Tags Posts tagged with "pain"

pain

par -
0

Chaque jour, aux premières lueurs de l’aube, les travailleurs des champs, femmes, jeunes filles et même enfants de Tebourba, Jedeida, El Batan, Borj El Amri et Mornaguia (Manouba)se lèvent toute hâte pour ne pas rater les voitures viennent les conduire chaque jour aux champs agricoles.
Ils cueillent tomates, poires et autres productions agricoles qu’offrent les vastes fermes de la région. Leur seul souci c’est de subvenir aux besoins grandissant de leurs familles respectives et faire face aux dépenses de la rentrée scolaire, de l’ Aid et autres occasions qui arrivent souvent en été, comme les cadeaux de mariage, de circoncision…
Une main-d’œuvre saisonnière qui n’a pas de couverture sociale et n’est affiliée à aucun syndicat. Profitant de ce vide, l’employeur et parfois même les intermédiaires fixent librement les règles du jeu.
Selon plusieurs femmes rencontrées, le salaire d’une journée de travail oscille entre 13 et 15 dinars.
La cinquantaire, Rebh Ghanmi élève toute seule ses quatre enfants après le décès de son mari. Elle cueille les melons à Jedeida. Elle considère que ce qu’elle perçoit ne récompense pas les huit heures de travail endurées chaque jour sous une chaleur de plomb et souvent sans interruption sauf pour le déjeuner.
Habiba Aloui, une veuve de 65 ans se déplace d’une ferme à une autre pour cultiver la terre et planter différents types de légumes et fruits. Un savoir-faire qu’elle a appris à maitriser au fil des ans.
Elle ne se plaint ni  » des conditions de travail abrutissantes ni de l’exploitation matérielle de l’employeur  » du moment où elle arrive à subvenir à ses besoins.
Najia Fatnassi travaille avec son mari dans une ferme à El Batan. Pour elle, l’exploitation matérielle des travailleurs concerne aussi bien la femme que l’homme. Quand on est dans le besoin on ne pense plus aux droits a-t-elle relevé.
Des jeunes travailleuses âgées entre 18 et 22 ans ont soulevée le mauvais traitement et les conditions de transport.
Lamia Dridi (22 ans) avait commencé avec la modique somme de six dinars la journée quant elle a choisi de quitter l’école. Mais Rihab travaille seulement durant les vacances d’été dans une unité de production des tomates séchées pour assurer les dépenses de la rentrée scolaire.
Selon une source de l’inspection du travail à la direction régionale des affaires sociales à La Manouba, la majorité des travailleurs saisonniers en agriculture à Manouba sont des femmes. Et peu d’enfants travaillent dans les champs durant l’été.
Malgré les dépassements constatés, le nombre des plaintes déposées auprès des services d’inspection reste très réduit. Ce qui explique, a ajouté la même source, le souci de cette catégorie de main-d’œuvre d’avoir une source de revenu et de préserver son emploi malgré tout.
Et de préciser que le code de travail et la convention collective cadre dans le secteur agricole au titre de 2015 assurent une couverture juridique à cette catégorie. Le problème c’est que certains petits agriculteurs continuent à recruter les travailleurs en dehors des canaux juridiques officiels et en l’absence des conditions les plus rudimentaires de la sécurité au travail.
Le manque de moyens pour assurer le contrôle en permanence des dépassements et abus a été également soulevé.
La source qui a été contactée par l’Agence TAP dans la région a indiqué que l’unité régionale d’inspection compte avec les quatre unités locales de Tebourba, La Manouba, Mornaguia et Douar Hicher seulement 10 inspecteurs.
Les terres agricoles de La Manouba ont besoin de milliers de travailleurs pour les activités de labour, plantation, irrigation et cueillette de la récolte (olives, pommes, pêche, poires, raisins, pommes de terre, tomates et artichauts).
Selon le rapport du service de la production végétale au commissariat régional à l’agriculture, la saison agricole 2016/2017 fournira 345 journées de travail et demande 7500 travailleurs, spécialement, pour les récoltes.

par -
0
Mohamed Ali Ferchichi

Une décision a été prise, récemment, par le ministre du commerce imposant l’affichage du prix, du poids et de la qualité du pain exposé au public.
La décision publiée au Journal Officiel de la République Tunisienne (JORT) du 29 juin 2016, concerne l’organisation du secteur des boulangeries en Tunisie depuis la confection jusqu’à la vente du pain et la lutte contre la prolifération du phénomène des boulangeries anarchiques.
Cette décision est une application de la loi 36 de l’année 2015 datant du 15 septembre 2015 relative à la réorganisation de la concurrence et des prix.
L’article 1 de la décision classe les boulangeries autorisées et titulaires de la carte professionnelle en boulangeries type « A » et boulangerie type « C ».
Seules ces boulangeries peuvent utiliser la farine subventionnée tout en affichant l’indication  » Boulangerie  » sur la façade.
Telles que classées par l’article 2, ces boulangeries sont spécialisées dans la fabrication et la commercialisation du gros pain pour les boulangeries de type « A » et le petit pain (baguette) pour les boulangeries de type « C ».
Des spécificités doivent ainsi être prises en considération dans la fabrication du pain à savoir:
–Gros pain: poids 400g +ou -30g/ longueur 45cm+ ou -3cm et diamètre 23cm + ou -2cm
–Baguette : poids: 220g+ ou -10g et longueur 55cm+ou -5cm.
IL est possible pour les boulangeries de type « A » et « C » de produire et commercialiser des pâtisseries et d’autres variétés de pains sans recourir à la farine subventionnée PS.
La même décision a, par ailleurs, fixé les boulangeries de type « A » et « C » qui peuvent obtenir la part qui leur échoit de farine subventionnée.
Pour ce faire, il y a lieu de présenter aux services spécialisés au ministère du commerce les documents affirmant les paiements des salariés ainsi que les déclarations de paiement des contributions auprès de la caisse natinale de sécurité sociale (CNSS).
La décision du ministère du commerce a également interdit aux points de vente des pains frais d’utiliser la farine compensée, leur recommandant de recourir à d’autres variétés de farine.
Les spécialistes ont expliqué ce point par le souci de réduire la prolifération de boulangeries anarchiques qui portent atteinte à celles munies d’autorisations. L’objectif est surtout de rationaliser l’uilisation de la farine compensée.
L’utilisation de la farine PS pour la production de tous les volumes et variétes de pains congelés ou semi-finis a également été interdite.

par -
0
Les propriétaires de boulangeries à Djerba souffrent d'une pénurie de farine et un grand nombre de boulangerie n'arrivent plus à travailler

«  Les préparatifs pour le mois de Ramadan vont bon train. Toutes les boulangeries réparties sur tout le territoire tunisien ont reçu de grandes quantités en farine pour éviter la pénurie de pains au cours du mois saint », a affirmé Mohamed Bouanane, président de la Chambre nationale des boulangers, ce lundi 16 mai avril 2016 à Africanmanager.

A rappeler que le président de l’Institut des recherches astronomiques en Egypte, Hatem Aouda a annoncé que, selon les calculs astronomiques, le premier jour du mois de Ramadan pour cette année, serait le 6 juin 2016.

par -
0
La perte provoquée par le gaspillage du pain est estimée à  300 mille

La perte provoquée par le gaspillage du pain est estimée à 300 mille dinars quotidiennement, et plus de 100 millions de dinars par an. Une stratégie sera mise en place par l’’Institut national de la consommation afin de lutter contre ces pertes.

Ce produit subventionné est souvent acquis en quantités dépassant les besoins de la consommation aussi bien par les ménages que par les hôtels, et les restaurants, outre l’absence de maîtrise des méthodes adéquates de conservation du pain.

par -
0
Le directeur général de l’institut national de la consommation (INC)

Le directeur général de l’institut national de la consommation (INC), Mohamed Lassaad Laabidi, a annoncé, vendredi 11 juillet 2014 que le ministère du Commerce, est en train d’élaborer ’une stratégie pour lutter contre le gaspillage du pain.

Il a ajouté que les ménages tunisiens gaspillent environ 107 millions de dinars de pain par an, selon des études menées par l’INC.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Monsieur Hailemariam Dessalegn, Premier ministre de la République fédérale démocratique d'Éthiopie, participera à la 5e édition du AFRICA CEO FORUM en compagnie de plus...

SPORT

0
L'international algérien Riyad Mahrez a estimé mardi que le nul concédé par les Verts face au Zimbabwe (2-2), dimanche pour leur premier match en Coupe...