Tags Posts tagged with "purge"

purge

par -
Plusieurs médias et sites électroniques  ont  révélé  qu'un vaste coup de filet anticorruption a été mené

Des informations rapportées, ce vendredi 9 septembre 2016, par le « Nouvel Observateur » relèvent que le président Recep Tayyip Erdogan,  a annoncé avoir suspendu 11.500 professeurs suspectés de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Il a affirmé qu’il continuerait ses efforts pour supprimer le PKK et le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, considéré par Ankara comme responsable du putsch raté du 15 juillet et surnommé « organisation terroriste güleniste » (FETO), a signalé la même source.

 

par -
Plusieurs médias et sites électroniques  ont  révélé  qu'un vaste coup de filet anticorruption a été mené

Récemment, les autorités turques ont reconnu des dérives possibles dans les purges perpétrées actuellement dans le pays suite au coup d’Etat raté du 15 juillet 2016. Changement de ton ce mardi 02 août, avec un Erdogan particulièrement agressif vis-à-vis des pays occidentaux. Le président turc n’a pas pris de gant en accusant ouvertement les Occidentaux de soutenir le « terrorisme » et les putschistes.

« Malheureusement, l’Occident soutient le terrorisme et se range aux côtés des putschistes », a affirmé le chef de l’Etat dans un discours à Ankara. Il espère de la sorte tarir l’avalanche de critiques des Etats-Unis et de l’Europe, qui se sont émus des purges massives en cours en Turquie.

« Ceux que nous imaginions être nos amis prennent le parti des putschistes et des terroristes », a martelé Erdogan lors d’un forum économique à la présidence.
Il en a rajouté une louche en déclarant que le scénario du putsch « avait été écrit depuis l’étranger ». On le sait, pour Ankara le prédicateur Fethullah Gülen, réfugié aux USA, est l’instigateur du coup d’Etat, des accusations rejetées en bloc par Gülen.

Autre motif de l’ire du chef de l’Etat : Le fait que les autorités allemandes lui aient interdit de parler, par un lien vidéo, à ses fidèles massés dimanche dernier à Cologne (ouest) pour, disent-ils, renforcer la démocratie. Erdogan ne s’est pas gêné pour tirer en direction de Berlin. Il reproche à la chancellerie allemande d’avoir laissé s’exprimer à sa guise la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classée organisation terroriste par Ankara, mais également par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Auw Européens qui s’émeuvent du tour de vis après le putsch raté, il a rétorqué que « l’état d’urgence respecte les procédures européennes », avant de leur balancer ceci : « Regardez ce qu’a fait la France: trois plus trois plus six, elle a déclaré un an d’état d’urgence »…

par -

La Turquie a admis pour la première fois lundi que la purge post-coup d’Etat avait pu donner lieu à « des erreurs », tout en exprimant fermement son mécontentent à l’Allemagne qui a empêché son président de parler à ses partisans, rapporte le site « lepoint.fr ».

Changement de ton notable à Ankara, deux hauts responsables ont admis que la purge implacable lancée dans la foulée du putsch du 15 juillet et très critiquée à l’étranger avait pu donner lieu à « des erreurs ». « S’il y a eu des erreurs, nous les corrigerons », a dit le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, tandis que « le grand ménage » des sympathisants du prédicateur exilé Fethullah Gülen accusé par Ankara du putsch avorté, a laminé l’armée, la justice, l’éducation et les médias.

Les « citoyens qui n’ont pas d’affiliation avec eux (les sympathisants de Gülen) devraient se détendre » car « il ne leur sera fait aucun mal », a ajouté le vice-Premier ministre lors d’une conférence de presse. Mais les autres « paieront le prix », a déclaré M. Kurtulmus, à propos des sympathisants de Gülen, dont Ankara a demandé l’extradition à Washington.

Environ 10.000 personnes font l’objet de poursuites et sont en détention préventive, dont des journalistes. Plus de 50.000 Turcs ont été limogés. Le Premier ministre Binali Yildirim a évoqué lui aussi vendredi la possibilité que parmi les victimes de cette chasse aux sorcières, certaines l’aient été de manière abusive.

Source : Le point.fr

 

par -

La compagnie aérienne nationale turque Turkish Airlines a renvoyé 211 employés, notamment dans le management et le personnel navigant, en raison de leurs liens avec le putsch manqué du 15 juillet, ont rapporté lundi des médias turcs.

Les employés ont été licenciés dimanche soir à cause de leurs liens avec le mouvement de Fethullah Gülen, le prédicateur en exil aux États-Unis accusé par Ankara d’être l’instigateur du putsch manqué, écrit le journal Sabah.

D’autres médias avancent que les salariés auraient été renvoyés pour « inefficacité ». Le site d’informations financières Thelira.com précise que 250 membres du personnel navigant ont été mis à pied et cent autres personnes dans les services administratifs et de management.

L’opérateur Turk Telekom, détenu à 30 % par l’État, a par ailleurs renvoyé vendredi 198 employés en « coopération avec les forces de sécurité ». La compagnie a indiqué par un communiqué que certains responsables avaient été convoqués par la justice pour témoigner dans le cadre de l’enquête sur le coup d’État manqué.

Les autorités ont suspendu, interpellé ou placé sous enquête judiciaire plus de 60 000 militaires, policiers, magistrats, enseignants, fonctionnaires et autres personnes depuis l’échec du putsch.

 

par -
Plusieurs médias et sites électroniques  ont  révélé  qu'un vaste coup de filet anticorruption a été mené

Le site WikiLeaks a publié une première et importante partie des emails et documents appartenant aux membres du parti au pouvoir en Turquie, l’AKP, dirigé par le président Recep Tayyip Erdogan.

Dans la nuit du 19 au 20 juillet, la plateforme WikiLeaks a posté sur Twitter un lien vers une base de données comprenant 294 548 emails et «plusieurs milliers» de pièces jointes émanant de 762 adresses liées au nom de domaine appartenant à l’AKP, akparti.org.tr .

Les hackers précisent que toutes les données ont été obtenues avant la tentative de coup d’Etat en Turquie.

Le message le plus récent a été envoyé le 6 juillet, une semaine avant le coup d’Etat, tandis que le plus ancien remonte à l’année 2010.

par -

La purge, la énième, a déjà commencé dans les rangs de l’armée après la tentative de coup d’état d’hier vendredi 15 juillet dans la soirée. Le ministre de la Justice a annoncé ce samedi que plus de 1563 soldats sont derrière les barreaux et 250 autres, qui s’étaient barricadés à l’état-major, ont déposé les armes.

Cinq généraux et 29 colonels ont été limogés, a indiqué le ministère de l’Intérieur. Par ailleurs 16 soldats rebelles ont été abattus par la police gouvernementale dans la capitale, Ankara.

50 autres militaires se sont rendus après avoir été pris en étau par la police à la place Taksim, à Istanbul.

Erdogan et l’armée : une haine cordiale

Entre le président Recep Tayyip Erdoğan et l’armée, c’est loin d’être une histoire d’amour, mais tout au plus une entente cordiale que le chef de l’Etat a travaillée dernièrement après des années de conflit ouvert. En effet dès son accession au pouvoir, en 2003, Erdogan a tout fait pour mettre au pas l’institution militaire laquelle a pourtant été garante de la démocratie et de la laïcité. Il y a eu des vagues de purge au sein de l’armée et beaucoup de généraux et d’officiers ont démis de leurs fonctions, certains ont même été lourdement condamnés suite à des procès spectaculaires où très souvent les dossiers à charge étaient montés de toutes pièces.

Par ailleurs l’armée voit d’un très mauvais oeil les dérives autoritaires d’Erdogan, qui tient à avoir son mot dans les nominations des patrons de l’armée, qui est entrain de se tailler un régime présidentiel fort à sa mesure. On reproche également au chef de l’Etat son attitude trouble vis-à-vis de Daech, certains sont même allés jusqu’à l’accuser de collusion avec l’organisation de l’Etat islamique. Ce qui d’ailleurs n’a pas évité à la Turquie des attentats sanglants dernièrement.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux