Tags Posts tagged with "Projet de la Tunisie"

Projet de la Tunisie

par -
Lors d’un point de presse du parti Ettakatol

Quatre membres démissionnaires du bureau politique d’Ettakatol ont affirmé n’avoir aucun lien avec le mouvement « projet de la Tunisie ».
Ils ont démenti dans une déclaration publiée lundi les informations relatives à leur adhésion à ce mouvement.
les anciens membres d’Ettakatol ont expliqué que les concertations avec le coordinateurs général du « projet de la Tunisie » se sont limitées à un échange de vue sur le programmes et les orientations du mouvement.
Il s’agit de Jameleddine Amri de sousse, Habib Hamdi de Ben Arous, Salah Mcharek de Médenine et Hamdi Ben Rabiha de Siliana.

par -

Le Mouvement du projet de la Tunisie tiendra son congrès contitutif du 23 au 25 juillet, selon son coordinateur général Mohsen Marzouk.
S’exprimant en conférence de presse jeudi à Tunis, un membre du comité exécutive du parti Amen Beja oui a indiqué que le mouvement est sur le point d’achever ses congrès régionaux.
Le mouvement adopte l’initiative lancée par le groupe parlementaire Al Horra concernant la dissolution des délégations spéciales quelques mois avant l’organisation des élections municipales. Il a affirmé, également, que le parti soutient la proposition du bloc Al Horra relative à l’organisation des élections sur deux tours pour assurer un équilibre entre les membres du conseil municipal élu.
Le mouvement a de nouveau appelé à la création d’un front politique démocratique regroupant des partis démocratiques et des personnalités nationales afin de renforcer l’action parlementaire et la coordination politique.
Selon lui le mouvement du projet de la Tunisie a reçu, jusqu’à ce jour, 25 mille demandes d’adhésion et 1100 demandes d’éligibilité aux conseils régionaux.
La création du projet de la Tunisie, a été annoncée, officiellement, le 20 mars 2016. Le parti a obtenu le visa légal le 11 mai dernier.

par -

Mohsen Marzouk, coordinateur général du mouvement « Projet de la Tunisie », a annoncé que le congrès constitutif du mouvement qui devra être tenu, au cours de la troisième semaine du mois de juillet 2016, a été lancé avec le démarrage, samedi à Tataouine, des élections régionales des congressistes. Ces élections se poursuivront, au cours des deux prochaines semaines, dans tous les gouvernorats de la république et à l’étranger, a-t-il encore ajouté.
Dans une déclaration à TAP, en marge d’un diner en présence de militants et de partisans du parti, ainsi qu’un nombre de députés représentant le bloc El Hurra au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Marzouk a indiqué que les opérations d’élection ont démarré dans des conditions démocratiques.
« L’élection de congressistes représentant toutes les régions reflète une volonté de garantir la réussite d’un projet fondé sur les principes de la démocratie et de l’élection et non sur la désignation partisane « , a indiqué Marzouk.
Il a , par ailleurs, exprimé le souhait que tous les partis politiques adoptant une orientation nationale modernistes, soient convaincus de la nécessité participer à des alliances visant à concrétiser ce projet.
Notre mouvement est ouvert à toutes les forces adhérentes à ce projet et n’exclue pas les partisans du parti Nidaa Tounes, a encore affirmé Marzouk.
S’agissant de la séparation entre le politique et la prédication adopté par le parti Ennahdha , le responsable a affirmé:  » personnellement, je n’ai pas vu de séparation au niveau des personnalités ou les choix politiques, ou au niveau des stratégies « . Pour Marzouk, il s’agit d’une confirmation de l’Islam politique en maintenant la même démarche au sein du même groupe ».
La député du bloc El Hurra NADIA Zanker, a, pour sa part, relevé que cette rencontre est une occasion pour faire connaitre les orientations et les choix du parti, d’autant plus que le mouvement parie sur les prochaines élections municipales.

par -

Le parti Mouvement du Projet de la Tunisie a obtenu, mercredi, officiellement, son visa légal. Dans une déclaration rendue publique jeudi, le comité exécutif du parti annonce avoir obtenu le visa légal.
Le lancement officiel du parti, fondé par Mohsen Marzouk, secrétaire général démissionnaire de Nidaa Tounes, a eu lieu le 20 mars dernier.
Fin avril dernier, Mohsen Marzouk avait, dans une conférence de presse, appelé le chef du gouvernement à hâter le processus d’octroi de l’autorisation légale pour son parti.

TAP

par -

Le coordinateur général du mouvement «Projet de Tunisie », Mohsen Marzouk a fait part, samedi, de son étonnement du retard dans l’obtention du visa pour son parti. Le parti au Logo sous forme de clé, n’ouvrira donc pour l’instant ses portes aux éventuels adhérents. C’est ce que rapportait samedi l’agence de presse officielle Tap.
Dans une déclaration à la presse, en marge de la commémoration par le mouvement de la fête des martyrs, à Monastir, Marzouk a souligné l’importance d’unir  les efforts dans la guerre contre le terrorisme et l’éradication de toutes les formes de corruption politique et financière « étant donné qu’elles sont étroitement liées ».
Les efforts des Tunisiens doivent être focalisés sur l’éradication de la pauvreté, l’impulsion de l’investissement et la réalisation du développement, a-t-il souligné. Marzouk a, en outre, mis en avant l’importance d’instaurer la décentralisation du pouvoir afin de permettre aux régions d’assurer la gestion de leurs ressources.

par -
Le dirigeant à Nidaa Tounès

Le coordinateur général du mouvement « projet de la Tunisie », Mohsen Marzouk a indiqué que le congrès électoral et constitutif de son parti est prévu fin mai ou début juin prochain.
Lors d’une conférence de presse tenue, dimanche, au Palais des Sports d’El Menzah, à l’issue d’un meeting du mouvement et le lancement officiel du parti, Marzouk a souligné que l’agenda du parti comprend jusqu’à la tenue du congrès électoral et constitutif, le dépôt de l’autorisation légale du parti dans deux jours et la préparation du congrès électoral. Interrogé sur les sources de financement du parti, Marzouk a indiqué que les détails autour de cette question seront présentés après la mise en place des structures du parti, ajoutant que les financements proviennent actuellement des donations de plusieurs membres fondateurs du parti.
Par ailleurs, Marzouk a souligné qu' »Ennahdha est un parti concurrent » et « que sa formation refuse toute alliance avec ce mouvement ». Il n’a pas écarté la possibilité d’une coexistence politique avec le mouvement Ennahdha, « tout comme avec tous les autres partis politiques ».
Le coordinateur général du mouvement « projet de la Tunisie », estime que ce parti sera un rempart au profit du mouvement destourien, de la femme et des intérêts du pays. « Ce parti est destiné aux tunisiens qui veulent construire et non détruire, aux jeunes à la recherche de postes d’emploi, à la femme tunisienne militante et à nos vaillantes forces armées pour leur engagement dans la défense de la patrie », a-t-il précisé.

TAP

par -

Le mouvement « Projet de la Tunisie » a été officiellement lancé, dimanche, au Palais des sports à El Menzah.
Des milliers de sympathisants du mouvement sont venus nombreux pour assister à l’annonce officielle qui coïncide avec la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance.
Ce meeting a été l’occasion de dévoiler le logo du mouvement conçu sous forme d’une « clé » qui reflète la volonté des fondateurs du mouvement de faire de leur parti « une clé » pour remédier aux problèmes économiques, sociaux et du développement de la Tunisie, en balisant la voie à une nouvelle ère pour mieux servir le pays, selon eux.
L’occasion a été, également, offerte pour exposer la charte constitutive du mouvement qui repose sur huit axes, dont l’engagement aux principes de la République, la primauté de la loi et le respect du pouvoir de l’Etat axé sur l’ordre, l’égalité, l’équité et la citoyenneté.
Les fondateurs du mouvement se sont engagés à suivre « la démarche de la démocratie participative dans la conception des politiques, la prise de décisions, le renforcement de la liberté d’innover, le respect de l’action politique pacifique, l’alternance au pouvoir, la lutte contre la violence et la haine et à l’édification d’un projet moderne démocratique basé sur le vote et la liberté de choisir, permettant à la femme d’accéder aux postes de leadership et aux jeunes d’assumer une responsabilité. De l’autre côté, la charte constitutive du mouvement stipule « la préservation de l’identité tunisienne du peuple et de sa valeur civilisationnelle et la lutte contre la corruption afin d’édifier une économie compétitive et solidaire, outre la garantie du droit des régions à gérer leurs propres affaires, en concrétisation des principes de la décentralisation et de la discrimination positive, dans le cadre du respect de l’unité de l’Etat et de sa souveraineté.
Le meeting a offert, également, l’occasion de scander des slogans dénonçant le terrorisme et appelant à l’unité nationale afin de vaincre ce fléau.
A l’ouverture de ce meeting, Abderraouf Cherif, président du groupe « El Horra » représentant le mouvement « projet de la Tunisie » à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), a fait valoir qu’après « six décennies d’indépendance de la Tunisie, le terrorisme ne peut en aucun cas menacer notre pays qui reste un Etat libre et
indépendant ». Il convient de rappeler que lors d’une conférence de presse tenue le 2 mars 2016, le nom du mouvement « Projet de la Tunisie » a été annoncé. Ce mouvement est constitué de plusieurs leaders qui ont démissionné du mouvement Nidaa Tounes, suite à des conflits intérieurs qui ont divisé le mouvement en deux parties ; l’une dirigée par Hafedh Caïd Essebsi, l’autre par Mohsen Marzouk qui dirige actuellement le processus de la fondation du mouvement « Projet de la Tunisie ».

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux