016», a indiqué Elyes Fakhfakh, ministre du Tourisme, mardi, à Paris, lors d’une rencontre avec des représentants de tours opérateurs, implantés en France. « Nous venons d’entamer un processus de discussions avec l’Union Européenne, qui vont se poursuivre pendant des mois, avant de conclure un accord final, probablement, en septembre 2013 », a-t-il affirmé. Dès lors, il a estimé que l’Open Sky n’entrera en application qu’au début de l’année 2014, précisant que la Tunisie optera pour une ouverture progressive du ciel. «Ceci, permettra aux différents intervenants dans le secteur touristique et notamment les compagnies aériennes tunisiennes de s’adapter, graduellement, aux exigences de l’Open Sky».

S’agissant de la situation des tours opérateurs français travaillant, essentiellement, sur la destination tunisienne, IL a réaffirmé la volonté du gouvernement de leur apporter le soutien nécessaire et de coopérer davantage avec eux, afin de réussir la relance de l’activité touristique, et parvenir, ainsi, à réaliser les objectifs escomptés, soit 10 millions de touristes à l’horizon 2016.

Raouf Ben Slimane, directeur du tour opérateur « Thalasso N°1 », a insisté sur l’impératif d’assurer la coordination entre les ministères du Transport et de Tourisme et d’opter pour une coopération étroite afin d’améliorer la performance de la destination tunisienne.

En comparaison avec des destinations similaires, le coût du transport aérien en Tunisie demeure, selon lui, « irrationnel », ce qui amène nombre de tour opérateurs à abandonner la destination tunisienne, pour s’orienter vers d’autres, comme le Maroc, l’Espagne, la Turquie… Pour sa part, Pascal De Izaguirre, PDG de TUI France, a évoqué le problème de la visibilité du site tunisien, recommandant de lancer une grande compagne de communication pour améliorer l’image de la Tunisie, ainsi que de concevoir des mesures incitatives pour encourager les tours opérateurs à investir davantage dans la destination tunisienne.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Au Maroc la lutte contre la corruption est dans toutes les têtes, notamment dans celles des autorités, comme du reste en Tunisie en ce...

SPORT