Tags Posts tagged with "Pakistan"

Pakistan

par -
0

Un incendie s’est déclaré, ce lundi, 5 décembre 2016, dans un hôtel de luxe à Karachi au Pakistan, faisant au moins 11 morts et 75 blessés, dont des ressortissants étrangers, rapporte « Le Monde ».

Plusieurs ressortissants étrangers figurent parmi les blessés. 30 des blessés seraient dans un état critique. Certaines personnes ont sauté par les fenêtres pour échapper aux flammes, mais la plupart des victimes ont été incommodées ou asphyxiées par les fumées, ajoute la même source.

par -
0

Selon des informations rapportées, ce vendredi 16 septembre 2016, par plusieurs médias étrangers, un kamikaze a attaqué une mosquée dans le nord-ouest du Pakistan, causant la mort de seize personnes et des dizaines de blessés.

Cette attaque meurtrière a été menée pendant la prière du vendredi. L’opération terroriste n’a pas été revendiquée par les talibans pour le moment…

par -
0

Peu de gens dans le monde, et même au Pakistan, évoquent encore le sort de Shakeel Afridi, le médecin d’une cinquantaine d’années qui a aidé la CIA à repérer et liquider Oussama Ben Laden. Ce Pakistanais croupit depuis 5 ans en prison, broyé par la machine diplomatique entre Washington et Islamabad. Son frère ainé, Jamil Afridi, qui dit craindre pour la vie du docteur, a rencontré secrètement des journalistes de l’AFP. « Je n’ai aucun espoir de le voir, je n’attends plus rien de la justice », a-t-il déclaré.

Pour rappel, le Dr Afridi avait lancé une campagne de vaccination factice contre l’hépatite C pour débusquer l’ancien chef d’Al-Qaïda. Il était censé récupérer un échantillon ADN dans l’endroit où logeait Ben Laden pour s’assurer qu’il s’agissait bien de la bonne cible. Dès que la présence de l’instigateur des attentats du 11 septembre 2001 avait été confirmée, les USA avaient dépêché des forces spéciales pour le neutraliser. Les faits se sont passés le 2 mai 2011 dans la maison qu’occupait Ben Laden à Abbottabad, une petite localité où se trouve l’académie militaire du pays. Ainsi prenait fin la cavale de l’homme le plus recherché du monde.

Joie des Américains, rancoeur des Pakistanais

Mais la joie des Américains tranchait avec la rancoeur des autorités pakistanaises, qui n’ont jamais digéré cette excursion militaire sur leur terriotoire, et à leur insu. Les rapports entre les deux pays sont restés tendus pendant un bon moment. La colère d’Islamabad ne pouvant pas s’en prendre frontalement au puissant allié américain, dont on a tant besoin par ailleurs, s’est abattue sur le docteur par qui, juge le pouvoir pakistanais, le mal est arrivé. S’en suit une descente aux enfers pour le médecin maudit…

On ne sait pas grand chose des dessous de l’étrange relation entre la CIA le Dr Afridi, mais la presse pakistanaise s’est fait l’écho de la collaboration entre des responsables de l’ONG du médecin, « Save the Children », et l’agence de renseignement américain. Au début l’ONG a nié toute coopération avec la CIA mais le Dr Afridi a lui-même avoué dans un entretien avec la chaîne américaine Fox News en 2012 sa participation à l’opération ayant conduit au meurtre de Ben Laden. L’ancien secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a également confirmé les faits.

Lâché par les USA, il est martyrisé par son pays

Peu de temps après l’expédition américaine, les autorités pakistanaises mettent la main sur le médecin. Pour sa défense il dit qu’il ne savait pas l’usage que les Américains allaient faire de ce prélèvement ADN et qu’il n’ pas voulu suivre le conseil de quitter le Pakistan. Cela n’a pas empêché aux autorités de monter contre lui un lourd dossier à charge, notamment pour des liens avec des extrémistes, une accusation complètement tirée par les cheveux mais qui a fini par valoir au Dr Afridi une condamnation à une peine de 33 ans de prison, ramenée ensuite à 23 ans.
Commence un long calvaire pour le docteur. Son jugement en appel, entamé en 2014, est différé des dizaines de fois. Des organismes de défense des droits de l’Homme se sont saisis de l’affaire et ont alerté l’opinion publique sur le traitement partial de ce dossier, tout en demandant un procès équitable. « Shakeel est devenu un bouc émissaire », a déclaré Zar Ali Khan Afridi, un activiste des droits de l’Homme qui n’a aucun lien de sang avec le docteur. « Il a été impliqué dans un cas qui n’a rien à voir » avec son dossier, ajoute-t-il.

L’avocat du Dr Afridi, Qamar Nadeem, a déclaré qu’il est maintenu à l’isolement dans une chambre exigüe, mais que malgré tout sa sécurité est encore menacée. Me Nadeem a affirmé que cela fait deux ans qu’on l’empêche de s’entretenir avec son client. A signaler qu’il est le second avocat du prévenu, le premier avait déserté le Pakistan suite à des menaces des talibans. Se croyant hors de danger, il tente une visite au pays où il est assassiné en 2015…

On permet au médecin, tous les deux mois à peu près, de recevoir les visites de son épouse et de ses enfants, d’après son avocat. Ses frères et ses soeurs n’ont pas la même chance, malgré un jugement de la Haute cour de Peshawar qui leur accorde un droit de visite. Le tribunal « ne reconnaît pas la décision. Que dire? Je suis très pessimiste… » a déclaré son frère Jamil, qui cherche à le voir depuis 4 ans mais à qui on rétorque régulièrement que ses tentatives sont vaines.

Me Nadeem, en désespoir de cause, a déclaré que seule une intervention des USA pourra arracher son client des griffes de la justice pakistanaise. « Mais jusqu’ici ils n’ont pas fait preuve de soutien », lâche-t-il.

par -
0

Le Pakistan a confirmé lundi sa participation à des  manœuvres militaires en Arabie saoudite aux côtés d’autres pays islamiques.

« Un petit contingent des forces de défense pakistanaises sera également stationné en Arabie saoudite en vertu d’un arrangement bilatéral », a déclaré lundi soir le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères.

  « Etant donné leurs liens étroits et fraternels, le Pakistan et l’Arabie saoudite ont collaboré dans le domaine de la défense pendant plusieurs décennies.  Cette coopération comprend des exercices militaires et une coopération d’entraînement intense dans divers domaines », a-t-on expliqué de même source.

Cette confirmation a été annoncée au lendemain d’une information publiée par l’Agence de presse saoudienne, selon laquelle les forces militaires de 20 pays prendront part à une manoeuvre militaire programmée en Arabie saoudite.

L’agence de presse a qualifié les manoeuvres, appelées « Tonnerre du Nord », comme le plus important exercice militaire régional impliquant des forces terrestres, aériennes et navales.

Les manoeuvres auront lieu dans la ville militaire de King Khalid, à Hafr Al-Batin, au nord de Ryadh.

par -
0
Nous apprenons

Nous apprenons, de sources sûres, que le fonds d’investissement, fondé en 2002 par le Pakistanais Sayed Arif Masood Naqvi «Abraaj Group», est désormais le nouveau propriétaire de la société Polyclinique Taoufik de Tunis. Les nouveaux propriétaires viennent aussi de changer toute la direction de cette clinique multidisciplinaire presque spécialisée dans les soins aux clients libyens. C’est ainsi que Leila Kefi est désormais directrice générale et c’est Mohamed Ali Ben Naceur qui la seconde. Selon des sources de presse, Abraaj aurait conclu l’affaire après une offre de 50 MDT pour l’un des plus grands groupes sanitaires tunisiens.

Il est à noter qu’avant Taoufik, l’argent de ce fonds dont le fondateur est pakistanais avait déjà séduit le groupe Assad qui fabrique les batteries pour voitures. L’accord avec Abraaj porte sur l’injection de 25 millions de dinars sous forme d’obligations convertibles en actions, destinés notamment à financer la mise en place des filiales à l’étranger et à renforcer le fonds de roulement du Groupe.

par -
0
Vingt-huit personnes ont été tuées lundi lors d'un assaut de plus de 12 heures mené par un commando taliban à l'aéroport de Karachi

Vingt-huit personnes ont été tuées lundi lors d’un assaut de plus de 12 heures mené par un commando taliban à l’aéroport de Karachi, le plus important du Pakistan, symbole de l’échec des tentatives de paix du gouvernement avec les rebelles.

Parmi les morts figurent les dix insurgés auteurs de cet assaut mené dans la plus grande ville et capitale économique du pays, qui n’avait pas connu d’attaque rebelle si spectaculaire contre des institutions étatiques depuis plusieurs années.

L’attaque confirme, comme c’était son but, la fragilité de la situation sécuritaire dans le pays et les défaillances de l’Etat en la matière, y compris sur ses sites les plus stratégiques, donc en principe les plus sécurisés.

Elle a paralysé l’aéroport, qui reprenait lentement ses activités dans l’après-midi. Si des avions étaient attendus plus tard à l’arrivée, les départs étaient toujours retardés pour cause d’inspection des avions en vue d’éventuels dégâts, a expliqué à l’AFP une source à l’Aviation civile.

Revendiquée par le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle du pays et proche d’Al-Qaïda, l’attaque avait débuté vers 23H00 locales (18H00 GMT) dimanche soir.

Certains des assaillants étaient vêtus d’uniformes militaires, pour nourrir la confusion, selon les autorités qui ont ensuite présenté à la presse leurs restes mutilés, fusils d’assaut, grenades et lance-roquettes. Selon des témoins, au moins trois des assaillants ont fait exploser les vestes bourrées d’explosifs qu’ils portaient sur eux.

Venue en renfort de la police avec les Rangers (paramilitaires), l’armée pakistanaise a crié victoire un peu trop tôt à l’aube en déclarant l’attaque terminée. Mais de nouveaux tirs se sont ensuite fait entendre, selon un journaliste de l’AFP sur place, conduisant les forces de sécurité à une nouvelle offensive.

L’assaut suicide — les kamikazes n’avaient guère de chance de s’en sortir — a finalement pris fin vers 11H00 (06H00 GMT) lundi, a annoncé le porte-parole des Rangers, Sibtain Rizvi.

Les corps des 18 victimes de l’assaut taliban, parmi lesquels 11 gardes de l’aéroport et quatre employés de la compagnie aérienne publique pakistanaise PIA, ont été emmenés à l’hôpital central de Karachi, où étaient également soignés 26 blessés, a indiqué à l’AFP un responsable de l’établissement.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...

SPORT