Tags Posts tagged with "recrutement "

recrutement 

par -

L’Agence tunisienne de coopération technique (ATCT) a enregistré, jusqu’à la fin du mois d’avril 2017, une augmentation de 2% du nombre des placements réalisés, soit 607 recrutés contre 595 recrutés pour la même période de l’année dernière.
Selon une note d’information publiée par l’agence vendredi, le secteur de la santé occupe la première place avec 42% du total des recrutements, soit 257 recrutés, suivi par le secteur de l’enseignement avec 160 cadres recrutés puis l’administration avec 69 coopérants.
Les pays arabes sont les premiers bénéficiaires des compétences tunisiennes avec 446 recrutés, soit 73,5%.

L’Arabie Saoudite occupe la première position en matière de recrutement des compétences tunisiennes avec 301 coopérants soit 49.5% du total des recrutements réalisés, ensuite le Qatar avec 74 recrutés.
Au cours de cette période, 17 commissions se sont déplacées en Tunisie pour recruter des compétences tunisiennes dont 8 commissions de l’Arabie Saoudite, 3 de Qatar, 01 commission du Sultanat d’Oman, 01 du Koweït, 01 du Bahreïn, 01 de l’Italie et 01 de l’Allemagne. En outre l’Agence a reçu 94 offres d’emploi dans différentes spécialités.

Par ailleurs, dans le cadre de la coopération bilatérale et tripartite, 18 experts tunisiens ont effectué des missions de courte durée dans les domaines de l’accompagnement des prometteurs, la promotion de l’investissement, la médecine, la télécommunication, la statistique et l’ingénierie forestière.
Des sessions de formation ont été organisées au profit de 88 cadres africains et arabes dans le domaine de la pêche et de la coopération technique.
A noter que le nombre total des coopérants et des experts tunisiens a atteint 17342 coopérants jusqu’au mois d’avril 2017.

par -

Le ministre de l’Education, Néji Jalloul, a fait savoir, dans un entretien avec le journal Al Anwar, que son département organisera bientôt un concours pour l’embauche de 3000 enseignants dans le secondaire. Les admis suivront une formation de deux ans, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur.
Par ailleurs Jalloul a affirmé que le retard pris dans le recrutement de 800 nouveaux enseignants est dû aux à des vérifications opérées par le ministère de l’Education.

par -

Facebook a annoncé, mercredi 25 janvier, le recrutement de Hugo Barra, qui conduisait jusque-là le développement international du fabricant de téléphones chinois Xiaomi, rapporte « Lemonde.fr ».

Le Brésilien, âgé de 40 ans, et qui avait dans une vie antérieure présidé aux destinées du programme Androïd de Google, va diriger tous les efforts de Facebook dans la réalité virtuelle, y compris l’équipe d’Oculus .

Lors de sa conférence annuelle pour les développeurs, en avril 2016, Mark Zuckerberg a érigé la réalité virtuelle et la réalité augmentée comme l’un des trois principaux axes de développement de Facebook pour les dix années à venir. « Je pense que la réalité virtuelle a le potentiel pour devenir la plateforme la plus sociale, car vous avez vraiment l’impression d’y être avec une autre personne », avait-il argumenté.

par -

« Il n’y aura pas de recrutement dans la fonction publique au cours de cette année, à l’exception des écoles de formation et les sécuritaires », a assuré la directrice de la fonction publique, Fadhila Drir.
Lors de son passage ce mercredi sur Shems FM, elle a justifié cette décision par le surplus que connait actuellement l’administration tunisienne, chose qui a provoqué plusieurs problèmes.
La responsable a dans ce cadre cité l’exemple d’un nombre important de fonctionnaires, estimés à environ 100 mille, qui sont en train de recevoir un salaire sans aucune contrepartie.

par -

Le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué rendu public, mercredi 4 janvier 2017, que la brigade des recherches et investigations relevant de la garde nationale d’Enfidha a démantelé une cellule terroriste, composée de 13 individus, basée à Hergla.

Âgés entre 22 et 43 ans, ils étaient chargés du recrutement de jeunes et de leur transfert vers les zones de conflit, lit-on dans le communiqué.

par -

La société nationale des chemins de fer tunisiens (SNCFT) a annoncé l’ouverture d’un concours externe sur dossiers, pour le recrutement de 366 agents.

Dans un communiqué publié, ce jeudi 29 décembre 2016, sur sa page Facebook, la société a annoncé que les personnes désirant participer à ce concours peuvent s’inscrire à travers son site web à partir du 30 décembre 2016.

par -

Selon un communiqué publié, ce mercredi 2 novembre 2016, sur la page officielle facebook du ministère du Transport, la Société Nationale des Chemins de Fer Tunisiens (SNCFT) va lancer un concours externe. Un dossier médical et un examen oral sont les passages obligés.

Pour plus d’informations, la SNCFT a appelé les personnes concernées à visiter l’adresse de son site web qui suit : http://recrutement.sncft.com.tn

par -

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Imed Hammami, a affirmé, lors de son passage ce mardi 4 octobre 2016 sur Mosaïque Fm, que tout recrutement au sein de la fonction publique n’est plus possible et qu’il faudra attendre 4 ou 5 ans.

Le ministre a par ailleurs indiqué que l’État va présentement favoriser le secteur privé et ce, à travers l’encouragement des initiatives privées ; il a précisé que l’Etat consacrera 5 caisses au financement des projets privés.

Selon ses déclarations, le ministère se chargera d’encadrer les jeunes ayant des idées de projets, et donnera même des pistes à ceux qui n’en ont pas.

par -
Au cours de l’assemblée générale de la fédération tunisienne de football tenue samedi soir à Hammamet et consacrée au football professionnel en présence de 28 clubs sur les 36 appartenant aux ligues 1 et 2
La Fédération Tunisienne de Football vient de lancer une nouvelle initiative baptisée « Foot-Emploi ».
D’après Mosaïque fm, cette dernière a pour but de recruter environ 300 diplômés des Instituts Supérieurs de Sport et d’Éducation Physique.
Toujours selon la même source, elle sera l’occasion pour recruter les jeunes diplômés au sein des associations sportives disposant d’une section football. Ces derniers bénéficieront des avantages financiers pris en charge par la FTF.

par -

Le président de l’Association tunisienne pour la lutte contre la corruption, Ibrahim Missaoui, a déclaré, ce vendredi 16 septembre 2016 à Africanmanager, que « sous le règne de la Troïka, plus de 63 mille fonctionnaires ont été recrutés dans plusieurs institutions publiques. J’appelle le gouvernement de Youssef Chahed à réviser ces décisions de recrutement et de prendre des mesures strictes et urgentes afin de lutter contre la corruption dans le secteur de la fonction publique », a-t-il affirmé.

Nous y reviendrons.

par -

Tunisair informe que la liste des candidats participant au concours externe de recrutement de pilotes et déclarés admissibles au terme des épreuves psychotechniques figure sur le site web de la compagnie.
Par conséquent les admis sont convoqués pour passer les entretiens individuels des connaissances théoriques durant la période allant du 20/09/2016 au 23/09/2016 et les épreuves linguistiques le 24/09/2016. Le planning détaillé de passage des épreuves sera disponible sur le site à partir du 15/09/2016.

par -

Le directeur général de l’enseignement primaire au ministère de l’Education nationale, Kamel Hajjem, a déclaré ce lundi 5 septembre 2016 que son département n’a pas programmé le recrutement de nouveaux instituteurs au titre de l’année scolaire 2016-2017.
Dans un entretien téléphonique avec Africanmanager, il a précisé que cette démarche est justifiée par la situation délicate par laquelle passe actuellement le pays.
Il a par ailleurs ajouté que son département s’engage à respecter les accords conclus avec l’organisation syndicale en ce qui concerne la situation des instituteurs suppléants. « Ce dossier fait l’objet d’un examen et s’il va y avoir de nouveaux recrutements, 50% des instituteurs suppléants seront ciblés », a-t-il ajouté.

La précision du directeur général de l’enseignement primaire vient à un moment où le syndicat de l’enseignement de base a appelé au recrutement de 10 mille instituteurs étant donné qu’il y a 10 mille postes d’enseignant vacants dans les écoles primaires de la Tunisie.
Le syndicat a d’autre part souligné que la rentrée scolaire cette année se fera « sous tension », vu le peu d’empressement des autorités compétentes pour respecter les accords conclus précédemment.

par -

Le ministère de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire a annoncé, dans un communiqué rendu public jeudi 1er septembre 2016, l’ouverture d’un concours externe pour le recrutement de 38 techniciens.

Le dernier délai pour recevoir les candidatures est fixé pour le 9 septembre prochain.

par -

Le Secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire affilié à l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), Lassaad Yacoubi, a appelé, mardi, à recruter pas moins de 1500 enseignants pour couvrir le besoin du secteur, précisant que ce besoin s’élève dans les collèges et les lycées à plus de 3 000 enseignants.
Le ministère de l’éducation connaît actuellement  » une situation chaotique « , a-t-il déclaré à la correspondante de l’agence TAP à Hammamet (Nabeul), en marge de la réunion de la commission administrative de l’UGTT.
« Les statistiques montrent que plus de 800 enseignants et fonctionnaires administratifs travaillent depuis plus de 5 ans sans désignation par le ministère et n’exercent pas réellement au sein d’établissements éducatifs », a-t-il dénoncé.
Le responsable syndical a par ailleurs appelé le ministère de l’Education à annuler sa décision portant sur la fermeture des collèges techniques, estimant que cette décision aboutira à l’abandon scolaire de près de 15 mille élèves âgés de moins de 16 ans.
Il a insisté, dans ce cadre, sur l’impératif de réintégrer ces élèves et à identifier les solutions adéquates aux problèmes que rencontrent ces collèges.
Le syndicat de l’enseignement secondaire avait appelé, lors d’une séance de négociations tenue lundi avec le ministère de l’Education, à l’ouverture du recrutement des enseignants et à l’annulation de la décision de la fermeture des collèges techniques, incitant tous les syndicats régionaux à suspendre toutes les séances de mutations régionales jusqu’à la tenue de la réunion de la commission administrative prévue le 3 décembre prochain, selon un communiqué du syndicat.

par -

Le ministre de l’Education, Neji Jalloul, a démenti ce mardi 23 août sur Cap fm, en marge de sa visite au gouvernorat de Sousse, les informations diffusées par certains médias selon lesquelles le ministère ne recrute plus. Il a souligné que 7000 personnes ont été intégrées cette année au département.

Jalloul a également déclaré que le recrutement des instituteurs et enseignants suppléants était en cours d’étude et que ce sujet est lié aux fonds alloués par le ministère des Finances.

par -

Le ministre de l’Éducation Néji Jalloul a déclaré lors d’une séance plénière qui se tient actuellement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) que son département a conclu une convention avec les syndicats d’enseignements pour le recrutement en priorité les enseignants mandataires.

Le ministre a ajouté que le recrutement aura lieu via un concours.

par -

Ooredoo Business vient de lancer un nouveau programme intitulé Cherik (partenaire en arabe) basé sur le recrutement de nouveaux partenaires pour accompagner le développement digital des entreprises tunisiennes en proposant ses offres aux revendeurs et installateurs agréés.
Ooredoo Business renforce et structure ses activités de distribution en lançant le programme Cherik, ouvert à toutes les entreprises souhaitant faire partie du réseau d’experts de proximité en solutions télécoms.
Ce programme cible les SSII, les revendeurs informatiques et/ou télécoms, les installateurs privés ou indépendants, mais aussi les intégrateurs réseaux, ou les bureauticiens. Il s’inscrit dans la volonté d’Ooredoo Business de promouvoir le développement commercial de ses offres à destination des entreprises souhaitant accélérer leur transformation digitale.

Cherik s’articule autour de quatre processus mis en place par Ooredoo : l’inscription ou l’enregistrement du partenaire sur internet, l’évaluation de la capacité de ce dernier à distribuer ou installer les offres Ooredoo Business, la signature d’un contrat Cherik, et la formation continue.
Le programme Cherik offre la possibilité de commercialiser l’ensemble du portefeuille des produits Ooredoo Business dans le domaine du Fixe, du Mobile, du Cloud et des Services managés. Il promet le choix de la relation contractuelle, des plans de rémunération attractifs et un accompagnement commercial et technique personnalisé à travers une formation dans la durée.

Un site internet dédié au Programme Cherik permet le recrutement des nouveaux partenaires.
Les partenaires agréés ajoutent à leur catalogue les offres de Ooredoo Business et accèdent ainsi à des offres à forte valeur ajoutée et participent par eux-même au développement et l’animation du réseau de revendeurs.
Structuré en 3 niveaux de partenariat (Platinum, Gold et Silver), les plans de rémunération sont définis à travers un système d’évaluation suivant la capacité commerciale du partenaire à distribuer et installer les produits Ooredoo Business, de l’expertise et du niveau de certification de ses installateurs, de sa présence géographique, et du volume de vente réalisé.

Mousser Jerbi a expliqué à cette occasion qu’Ooredoo Business vise à « accroître son nombre de partenaires dans le domaine des télécoms et de l’IT pour accélérer la pénétration de ses offres d’une proportion de 20% par an uniquement à travers les partenaires Cherik. ».

par -

L’institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) a publié ce lundi 11 juillet 2016 une étude sur la question de l’emploi en Tunisie. Pour ce faire, deux enquêtes ont été menées, l’une auprès des entreprises (400 entreprises) et l’autre auprès des ménages, particulièrement les diplômés de l’enseignement supérieur (plus de 10 mille individus). En ce qui concerne, l’enquête faite auprès des entreprises, l’étude a fait ressortir, pour ce qui est des postes vacants, que le secteur privé aura besoin de 145.508 postes. 68% du total des postes vacants seront concentrés dans 5 secteurs parmi 19. Les secteurs à forte employabilité sont liés aux commerce et services avec 34.813 postes vacants, suivis des activités spécialisées, scientifiques et techniques avec 23.322 postes vacants, l’industrie du textile et de l’habillement (17.289).

A ce propos, Faycel Derbal, président du centre de gouvernance de l’IACE, a fait remarquer qu’en 2012, le nombre des postes vacants était de 120 mille contre plus de 145 mille actuellement, ce qui signifie que la politique de recrutements en Tunisie a échoué durant les 4 dernières années.

En effet, selon l’étude, les activités liées à l’industrie de caoutchouc et à la réparation de l’automobile constituent des activités à faible potentiel d’emploi ; c‘est ainsi que les 5 derniers secteurs dégageant le moins d’emplois vacants totalisent 3.372 postes d’emplois vacants, soit 2.31% du total. Ces 5 secteurs occupaient 9% de la population employée par le secteur privé.

L’enquête auprès des entreprises révèle que le nombre total de recrutements potentiels pour les deux prochaines années est de l’ordre de 270.000 emplois, avec une suppression globale de 50.000 postes d’emploi, ce qui revient à une création nette de postes d’emploi de 75 000 sur les deux ans, avec 68,5% de ces postes qui sont sollicités par les grandes entreprises, c’est-à-dire les entreprises employant plus que 200 personnes selon la terminologie retenue par l’INS.

La tendance baissière des perspectives de l’emploi reflète la méfiance et l’inquiétude des chefs d’entreprises quant aux perspectives d’amélioration de l’environnement d’affaires : l’aversion des risques semble augmenter chez les entrepreneurs tunisiens et étrangers.

L’analyse des postes d’emplois demandés démontre que le marché a besoin de plus en plus de main d’œuvre qualifiée ou peu qualifiée opérant dans des activités classiques (commerce, bâtiment, textile,…) : ces secteurs utilisateurs de main d’œuvre ne requirent pas un taux d’encadrement élevé capable d’absorber le chômage des diplômés.

Le marché a donc besoin d’une main d’œuvre que les universités, hormis les instituts technologiques, sont incapables de fournir, surtout avec les carences de notre système de formation professionnelle.

Les postes vacants ou moins demandés s’expliquent principalement soit par l’absence de candidats, soit par la mauvaise qualité du candidat, s’il existe. Ainsi, 60% des candidats au recrutement ne satisfont pas les critères de compétences. Là où la situation se corse, c’est  au niveau des présentations écrites et orales : prés des deux tiers des candidats sont jugés incompétents.

Les problèmes de qualité et de compétences analysés précédemment se répercutent inévitablement sur la capacité des entreprises à satisfaire leurs besoins en main d’œuvre et donc, sur leurs stratégies d’investissement, d’expansion et de positionnement sur le marché.

Ces difficultés ont des répercussions certaines sur les entreprises, dont les plus significatives sont des pertes de marchés pour 26% des entreprises, des difficultés à respecter les délais de livraison (22%), des difficultés à réaliser les objectifs d’investissement (24%) et enfin le retrait de produits ou de services offerts (16%).

Pour les autres secteurs, les répercussions sont croisées dans des proportions différentes, inhérentes aux caractéristiques propres à chaque secteur. Cependant, si on considère la taille des entreprises, ces conséquences peuvent toucher à la survie même de celles-ci, puisque pour les petites entreprises, elles se traduisent, dans 42% des cas, par des pertes de marché.

L’analyse des profils préférés par les entreprises fait apparaitre qu’il y a essentiellement cinq compétences qui sont sollicitées par les entreprises, à savoir une combinaison compétences informatiques et capacité à travailler en équipe, une capacité d’intégration dans la stratégie de l’entreprise, une maitrise de la langue arabe et française et une capacité d’initiative et créativité combinée à une maitrise de la langue anglaise.

Ainsi, l’analyse sectorielle révèle que ce sont surtout les compétences informatiques/travail d’équipe ainsi que la capacité d’intégration dans la stratégie de l’entreprise qui sont les plus sollicitées. Les activités spécialisées, scientifiques et de soutien se distinguent tout naturellement des autres par une exigence de maitrise de la langue anglaise. Ces caractéristiques soulignent la transformation dynamique interne qui domine le mode de gestion des différentes entreprises.

S’agissant de l’enquêté réalisée auprès de plus de 10 mille diplômés de l’enseignement supérieur, Derbal a indiqué à Africanmanger que le délai d’attente des diplômés pour avoir un premier emploi est de 30,4 mois, soit deux ans et demi en moyenne. Pour certaines branches, la moyenne du délai d’attente varie toutefois entre 1 mois et 6 ans ; il a qualifié ce taux d’inquiétant.

Ce qui est aussi problématique c’est le fait de voir des branches qui présentent des délais d’attente trop longs et qui sont maintenus à ce jour dans le guide d’orientation universitaire, pointant du doigt les institutions supérieures qui ne jouent plus pleinement leur rôle dans la mesure où le recrutement est fait essentiellement par les canaux de l’Agence de l’Emploi (ANETI). « On aurait aimé que les institutions supérieures, les amicales et les structures facilitent l’insertion et le recrutement des diplômés au moins en termes d’accompagnement et de suivi », a indiqué Derbal à Africanmanager, appelant à revoir tout le système de l’enseignement, tout en assurant plus d’harmonisation et de coordination entre la formation et le marché du travail.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

En réponse à l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola déclarée en République démocratique du Congo (RDC) le 12 mai, la Commission européenne a mis à...

SPORT

Reseaux Sociaux