Tags Posts tagged with "réformateurs"

réformateurs

par -
Le guide suprême de la révolution iranienne

Les réformateurs et modérés arrivaient en tête au second tour des élections législatives de vendredi en Iran face aux conservateurs, selon des résultats partiels publiés samedi, et devraient disposer d’un groupe parlementaire conséquent pour soutenir la politique d’ouverture du président Hassan Rohani.

Selon des résultats partiels non encore officiels publiés par les médias à Téhéran, y compris conservateurs, la liste « Espoir » des réformateurs et modérés a gagné au moins une trentaine des 68 sièges qui étaient en jeu sur les 290 que compte le Parlement. Les résultats officiels doivent être publiés samedi dans la journée.

C’est la première fois depuis 2004 que l’assemblée ne sera plus dominée par les conservateurs et que les deux grandes tendances politiques iraniennes seront représentées de manière à peu près égale.

Les pouvoirs du Parlement sont limités par rapport à d’autres institutions du régime iranien comme le Conseil des gardiens de la constitution, en partie composé de religieux nommés par le guide suprême, Ali Khameni.

Mais, à un an de l’élection présidentielle à laquelle Hassan Rohani devrait se représenter pour un second et dernier mandat de quatre ans, ces résultats n’en représentent pas moins une victoire personnelle pour le président.

Depuis 2013, il a mené une politique de rapprochement avec l’étranger qui a culminé lors de la conclusion, en juillet 2015, d’un accord historique sur le programme nucléaire iranien avec les grandes puissances.

Selon l’agence Fars, proche des conservateurs, les réformateurs et modérés ont obtenu au moins 33 sièges contre 21 pour les conservateurs. Le site d’information Tasnim, également proche des conservateurs, accorde à la coalition des réformateurs et modérés 35 sièges.

par -

Le président Hassan Rohani dispose désormais d’une solide rampe de lancement pour aller plus loin et plus vite dans la politique de réforme, de modernisation des institutions et pratiques en Iran. En effet les résultats partiels publiés ce samedi 30 avril font état d’une nette victoire des candidats réformateurs et modérés au second tour des élections législatives de vendredi dernier. Les conservateurs, qui tiennent tous les leviers du pays depuis des décennies, reculent donc sur le terrain. Les électeurs, notamment les jeunes, ont clairement voulu renforcer le vent du changement qui souffle sur l’Iran, depuis la levée du sévère embargo économique.

Même si les résultats ne sont pas encore officialisés – ils le seront dans la journée de ce samedi -, presque tous médias à Téhéran vont dans le même sens. Même les médias conservateurs donnent gagnante la liste « Espoir ». Les réformateurs et modérés auraient raflé plus de trente sièges sur les 68 sièges qui étaient disputés, dans une Assemblée qui en compte 290 au total. C’est un fait inédit depuis 2004, désormais les réformateurs font jeu égal avec les conservateurs, donnant à Rohani les coudées plus franches pour transformer en profondeur la société iranienne, du moins selon ses déclarations. On l’a entendu dernièrement s’en prendre frontalement aux pratiques de la police religieuse, qui traque les moindres faits et gestes des citoyens. Un discours musclé qui a sans doute soigné sa cote de popularité, en plus des négociations autour du nucléaire iranien, qu’il a menées de main de maitre pour finalement aboutir à la levée de l’embargo qui asphyxiait l’économie du pays depuis des décennies.

Rohani prend rendez-vous pour la présidentielle

La percée historique du camp de Rohani aux législatives est à mettre au crédit personnel du président, qui remet son fauteuil en jeu dans un an, pour un deuxième et ultime mandat de quatre ans. Manifestement les Iraniens, lassés d’être mis au banc de la communauté internationale, lui sont gré des efforts pour recoller les morceaux avec les puissances étrangères, les USA en tête.

Les résultats officiels et définitifs diront si Rohani pourra s’appuyer sur une majorité de 146 sièges au Parlement pour gouverner le pays comme il l’entend et comme il l’a promis à ses électeurs.  Dans cette affaire l’attitude des députés indépendants sera décisive également ; en effet ils sont une trentaine au total et pèseront à coup sûr dans la destinée de l’Assemblée. Mais quoi qu’il en soit, même privé d’une majorité au Parlement, le camp Rohani aura une marge de manoeuvre en se rapprochant des conservateurs plus modérés, les durs ayant été évincés par les électeurs dès le premier tour des législatives.

Le Parlement se féminise !

L’autre enseignement de ce vote c »est la confirmation de la féminisation progressive de la Chambre. En effet au moins trois femmes ont eu leur ticket à ce second tour, à additionner aux 13 qui ont été élues le 26 février dernier. Le nouveau Parlement comptera donc au moins 16 femmes, dont quinze réformatrices, contre neuf conservatrices dans la précédente Assemblée. Depuis la révolution islamique de 1979, on n’a pas vu autant de députées au Parlement.

La nouvelle Assemblée est convoquée fin mai pour désigner son  président. Ali Larijani, le président sortant, un conservateur présenté comme modéré et Mohammad Reza Aref, le leader des réformateurs et modérés, ont toutes leurs chances.
Ali Larijani trouve grâce aux yeux du camp Rohani car il a soutenu l’accord historique du 14 juillet 2015 sur le nucléaire ratifié entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). Il pourrait être choisi pour ne pas s’aliéner le camp des conservateurs, dont Rohani aura quand même besoin s’il veut avoir des résultats tangibles et rapides dans son élan de réforme. C’est aussi cela la politique, une affaire de pragmatisme, de stratégie…

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Au terme d’un procès très éloigné des standards internationaux et auquel nos organisations avaient refusé de participer, Simone Gbagbo a été acquittée hier soir...