Tags Posts tagged with "problèmes"

problèmes

par -
0

L’union régionale de l’agriculture et de la pêche de Siliana a décidé d’organiser un mouvement de protestation le jeudi 29 septembre 2016, indique un communiqué publié par l’UTAP.

D’après la même source, ce sit-in vient en signe de protestation contre la détérioration de la situation agricole et l’accumulation de plusieurs problèmes freinant les activités des agriculteurs dans la région de Siliana.

par -
0

Le règlement des problèmes du poste-frontière de Ras Jédir n’est pas seulement aux mains des autorités tunisiennes mais il est aussi tributaire d’une décision du coté libyen, a affirmé, mardi le gouverneur de Medenine Tahar Matmati. « Le retard observé dans le règlement des problèmes s’explique par la fragilité de la situation en Libye, a t-il ajouté lors d’une rencontre avec les médias au siège du gouvernorat, consacrée au suivi de la situation à Ben Guerdane. Des contacts sont en cours avec le coté libyen pour examiner toutes les solutions possibles, a-t-il assuré. Selon le gouverneur, le problème ne consiste pas en l’ouverture ou la fermeture du poste frontalier de Ras Jédir mais plutôt dans le flux de marchandises et leur écoulement. Le gouvernement libyen impose une taxe fixe sur les différentes marchandises pour éviter des tracasseries aux commerçants des deux pays, a-t-il expliqué. Matmati a affirmé que le gouvernement suit de près la situation à Ben Guerdane soulignant la poursuite des efforts pour parvenir à une solution.
« Autant les revendications des protestataires sont légitimes autant la contrebande est illégale », a-t-il dit.
Selon le gouverneur, une liste de commerçants a été établie avec le concours de la société civile pour faciliter leur passage via le poste de Ras Jédir.
Les protestataires avaient imputé la responsabilité de l’exacerbation des tensions au gouverneur de la région qui selon eux n’a pas tenu ses engagements d’entamer des négociations avec les parties libyennes pour le rétablissement du trafic commercial au poste frontalier. Une grève générale a été décrétée pour mercredi à l’appel de l’union locale du travail face à la poursuite des pressions exercées sur le commerce avec la Libye et le blocage à la frontière d’un groupe de vendeurs de carburant de contrebande.

TAP

par -
0

Les marins pêcheurs ont appelé ce vendredi 6 mai 2016, à la restructuration de leur secteur qui continue d’achopper sur de nombreux écueils . L’appel a été lancé aujourd’hui, lors d’un congrès national sur  » le secteur de la pêche et de l’aquaculture ».
Cette rencontre a été cependant marquée par l’absence du premier responsable du ministère de l’Agriculture, ce  qui a provoqué la colère des professionnels qui n’ont pas manqué de dénoncer la politique d’atermoiement de l’autorité de tutelle concernant notamment la mise en œuvre des mesures prises en mars dernier.
Vers la création d’un guichet unique !
Dans cette conjoncture délicate, la restructuration du secteur est une exigence, a indiqué Salah Hdider, membre de la commission centrale au sein de l’UTAP.  » On a plus que jamais d’une structure commune afin de faciliter les procédures administratives aux marins pêcheurs », a-t-il  expliqué à Africanmanager faisant savoir que ce secteur se trouve confronté à plusieurs intervenants essentiellement dans les ports.
Pour ce faire, il a proposé  au nom de l’Utap  la création d’un guichet unique dont la mission est de promouvoir l’activité des marins pêcheurs.
Une proposition qui a été  bien accueillie par la commission nationale chargée du suivi du secteur de la Pêche qui par la voix de son président, Mohamed Salah Romdhane, a exigé l’organisation du secteur pour pourvoir avancer, mais aussi pour assurer l’amélioration de la qualité du produit. « Notre demande est claire. C’est tout simplement un meilleur encadrement de nos pêcheurs dont le nombre s’élève à 60 mille et aussi une meilleure organisation de manière à pouvoir assurer une meilleure promotion du produit sur les marchés internationaux », a t-il estimé.
Ila expliqué que la  restructuration est une question incontournable pour le secteur de la pêche qui continue de souffrir de nombreux problèmes liés à la raréfaction des ressources, au défaut d’application de la loi ainsi qu’à l’absence d’une vision stratégique en mesure d’y répondre.
Une étude réalisée auprès d’environ 700 pêcheurs  vient confirmer cette équation. Cette étude a pointé plusieurs lacunes dont notamment le non-respect des normes de la pêche selon la saison, des problèmes d’infrastructure dans plusieurs régions côtières sans oublier les problèmes relatifs à la situation professionnelle des pêcheurs.
Les solutions à cette montagne de problèmes sont entre les mains du gouvernement, soulignent dans leur  majorité les participants à ces assises.
Quel rôle pour le ministère de tutelle ?
Le chargé de mission auprès du ministre, Houssem Hamza  s’est dit attaché à dépasser la situation tout en garantissant un climat favorable pour le développement du secteur de la pêche compte tenu son importance. D’après les dernières statistiques, ce secteur contribue à hauteur de presque 8 pour cent à  la valeur des produits agricoles et de 13 pour cent à celle  de ses exportations.
La production qui n’a cessé de croître pour atteindre 102 tonnes en 1988, a connu un fléchissement durant les années 90, puis elle a repris doucement pour atteindre une production de 119 tonnes en 2015.
C’est pour cette raison que la prime des carburants destinée aux marins pêcheurs sera prochainement révisée à la hausse.  Il s’agit, selon le responsable, de la deuxième augmentation après celle effectuée en mars dernier sachant que le taux de majoration passera ainsi à 10% contre 5% actuellement.
Il a par ailleurs noté que cette augmentation qui coûtera à l’État environ 10 millions de dinars, entrera en vigueur en juin prochain, une fois le système de surveillance par satellite ( VMS)  installé.
De même, une autre prime sera accordée aux petits pêcheurs afin de les encourager. A ce titre, un décret sera prochainement publié au JORT afin de garantir l’application de cette mesure.
Outre l’augmentation des primes, les efforts seront intensifiés pour mieux protéger le secteur tout en œuvrant à en organiser l’activité.
C’est pour cette raison qu’un nouveau système de surveillance par satellite sera installé dans les bateaux de pêche de plus de 15 mètres, en juin prochain. Pour ce faire, le ministère de l’Agriculture a acquis un serveur d’équipement pour que les 4 salles de contrôle installées dans les ministères de Défense, de l’Intérieur et de l’Agriculture ainsi que la douane puissent travailler convenablement.

par -
0

Les problèmes auxquels font face les entreprises allemandes opérant en Tunisie et les perspectives de développement de leurs activités dans un climat qui n’est pas toujours favorable, ont été au centre de la rencontre tenue, lundi à Tunis, entre le Chef du gouvernement, Habib Essid et les représentants des entreprises allemandes. Au cours de son intervention, le Chef du gouvernement a rappelé que la Tunisie ambitionne dans le cadre du plan de développement 2016/2020, « de réaliser une véritable montée en valeur et une meilleure intégration dans la chaîne de valeur mondiale, avec pour corollaire, la création de plus d’opportunités d’emploi, notamment pour les diplômés du supérieur ».
«Nous savons que nous ne sommes pas les seuls à avoir cette ambition. Nous sommes conscients de nos difficultés conjoncturelles et structurelles et nous avons entamé un travail de fonds pour les résoudre», a-t-il fait savoir. S’adressant aux représentants des entreprises allemandes en Tunisie, il a souligné que cette rencontre, constituera une opportunité pour «un échange franc et constructif sur votre évaluation du climat des affaires dans le pays et les problèmes auxquels vous êtes confrontés mais aussi sur votre stratégie et vos plans futurs» . «Je voudrais discuter avec vous des solutions et des moyens à mettre en œuvre, pour vous permette de réaliser vos plans qui deviendront certainement les nôtres».
Problèmes de bureaucratie et de gestion portuaire
Les représentants des entreprises allemandes ont axé leurs interventions sur les problèmes d’ordre administratif, appelant dans ce contexte, à alléger les démarches de l’administration tunisienne et centraliser le processus de prise de décision.
«Beaucoup d’entreprises perdent un précieux temps à chercher qui est le responsable chargé de prendre telle ou telle décision », a indiqué Raouf Ben Debba, président de la chambre tuniso-allemande de l’industrie et du commerce. Il a par ailleurs, mis l’accent sur les problèmes de  gestion au sein des ports, notamment, celui de Radès, ajoutant qu’un bon fonctionnement des ports est vital pour l’ensemble des structures concernées par l’exportation. Un autre intervenant a posé le problème du non respect des délais de réponse de la part de l’administration qui cause des retards considérables pour les entreprises
concernées. Sur ce point, Yassine Brahim, ministre du dévelopement, de l’investissement et de la coopération internationale, a rappelé que la Tunisie s’est attelée à mettre en place, dans le cadre du nouveau code d’investissement et ses textes d’application, «un système ou chaque administration doit donner un délai de réponse à l’entreprise et en cas de dépassement du délai, cela équivaut à une acception». «Une fois adopté par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), le nouveau code de l’investissement, sera la première loi qui voit le jour avec ses décrets  d’application déjà prêts », a-t-il encore fait savoir.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...