Tags Posts tagged with "patrimoine"

patrimoine

par -

Citroën Tunisie lance Citroën Origins (www.citroenorigins.tn), un nouveau site web dédié au patrimoine de la Marque, offrant une expérience immersive inédite dans ses modèles mythiques : vues à 360°, sons spécifiques (moteur, klaxon, etc.), brochures d’époques, anecdotes, etc. Disponible sur tous supports (ordinateurs, tablettes et smartphones), indique un communiqué.

De tous temps, les Citroën ont marqué leur époque, avec des modèles aussi mythiques que populaires : de la Type A à la Traction Avant, de la 2 CV à l’Ami 6, de la GS à la XM, du Xsara Picasso à la Nouvelle C3. Présent dans les esprits, ce patrimoine exceptionnel se dévoile aujourd’hui de manière inédite sur Citroën Origins : www.citroenorigins.tn

Véritable musée virtuel, Citroën Origins propose de découvrir ou redécouvrir les Citroën emblématiques de 1919 à nos jours : modèles de série mais aussi modèles de compétition et même concepts-cars. Embarquer à bord de l’habitacle de la ZX Rallye Raid, écouter le bruit singulier du moteur de la 2 CV, ou se replonger dans la brochure de la Méhari sont ainsi autant d’expériences à vivre sur Citroën Origins.

Une immersion rendue possible grâce à :

*Un show-room virtuel : chaque modèle peut être visualisé à 360°, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur.

*Des signatures sonores spécifiques à chaque modèle : en plus du bruit de démarrage moteur, jusqu’à 3 autres extraits sonores sont proposés par modèle (klaxon, clignotant, frein à main, suspension, etc.).

*Des musiques d’ambiance : à chaque décennie, son style de musique (années 50, 70, 80, etc.) pour une immersion plus vraie que nature dans l’univers des différents modèles présentés ;

*Des extraits de brochures, des photos et vidéos, des anecdotes ou encore des caractéristiques techniques : de quoi approfondir sa (re) découverte de chaque modèle !

En tout, une cinquantaine de modèles sont d’ores et déjà répertoriés sur le site Citroën Origins, un nombre amené à évoluer dans les semaines qui viennent.

par -

Selon des données dévoilées par l’organisation I Watch, tous les ministres de la Troïka, au pouvoir entre 2011 et 2014, n’ont pas déclaré leurs patrimoines.
Cela concerne 40% des ministres d’Ettakatol, 20% du CPR et 15% d’Ennahdha, soit 22% des membres du gouvernement de Hamadi Jebali et 13.2% pour celui d’Ali Laarayadh.

L’ONG a, dans ce contexte, estimé que cela n’est pas étonnant de la part de ces gouvernements, étant donné que l’ancien ministre des Affaires étrangères Rafik Abdesalem avait déclaré son patrimoine une année et cinq mois après sa prise de fonction. I Watch a rappelé qu’Abdesalem a été suspecté dans une affaire de corruption financière.

Et d’ajouter que plus de 20 ministres n’ont pas respecté les délais qui ont été fixés pour la déclaration des biens ; la moitié des membres des gouvernements de la Troïka ont déclaré leurs biens une année avant de quitter le pouvoir.

par -

Le directeur des fouilles archéologiques à l’institut national du patrimoine, Fethi Bejaoui, a annoncé, dimanche 12 juin 2016, une découverte archéologique majeure dans la région de Gammarth.

Dans une déclaration accordée à Shems, Fm, l’archéologue a annoncé que pour la première fois des catacombes chrétiennes sont découvertes à Carthage. Il s’agit d’une nécropole remontant au troisième siècle découverte par accident à Gammarth.

Les vestiges datent de l’époque de la persécution des premiers chrétiens à Carthage, capitale romaine de l’Afrique à l’époque. Les chrétiens craignaient la persécution des Romains et vivaient cachés. Ils enterraient leurs morts dans des catacombes qui caractérisent cette époque.

« Des catacombes similaires ont été découvertes à Sousse, Lamta et Salakta mais jamais à Carthage », a déclaré Fethi Béjaoui avant d’ajouter qu’il s’agit d’une découverte archéologique majeure très importante pour l’histoire de Carthage.

par -

20 sites religieux à l’île de Djerba ont été détériorés suite à des actes de déterrage, les personnes qui se sont adonnées au déterrement voulaient principalement exhumer des trésors présumés.

D’autres ont ravagé ces sites en s’adonnant à des constructions anarchiques sans avoir d’autorisation préalable de la part des autorités locales. Dans une déclaration accordée à Mosaïque fm,  Sami Ben Taher, représentant de l’Institut de patrimoine à Djerba, a indiqué que les personnes impliquées dans ces pratiques prétendent qu’ils ont fait des « travaux » pour « extension » et « maintenance ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Le sort des banques publiques, les difficultés auxquelles elles font face et le dernier rapport de Fitch Rating ont été les principales questions soulevés...

AFRIQUE

SPORT