Tags Posts tagged with "rééchelonnement"

rééchelonnement

par -

On apprend, sur la page fb de l’UGTT, qu’un accord a pu être signé samedi dernier, entre l’administrateur judiciaire de l’hôtel Al Hana du centre-ville de Tunis et la DG de la Steg (Société d’électricité et de gaz), pour le rééchelonnement des dettes de cet hôtel symbole du tourisme tunisien et ainsi le rétablissement de l’électricité et du gaz pour que l’hôtel puisse reprendre son activité. Le communiqué de la centrale syndicale indique que «c’est le premier pas vers une solution radicale pour le problème de cette unité hôtelière », annonçant une prochaine réunion au siège du ministère des Affaires sociales. Du pain sur la plan pour le nouveau ministre Mohamed Trabelsi, un ancien SG d’une ancienne UGTT.

par -

L’ex gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, Taoufik Baccar , a mis en garde , dans un post sur sa page facebook, contre le recours au financement extérieur, « arme à double tranchant…pouvant mener à la ruine ».

Il estime que le problème tient moins au niveau de la dette qu’à sa maturité laquelle s’est beaucoup rétrécie, ce qui augure d’une augmentation prochaine de la dette qui viendrait à échéance et des difficultés de remboursement que cela pourrait entraîner d’autant que ces financements ont été utilisés pour couvrir des dépenses de fonctionnement et des déficits qui ne sont pas générateurs de croissance.

Il note que «  de plus en plus,  la dette à rembourser est celle contractée après 2011 en raison du raccourcissement des maturités des nouveaux emprunts contractés », prévoyant «  des  temps difficiles devant nous », expliquant que les  crédits contractés auprès du FMI, sont d’une courte maturité » et que « le  service de la dette pourrait rapidement atteindre le seuil de 7 à 8 milliards de dinars et représenterait une sérieuse menace au Budget de l’Etat et à la Balance de Paiement ».

« Si par malheur la croissance économique ne reprend pas d’ici là, la Tunisie n’aura plus de choix que de rééchelonner sa dette, ce qu’elle a toujours refusé de faire jusqu’à présent. C’est dire l’importance de tout mettre en œuvre pour une reprise de la croissance et cela ne peut se faire qu’à travers la mobilisation de toutes les énergies et les potentialités du pays et la libération des initiatives », prévient-il.

« Seuls  la mise en œuvre d’un ambitieux programme de reforme, d’une réconciliation économique et financière, et l’arrêt de la diabolisation de l’Administration et des hommes d’affaires sont à même d’assurer un tel objectif. Il faut remettre la machine économique en marche ; il en va de la suivie de ce pays et de l’avenir nos enfants », conclut Taoufik Baccar.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux