Tags Posts tagged with "Rafik Haj Kacem,"

Rafik Haj Kacem,

par -
L’avocat de l’ex-ministre de l’Intérieur

L’avocat de l’ex-ministre de l’Intérieur, Rafik Haj Kacem, Me Imed Ben Hlima, a dénoncé l’implication de son client dans l’affaire d’El Bratel de la Goulette, bien qu’aucun chef d’accusation n’ait été lancé contre lui dans ce dossier ayant déjà donné lieu à la libération des accusés qui y sont poursuivis.

L’avocat s’est élevé contre « l’insistance du juge d’instruction à interroger son client très peu de temps avant la date de sa libération dans l’affaire des martyrs et blessés de la Révolution, ce qui a aggravé son état de santé nécessitant son transfert à l’hôpital Mongi Slim ».

Cité par l’agence TAP, l’avocat a affirmé que le magistrat instructeur a pris contact avec la direction de la prison de Mornaguia pur lui demander d’amener le prévenu pour comparution dans le cadre de l’affaire d’El Bratel, et ce en dépit du fait que le juge savait que l’état de santé de Rafik Haj Kacem ne lui permettait pas de se déplacer jusqu’au tribunal. Il n’en a pas moins délivré une commission rogatoire à la brigade des enquêtes d’El Aouina à l’effet d’entendre le prévenu dans sa cellule, ce qui n’a pas été fait en raison de son état de santé.

L’avocat a précisé que le juge d’instruction a émis, jeudi matin, date de la libération, un mandat d’amener contre son client, provoquant la surprise de la famille de ce dernier, laquelle a mobilisé une ambulance pour son transfert dans une clinique, surtout du fait de la présence de véhicules de la Garde nationale venus emmener Rafik Haj Kacem au pôle judiciaire aux fins d’interrogatoire.

L’avocat a souligné que, suite à un conciliabule avec les agents de la Garde nationale, il a été convenu que son client ne quittera pas l’ambulance qui sera escortée par les véhicules de la Garde nationale jusqu’au bureau du juge d’instruction, ajoutant que, sous la pression médiatique, le juge a décidé, entretemps, de libérer son client dès son arrivée au pôle judiciaire, d’où il a été transporté à la clinique.

par -
Trois mille habitants de la ville de Béja (Nord-ouest tunisien) viennent de remettre une pétition signée

Trois mille habitants de la ville de Béja (Nord-ouest tunisien) viennent de remettre une pétition signée, au directeur de la justice militaire. Ils y demandent le rejugement de l’ancien ministre de l’intérieur, Rafik Haj Kacem, «après que les preuves ont été faites de son innocence dans l’affaire des tirs sur les manifestants», selon cette pétition. Les 3.000 signataires demandent aussi la libération de l’ancien ministre qui est natif de Béja. Rappelons que presque tous les anciens ministres et ex-collaborateurs de Ben Ali ont quitté la prison, à l’exception de Haj Kacem et d’Ali Sériati.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Le 29 mars, le Conseil de sécurité des Nations unies votera une résolution sur le possible renouvellement du mandat de la Mission de l’Organisation...