Tags Posts tagged with "production, phosphate"

production, phosphate

par -
La production de phosphate dans le bassin minier est arrêtée depuis 3 jours

La production en phosphate durant le mois de janvier 2016 a enregistré une baisse de 41% par rapport au mois de décembre 2015, rapporte Express Fm.

Rappelons que la production dans certaines régions du bassin minier tels qu’El Mdhila et Oum Laârayes a été totalement paralysée, et ce suite aux mouvements de protestation et des sit-in des sans-emploi.

Les unités de production à Metlaoui ont été cependant partiellement paralysées, a précisé la même source.

par -
Les indicateurs s’acheminent vers le beau fixe s’agissant de la production des phosphates dans le bassin minier. Les quantités extraites reprennent progressivement leur cadence d’antan

Les indicateurs s’acheminent vers le beau fixe s’agissant de la production des phosphates dans le bassin minier. Les quantités extraites reprennent progressivement leur cadence d’antan, notamment à Redeyef, en rapport avec l’amélioration de la situation générale dans la région.

Dans ce contexte, le chef du gouvernement, Ali Laarayedh, a présidé, jeudi, une réunion , au cours de laquelle des décisions ont été arrêtées pour renforcer le trafic ferroviaire de transport de phosphate et consolider la coordination entre les différents intervenants, à savoir les ministères de la Défense, du Transport, de l’Intérieur et de l’Industrie ainsi que les structures régionales.

De même, il a été décidé d’accélérer la réalisation des programmes et des projets de développement, sociaux et environnementaux.

Déjà, suite aux recrutements effectués récemment par la compagnie des Phosphates de Gafsa, le coût de production de la tonne de phosphate a augmenté de 40 à 100 dinars, soit une hausse de 250%. De ce fait, la compagnie œuvre à harmoniser les efforts de toutes les parties intervenantes pour assurer l’employabilité des jeunes diplômés dans la région et de garantir la production des phosphates.

D’ailleurs, la Tunisie espère, à ce propos, augmenter sa production annuelle de phosphate en 2013. Après avoir produit 2,6 millions de tonnes en 2012, elle vise plus de 4 millions de tonnes en 2013.

Mesures réglementaires et administratives pour améliorer la production des phosphates

Depuis la révolution et sous l’effet de l’arrêt de la production à maintes reprises, des pertes de 3 millions de dinars ont été enregistrés par jour. La situation à Gafsa était toujours explosive. Des jeunes organisent quotidiennement des rassemblements de protestation et des manifestations bruyantes pour exprimer leur ras-le-bol contre la marginalisation et la pauvreté qui frappent de plein fouet la région.

Non seulement les chômeurs, mais aussi des employés formulent des demandes qui concernent toute la région comme la titularisation des ouvriers des chantiers, la régularisation de la situation des anciens ouvriers de la CPG partis à la retraite dans le cadre de plans sociaux et qui attendent des indemnisations depuis 1986 ou encore le recrutement des jeunes dont les parents ont été victimes d’accidents de travail…

Pour échapper à cette conjoncture incessante, le gouvernement était appelé à adopter des mesures réglementaires et administratives pour assurer la sécurité et le fonctionnement des activités dans le bassin minier de Gafsa, ce qui commence à être fait.

Il s’agit, à titre d’exemple, d’impulser le processus économique et de développement dans cette région déshéritée où les taux de chômage et de pauvreté sont parmi les plus élevés dans le pays. Le but est de mettre fin aux agitations sociales (grèves, sit-ins et actes de sabotages), qui ralentissent le processus de production, de transport et de transformation du phosphate, principale ressource de la région.

D’ailleurs , selon l’Institut National de la Statistique la Tunisie pourrait réaliser un taux croissance de 4% dans le cas de la reprise du rythme de production des secteurs vitaux, tels que les mines, le phosphate et les industries chimiques, mais ceci est tributaire de l’amélioration de la visibilité politique, la fixation de la date des prochaines élections et la stabilité sécuritaire .

Il convient de signaler que le secteur phosphatier occupe une place importante dans l’économie tunisienne, tant au niveau de l’emploi qu’au niveau de la balance commerciale. Il assure l’emploi direct de 4300 personnes et l’emploi indirect a également bénéficié du secteur phosphatier, notamment le transport ferroviaire et maritime, la sous-traitance ainsi qu’un grand nombre d’activités annexes.

Nadia Ben Tamansourt

par -
Les indicateurs s’acheminent vers le beau fixe s’agissant de la production des phosphates dans le bassin minier. Les quantités extraites reprennent progressivement leur cadence d’antan

Les indicateurs s’acheminent vers le beau fixe s’agissant de la production des phosphates dans le bassin minier. Les quantités extraites reprennent progressivement leur cadence d’antan, notamment à Redeyef, en rapport avec l’amélioration de la situation générale dans la région.

Dans ce contexte, le chef du gouvernement, Ali Laarayedh, a présidé, jeudi, une réunion , au cours de laquelle des décisions ont été arrêtées pour renforcer le trafic ferroviaire de transport de phosphate et consolider la coordination entre les différents intervenants, à savoir les ministères de la Défense, du Transport, de l’Intérieur et de l’Industrie ainsi que les structures régionales.

De même, il a été décidé d’accélérer la réalisation des programmes et des projets de développement, sociaux et environnementaux.

Déjà, suite aux recrutements effectués récemment par la compagnie des Phosphates de Gafsa, le coût de production de la tonne de phosphate a augmenté de 40 à 100 dinars, soit une hausse de 250%. De ce fait, la compagnie œuvre à harmoniser les efforts de toutes les parties intervenantes pour assurer l’employabilité des jeunes diplômés dans la région et de garantir la production des phosphates.

D’ailleurs, la Tunisie espère, à ce propos, augmenter sa production annuelle de phosphate en 2013. Après avoir produit 2,6 millions de tonnes en 2012, elle vise plus de 4 millions de tonnes en 2013.

Mesures réglementaires et administratives pour améliorer la production des phosphates

Depuis la révolution et sous l’effet de l’arrêt de la production à maintes reprises, des pertes de 3 millions de dinars ont été enregistrés par jour. La situation à Gafsa était toujours explosive. Des jeunes organisent quotidiennement des rassemblements de protestation et des manifestations bruyantes pour exprimer leur ras-le-bol contre la marginalisation et la pauvreté qui frappent de plein fouet la région.

Non seulement les chômeurs, mais aussi des employés formulent des demandes qui concernent toute la région comme la titularisation des ouvriers des chantiers, la régularisation de la situation des anciens ouvriers de la CPG partis à la retraite dans le cadre de plans sociaux et qui attendent des indemnisations depuis 1986 ou encore le recrutement des jeunes dont les parents ont été victimes d’accidents de travail…

Pour échapper à cette conjoncture incessante, le gouvernement était appelé à adopter des mesures réglementaires et administratives pour assurer la sécurité et le fonctionnement des activités dans le bassin minier de Gafsa, ce qui commence à être fait.

Il s’agit, à titre d’exemple, d’impulser le processus économique et de développement dans cette région déshéritée où les taux de chômage et de pauvreté sont parmi les plus élevés dans le pays. Le but est de mettre fin aux agitations sociales (grèves, sit-ins et actes de sabotages), qui ralentissent le processus de production, de transport et de transformation du phosphate, principale ressource de la région.

D’ailleurs , selon l’Institut National de la Statistique la Tunisie pourrait réaliser un taux croissance de 4% dans le cas de la reprise du rythme de production des secteurs vitaux, tels que les mines, le phosphate et les industries chimiques, mais ceci est tributaire de l’amélioration de la visibilité politique, la fixation de la date des prochaines élections et la stabilité sécuritaire .

Il convient de signaler que le secteur phosphatier occupe une place importante dans l’économie tunisienne, tant au niveau de l’emploi qu’au niveau de la balance commerciale. Il assure l’emploi direct de 4300 personnes et l’emploi indirect a également bénéficié du secteur phosphatier, notamment le transport ferroviaire et maritime, la sous-traitance ainsi qu’un grand nombre d’activités annexes.

Nadia Ben Tamansourt

par -
La production de la compagnie du phosphate de Gafsa (CPG) n'a pas dépassé les 230 mille tonnes

La production de la compagnie du phosphate de Gafsa (CPG) n’a pas dépassé les 230 mille tonnes, au cours des deux premiers mois de l’année 2013, en comparaison avec l’année 2010 où la compagnie a produit 1,4 million de tonnes, soit une baisse de 83%.

La quantité de phosphate a été produite notamment à Kaf Eddour, Kaf Chefaier, Métlaoui, jelaybia, Mzinda à Mdhilla, alors que les centres de production d’Oum larayes et Redayef demeurent à l’arrêt.

Selon des sources concordantes, cette chute de la production est due à la poursuite des mouvements de protestation notamment des sit-in organisés par les chômeurs de la région au niveau des sites d’extraction et de production et sur les lieux de passage des bus transportant les ouvriers.

L’extraction, la production et la commercialisation du phosphate à Métlaoui représentent 60% des activités de la compagnie de phosphate de Gafsa.

La CPG a produit 2,7 millions de tonnes, en 2012, contre 8 millions de tonnes, en 2010, soit une baisse de 64%. En 2012, la société de Phosphate de Gafsa a dû puiser dans ses réserves stratégiques pour satisfaire les demandes de ses clients.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un rapport co-publié par la Banque africaine de développement et l’OCDE, l’Afrique enregistre cette année une hausse de son taux de croissance après...

SPORT