Tags Posts tagged with "rassurants"

rassurants

par -

Au terme du 1er trimestre 2016, presque les 3 premiers mois de son DG, Habib Ben Hadj Kouider (HBBG), la Banque Nationale Agricole affichait des indicateurs plutôt rassurants, même s’ils ne sont pas en hausse comme l’on s’y attendrait, nettoyage oblige. C’est ainsi que les produits d’exploitation bancaire ont atteint 152 MDT au 31 mars 2016, contre 153 MDT à la fin du 1er trimestre 2015, enregistrant une légère diminution de 1 MDT, soit un taux de régression de 0,7%.

En face, les charges d’exploitation bancaire ont gardé une relative stabilité, même si elles ont  enregistré une légère augmentation de 0,5 million de dinars. Ces charges passaient ainsi de 68 MDT  à fin mars 2015 à 68,5 MDT une année plus tard, soit un taux d’accroissement de 0,7%. Hausse aussi du montant total des charges opératoires, qui a progressé de 9,6% entre mars 2015 et mars 2016, notamment des frais du personnel qui ont bondi de 3,5 MDT d’un seul coup.

La conséquence est immédiate, un produit net bancaire qui s’est établi à 84 MDT au terme du 1er trimestre de l’exercice en cours, contre 85 MDT  à fin mars 2015, enregistrant ainsi une diminution de 1,9%.

La banque travaille pourtant et continue à bien financer l’économie, même si c’est à un rythme légèrement plus lent. L’encours des créances sur la clientèle a ainsi atteint 6,732 MDT  à fin mars 2016 contre 7,182 MDT à la fin du 1er trimestre 2015, enregistrant ainsi une diminution de 6,3%. Ses clients continuent cependant de faire confiance à leur banque, puisque les dépôts de la clientèle ont enregistré, entre mars 2015 et mars 2016 une augmentation de 70 MDT, soit un taux d’accroissement de 1,2%.

De notre côté, on remarquera que la BNA a constaté au cours du premier trimestre de l’année 2016 une baisse de son PNB de l’ordre de 1,5 MDT par rapport à la même période de l’année écoulée et ce, manifestement sous l’influence, entre autres facteurs, d’une baisse de la marge d’intérêts. Celle-ci a été, notamment, impactée par la baisse du taux moyen du marché monétaire d’un demi pour cent. La baisse a été  ressentie sur le PNB, compte tenu du peu de flexibilité de la rémunération des ressources de la banque qui, pour une large part, sont soit fixes, soit adossées à des niveaux de TMM, datant d’avant la baisse.

Malgré l’impact sur la marge d’intérêt ressenti à des degrés divers dans l’ensemble du secteur, la BNA a réussi une bonne progression de ses commissions avec 26,5% de croissance. Au niveau des dépôts, la BNA affiche une progression de 70 MDT avec notamment un meilleur score au niveau des dépôts d’épargne.

Ces premiers chiffres de l’année 2016 de la BNA, fortement imprégnés par la tendance de la fin d’année 2015, notamment au niveau des ressources et de la qualité des risques, restent tout de même en ligne avec la politique suivie par la nouvelle gouvernance sous la direction de HBBK, plus encline à qualifier justement les risques, en tenant compte des risques latents ou ceux avérés sur la place de Tunis.

Cette stratégie, qui devrait continuer au cours de l’ensemble de l’année 2016, selon nos informations, devra à terme, donner plus de force à la BNA et délimitera, en fait, son véritable potentiel et surtout son niveau de rentabilité réel. Choses, a priori, que très peu de personnes connaissent aujourd’hui.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...