Tags Posts tagged with "risques"

risques

par -

*Les nations africaines en lice pour émerger en tant que passerelles commerciales pour les investissements étrangers directs offrent des opportunités, mais aussi des menaces inconnues pour les entreprises

  • *Facteurs macroéconomiques : le faible prix du pétrole et le sentiment économique mondial seront les principaux moteurs de l’instabilité au sein du continent.
  • L’incertitude politique intérieure d’un certain nombre de nations d’importance constituera un risque beaucoup plus grand pour les entreprises présentes sur le continent que l’effet de la géopolitique internationale
  • *Les entreprises africaines resteront vulnérables et risqueront de ne pas accorder aux risques de cybersécurité la même valeur que ceux associés à la sécurité physique ou aux menaces politiques
  • *Les entreprises réagiront comme des arches (orientation défensive sur les principaux marchés), des requins (ciblage des nouvelles opportunités) ou des baleines (en devenant trop importantes pour faire faillite)
  • *La meilleure gouvernance a amélioré le climat des affaires, mais rien ne se déroule sans accroc

L’instabilité macroéconomique alimentée par le faible prix du pétrole et le sentiment économique mondial continuera d’être le principal moteur des risques commerciaux dans toute l’Afrique de l’Ouest en 2017. L’amélioration de la gouvernance et l’intégration de certaines normes et pratiques démocratiques limiteront le potentiel de détérioration, mais des défis persisteront. Les cyberattaques progressent. Les entreprises deviendront de plus en plus vulnérables jusqu’à ce que l’impact des risques cybernétiques sur leurs activités et leur réputation soit envisagé, comme le sont les effets des risques politiques et de sécurité. Voici quelques-uns des principaux thèmes du rapport annuel prévisionnel sur les risques politiques et commerciaux « RiskMap 2017 », publié par Control Risks, cabinet de conseil spécialisé dans le domaine des risques.

Tom Griffin, principal partenaire de Control Risks pour l’Afrique de l’Ouest, commente : « Les changements macroéconomiques et politiques nationaux poussent les nations africaines à se réinventer dans l’espoir de devenir des centres commerciaux tels que Dubaï ou Singapour. Cela offrira aux entreprises des débouchés lucratifs, mais engendrera également des risques inconnus qui nécessiteront une meilleure compréhension de l’environnement politique et réglementaire local.

Les entreprises appliqueront différentes stratégies pour protéger la valeur et saisir les opportunités en 2017. De nombreuses organisations seront définies comme des arches, des requins ou des baleines en fonction de leur réaction.

  • Les arches seront défensives et se concentreront sur les métiers et les marchés. Elles supprimeront les emplois non performants, annuleront les fusions infructueuses, réduiront les coûts et retarderont l’expansion. Bien que particulièrement associée aux secteurs des mines et du pétrole en raison de l’effondrement des prix, la stratégie de l’arche caractérise également le repli par les détaillants et l’étayage par les fabricants.
  • Les requins auront moins d’aversion au risque et chasseront les opportunités dans les nouvelles activités et sur de nouvelles zones géographiques. Les services financiers confrontés à l’incertitude réglementaire et l’émergence de centres de pouvoir concurrents dans les pays émergents sont susceptibles de porter le risque de saisir les avantages des premiers arrivants dans les marchés frontières ou les secteurs perturbés.
  • Les baleines tireront profit de leurs grandes réserves et de leur financement bon marché pour procéder à des mégafusions et monopoliser les marchés. Leurs principaux risques sont les nationalistes économiques et les régulateurs de la concurrence. La consolidation caractérise fortement les secteurs des technologies, des produits pharmaceutiques et de l’agro-industrie, qui ont souvent arbitrés les cadres réglementaires afin d’obtenir des positions dominantes.

Les perspectives nigérianes continueront d’être accablées par les défis économiques relatifs aux faibles prix des produits

Avenir de l’Afrique de l’Ouest

Nigeria 
L’impopularité croissante du Président Buhari placera l’APC sous une pression croissante et sans un rebond des prix du pétrole, les risques souverains et fiscaux persisteront. Les perspectives nigérianes continueront d’être accablées par les défis économiques relatifs aux faibles prix des produits. Le militantisme dans le delta du Niger devrait se poursuivre au même rythme qu’en 2016.

Ghana 
Les principales réformes macroéconomiques destinées à répondre aux inquiétudes sur le niveau élevé de la dette publique et les investissements dans des projets d’infrastructure majeurs visant à atténuer la crise de l’énergie sont censées être au centre de la nouvelle administration : le Nouveau Parti Patriotique (NPP) dirigé par Nana Akufo-Addo. La lutte contre la corruption prendra une place centrale, en introduisant notamment une législation visant à resserrer les processus d’attribution de marchés publics et à accroître la transparence des offres d’investissement.

Gambie et Guinée-Bissau 
Les réformes économiques et institutionnelles essentielles pour attirer les investissements continueront d’être frustrées en raison de l’instabilité politique significative d’un certain nombre de nouveaux gouvernements de plus petits pays de la région.

Au Mali et au Burkina Faso 
L’intensification de la rivalité entre Al-Qaïda et l’État islamique mettra les deux États en position de faiblesse, tandis qu’ils lutteront pour former une réponse efficace au terrorisme dans la région.

Côte d’Ivoire 
Une attention soutenue à la croissance économique et un régime de réglementation favorable aux investisseurs favoriseront la confiance des investisseurs et la hausse des investissements privés. Mais des préoccupations à long terme persisteront concernant la stabilité de l’environnement des entreprises, notamment en matière de corruption et de succession politique au-delà de 2020.

Tom Griffin poursuit : « Pour que les entreprises soient prospères dans cette région diversifiée, il est important d’adopter une approche orientée sur les menaces et de comprendre les risques uniques et changeants qui pourraient avoir un impact sur les activités de ce marché spécifique. »

par -
Les deux  dirigeants du Front populaire Mongi_rahoui_et  zied_lakhdar ont reçu des menaces de mort et le ministère de l'Intérieur est au courant

Le député du Front Populaire et président de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Mongi Rahoui, a déclaré ce mardi 27 septembre 2016 sur Express fm que les investisseurs et les hommes d’affaires doivent comprendre que le fait de courir des risques n’est pas une catastrophe en soi.

« Les hommes d’affaires sont amenés à investir dans des projets destinés aux régions intérieures afin de contribuer à la création d’emplois et à la modernisation de l’infrastructure routière », a-t-il précisé.

par -

« Le  redressement  de  la  croissance  économique, amorcé au début de 2016, devrait se poursuivre dans  les  trimestres  à  venir  quoiqu’à  un  rythme plus lent qu’attendu quelques mois plus tôt. Les récentes prévisions à moyen terme ont revu à la baisse  la  croissance du  PIB,  aux  prix  constants de  l’année  2010,  pour  la  période  2016-2017 ». C’est ce qui ressort d’une note récente publiée par la Banque centrale de Tunisie (BCT) intitulée « Évolutions monétaires et conjoncturelles et » perspectives à moyen terme.
Ainsi, les prévisions de la BCT tablent  sur  une  croissance  annuelle  de l’ordre de 1,8% en 2016 et 3% en 2017, contre 2% et 3,5% estimées en avril dernier. La révision à la baisse résulte des performances, en deçà des attentes, de plusieurs secteurs d’activité durant le premier semestre 2016,  ainsi que de l’apparition de nouveaux risques baissiers à plus long terme.

Toujours selon la BCT, la trajectoire de croissance future serait fragilisée par  la dégradation des perspectives de certains secteurs d’activité. En premier lieu, la poursuite de la régression de la production du secteur de l’énergie rend  peu  probable l’inversion de cette tendance  baissière à l’horizon de prévision,  étant donné  l’importance  du  déclin  naturel  au  niveau des  principaux  champs pétroliers. Ce secteur devrait continuer à amputer la croissance annuelle du  PIB  de  0,2-0,5%  en  moyenne. Ensuite, la persistance des troubles sociaux dans les zones de production, en particulier, dans le bassin minier et l’absence  de  solutions  efficaces,  permettant  de surmonter  les  difficultés,  pourraient  freiner  la reprise de la production à son rythme d’avant 2011. De surcroît, la trajectoire de croissance de l’activité touristique a été revue de nouveau à la baisse, vu les  réalisations  récentes en  dessous  des attentes, et les retombées potentiellement importantes de la multiplication des attentats terroristes et le climat d’insécurité  qui  règne  sur  l’ensemble  de  la  région.

Par ailleurs, les perspectives de la production des industries off-shore ont été maintenues  globalement  inchangées pour le reste de l’année 2016, et revues légèrement à la baisse pour 2017, compte  tenu  des  retombées potentiellement négatives du ‘’Brexit’’ sur les principaux partenaires de la Tunisie de la Zone Euro. « La révision à  la  baisse de la croissance du PIB hors agriculture, pour les années 2016 et 2017, et le maintien  du potentiel  de  la croissance globalement inchangé (2,5% en 2016 et 2,6% en 2017),  ont  creusé   l’écart  de  production  négatif (différence entre  la production potentielle et la production effective),  comparativement  à  la précédente  prévision.  En  termes  annuels,  l’écart de  production  devrait  s’établir  autour  de -2,9% cette année et -2,6% en  2017, après -2,7% en 2015 », explique la BCT.

S’agissant de la croissance pour les prochaines années, la BCT a indiqué que les perspectives devraient s’améliorer lentement  mais  resteraient  sujettes  à  divers aléas, qui  seraient  globalement  asymétriques vers  le  bas.  » Les  incertitudes  qui  font  craindre une  croissance plus  faible  qu’attendu  sont multiples. Sur le plan extérieur, les menaces que constituent  les  tensions  géopolitiques  sont particulièrement élevées, en particulier en l’absence de signes de rétablissement.  Les conflits en cours, en Libye, et leurs répercussions sur la stabilité sécuritaire et économique du pays pourraient sensiblement  affecter  les perspectives retenues par le scénario central. Un ralentissement plus marqué de la demande étrangère, pourrait aussi peser sur la dynamique des exportations. Les répercussions négatives du Brexit sur nos principaux partenaires de la Zone Euro devraient être  ressenties  au  niveau  des industries exportatrices en 2017 et au-delà. En effet, si ces pays  perdraient leurs parts de marché au Royaume-Uni, leur demande des produits  tunisiens  notamment des IME et THC, risquerait d’être sérieusement affectée », souligne la Banque centrale.

Sur  le  plan  interne,  les  risques  concernent,  pour l’essentiel, le prolongement de la crise politique, la persistance de troubles sécuritaires et de l’instabilité sociale dans les zones d’extraction et de production, ce  qui  pourrait freiner le rétablissement  de  la production et de l’investissement à  l’horizon  de prévision.  Également, les retards  accusés  pour la mise en place des  réformes nécessaires  (Code d’investissement,  etc.) pourraient affecter négativement le climat  des  affaires.

De  plus, l’arbitrage consommation-épargne pourrait impacter le rythme de progression de la demande de  consommation.  Par ailleurs,  la  persistance  du déficit  de liquidité  bancaire  à des niveaux historiquement  élevés et la hausse des prêts non performants pourraient  réduire  la  capacité  du système  bancaire à mobiliser les ressources nécessaires pour le financement de l’économie. « De surcroît,  l’accentuation  du déséquilibre  budgétaire, l’accumulation importante  de  la  dette  publique, notamment depuis 2011, et l’arrivée à échéance de certains emprunts devraient peser sur la capacité de l’État à poursuivre une politique contra-cyclique sur l’horizon de prévision », ajoute la BCT.

par -
A l’occasion de l'approche de Aid El Fitr

Le ministère de la Santé a mis en garde contre l’achat, durant la période de l’Aid El Fitr, de certains  jouets notamment les pétards qui peuvent causer des incidents graves aux enfants.

Dans un communiqué rendu public ce mardi 28 juin 2016, le ministère prévient ainsi contre l’acquisition de jouets imitant les armes à feu, invitant ainsi  les parents à sensibiliser leurs enfants quant aux risques que présentent ces jouets.

par -

Alors que leur utilisation ne cesse d’augmenter, les smartphones restent des appareils potentiellement dangereux. Vous souvenez-vous du temps où les téléphones portables n’étaient pas encore scotchés à nos mains ? Cette époque semble surréaliste, tellement le confort de ces petits appareils nous est devenu indispensable. Et la tendance ne devrait pas faiblir dans les prochaines années : un tiers de la population mondiale devrait être équipée d’un smartphone d’ici l’année prochaine, selon les dernières estimations. Mais passer des heures chaque jour rivés sur un petit écran, les doigts collés au clavier, a forcément des conséquences sur notre santé.

Les yeux

Un usage excessif des téléphones portables et des écrans en général impacte le cristallin de l’œil et favorise la myopie. Plus grave encore : deux femmes britanniques âgées de 22 à 40 ans auraient souffert d’une cécité temporaire de quelques mois à cause de cette mauvaise habitude. Les deux vérifiaient constamment leur smartphone le soir dans leur lit avec un seul œil, l’autre étant couvert par l’oreiller, car elles étaient sur un côté. Cette différence de lumière a provoqué une asymétrie et la perte de la vision, rapporte le quotidien britannique The Independent. Pour éviter ce problème, assurez-vous de regarder l’écran avec les deux yeux.

Le sommeil

Un des effets qui ont été démontré à plusieurs reprises est la conséquence néfaste de la lumière bleue sur le sommeil. Notre horloge biologique étant basée sur la lumière, l’exposition aux écrans le soir peut provoquer des insomnies ou des difficultés à l’endormissement. Pour vous assurer de bien dormir, éteignez les appareils électroniques environ une heure et demi avant d’aller vous coucher.

Le cerveau

C’est un débat qui secoue la communauté scientifique depuis des années. La nocivité des ondes électromagnétiques et plus particulièrement leur éventuel lien avec les cancers du cerveau a été analysée par plusieurs équipes de chercheurs. La dernière étude en date est celle du National Toxicology Program, un programme de recherche américain. Dans les résultats publiés fin mai, les scientifiques expliquent avoir observé une augmentation importante des cancers du cerveau et du cœur chez le rat ayant été exposé de façon intense aux ondes de différentes puissances.

Le cou

Ce problème concerne en particulier les adolescents. Rester courbé vers l’avant est très mauvais en période de pleine croissance et peut provoquer des douleurs cervicales associées à des tensions ou des contractures au niveau de la nuque. Les médecins qui ont remarqué une hausse de ce problème lié à une mauvaise posture l’ont baptisé « text-neck ».

Les doigts

Les accros aux textos s’en doutent peut-être : le mouvement des doigts sur le clavier du téléphone peut provoquer des tendinites, notamment au pouce. Tout comme dans le cas de la manette de jeu pour console, répéter toujours le même geste pendant des heures n’est pas bon pour nos doigts.

 

par -

Le Brexit pourrait coûter des milliards d’euros aux constructeurs et équipementiers automobiles allemands et japonais implantés au Royaume-Uni. La menace sur l’emploi est bien réelle, rapporte le site français «  challenges.fr ».

 L’industrie automobile alertait de longue date les Britanniques des conséquences potentiellement désastreuses pour l’emploi qu’aurait la sortie de l’Union européenne de leur pays. S’ils n’ont pas écouté les mises en garde de ces constructeurs et équipementiers, c’est peut-être parce que la grande majorité sont aux mains de groupes étrangers.

Les seules marques anglaises survivantes – Mini, Land Rover, Range Rover, Jaguar, Bentley, Rolls-Royce, rangées par ordre d’importance de leur production – sont contrôlées par des constructeurs allemands et indiens. Les autres poids lourds de l’industrie automobile en Grande-Bretagne sont les Japonais Nissan, Toyota et Honda. Le temps est loin où l’industrie automobile concentrait une part de la fierté nationale, a ajouté la même source.

 

par -

Risque de cancer, prise de poids, influence néfaste sur les performances cognitives ou la santé psychique… Le travail de nuit ne serait pas sans conséquences sur la santé de ceux qui le pratiquent.

Face à ce constat, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) préconise donc, dans un rapport publié le mercredi 22 juin 2016, « d’évaluer les coûts sociaux » liés à cette pratique et de les comparer aux « bénéfices potentiels », rapporte le site français « 20 minutes ».

« Le travail de nuit influerait sur les facteurs de risques psychosociaux et les troubles du sommeil, qui à leur tour pourraient augmenter les risques de troubles mentaux », rapporte un groupe d’expert de l’Anses, qui s’est penché sur la problématique des « horaires atypiques » dès 2011 en s’appuyant sur divers écrits scientifiques.

Face à ces risques, l’agence juge nécessaire à court terme « d’ajuster la surveillance médicale des travailleurs de nuit ». En outre, le recours au travail de nuit « doit rester exceptionnel », comme l’exige le Code du travail, rappelle l’Anses. Or, il a « presque doublé en vingt ans », jusqu’à concerner « 15,4 % des salariés, soit 3,5 millions de personnes » en 2012, a ajouté la même source.

par -

Le département d’Etat américain évoque des risques d’attentats en Europe cet été, notamment à l’occasion de l’Euro de football qui aura lieu en France du 10 juin au 10 juillet, dans un avis à l’attention des voyageurs publié mardi.

« Nous alertons les citoyens américains du risque d’attentats terroristes à travers l’Europe lors d’événements majeurs, sur des sites touristiques, dans les restaurants, les centres commerciaux et les transports », dit-il, précisant que cet avis sera levé le 31 août.

« Le grand nombre de touristes qui visitent l’Europe au cours des mois d’été offre plus de cibles aux terroristes ayant l’intention de commettre des attentats dans les lieux publics, en particulier lors de grands rassemblements.

« Les stades de l’Euro, les ‘fan zones’ et les sites non officiels qui retransmettent le tournoi en France et dans toute l’Europe représentent des cibles potentielles pour les terroristes, tout comme d’autres événements sportifs d’envergure et rassemblements publics », poursuit le département d’Etat.

Il évoque également les Journées mondiales de la jeunesse, qui auront lieu du 26 au 31 juillet à Cracovie, où deux millions et demi de personnes sont attendues.

par -

Le directeur général de l’ATB, Mohamed Ferid Ben Tanfous par la voie du secrétaire du conseil d’administration de la banque Ahmed Kallel a déclaré que l’année 2016 présente à la fois des risques et des opportunités. « Notre institution l’abordera avec la ferme volonté de continuer son développement tout en maintenant une veille accrue quant à la gestion et la maîtrise des risques inhérents à notre métier », a assuré Ahmed Kallel, soulignant que l’ensemble des réformes législatives en cours, notamment celles relatives à la Banque centrale et aux établissements de crédit, poseront de nouvelles règles concurrentielles que ce soit en termes d’’intensification du contrôle du respect des ratios réglementaires et des normes de bonne gouvernance, qu’en  matière d’offre des produits.

« Notre banque, forte de sa stratégie commerciale proactive, saura pleinement tirer profit de ce nouvel environnement législatif », a ajouté Kallel.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT