Tags Posts tagged with "réformes économiques"

réformes économiques

par -
0
Entre 500 et 600 terroristes sont retranchés dans les régions montagneuses de Nord-ouest de la Tunisie

L’ancien dirigeant du Parti républicain Ahmed Néjib Chebbi a affirmé ce jeudi 4 août 2016 que la structuration du gouvernement d’union nationale doit prendre en considération trois principales priorités, à savoir les grandes réformes économiques, le développement et le savoir.

A l’issue de sa rencontre aujourd’hui avec le chef du gouvernement, Youssef Chahed, Chebbi a ajouté que les acquis démocratiques ne peuvent être maintenus sans une base solide, rapporte Jawhara fm.

 

par -
0
Ahmed Néjib Chabbi

Le Chef du gouvernement désigné Youssef Chahed a reçu, jeudi au palais Edhiafa à Carthage, l’ancien dirigeant au Parti républicain (Al-Jomhouri), Ahmed Néjib Chebbi dans le cadre des concertations autour du prochain gouvernement d’union nationale.
A l’issue de la rencontre, Chebbi a dit avoir discuté avec Chahed de la composition et de la structuration du gouvernement d’union nationale qui, a-t-il estimé, doivent prendre en considération trois principales priorités : les grandes réformes économiques, le développement et le savoir « .
Le chef du gouvernement désigné Youssef Chahed tient jeudi une série de concertations avec les représentants des neuf partis signataires de  » l’accord de Carthage  » autour de la composition et de la structuration du nouveau gouvernement.
Il s’agit du Mouvement  » Nidaa Tounes « , du Mouvement  » Ennahdha « , du parti  » Afek Tounes « , de l’Union patriotique libre (UPL), du Mouvement Echaâb, du parti  » Al-Massar « , du Parti Républicain (Al-Jomhouri) et du Mouvement  » Le projet de la Tunisie « .

par -
0

Wided Bouchamaoui, présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), a déclaré sur Mosaïque Fm ce jeudi 7 avril que l’heure des réformes économiques urgentes et courageuses a sonné et que le gouvernement doit s’y mettre sans tarder.

Selon elle la population attend des actions fortes et qu’elles tardent à venir, cinq ans après le soulèvement populaire qui a fait fuir Ben Ali. Elle a précisé qu’il n’est pas question de se précipiter et de s’emballer, mais qu’il est temps d’engager les changements attendus, pour le bien de toute la nation.

L’ancien gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Mustapha Kamel Nabli, a pour sa part pointé du doigt l’endettement croissant de la Tunisie et des investissements qui brillent par leur faiblesse.
« Emprunter pour consommer est dangereux pour l’économie tunisienne », a conclu Nabli.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE