Tags Posts tagged with "Rached Ghanouchi"

Rached Ghanouchi

par -

Selon des sources bien informées citées par l’hebdomadaire « Al Moussawar » dans son édition du lundi 15 août 2016, le leader du  mouvement d’Ennadha Rached Ghanouchi a informé le nouveau chef du gouvernent Youssef Chahed, que son parti veut placer Abdelatif Maki ou bien Souad Abdelrahim, ancienne députée du mouvement islamiste Ennahdha, à la tête du ministère de la Santé.

 

par -

Le chef du parti Ennahdha, Rached Ghanouchi, a réagi à la tentative de coup d’Etat ayant lieu actuellement en Turquie.

Dans un communiqué publié sur sa page officielle sur Facebook, Ghanouchi a « fortement » condamné la tentative menée par l’armée, et a appelé les forces démocratiques en Tunisie et dans le monde à la dénoncer.

Il s’agit de la première réaction officielle en Tunisie aux évènements qui se déroulent en Turquie.

par -
Ahmed Ali

Ahmed Ali, journaliste du journal qatari Al Watan a déclaré qu’il n’a jamais modifié les propos de Rached Ghanouchi en ce qui concerne l’éventuel retour du président déchu Zine Al Abidine Ben Ali en Tunisie.

Le journaliste a indiqué que le président du mouvement Ennahdha l’a contacté pour vérifier l’interview avant sa publication et qu’il garde toujours une copie du mail envoyé par Ghannouchi pour modifier une partie de l’interview en question.

Rached Ghannouchi avait déclaré dans l’interview que « Ben Ali peut revenir en Tunisie car il y a assez de place dans le pays pour tout le monde », mais a démenti sur sa page facebook ces propos après leur publication .

Rached Ghanouchi a ajouté qu’une partie de cette interview a été modifiée et que si le président déchu revenait en Tunisie le sort qui l’attend c’est la justice et la prison .

 

par -
le leader du mouvement Ennahdha

le leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghanouchi,a publié sur sa page officielle facebook, sa photo en faisant le signe de « Rabia », et ce lors de sa participation au congrès national de jeunes du parti Ennahdha à Nabeul.

Il convient de signaler que le signe « Rabia » est devenu le symbole du massacre en Egypte et du square Rabaa Al-Adawiya où les protestations anti-coup d’état en Egypte qui ont eu lieu.

par -
Au cours d’un débat télévisé

Au cours d’un débat télévisé, organisé hier sur la Wataniya 2, la Constituante Selma Baccar avait demandé que le leader d’Ennahdha, Rached Ghannouchi, soit passé en justice, l’accusant d’être responsable de toute la violence qui sévit en Tunisie, et indiquant que le meurtre de Chokri Belaid, n’est que le résultat du discours de violence dont fait usage Ennahdha.

par -
Le chef du mouvement Ennahdha

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a averti que les parties qui accusent son mouvement d’être responsable de l’assassinat de Chokti Belaid s’exposent au discrédit.

S’exprimant sur la Télévision tunisienne, au sujet de la décision de Hamadi Jebali de former un gouvernement apolitique de compétences, il a déclaré que le mouvement Ennahdha est en réunion et définira sa position ajoutant que « nous respectons la décision de Jebali »

par -
«Depuis le bureau d'Ennahdha à Londres

«Depuis le bureau d’Ennahdha à Londres, le chef du parti Rached Ghannouchi a fait parvenir un communiqué dans lequel il « condamne fortement le crime haineux qui a visé Chokri Belaïd et appelle les Tunisiens à l’unité et à la vigilance contre ceux qui cherchent à plonger le pays dans la violence», écrivait ce jour le journal Le Monde !

On se demande, ainsi, ce que fait le chef du premier parti politique en Tunisie, alors que le président provisoire, annule sa visite pour l’Egypte et rentre de Paris en Tunisie où se déroulent de dangereux évènements et où l’assassinat politique prend forme ?

par -
Dans une interview accordée au quotidien français « Le Monde »

Dans une interview accordée au quotidien français « Le Monde », Rached Ghanouchi, président du mouvement islamiste Ennahdha, fait un tour d’horizon de la scène politique en Tunisie depuis la montée de son parti au pouvoir.

Sur la question de la tenue du double discours, assaillant d’ailleurs les dirigeants du mouvement, Ghannouchi rétorque que cette accusation relève davantage des manœuvres de l’ancien régime de Ben Ali et qu’il convient de l’éviter. Selon le leader d’Ennahdha, « diaboliser les salafistes revient à les pousser dans les commandes dans une dizaine ou une quinzaine d’années. La meilleure pioche est, donc, de les traiter en tant que citoyens et non en tant qu’ennemis ».

Dans un autre propos concernant la rédaction de la Constituante, Ghannouchi précise que la nouveauté réside dans la séparation des pouvoirs. Séparation qui engendrera forcément l’anéantissement du pouvoir absolu, la garantie des droits de l’homme ainsi que des droits sociaux : « J’ai vécu vingt ans en exil en Grande-Bretagne où il n’y a pas de Constitution mais où ces droits et l’indépendance de la justice sont assurés. L’importance, c’est cela. »

La journaliste a abordé, ensuite, la question centrale de l’accord sur le futur régime, mi-parlementaire, mi-présidentiel et l’organisation des prochaines élections pour le 23 juin 2013. Pour Ghannouchi, ce calendrier, établi à la suite d’une évaluation minutieuse de la situation, représente plutôt une proposition qui demeure encore en discussion, ce n’est que l’Assemblée Constituante qui aura le dernier mot.

Le leader du parti islamiste s’est prononcé au sujet du bilan d’une année depuis l’ascension d’Ennahdha au pouvoir. Selon lui, le premier objectif étant acquis, à savoir : la liberté. Le second, la justice transitionnelle, sera beaucoup moins évident à concrétiser, il faudra compter pas moins de 10 ans, a-t-il dit.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...