Tags Posts tagged with "Projet, Gaz"

Projet, Gaz

par -
Le projet du gaz au Sud permettra

Le projet du gaz au Sud permettra, en 2014, d’approvisionner toutes les régions du pays en gaz naturel. La Tunisie veut associer à sa stratégie de diversification de ses sources d’approvisionnement en énergie, le développement du potentiel de son sous-sol, avec aujourd’hui en ligne de mire la réalisation du projet Gaz du Sud.

C’est dans ce contexte que le ministère de l’Industrie affirme que l’appel d’offres concernant le projet « Gaz du Sud »n’a pas été lancé, à ce jour, sauf pour celui portant sur le gazoduc, lancé sur le marché mondial, indiquant que la participation des sociétés, compétences et main d’œuvre tunisiennes est une condition majeure à l’aune de laquelle seront sélectionnés les entrepreneurs.

Ledit département a lancé un appel aux différentes parties concernées pour coopérer en vue de soutenir les efforts des techniciens et des experts dans la progression des travaux d’exécution du projet, de façon à fournir de l’emploi aux demandeurs de la région de Tataouine et garantir l’achèvement des travaux à la date fixée, c’est-à-dire en 2016.

S’agissant des procédures concernant le pré qualification de l’appel d’offres du projet « Gaz du sud », un homme d’affaires tunisien, Wajdi Chotrani, directeur général de la société Enco, une entreprise de construction et d’ingénierie a affirmé à Africanmanager qu’il a été écarté ainsi que d’autres entreprises de ces procédures, au motif que l’appel d’offres s’adresse à « des entreprises déterminées ».

Il a ajouté que l’annonce relative aux procédures du pré qualification n’a pas été publiée dans les journaux ou le site web de l’ETAP, comme le stipule la loi. Il a affirmé, en outre, avoir pris contact avec un responsable de l’Etablissement tunisien des activités pétrolières (ETAP) pour s’enquérir des raisons de la non publication de l’annonce de pré qualification sur les médias de la place et sur le site de l’Etablissement. Il lui a été répondu que l’ETAP ne dispose pas des mécanismes techniques pour le faire ajoutant que les entreprises intéressées par cette question sont tenues de contacter elles-mêmes l’ETAP.

Il a souligné que « plusieurs sociétés ont été ignorées », car, selon lui, le projet est destiné prioritairement au groupement des compagnies locales et étrangères. « Cette opération de pré qualification doit être ouverte pour tout le monde pour en garantir la transparence.

« Je me pose des questions sur les raisons de ce monopole historique des projets publics exercé par les mêmes sociétés ? Cela devient un héritage ? Depuis le 18 mars 2013, les chefs d’entreprise tunisiens ont adressé une réclamation au conseil constitutionnel, pour résoudre ce problème ; toutefois nous n’avons reçu aucune réponse », a-t-il dit.

Il a rappelé qu’en 2012 , le projet était prévu d’être piloté par le STEG, estimant que son transfert à l’ETAP pose, à son avis, beaucoup des questions surtout avec un nouveau budget multiplié par trois (1.2 milliard de dollars US) par rapport à celui fixé par le STEG qui a une longue expérience en matière de marchés publics et respecte les procédures réglementaires concernant les appels d’offres. A cet effet, il a lancé un appel au chef du Gouvernement afin d’intervenir et « mettre fin aux dépassements des réglementations générales des marchés publics et d’arrêter le gaspillage des investissements publics », a-t-il ajouté.

En réaction à ces déclarations, nous avons contacté le ministère de l’industrie pour avoir plus de détails sur cette affaire, l’attaché de presse du département nous a opposé une fin de non recevoir.

Pour sa part, la direction de l’Etablissement tunisien des activités pétrolières (ETAP) nous a promis de répondre aux déclarations faites par l’homme d’affaires tunisien sans qu’une suite n’y ait été donnée.

Nadia Ben Tamansourt

par -
Le projet du gaz au Sud permettra

Le projet du gaz au Sud permettra, en 2014, d’approvisionner toutes les régions du pays en gaz naturel. La Tunisie veut associer à sa stratégie de diversification de ses sources d’approvisionnement en énergie, le développement du potentiel de son sous-sol, avec aujourd’hui en ligne de mire la réalisation du projet Gaz du Sud.

C’est dans ce contexte que le ministère de l’Industrie affirme que l’appel d’offres concernant le projet « Gaz du Sud »n’a pas été lancé, à ce jour, sauf pour celui portant sur le gazoduc, lancé sur le marché mondial, indiquant que la participation des sociétés, compétences et main d’œuvre tunisiennes est une condition majeure à l’aune de laquelle seront sélectionnés les entrepreneurs.

Ledit département a lancé un appel aux différentes parties concernées pour coopérer en vue de soutenir les efforts des techniciens et des experts dans la progression des travaux d’exécution du projet, de façon à fournir de l’emploi aux demandeurs de la région de Tataouine et garantir l’achèvement des travaux à la date fixée, c’est-à-dire en 2016.

S’agissant des procédures concernant le pré qualification de l’appel d’offres du projet « Gaz du sud », un homme d’affaires tunisien, Wajdi Chotrani, directeur général de la société Enco, une entreprise de construction et d’ingénierie a affirmé à Africanmanager qu’il a été écarté ainsi que d’autres entreprises de ces procédures, au motif que l’appel d’offres s’adresse à « des entreprises déterminées ».

Il a ajouté que l’annonce relative aux procédures du pré qualification n’a pas été publiée dans les journaux ou le site web de l’ETAP, comme le stipule la loi. Il a affirmé, en outre, avoir pris contact avec un responsable de l’Etablissement tunisien des activités pétrolières (ETAP) pour s’enquérir des raisons de la non publication de l’annonce de pré qualification sur les médias de la place et sur le site de l’Etablissement. Il lui a été répondu que l’ETAP ne dispose pas des mécanismes techniques pour le faire ajoutant que les entreprises intéressées par cette question sont tenues de contacter elles-mêmes l’ETAP.

Il a souligné que « plusieurs sociétés ont été ignorées », car, selon lui, le projet est destiné prioritairement au groupement des compagnies locales et étrangères. « Cette opération de pré qualification doit être ouverte pour tout le monde pour en garantir la transparence.

« Je me pose des questions sur les raisons de ce monopole historique des projets publics exercé par les mêmes sociétés ? Cela devient un héritage ? Depuis le 18 mars 2013, les chefs d’entreprise tunisiens ont adressé une réclamation au conseil constitutionnel, pour résoudre ce problème ; toutefois nous n’avons reçu aucune réponse », a-t-il dit.

Il a rappelé qu’en 2012 , le projet était prévu d’être piloté par le STEG, estimant que son transfert à l’ETAP pose, à son avis, beaucoup des questions surtout avec un nouveau budget multiplié par trois (1.2 milliard de dollars US) par rapport à celui fixé par le STEG qui a une longue expérience en matière de marchés publics et respecte les procédures réglementaires concernant les appels d’offres. A cet effet, il a lancé un appel au chef du Gouvernement afin d’intervenir et « mettre fin aux dépassements des réglementations générales des marchés publics et d’arrêter le gaspillage des investissements publics », a-t-il ajouté.

En réaction à ces déclarations, nous avons contacté le ministère de l’industrie pour avoir plus de détails sur cette affaire, l’attaché de presse du département nous a opposé une fin de non recevoir.

Pour sa part, la direction de l’Etablissement tunisien des activités pétrolières (ETAP) nous a promis de répondre aux déclarations faites par l’homme d’affaires tunisien sans qu’une suite n’y ait été donnée.

Nadia Ben Tamansourt

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

La Mission Economique Business France près l’Ambassade de France en Algérie organise du 22 au 24 mai 2017 la venue en Algérie d’une délégation...