Tags Posts tagged with "Rachid Ammar,"

Rachid Ammar,

par -

L’ancien Chef d’Etat-major des Armées, Rachid Ammar, a catégoriquement nié l’existence d’une base militaire américaine sur le territoire tunisien. Dans une déclaration accordée, ce jeudi 3 novembre 2016, au journal Al Sarih, il a révélé que les diffuseurs de cette rumeur veulent porter atteinte aux relations tuniso-algériennes .

Il a ajouté que lorsqu’il était en poste, le niveau de coopération entre les deux pays frères était au plus haut niveau  et d’affirmer que les deux pays partagent les mêmes frontières et sont liés par un destin commun .

On rappelle qu’une grosse tempête médiatique a été soulevée par l’article du Washington Post faisant état d’une base de drones US en territoire tunisien. Une information qui ne cultive aucune nouveauté par rapport à ce que tout le monde ou presque savait.

par -
Le général Rachid Ammar

Le général Rachid Ammar, ex-chef d’état-major des trois armées a catégoriquement refusé de s’exprimer sur la récente attaque terroriste contre deux unités de l’Armée nationale à Jebel Chaambi, qui a fait 15 morts et une vingtaine de blessés. Sollicité par Attounsia, il s’est contenté d’exprimer sa douleur et sa sympathie à « ses fils et collègues de l’Armée nationale ».

Interrogé si le moment n’est pas venu pour lui de parler, il a déclaré : « je suis formé à être taciturne, et je continue d’observer le silence ». Il n’en a pas moins rappelé que, lors de son départ à la retraite, il avait recommandé aux Tunisiens de veiller à la protection de l’institution militaire et de l’institution sécuritaire qui sont les piliers de l’Etat, ajoutant que « l’unique choix qui est désormais devant nous est de tenir les élections dans les délais fixés et de respecter la décision du peuple, à charge pour ceux qui accèderont au pouvoir de réaliser qu’une énorme mission les attend qui n’est susceptible d’aucun retard ».

A ce propos, le général Ammar a révélé qu’il s’est inscrit pour les élections et qu’il votera pour la première fois, appelant les Tunisiens à en faire autant.

par -
L’ex-chef d’état-major des trois armées

L’ex-chef d’état-major des trois armées, Rachid Ammar, a déclaré mardi 27 mai 2014, que l’ancien chef de la garde présidentielle, Ali Al Seriati était l’un de ses enseignants et qu’il le connaissait depuis ses débuts à l’Académie militaire. Il a ajouté qu’il est n’est pas un juge pour condamner Ali Seriati ou l’innocenter.

Sur un autre volet, il a affirmé qu’il a contacté Samir Seraiti pour le féliciter, suite à la libération de son père, ajoutant qu’il a essayé à maintes reprises d’aider Ali Seriati durant la période de sa détention au moment où il était chef d’Etat-Major des trois armées , pour résoudre quelques affaires, rapporte le quotidien Attounisia.

par -
Des dizaines d’agents du corps de la Sécurité présidentielle ont décidé de porter plainte contre le général Rachid Ammar

Des dizaines d’agents du corps de la Sécurité présidentielle ont décidé de porter plainte contre le général Rachid Ammar, ex-chef d’état-major des trois armées, selon une source syndicale sécuritaire citée par le quotidien Achourouk, ce mardi.

Ils lui font grief d’avoir écorché leur image après la Révolution, emprisonné 50 d’entre eux et muté 300 autres.

par -
De nouveau

De nouveau, le général Rachid Ammar sort de son silence, cette fois-ci, pour exprimer son étonnement des propos tenus à son sujet par l’avocat de la partie civile dans l’affaire des martyrs et blessés de la Révolution, Charfeddine Elguellil mettant en doute le verdict de la cour d’appel militaire et évoquant un marché mettant hors de cause le général Rachid Ammar qu’il a qualifié de « Superman ».

Dans une déclaration à notre confrère Attounsia, Rachid Ammar a souligné qu’il était à mille lieues de s’attendre à ce que « le niveau descende aussi bas », rappelant que l’avocat doit être en première ligne pour respecter la loi, ajoutant que les pourvois contre les jugements ne signifient guère mettre en doute l’intégrité des magistrats et la cour d’appel. « Dieu soit loué, je coule mes jours de retraite dans mon paisible village loin des divagations et du faux héroïsme ».

Répondant aux déclarations de l’avocat Ellguellil affirmant qu’un marché a été conclu avec la bénédiction de parties internationales pour la libération des accusés appartenant à l’appareil de sécurité en épargnant le « Superman Rachid Ammar », ce dernier s’est borné à dire qu’il n’est pas Superman, affirmant que l’avocat ne peut pas mettre en doute le fait que « je suis un soldat qui a servi sincèrement et avec dévouement la Tunisie, des décennies durant, n’ayant jamais hésité à me ranger du côté de mon peuple quand il le fallait ».

Il a encore indiqué qu’il n’a jamais été ministre ou président ou encore chef de parti pour conclure des marchés avec quiconque , et « il ne sied pas à Rachid Ammar , le fils de l’institution militaire nationale d’en passer. J’ai accompli mon devoir dans le cadre de la loi et de l’honneur militaire, pour défendre la Tunisie et son peuple », a-t-il conclu.

par -
Le blogueur Ramzi Bettibi a écrit

Le blogueur Ramzi Bettibi a écrit , ce matin (lundi 31 mars 2014) sur sa page face book, une réponse qui lui a été donnée par Rachid Ammar , à la suite des déclarations d’Ahmed Chabir , et des propos annoncées au sujet du terrorisme dans l’émission de Moez Ben Gharbia en juin 2013 . Rachid Ammar a affirmé à Ramzi Bettibi qu’on n’est pas en train d’assister à du terrorisme , mais à une machination (لعبة ) , ajoutant qu’on n’est pas en train de vivre du terrorisme , mais une machination , et que jusqu’à présent on n’a rien vu . Des choses vont encore arriver.

par -
Vous êtes dans l’erreur et vos sources ne sont pas fiables. Telle est la réponse de Rachid Ammar

Vous êtes dans l’erreur et vos sources ne sont pas fiables. Telle est la réponse de Rachid Ammar, ancien chef de l’Etat-major des trois armées, aux accusations adressées par Mezri Haddad, dernier ambassadeur de la Tunisie auprès De l’Unesco avant le 14 janvier 2011.

Lors d’une déclaration à Cap Fm, Mezri Haddad a confirmé l’existence de tireurs d’élite lors des événements du 14 janvier 2011 , accusant dans le même contexte, le Général Ammar de les avoir envoyés hors des frontières du pays après leur mission .

Dans une interview accordée au journal « Attounissia », Rachid Ammar n’a pas cessé d’affirmer qu’il a accompli sa mission avec les responsables des services de la police, de la garde nationale et de la douane. « Je pense que je dérange certaines personnes qui ont pensé que j’ai l’intention de me présenter aux prochaines élections. C’est pourquoi ils me prennent pour cible , et ce qu’ils font et disent s’inscrit dans une campagne électorale anticipée » a-t-il expliqué.

Interrogé sur les raisons de son silence, le Général Ammar a souligné qu’il ne réagit pas à chaud , signalant qu’il va réagir avant les prochaines élections. « Les Tunisiens doivent connaitre la vérité avant de donner leur confiance aux candidats ».

par -
En réaction aux déclarations du Général Ahmed Chabir

En réaction aux déclarations du Général Ahmed Chabir , ex-directeur général de la sécurité militaire , le colonel –major Mokhtar Ben Nasser , ancien porte- parole du ministère de la défense a défendu le Général Rachid Ammar, en affirmant à Assabahnews que le chef d’Etat –major de l’armée de terre a émis à partir du 10 janvier 2011 , un ordre clair à toutes les unités militaires sur le terrain de ne pas utiliser les armes contre les citoyens . Pendant les jours suivants, il a adressé des télégrammes , dans le même sens , aux commandants des unités , en leur intimant l’ordre de ne pas tirer quelles qu’en soient les conditions avant d’en référer au commandement . Et Ben Nasser d’ajouter qu’il y a au ministère de la défense des documents qui prouvent ces affirmations.

Ben Nasser a également précisé que Rachid Ammar a donné l’ordre au commandant des forces armées de Kasserine de faire porter aux hommes de troupes sur place des bérets rouges pour les distinguer des forces de la garde nationales qui ont été déployées dans la région en leur faisant porter des uniformes militaires , et lorsque le responsable militaire régional a répondu à Rachid Ammar qu’il n’avait pas assez de bérets rouges , il lui a dit d’acheter des chéchias rouges , car l’essentiel était de distinguer les forces armées des forces de la garde nationale sur le terrain .

Ben Nasser a également réfuté le qualificatif d’image médiatique donné à Rachid Ammar , soulignant que le chef d’Etat-Major des trois armées a épargné à l’institution militaire d’être mêlée aux tiraillements politiques , et lui a permis d’avoir le statut de garant de la réussite de la révolution , en refusant les appels adressés à l’armée de prendre le pouvoir . Il a conclu en affirmant que Rachid Ammar a été l’homme de la situation , et s’est comporté en toute responsabilité .

par -
Dans son interview parue ce mardi

Dans son interview parue ce mardi, 17 décembre 2013, dans le journal « Assarih », l’ancien chef de l’Etat-major des armées, Rachid Ammar a démenti les informations, selon lesquelles, il est dans un état psychologique difficile en indiquant qu’il est mécontent.

Il a ajouté que seuls les traitres sont en état difficile et les traitres ne sont pas décorés des insignes de l’ordre de la République, et rappelé qu’il a une familles des enfants et des petits que les gens sont tenus à respecter .

Il faut rappeler que le journaliste Jamel Arfaoui a diffusé l’information selon laquelle Rachid Ammar serait dans un état psychologique difficile, sous l’effet des propos de Adnan Mansar et des déclarations de Safi Said .

par -
L’ancien chef de l’Etat-major des armées

L’ancien chef de l’Etat-major des armées, Rachid Ammar est sorti de son silence sur les déclarations du journaliste et chroniqueur Safi Said qui a reproduit les propos de Adnan Mansar qualifiant Rachid Ammar de traitre .

Dans une interview accordée au journal « Assarih », Rachid Ammar a affirmé qu’il a reçu de la part du président de la République, les honneurs en recevant des insignes de première catégorie : « Seuls les traitres souffrent et ils ne reçoivent pas les honneurs de la présidence », a-t-il dit.

par -
Le journal le Maghreb a rapporté qu'un pays européen a accordé au général Rachid Ammar

Le journal le Maghreb a rapporté qu’un pays européen a accordé au général Rachid Ammar, l’ancien chef d’Etat- major des trois armées, un visa à vie

La même source précise que Rachid Ammar a fait le choix de s’éloigner de la politique et de ne pas apparaître dans les médias par obligation de réserve pour une période de dix ans.

par -
Contrairement aux informations selon lesquelles le général Rachid Ammar forme le projet de faire des déclarations publiques et dévoiler de nouveaux 

Contrairement aux informations selon lesquelles le général Rachid Ammar forme le projet de faire des déclarations publiques et dévoiler de nouveaux détails sur les circonstances de sa « démission », l’ex-chef d’état-major des trois armées a indiqué, dans un entretien téléphonique avec le site Attounsia qu’il n’a rien à dire.

Selon le site, le général semblait bouleversé par l’embuscade tendue par des terroristes à une patrouille de l’Armée nationale, faisant 8 morts parmi les militaires.

par -
Le général démissionnaire

Le général démissionnaire, Rachid Ammar, dévoilera bientôt des informations importantes et inattendues pour plusieurs parties, rapporte le journal Al Sarih.

Acceptant pour la première fois de se prêter à une longue interview, le général Rachid Ammar a répondu en juin 2013 sur la chaine TV Attounissia, pendant plus de trois heures et demi aux différentes questions de Moez Ben Gharbia .

par -
Il est maintenant confirmé que le juge d’instruction au tribunal militaire permanent de Tunis

Il est maintenant confirmé que le juge d’instruction au tribunal militaire permanent de Tunis, a pris une ordonnance d’interdiction de voyager à l’encontre du général Rachid Ammar, ci-devant, chef d’état-major des trois armées.

Cette mesure a été prise suite à une plainte déposée par trois anciens cadres militaires dont un est en détention, qui accusent le général Rachid Ammar d’avoir commis des infractions et des dépassements au cours de la période entre le 14 et le 18 janvier 2011. D’après, l’hebdomadaire Al Mousawar , la plainte porte aussi sur les équipements militaires mis à la disposition du corps expéditionnaire tunisien au Congo , mais qui ne s’y est pas rendu.

Autant de griefs sur lesquels se penche actuellement le juge d’instruction de la justice militaire dont la décision d’interdiction de voyager à l’encontre du général Ammar a suscité une vague de commentaires et même de polémiques.

par -
Le lieutenant-colonel Fawzia Behia

Le lieutenant-colonel Fawzia Behia, procureure générale à la direction de la Justice militaire vient de recevoir un grand nombre des plaintes à l’encontre de Rachid Ammar, ex- chef d’Etat –Major des 3 armées, rapporte le journal « Assa ».

Les victimes qui ont des dossiers dangereux ont demandé le lancement de mandats de dépôt contre ce dernier déjà impliqué, selon eux, dans plusieurs affaires. Parmi les demandes, ils ont exigé l’interdiction de voyage sachant que Rachid Ammar a déposé un dossier auprès de l’ambassade de France pour l’octroi d’un visa.

par -
Selon un sondage 3C Etudes

Selon un sondage 3C Etudes , Rachid Ammar est 3e dans les intentions de vote (4.7%) après une sortie médiatique très suivie par les Tunisiens. L’ex-chef d’Etat-major des trois armées est devancé par le président de Nidaa Tounes Béji Caied Essebsi, premier avec 15.8% des voix, et Hamadi Jebali toujours deuxième avec 6.4%. Le président Moncef Marzouki dégringole quant à lui à la 8 place avec 2.1% des suffrages.

70% des tunisiens constatent  une amélioration de la situation sécuritaire globale. 64% des sondés ont exprimé, cependant, leur insatisfaction vis-à-vis de la performance du gouvernement intérimaire.

par -
L’ancien Premier ministre et actuel président du parti Nidaa Tounès

loges avec 15,8% des intentions de votes pour les prochaines élections présidentielles, selon le toute récente vague de sondage de 3C Etude, soit une légère baisse par rapport à la dernière vague de ce sondage (16,2%), en mai 2013.

Caid Essebsi est suivi de l’ex-Chef du gouvernement démissionnaire et secrétaire général du parti islamiste d’Ennahdha, Hamadi Jebali avec 6,3%. « Pour le 3ème consécutif, Jebali conserve le même taux.

La troisième place revient au général Rachid Ammar avec 4.7% des voix, suite sans doute à sa déclaration télévisée sur Ettousya. La 4ème place est à Hamma Hammami qui récolte 3.7% des voix, en hausse de 0.8 points. Taieb Baccouche retrouve la 5ème place qu’il avait perdue le mois dernier. Il récolte 2.6% des suffrages. Laarayedh garde la 6ème place avec 2.5% des voix (une hausse de 0.4 point). Ahmed N2jib Chebbi est en baisse de 0.3 point, avec 2.3% des voix. Moncef Marzouki à la 7ème place avec 2.1% des suffrages.

Le second tour d’éventuelles élections présidentielles, révèle que Beji Caïd Essebsi passera face à Hamadi Jebali avec 51.8% des suffrages, contre 48.2% pour le secrétaire général d’Ennahdha.

Il est à relever que 30,2% des sondés sont indécis sur leurs favoris en cas d’élection présidentielle,

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux