Tags Posts tagged with "réalisation"

réalisation

par -

Le coût des projets programmés dans le secteur d’assainissement dans le gouvernorat de Sidi Bouzid est de l’ordre de 50 millions dinars, a indiqué Abdelbasset Halim, directeur régional de l’office national de l’assainissement (ONAS).
Les projets programmés seront réalisés dans différentes délégations du gouvernorat dont Mezzouna, Sidi Ali Ben Aoun, Bir Lahfay, Regueb, et Menzel Bouzayane, a ajouté la même source.
Il s’agit notamment d’une extension des réseaux d’assainissement, de raccordement des maisons au réseau ainsi que la création des stations de pompage et des travaux d’entretien du réseau.
Le projet d’assainissement dans la délégation de Mezzouna concerne le raccordement de 120 maisons au réseau d’assainissement notamment dans les quartiers d’Ennour et El Bassatine. Ces projets sont en phase d’appel d’offres en plus des travaux d’extension du réseau d’assainissement et de raccordement de maisons au réseau dans des quartiers relevant de la municipalité de Sidi Bouzid, outre des travaux d’assainissement programmés dans la délégation de Sidi Ali Ben Aoun, qui sont en phase d’appel d’offres.
La réalisation d’une station d’assainissement commune à Sidi Ali Ben Aoun et Bir Lahfay est au programme en plus d’un système de transfert des eaux traitées et des eaux usées à la station, a encore rappelé la même source.
La municipalité de Regueb a en outre programmé des travaux d’extension du réseau d’assainissement dans des quartiers et deux projets de réalisation de deux stations d’assainissement et de pompage, qui étaient bloqués à cause du manque de terrain. La municipalité de Menzel Bouzayane a programmé des travaux d’assainissement et d’extension du réseau d’assainissement dans les quartiers de Hassine Bouzayane, cite Intilaka et cité El Omrane, selon Abdelbasset Halim.
Le directeur régional de l’ONAS a affirmé que la réalisation de ces projets permettra une amélioration de la situation générale dans les quartiers de Sidi Bouzid.

par -

7548 projets industriels déclarés n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, ce qui fait une moyenne de 600 projets en souffrance par an, d’après une étude réalisée par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII).
D’après cette enquête, cette moyenne a connu un pic en 2011 (plus que 900 projets non réalisés), suite à la révolution et aux problèmes socio-économiques qui en ont résulté.
En effet, ces projets non réalisés, qui totalisent 236 mille emplois, ont cumulé un montant d’investissement gelé de 12.5 Milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille importante et l’investissement est supérieur ou égal à 5 millions de dinars ; ils représentent 57% des investissements prévus, toujours selon la même source. La répartition sectorielle des entreprises fermées montre que les secteurs les plus touchés sont le Textile-Habillement et le Cuir, ils représentent 59% des sociétés en cessation d’activité sur la période 2005-2015 ; suivis par les industries mécaniques et électriques avec 13%.
Côté région, l’Est totalise près de ¾ des projets non réalisés, 47% des PNR sont au Nord-Est et 23% au Centre-Est.
La même source a par ailleurs signalé que la baisse enregistrée au niveau du nombre de créations d’entreprise est accompagnée par une diminution de la moyenne annuelle des emplois créés, qui est passé de 33000 par an à 16000. Pour rappel, cette étude portant sur les projets non-réalisés au cours de la période 2005-2015 est axée sur deux volets, à savoir les principaux obstacles à l’origine de ces dysfonctionnements et le problème de la fermeture des entreprises. Cette première phase de l’étude sera couronnée par un Benchmark avec des pays de référence (Maroc, Turquie, Roumanie et France) dans l’optique de dégager des réformes pour améliorer le climat d’affaires et des dispositifs d’appui à la création et à la pérennité des entreprises.

par -

Le ministre des transports, Anis Ghedira, a tenu hier jeudi 09 juin une séance de travail consacrée à l’examen des meilleurs moyens de financer et réaliser un port en eau profonde. C’était en présence du ministre de l’Equipement, du Logement et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui ainsi que le conseiller chargé des Affaires économiques, ayant rang de ministre, auprès du chef du gouvernement, Ridha Ben Mosbeh, le président de l’Autorité suprême des marchés publics, Khalid Larbi, le directeur général des concessions, Atef Mejdoub, des représentants de la Banque européenne pour le développement, le directeur général du transport maritime et portuaire, Youssef Ben Romdhane et le président directeur général du cabinet de la marine marchande et des ports.

Il s’agit de la deuxième séance, dans le cadre des travaux du comité ministériel qui examine les résultats des études et les choix dans les investissements du projet de port en eau profonde.

par -

Lors d’une visite effectuée ce lundi à la Cité de la Culture à Tunis, Maatoog Ben Ameur, chef du projet, a assuré qu’on multiplie les efforts pour réaliser ce programme dans les délais.

Relancé en mars dernier par le chef du gouvernement, Habib Essid, il devrait entrer en activité en octobre 2017. Le projet de la création de cette cité avance d’une manière considérable. « On est en train de réaliser l’aménagement extérieur et ce, à la suite d’un inventaire effectué touchant les équipements et les matériaux livrés sur champ », a précisé le responsable à Africanmanager, faisant savoir que des constats contradictoires des travaux exécutés ont été faits.
Dans le même contexte, il a ajouté que les travaux de ce projet sont assurés par une équipe composée de 160 cadres et ouvriers.
Pour rappel, ce projet, lancé au milieu des années 2002 pour un coût de 76 millions de dinars et qui couvre 49 mille mètre carré,  générera un nombre important de postes d’emplois.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux