Tags Posts tagged with "propositions"

propositions

par -

Ennahdha estime que le consensus et la mise en place d’un projet national englobant tous les acteurs de la scène politique sont autant de facteurs devant être réunis afin d’assurer la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Par la voix de son membre du bureau exécutif Ajmi Lourimi, le parti d’obédience islamiste a souligné la nécessité de trouver un consensus pour pouvoir réaliser les réformes prévues.  » Ce nouveau gouvernement devrait être celui des réformes et c’est pour cette raison qu’on doit se sacrifier et mettre à l’avant l’intérêt national », a expliqué Lourimi lors d’une interview accordée ce lundi 13 mai 2016 à Africanmanager.
D’après lui, l’ensemble des acteurs sont plus que jamais appelés à se mobiliser pour sauver l’économie tunisienne, déjà en berne et pour améliorer la situation sociale.

Pour ce faire, Ennahdha prévoit une meilleure concentration sur certains dossiers, dont notamment le code d’investissement, la réforme bancaire, les caisses sociales et la loi relative aux municipalités. « Il est temps d’entamer ces réformes très importante pour que la Tunisie puisse reprendre son rythme normal », a t-il estimé.

par -

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a estimé, vendredi, que le patriotisme, la compétence, l’intégrité, la coordination et l’efficacité dans le cadre d’un programme national prioritaire, sont autant de facteurs devant être réunis dans la conception et la formation du gouvernement d’union nationale et de ses priorités, au delà de toute considération partisane.

Tous les acteurs politiques et en particulier la coalition au gouvernement doivent se mobiliser pour sauver l’économie nationale et améliorer la situation sociale, a affirmé l’UGTT.

Selon des propositions formulées par le département des études et de documentation de la centrale syndicale dont une copie est parvenue à l’agence TAP, l’UGTT ne compte pas faire partie du gouvernement partant de la responsabilité nationale qui lui échoit et de son rôle social et de médiation.

Parmi les priorités du gouvernement, selon l’UGTT, l’adoption de cinq plans nationaux relatifs à la lutte contre le terrorisme, la violence, la contrebande, la spéculation, le commerce parallèle et l’évasion fiscale.

L’application de la loi, la mise en œuvre des projets programmés et l’exécution des décisions des conseils ministériels et régionaux notamment au sujet du développement dans les différentes régions doivent aussi figurer parmi les priorités, souligne l’UGTT.

Le gouvernement d’union nationale doit mettre en place des stratégies urgentes concernant les secteurs vitaux tels que le phosphate, le tourisme, l’énergie et l’agriculture. Il doit également activer le projet de réforme fiscale, les instances constitutionnelles indépendantes et les recommandations du dialogue national sur l’emploi, souligne l’organisation syndicale.

Quant à la composition du gouvernement, l’UGTT propose la réduction du nombre des ministères et la création de secrétariats d’Etat pour assurer le suivi des réformes sur le plan pratique. « Les membres du gouvernement doivent être compétents et expérimentés respectant la culture du dialogue national et le droit syndical », a-t-elle estimé.

La centrale syndicale a, en outre, proposé la révision du processus de concertation sur le plan de développement 2016-2020, l’application de toutes les conventions signées avec les ministres des gouvernements précédents et la création d’un conseil national de dialogue social.

par -

Le chef du gouvernement, Habib Essid, a fixé le cap si toutefois il est maintenant à son poste. “Si je suis chargé de former un gouvernement d’union nationale, je n’hésiterai pas à entamer des concertations avec tous les partis politiques, sans exception,” a-t-il déclaré ce matin du vendredi 03 juin sur Express Fm.

“Et si un remaniement ministériel s’impose, je n’hésiterai pas à entamer des modifications dans la composition du gouvernement,” a ajouté Essid.

Par ailleurs il a déclaré qu’il n’a fait l’objet d’aucune pression ou contrainte quand il a composé son équipe. Il a affirmé que quand on lui a confié cette tache, il a mené des concertations avec les différents partis de la scène politique.

Enfin s’agissant de la proposition phare du président de la République, Béji Caïd Essebsi, un gouvernement d’union nationale, Essid a assuré qu’il n’en savait rien, et qu’il l’a donc appris en même temps que tout le monde…

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu lundi au palais de Carthage une délégation du parti Afek Tounès conduite par le président de son Conseil national, Mohamed Louzir.

La rencontre a porté sur la situation générale dans le pays et les propositions du parti concernant la conjoncture actuelle pour trouver les solutions à même d’améliorer la situation économique et sociale.

par -
President of the Tunisian employers union (UTICA) Wided Bouchamaoui, gestures in her office in Tunis on October 9, 2015, after she was awarded the 2015 Nobel Peace Prize with other members of Tunisian National Dialogue Quartet. The Norwegian Nobel Commitee announced that Tunisian mediators of the so called National Dialogue Quartet (Tunisian General Labour Union UGTT, Confederation of Industry, Tunisian Trade and Handicrafts UTICA, Tunisian Human Rights League LTDH and Tunisian Order of Lawyers) won the 2015 Nobel Peace Prize. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images)

La présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), Wided Bouchamaoui, est passée sur Express Fm ce mardi 5 avril 2016 pour donner la vision de la centrale patronale sur les actions à entreprendre afin de redresser la Tunisie, des éléments qui résultent du conseil national de l’UTICA et du dialogue national sur l’emploi.

Mme Bouchamaoui a déclaré que le secteur privé est lourdement pénalisé par le commerce parallèle et le fléau de la contrebande, notamment dans les secteurs du textile et de l’électroménager.

Elle a déclaré que le volume d’activité du secteur privé ne s’est pas tassé, mais il faut reconnaitre qu’elle n’est pas à la hauteur des besoins des jeunes, qui mettent en avant leur droit au travail. Elle a ajouté qu’il y a beaucoup à faire pour améliorer le climat des affaires de manière à porter à la hausse la masse des investissements et apporter la valeur ajoutée qui va doper le secteur privé.

La patronne des patronnes a déclaré que la Tunisie en a fini avec la sous-traitance et a mis le cap sur la co-localisation, particulièrement dans les secteurs du textile et de la mécanique. Elle a dit dans ce sens que son organisation est disposée à soutenir les initiatives dans le sens de l’innovation dans beaucoup de domaines, par exemple en dynamisant les investissements dans le sport, la culture et la technologie.

L’UTICA renouvelle son engagement à appuyer sur les plans logistique et technique les jeunes entrepreneurs, l’idée est de créer un outil pour une étroite corrélation entre les demandes des jeunes et les offres d’emploi. Il est également question de revoir en profondeur la formation professionnelle afin de fournir aux entreprises une main d’oeuvre qualifiée.

S’agissant des investissements dans le domaine de l’artisanat, Mme Bouchamaoui a dévoilé le projet d’appui des promoteurs et des créateurs de petites entreprises. Les bailleurs de fonds et l’UTICA mettront la main à la poche pour financer ces projets.

Elle a réitéré la proposition de l’UTICA quant à un état d’urgence économique sur une durée de deux ans, l’adoption d’une législation plus souple flexible où les autorités décréteraient la fin de tous les obstacles à l’investissement et à l’emploi. Dans ce sens, Mme Bouchamaoui suggère qu’on reporte de deux à trois ans l’imposition sur les sociétés offshores, en attendant de regagner la confiance des investisseurs.

Enfin elle a répondu à une question sur la hausse des salaires dans le secteur privé. Elle a déclaré que certes la conjoncture économique n’est pas favorable, mais elle prend l’engagement de se conformer aux accords signés et les augmentations seront bien activées, avec un effet rétroactif (à partir de septembre).

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

L'Algérie et la République du Congo ont signé,  mardi 28 mars 2017 à Alger 15 accords et mémorandums de coopération dans différents domaines, conclus...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...