Tags Posts tagged with "Pizza_Hut"

Pizza_Hut

par -

Au cours de sa dernière conférence de presse, le ministre tunisien du Commerce a fait été de l’accord de son Département pour l’autorisation à 16 franchises de marques étrangères en Tunisie. Dans leur  majorité, ces accords n’étaient que des régularisations, puisqu’un grand nombre de ces «nouvelles» franchises étaient déjà ouvertes, bien avant l’annonce du ministre.

Mais si les franchises tunisiennes sont libres et non répertoriées chez la DGCI malgré l’obligation d’information qui leur est faite, la franchise des enseignes étrangères est soumise à une autorisation expresse du ministère du Commerce. Ces 16 autorisations pour une enseigne étrangère font partie d’un ensemble de demandes encore sur le bureau de la directrice générale du commerce intérieur qui fait toujours, malgré toutes les lois sur l’accès à l’information et en déni du principe de la transparence qui devrait caractériser l’action de l’Administration, «ministère et boule de gomme» autour de l’identité des investisseurs tunisiens qui ont acquis ces franchises. Au total, en effet, il s’agit de 30 demandes, en majorité dans le secteur de la restauration et de l’agroalimentaire (il y en a une pour une marque de glace dont on ne veut rien dire) et de la pâtisserie. Cinq, parmi les demandeurs d’autorisation de franchise, se seraient volontairement rétractés, selon la DGCI (Direction générale du commerce intérieur) tunisienne.

  • De simples régularisations de situations de fait

Selon la même source, autorisation a donc été donnée à la marque «Pizza Hut». On rappelle à cet égard que cette enseigne disposait déjà d’un fast-food à Al Manar, qui n’a plus pignon sur rue pour « ne pas avoir tenu ses engagements en matière d’investissement », d’après certaines sources qui ajoutent que la franchise est exploitée par le richissime homme d’affaires saoudien, Al Walid Ben Talal, à travers une société écran. La DGCI refuse pour l’instant de dire à qui a été finalement accordée cette franchise.

Autorisation a été aussi donnée pour un «Fatburger» qui est déjà ouvert à Sidi Bou Saïd, une prochaine boulangerie familiale française «Paul» qui existe déjà au Maroc chez Mehdi Bahraoui, PDG du groupe marocain Deliplat, comme il y a déjà un «Pomme de pain» dont la franchise a été donnée, à en croire une employée du restaurant, à Walid Gahbiche et qui avait déjà inauguré son premier restaurant, en décembre 2012 à la cité Ennasr, quartier situé au nord de Tunis.

Toujours dans le domaine de la restauration rapide, un «Quick» dont la franchise est entre les mains de Fathi Hachicha, un «Eric Kayser» déjà ouvert aussi à La Marsa depuis 2014, un «Chillies» ouvert à El Manar à Tunis, comme il y a déjà l’enseigne américaine de boulangerie et pâtisserie «Cinnabon» qui est déjà implantée et l’enseigne «Hippopotamus» déjà ouverte à la cité Ennasser à Tunis depuis 2013.

Les régularisations de situation ont aussi concerné des enseignes étrangères dans d’autres secteurs, comme «Re-Max» dans l’immobilier, «My Gym» qui est une salle de sport pour enfants entre 3 mois et 2 ans ou encore «Education Doctors».

  • Le cas Mac Donald en Tunisie

Lorsqu’on parle d’enseignes étrangères de fast-food, il est impossible de passer à côté du géant américain «Mac Donald». Or, on sait que cette marque aurait déjà conclu un  contrat avec le groupe Bouchammaoui. On sait aussi que des rumeurs avaient fait état, en 2012, d’un contrat avec une personnalité Nahdhaouie. Ceci avait alors été déjà démenti par l’avocat du groupe Bouchammaoui qui avait alors confirmé l’existence d’un contrat. En 2013, un autre site tunisien avait même annoncé, en citant les réseaux sociaux, pour mars 2013, l’ouverture de son premier restaurant chez Géant Tunisie.

Or, à la direction générale du commerce extérieur (DGCI) tunisienne, l’enseigne américain de fast-food «Mac Donald» ne semble pas actuellement à l’ordre du jour en Tunisie. On nous apprend ainsi, de manière officielle, qu’aucun contrat n’existe avec «les personnes auxquelles on pense», nous précise la chargée du dossier des franchises à la DGCI qui évite de mentionner le moindre nom.

A la DGCI, on nous informe aussi que «aucun opérateur tunisien n’en a fait la demande, à l’exception d’un homme affaired tunisien vivant en France. Ce dernier n’a fait qu’une simple demande sur papier libre, sans aucun dossier et n’en a pas fait le suivi». Donc, contrairement à tout ce qui se dit, le ministère du Commerce affirme qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas, pour l’instant, de Mac Donald en Tunisie.

Il n’y aura pas non plus la marque Hardees. En 2014, un quotidien tunisien avait fait état de l’obtention par le politicien et chef du parti UPL Slim Riahi, d’une autorisation pour cette enseigne. Ce dont on est sûr, comme nous l’a confirmé Mohsen Hassen du même parti, c’est que S. Riahi a décidé de ne rien investir en Tunisie.

Reste à dire dans ce dossier des franchises dans la restauration, qu’on ne sait pas si le ministère du Commerce a exigé des franchisés un minimum de coopération avec les secteurs, agricole et commercial tunisien, lorsqu’on connait les exigences de certaines marques en matière de produits agricoles !

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT