Tags Posts tagged with "recettes"

recettes

par -

Les réserves en devises de la Tunisie n’en finissent pas de fondre comme neige au soleil. Déjà elles avaient bouclé l’année 2016 – à la date du 29 décembre – avec un net repli, 13.078 milliards de dinars, soit l’équivalent de 114 jours d’importation, d’après la Banque Centrale de Tunisie, très loin des 127 jours d’importation à la même période en 2015. Les chiffres de janvier 2017 laissent penser que la situation ne va pas s’améliorer cette année, au contraire…

Au terme du mois dernier, les avoirs nets en devises du pays ont chuté à 12,1 milliards de dinars contre 13,3 milliards à fin janvier 2016, ce qui nous ramène à 105 jours d’importation (contre 121 jours d’importation en janvier 2016).

Par contre petite embellie sur le ciel du tourisme, avec des revenus globaux qui se sont établis à 75,4 millions de dinars en janvier 2017, contre 72,5 millions en 2016

Par contre le service de la dette extérieure cumulée, comme on pouvait s’y attendre (ce qui explique aussi la forte érosion des devises), s’envole cette année à 180,5 millions de dinars contre 147,5 millions l’an dernier…

par -
Le président de la commission provisoire des finances de l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP)

Le Directeur général du cabinet de conseil et d’audit, EY, Noureddine Hadji a récemment présenté une analyse sur le projet de la loi de finances 2017, actuellement en phase d’examen par la commission des finances de l’ARP. Il en ressort, selon  son analyse, qu’il s’agit d’une loi  à l’image de ses semblables 2011, soulignant ainsi la difficulté du gouvernement à lever des fonds supplémentaires pour financer le budget et faire les investissements nécessaires.

Le projet de loi actuel de finances 2017 continue à l’image de toutes les lois de finances depuis 2012, une abondance des mesures fiscales, ce qui poserait, selon lui, un problème d’application de ces mesures et de contradiction entre les lois et textes d’application. Hajji a, en outre, relevé une dimension sociale affirmée dans le projet et a constaté une contradiction entre une volonté de recherche de recettes additionnelles, d’une part, et une volonté d’encouragement à l’investissement, d’autre part.

Il a toutefois relevé l’existence de plusieurs points forts dans ce projet de loi comme la révision de la  fiscalité des professions  libérales à travers notamment l’institution d’un timbre fiscal sur les actes, affaires et contrats (20DT pour les cours cantonales, 40DT pour les  tribunaux de première instance et 60 DT dans les autres cas).  Ce timbre fiscal représente, selon lui, une avance au titre de l’IR (les avocats ont été par ailleurs dispensés des acomptes provisionnels).

L’expert économique a en outre évoqué la révision de la  fiscalité des professions libérales (les médecins ) à travers l’obligation pour le médecin de mentionner son matricule fiscal sur tous les documents médicaux (ordonnances,  demandes de remboursement ou de prises en charge) sous peine  d’application des sanctions liées aux notes  d’honoraires (amende de 250 dinars à 10000 dinars  doublée en cas de récidive)

Cela serait également fait à travers l’obligation pour les cliniques de mentionner le détail des prestations sanitaires, médicales et paramédicales rendues par tous les prestataires sous peine d’appliquer les sanctions liées à la retenues à la source

Nourredine Hajji a noté aussi l’institution d’une police fiscale chargée de mener toutes les investigations en matière d’infractions fiscales pénales et est habilitée à constater ces infractions et différer leurs auteurs devant la justice. Il relève de la DGI est en même temps placée sous l’autorité judiciaire.
Les agents du contrôle fiscal continuent à constater et à verbaliser en matière pénale. Désormais, la mise en mouvement de l’action publique n’est plus du ressort exclusif de l’administration fiscal, a -t-il noté.

D’autre part, il a évoqué la levée du secret professionnel/ élargissement du droit de communication. Cette mesure permettra, selon lui,  d’élargir le champ du droit de communication à tous les établissements financiers (banques, sociétés de gestions de portefeuilles, gestionnaires OPC, intermédiaires en bourse, SICODEVAM, PTT, SICAF, SICAV, SICAR) et tous les n°et relevés de comptes (comptes ouverts par le contribuable pour son compte ou pour le compte de tiers, comptes ouverts par les tiers pour le contribuable). Il est à rappeler à cet égard que cette mesure n’a pas reçu l’approbation des députés de la commission des finances de l’ARP.

Cela permettra également l’élargissement du champ du droit de communication vis-à-vis des assurances pour inclure les dates de souscription des contrats de capitalisation et d’assurance-vie, les n°, les délais de paiement de leurs primes , les délais de leurs échéances et les relevés.

L’amnistie pour les marchands ambulants n’ayant pas déposé leur déclaration d’existence à travers la régularisation par le dépôt de la déclaration d’existence moyennant le paiement de 500 DT a été aussi abordée par l’expert.

par -

Le nouveau président de la fédération régionale d’hôtellerie de Nabeul-Hammamet, Mehdi Allani, a déclaré, ce vendredi, sur les ondes de Radio med, que depuis le début de l’année en cours, les nuitées et les recettes touristiques ont enregistré une baisse, par rapport à la même période en 2015.

Il a ajouté que la chute des visites a été particulièrement ressentie au niveau des marchés français, italien, allemand  et surtout britannique.

À l’inverse, le contingent russe a doublé en deux ans ; il a atteint plus de 500 000 visiteurs en Tunisie, a expliqué le responsable.

par -

Les chiffres, cette fois du ministère des Finances, viennent de tomber. A la fin du mois d’août 2016, pic d’occupation hôtelière en Tunisie avec l’arrivée «massive» des Algériens et des Russes, la Tunisie a enregistré des recettes d’un montant total de 1,594 milliards DT. Ce chiffre était cependant en retrait de 216 MDT par rapport à la même période de 2015 et de 712,5 MDT comparé à celui de fin août 2014. Des recettes touristiques donc qui rétrécissent comme une peau de chagrin.

De concert et pour la même période, le nombre des nuitées a baissé de 16,5 % (8, 231.7 millions contre 9,861 millions aux 8 mois 2015) et le nombre des entrées a diminué 1,6 % avec une moyenne de 2,17 nuits par entrée.

Des chiffres qui tranchent avec l’optimisme des hôteliers, qui se disent sinistrés, mais qui finissent par délier les cordons de leurs bourses et signer une nouvelle augmentation salariale avec la centrale syndicale ouvrière. Cela, après avoir crié sur tous les toits qu’ils «crèvent la dalle», traité la dernière menace de grève d’indécente et essuyé la colère de la centrale patronale qui n’a pas caché son mécontentement à la présidence de la FTH (Fédération tunisienne de l’hôtellerie).

rec

Une analyse des entrées de touristes par nationalité, laisse apparaître une détérioration de presque tous les ratios des différents marchés émetteurs. Ainsi, le marché français baissait de 23,8 %, l’Allemand de 52,6 %, l’Anglais s’écroule de 92,3 %, l’Italien de 21,4 % et tout le marché européen en retrait de 7,1 %. Pour tous les étrangers non-résidents, la baisse pour les 8 mois n’aura été que de 3 % contre une petite baisse de 31,7 % par rapport à 2014, laissant ainsi entrevoir une certaine reprise de confiance dans le marché tunisien et même une certaine défiance des touristes européens, à l’exception peut-être des Anglais, par rapport aux différents Warnings lancés par les TO européens.

Seul le marché russe a progressé et pas de peu. 451.432 touristes russes ont en effet visité la Tunisie durant les 8 premiers mois 2016, contre seulement 46.279 une année auparavant, ce qui donnait une hausse de 110,7 % en 2016 par rapport à 2015 et 875,5 % par rapport à 2014.

Baisse aussi de 12,5 % pour le marché maghrébin à l’exception de l’algérien qui a grimpé de 35,5 % en huit mois. Même tendance haussière chez les TRE (Tunisiens résidant à l’étranger) dont les entrées ont augmenté, mais de seulement 9,4 % malgré les incitations de transport qui leur ont été offertes par Tunisair et la CTN (Compagnie tunisienne de navigation).

par -
La société Cellecom

Le premier semestre 2016 a été rude pour la société Cellcom, qui a enregistré un recul de 37% de ses recettes en comparaison avec la même période en 2015, soit 15,1 millions de dinars.

La société explique ces mauvais résultats par le lancement prématuré des services de la 4G par les opérateurs télécom, cela a impacté négativement le marché avec un volume important de terminaux compatibles avec la technologie 3G et une offre de terminaux 4G insuffisante.

Face à cette conjoncture, Cellcom a opté pour un maintien de sa politique d’approvisionnement du marché de manière à éviter un afflux d’invendus.

D’après la direction, cette stratégie est payante dans la mesure où Cellcom est perçue comme une société qui satisfait les requêtes de ses clients. La direction générale attend les retombées de cette orientation dès le prochain trimestre.

par -

Les six premiers mois de cette année ont été particulièrement intéressants pour la Société tunisienne des marchés de gros (Sotumag). Ses recettes ont progressé de +15,6%, pour s’établir à 5,667 millions de dinars (MD) contre 4,9 MD à fin juin 2015.

Par contre les charges d’exploitation ont fait une poussée de +9,8%, passant de 3,8 MD à fin juin 2015 à 4,176 MD à la même date en 2016. Même tendance pour les charges du personnel, où on a enregistré une hausse de +10%, à 2,9 MD contre 2,659 MD l’an dernier.

par -

Convaincu que le marché local est un marché à part entière, le ministère du tourisme s’est engagé à développer le tourisme intérieur en Tunisie. D’ailleurs, selon le département, ce secteur, qui a une forte contribution, de l’ordre de 50% des nuitées, dans des pays à grande expérience tels que la France et l’Espagne, ne dépasse pas les 10% en Tunisie au niveau des recettes et des nuitées.

Malgré quelques difficultés liées tant au contexte économique que sécuritaire, ce secteur reste l’un des plus prometteurs du pays, aux côtés de l’industrie et de l’agriculture. Il est pourvoyeur d’emplois, permanents et saisonniers. Il contribue également au dynamisme d’autres secteurs économiques, tels que le transport, l’artisanat, le commerce, la restauration, les services…

Dans une récente déclaration à Africanmanager, Radhouane Ben Salah, président de la fédération tunisienne d’hôtellerie (FTH), s’est dit attaché au développement du tourisme intérieur, affirmant que « plus de 5 millions de nuitées ont été enregistrées au cours du mois de juillet. Les professionnels du secteur sont toujours optimistes. Car, ils tablent sur une croissance de 10% au cours de cette saison estivale», a-t-il précisé.

Il a ajouté que « pour y parvenir, une stratégie a été mise en place, impliquant tous les acteurs du secteur touristique et particulièrement les hôteliers et les agences de voyage. Cette stratégie a pour but d’assurer une meilleure coopération avec le ministère du Tourisme de manière à donner des avantages particuliers à la clientèle tunisienne. Outre ce partenariat solide, un intérêt accru s’est porté sur la garantie d’une meilleure qualité de prestation de façon à assurer un meilleur rapport qualité/prix », a-t-il assuré.

Salma Elloumi : Beaucoup reste à faire

Pour sa part, la ministre du Tourisme, Salma Elloumi, a déclaré : « promouvoir le tourisme intérieur est un défi qui nous tient à cœur. Un intérêt gouvernemental qui a trouvé son écho sur le terrain, étant donné que le nombre des nuitées des Tunisiens continue de progresser pour atteindre cinq millions au cours de l’année écoulée ».

Et d’ajouter : « Le chiffre est certes encourageant, mais beaucoup reste à faire pour développer davantage ce secteur qui a une forte contribution, soit environ 50% dans des pays de grande expérience tels que la France et l’Espagne », a estimé la ministre, annonçant la mise en place d’une campagne publicitaire pour la réalisation de cet objectif.

« Une campagne promotionnelle a été lancée depuis le début de ce mois et elle s’étalera jusqu’à la fin de la saison touristique, elle vise l’amélioration des performances du tourisme domestique, tant au niveau de la fréquentation des établissements hôteliers qu’au niveau des nuitées touristiques », a souligné la ministre.

par -
(Agence Ecofin) - La Tunisie a déjà récolté 440 000 tonnes d’agrumes pour la campagne en cours

Les recettes d’exportation d’agrumes ont permis, jusqu’au 19 juillet 2016, de générer 24,6 millions de dinars (MD), soit la même valeur réalisée au cours de la saison précédente, apprend Africanmanager.
En effet, les quantités d’agrumes exportées se sont élevées à 19.4 milles tonnes, enregistrant cependant une baisse de 16.8% par rapport à la même période de l’année écoulée, l’équivalent de 23.3 mille tonnes.
Cela peut s’expliquer par l’arrêt de l’exportation vers le marché algérien, ajoute notre source.
Toutefois, la saison actuelle a été marquée par l’évolution de nouveaux marchés dont notamment l’italien et l’anglais sachant que la quantité exportée vers ces deux pays s’est élevée à 1232 tonnes.

par -
Le porte-parole du parti de l'Union patriotique libre (UPL) qui a été proposé pour le poste de ministre du Tourisme

Le ministre du Commerce, Mohsen Hassan, a indiqué lors de son passage aujourd’hui, lundi 20 juin 2016, sur Express Fm, que le déficit commercial, qui a atteint les 9,5 % au mois de mai dernier, explique la dégringolade du dinar tunisien.

Il a en outre affirmé que les recettes générées par le tourisme demeurent faibles pour l’année 2016 et qu’elles ont régressé de 42%.

Mohsen Hassan a par ailleurs ajouté que les exportations d’huile d’olive se sont rétrécies de 760 millions de dinars durant l’année 2016 par rapport à l’année 2015.

par -

Selon les derniers chiffres rendus publics jeudi 16 juin 2016 par le ministère du Tourisme, les recettes en devises du tourisme ont chuté de 44,6% entre 2015 et 2016 (Janvier-Mai), à 556,2 millions de dinars. La chute des recettes est encore plus brutale en comparaison avec 2010, touchant quasiment la moitié des revenus (-48,1%).

Par ailleurs, durant les 5 premiers mois de 2016, les entrées des non-résidents n’a pas dépassé 1, 190 million de personnes (-24,2%) alors que les entrées européennes ont été de seulement 301,3 mille touristes, enregistrant ainsi une baisse de 47,8%.

par -

Le tourisme tunisien est en train de vivre la pire crise de son histoire. Le constat est unanime et sans appel dans la foulée des trois attentats particulièrement sanglants qui ont endeuillé le pays.

D’après les chiffres communiqués, mardi 5 avril 2016, par l’office national du Tourisme (ONTT) , les revenus du tourisme ont baissé  de 51.7% au cours du premier trimestre de l’année 2016 par rapport à la même période de l’année 2015.

Les revenus enregistrés au cours de ce trimestre ont atteint 281,6 millions de dinars, ce qui présente le plus mauvais chiffre jamais réalisé dans le secteur du tourisme depuis des décennies.

Selon les professionnels du secteur, la chute des recettes touristiques est liée notamment aux attentats au Bardo à Sousse, de la Garde Présidentielle et de la récente opération terroriste de Ben Guerdane.

Dans une récente déclaration à Africanmanager, Jalel Henchiri, président de la fédération régionale des hôtels de Djerba-Zarzis a prévu  que « l’année 2016 sera très difficile pour le secteur du tourisme, notant que «  les touristes ont annulé leurs réservations suite aux  attentats du Musée du Bardo et de Sousse, à la récente attaque terroriste de Ben Guerdane et à la dégradation de la situation sécuritaire en Libye. C’est une conjoncture très difficile et délicate pour un secteur très fragilisé depuis 2011 », a-t-il dit.

Seuls 11% de touristes britanniques réserveraient sur la Tunisie en cas de la levée de l’alerte Voyage

L’horizon ne s’annonce pas meilleur et les flux touristiques ne devraient pas se réinscrire dans leurs précédentes tendances comme en témoigne le tout dernier sondage commandé par le Britannique Travelzoo. Il en ressort que seulement 11% de touristes britanniques réserveraient pour des escapades en Egypte ou en Tunisie si les restrictions de vol étaient levées.

C’est que la sécurité est actuellement le déterminant majeur des touristes britanniques lors de la réservation de leurs vacances d’été.

Environ 71% des 2000 répondants ont indiqué  qu’ils choisissent leurs destinations de vacances  en fonction de la façon dont ils se sentent en sécurité, précise l’enquête.

Bien que la plupart d’entre eux affirment  qu’ils seraient réticents à se rendre dans les pays d’Afrique du Nord immédiatement, 43% ont admis qu’ils seraient prêts à s’y  rendre dans un proche avenir.

Le souci de sécurité devance les  prix  abordables (52%) et le beau temps (42%) comme préoccupation la plus importante des Britanniques dans le sondage en ligne, qui a étudié les habitudes de 2.000 clients de voyage.

D’après les résultats de l’enquête, nombre de vacanciers préfèrent rester près de chez eux cet été, avec 27% de suffrages pour le Royaume-Uni, l’Espagne à la deuxième place (21%) et la France (10%), juste derrière  en troisième position.

A rappeler  que les différents ministères des Affaires étrangères comme par exemple ceux de l’Allemagne et de la France qui n’ont pas tardé à réagir surtout après la récente opération terroriste de Ben Guerdane, ont appelé leurs ressortissants à éviter tout déplacement dans les zones touristiques et dans le Sud tunisien.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux