Tags Posts tagged with "réactions politiques"

réactions politiques

par -
0

La période de deuil observée par les politiques suite à la pire attaque terroriste de l’histoire des Etats-Unis, mis à part le 11 septembre 2001, a décidément été très courte, campagne électorale oblige. Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle, a été, comme on pouvait s’y attendre, le premier à dégainer après le carnage d’Orlando dans la nuit du samedi 12 au dimanche 12 juin 2016 (50 morts et 53 blessés).

« Barack Obama va-t-il enfin prononcer les mots  »terrorisme islamiste » ? », interroge Trump. « S’il ne le fait pas, il devrait en avoir honte et démissionner immédiatement ». Il a décoché ces flèches moins d’une heure après le discours du président américain qui a soigneusement évité, comme il a coutume de le faire, d’utiliser les termes « musulmans » et « islam ». Obama s’est borné a évoquer un « acte de terreur et de haine » et « la pire tuerie » de masse de l’histoire des USA, avant de conclure : « Nous allons redoubler nos efforts pour déterminer si le tueur avait des liens avec des groupes terroristes ou s’il s’en est inspiré ».

Obama galère pour raisonner l’opinion publique

Déjà l’an dernier, après la tuerie de San Berdino, près de Los Angeles, en Californie (le 02 décembre 2015, 14 morts), il avait déclaré ceci : « Nous ne sommes pas en guerre avec l’islam. Nous avons la responsabilité de combattre la notion que Daesh représente les musulmans ».

Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle, a la même posture. D’après elle, « parler  »d’islam radical » fait le jeu de Daesh et de sa propagande sur le choc des civilisations ». Mais l’opinion publique est loin d’avoir ce discernement. Elle glisse très facilement d’« islamique » (relatif à l’islam) à « islamiste « , et même islamiste radical. Ce qui engendre des confusions terribles, des amalgames que les démocrates, le président Obama en tête, ont le plus grand mal à combattre. Poussés dans les cordes par les républicains, qui font leur beurre avec cette inculture ambiante qui est le lot de beaucoup de citoyens américains, les chefs de file de la communauté musulmane sont souvent obligés de monter au créneau pour s’expliquer, se justifier. « La communauté musulmane répudie tout groupe qui justifie une telle violence », a récemment répété Rasha Munarak, membre du Conseil sur les relations islamo-américaines.

Trump exploite la situation à merveille

Donald Trump, qui avait provoqué un tolet mondial en déclarant que son remède miracle contre le djihadisme était d’interdire le territoire américain à tous les musulmans, a eu une réaction très singulière en apprenant la tuerie d’Orlando. D’abord il a rappelé à quel point il a été visionnaire sur ce coup, pour ensuite asséner : « J’apprécie les félicitations de ce ceux qui reconnaissent que j’ai eu raison sur l’islam radical et le terrorisme. Ce qui s’est passé à Orlando n’est que le début. »

En face Obama et Mme Clinton sont contraints de jouer aux pompiers en remettant sur la table l’épineux sujet de la limitation des ventes d’armes. A signaler que le tueur d’Orlando, Omar Mateen, s’est légalement payé un fusil d’assaut semi-automatique AR-15, la semaine dernière, la même arme qui a déjà servi dans les tragédies d’Aurora et de l’école Sandy Hook.

Le nouveau visage de l’horreur

Les USA se réveillent avec un danger que les Européens connaissant un peu mieux : Des terroristes qui se sont auto-radicalisés, à distance, derrière leur écran d’ordinateur, sans forcément avoir côtoyé physiquement un groupe extrémiste. « C’est le nouveau visage de la guerre contre la terreur », a lâché le républicain Marco Rubio, sénateur de Floride. Il a ajouté : « Il s’agit d’un tueur né à New York, qui a grandi aux Etats-Unis, et qui s’est radicalisé avant d’avoir trente ans. » Il finit en ces termes : « Il y a des centaines de personnes dans la même situation. C’est la plus grave menace terroriste à laquelle nous ayons jamais été confrontés »… Et ils vont devoir vivre avec.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...