Tags Posts tagged with "santé"

santé

par -
0
La ministre de la Santé, Samira Merai, a déclaré ce mardi 17 janvier à l’ARP que son département veille à rapprocher tous les services de santé du citoyen à travers des améliorations au sein des centres de santé de base en les équipant de matériels modernes.
Elle a ajouté que « cette année sera marquée par le déploiement de plusieurs médecins spécialistes (9 spécialités) dans les régions intérieures du pays. Le recrutement de ces médecins résoudra sans doute les problèmes de santé dans les régions en question », a-t-elle affirmé.

par -
0

Le bilan de l’épidémie annuelle s’annonce déjà «probablement lourd», selon les termes de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Le cap du million de cas est franchie, selon SOS Médecins, et la situation est plus que tendue dans plusieurs hôpitaux en France, rapporte Leparisien.fr

Commencée début décembre, l’épidémie de grippe devrait atteindre son pic «la semaine prochaine», avant de refluer, selon l’agence Santé publique France.

Aujourd’hui, à 9 heures, une réunion de crise s’est ouverte autour de François Hollande, en présence de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, du directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de paris (AP-HP), Martin Hirsch, et du directeur général de l’agence régionale de santé d’Ile-de-France, Christophe Devys, indique la même source.

Le nombre de personnes qui ont consulté leur médecin pour des symptômes grippaux a continué à augmenter la semaine dernière, atteignant 395 pour 100 000 habitants, contre 326 la semaine précédente, selon le bulletin hebdomadaire de Santé publique France, publié mercredi.

Le nombre de passages aux urgences liés à cette maladie virale a en revanche commencé à diminuer (4 788 contre 5 745), tout comme les hospitalisations (787 contre 1 035). Mais, comme de nombreux patients ont été hospitalisés pour grippe ces dernières semaines (en grande majorité des plus de 80 ans), avec une durée moyenne d’hospitalisation de 10 à 15 jours.

par -
0

Les autorités sanitaires américaines recommandent de faire consommer des aliments contenant des cacahuètes très tôt chez les nourrissons pour éviter les allergies à l’arachide, rapporte le site « lessentiel.lu ».

Ces nouvelles recommandations publiées jeudi par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) s’appuient sur les résultats d’une étude clinique effectuée par ce même institut.

Ces travaux avaient pour la première fois montré que le fait de consommer régulièrement des cacahuètes dès quatre mois et jusqu’à l’âge de cinq ans réduisait de 81% le taux d’allergie chez des enfants à risque par rapport à ceux qui n’en avaient jamais consommée, nous précise la même source.

par -
0

A l’occasion de la clôture des Journées économiques tuniso-françaises, ce jeudi 08 décembre 2016, la CONECT a signé à son siège, en présence de son président M. Tarak Cherif et de son Excellence Monsieur l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, des contrats de partenariats entre plusieurs entreprises tunisiennes et françaises exerçant dans le secteur de la santé. La CONECT informe que l’IPEMED Tunisie (Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen) a été lancé, ce qui va permettre aux institutions économiques tunisiennes d’avoir des informations ciblées sur les perspectives d’investissement et d’exportation.

Les Journées économiques tuniso-françaises ont permis à la délégation française composée d’une vingtaine d’institutions relevant de la Confédération française des Petites et Moyennes Entreprises  de rencontrer des entrepreneurs tunisiens de divers secteurs ainsi que certains membres du gouvernement.

Faut-il souligner que cette délégation d’hommes d’affaires français est la première à visiter la Tunisie quelques jours seulement après la tenue de la  Conférence Internationale sur l’Investissement « Tunisia 2020 ».

par -
0

Dans le cadre de la Conférence Internationale sur l’investissement, « Tunisia 2020 », visant à promouvoir la croissance économique et le développement social de la Tunisie, GE Healthcare a annoncé son intention d’investir à long terme dans la localisation de ses opérations dans le pays.

La phase initiale de « démarrage » de 36 mois est axée sur la mise en œuvre d’une stratégie basée sur trois piliers pour les opérations directes et localisées, notamment :

L’établissement d’une antenne GE Healthcare à Tunis, dirigée par une équipe de direction locale, et la création de dizaines de nouveaux postes ;

Des plans pour la création d’un Centre de Service Client local, avec l’engagement d’accroître significativement le nombre de pièces de rechange localisées par GE en Tunisie, avec pour la première fois dans le pays un stock de pièces de rechange garantissant un service fiable et rapide ;

La mise en place d’une série de partenariats stratégiques avec le secteur public et le secteur privé, dédiés à la modernisation de l’infrastructure médicale, la création de capacités et le renforcement des soins de santé primaire, afin de promouvoir la couverture universelle des soins de santé.

L’investissement de GE Healthcare pour la localisation de ses opérations en Tunisie est une étape majeure du renforcement des relations de collaboration entre la Tunisie et les États-Unis, » a déclaré Son Excellence Monsieur Daniel Rubinstein, Ambassadeur des États-Unis en Tunisie. « Nous voyons des opportunités sérieuses en matière de partenariat et d’investissement dans ce pays, et nous sommes engagés pour la réussite de la Tunisie. »

Farid Fezoua, Président et CEO de GE Healthcare Africa, a déclaré : « Nous saluons et soutenons la volonté du gouvernement Tunisien de faire progresser le développement humain et l’inclusion sociale par le biais d’un programme ciblé sur la santé tel que défini dans le Plan de développement pour 2020.

Pour optimiser nos opérations en pleine croissance en Afrique francophone, nous souhaitons mettre à l’honneur la solide source de talents tunisiens, localiser les capacités et les offres mondiales de GE, et servir de catalyseur pour le renforcement de la collaboration entre le secteur public et le secteur privé afin d’accélérer le développement d’un système de santé durable en Tunisie  »

par -
0

Les hôpitaux du Burkina Faso étaient quasiment paralysés, mardi 22 novembre 2016, par une grève observée par les membres du syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale, rapporte ce mercredi 23 novembre 2016, Africanews.

Cette grève qui se poursuivra jusqu’à jeudi, a été décidée par les agents de la santé humaine et animale et a pour objectif de réclamer des augmentations salariales et des indemnités, ajoute la même source.

par -
0

La start-up BeThree (Be Protected, Be Rescued, Be Safe), c’est la Tunisie que tout le monde aime voir. Les initiateurs de cette affaire, Youssef Aissa (22 ans, au centre sur la photo), Mohamed Rhodesly (25 ans, à dr.) et Bechir Zakkour Farhat (22 ans, à g.) ont touché des sommets depuis leur début en 2015, couvés par le cocon de l’école d’ingénieurs privée Esprit, nichée au nord de Tunis. Depuis mai 2016, ils entretiennent le feu sacré de la recherche du côté de Los Angeles, le Wonka Lab plus précisément, où leur trouvaille révolutionnaire en intéresse plus d’un, rapporte Jeune Afrique…

L’accélérateur californien a vite flairé le gros potentiel du bracelet intelligent et a tendu la main à la jeune entreprise tunisienne, avec à la clé un hébergement et un soutien pour l’aider à développer le produit. Ce dernier, baptisé WellBeat, élaboré grâce à un algorithme mis au point avec le concours de médecins, parvient à emmagasiner tous les signaux biologiques (fréquence cardiaque, saturation de l’oxygène dans le sang, pression artérielle…), ce qui lui permet, en temps réel, d’identifier les syncopes, signes précurseurs d’accidents cardiaques et vasculaires cérébraux (AVC). Dès que le système perçoit une anomalie, il envoie illico un SMS aux proches ou au médecin traitant contenant les coordonnées GPS, ce qui permet de réagir très rapidement…

L’invention est actuellement en phase d’évaluation. Le trio est actuellement en quête de partenaires pour peaufiner WellBeat, avant de le mettre sur le marché international. En attendant, les trois jeunes sont déjà partis pour d’autres aventures histoire de bétonner BeThree, avec d’autres algorithmes et applications qui rendront d’immenses services à d’autres malades…

par -
0

Le Docteur Ronald Petersen, du centre de recherche sur l’Alzheimer de la clinique Mayo, a récemment dévoilé une liste de cinq aliments très bénéfiques pour la santé de notre cerveau et pour lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Il s’agit de :

*Les grains entiers

*Les baies

*Le chocolat noir

*Les noix

*Le saumon

Sur un autre volet, le chercheur a recommandé d’éviter les sucres ajoutés, les boissons gazeuses, les gras saturés, la farine raffinée…

par -
0

Selon un sondage effectué par NPR et révélé par Huffpostmaghreb, cinq métiers sont nuisibles à la santé :

1 – La vente au détail (26%)
2 – La construction (23%)
3 – La manufacture / Usine (21%)
4 – Médecine (19%)
5 – Magasin (16%)

Ce sondage a été effectué sur 1600 personnes : On leur a, en effet, demandé comment leur emploi a affecté leurs habitudes de sommeil, leur nutrition, leur stress ainsi que leur vie sociale. D’après l’étude en question, pour pouvoir concilier travail et la santé, il faudrait, entre outre, prendre des congés occasionnels.

par -
0

Une plateforme électronique d’information sur la santé de la femme rurale dans les gouvernorats du sud-ouest sera, bientôt, lancée, a annoncé Nejib Mokni, coordinateur du programme Article 19 en Tunisie, lors d’une conférence de presse tenue, lundi, à Tozeur.
Ce projet vise à garantir l’accès à l’information pour améliorer la protection de la santé de la femme rurale dans les gouvernorats de Tozeur, Gafsa et Kébili. Il a démarré depuis un an à Gafsa et s’est étendu à deux autres gouvernorats (Tozeur et Kébili), signale la même source.
La plateforme devra comporter des informations sur le secteur de la santé dans les trois régions et offrir un espace d’échange interactif avec les différents acteurs.

par -
0
Certains traits de caractère comme la jalousie

Le président de la commission scientifique de l’association Alzheimer Tunisie, Riadh Gouider a annoncé, mercredi, le lancement officiel du plan national pour la lutte contre l’Alzheimer et le renforcement de l’accompagnement des malades, soulignant, à ce propos, que la Tunisie compte plus de 52 mille malades atteints d’Alzheimer qui ont besoin de l’accompagnement médical, psychologique et social.
ors d’une manifestation scientifique et culturelle organisée au centre de Bir Bel Hassen à l’Ariana, Riadh Gouider a indiqué que la Tunisie a été choisie par l’Observatoire Mondiale de la maladie d’Alzheimer comme « pays africain pour le contrôle de la maladie de près afin de limiter sa propagation ».
Selon une étude de terrain élaborée par l’association Alzheimer Tunisie, 92% des aidants familiaux des malades d’alzheimer sont des femmes, a révélé Gouider.
De son côté, Samira Merai Friaa, ministre de la santé a fait savoir que le plan national pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer fait suite à l’augmentation des malades, estimant que limiter la propagation de l’Alzheimer reste un défi pour la Tunisie, face à la hausse du taux des personnes âgées en 2030 estimée à 14,9%.
La ministre a, à cette occasion, tenu à saluer les efforts de la société civile et les familles des malades dans l’ accompagnement du patient qui perd son indépendance et devient, selon elle, dans la plupart des cas dépressif .
Dans son intervention, Leila Alouane, présidente de l’association Alzheimer Tunisie, a passé en revue les principaux axes du plan national de lutte contre la maladie d’Alzheimer à savoir : le diagnostic précoce, l’amélioration de la prise en charge, la formation des spécialistes, l’appui des recherches cliniques, la surveillance épidémiologique de la maladie et l’accompagnement des malades et de leur famille.
En vue de sensibiliser les médecins de première ligne , les médecins généralistes et les médecins de famille sur l’importance d’une meilleure orientation des malades vers les institutions spécialisées en plus du diagnostic précoce, un débat animé par des spécialistes a été organisé autour du processus du traitement de la maladie d’Alzheimer et des approches thérapeutiques médicamenteuses et non médicamenteuse de la maladie.

par -
0
Les vaccins contre la grippe hivernale sont disponibles à la vente à partir de demain 1er novembre

Les vaccins suscitent une défiance croissante parmi la population française, au point que la ministre de la Santé a lancé en début d’année une vaste consultation à ce sujet pour tenter de remédier à ce défaut d’image. Si la tendance est partagée dans de nombreux pays, notamment développés, un sondage réalisé par des chercheurs britanniques dans 67 pays du monde auprès de 66.000 individus révèle que les Français sont les plus sceptiques au monde sur la sécurité de la vaccination, rapporte Lefigaro.fr.

Sur les 964 personnes interviewées en France, 83% considèrent que la vaccination est importante, mais 12% sont convaincus du contraire (5% ne se prononcent pas). Ils sont 17% à mettre en doute l’efficacité des vaccins. Plus frappant encore, 4 personnes sur 10 ne trouvent pas qu’ils soient des produits sûrs. La proportion de personne estimant que la vaccination est incompatible avec leur religion est en revanche plus basse, sans être négligeable (11%).

À l’échelle mondiale (et même française), les opinions favorables à la vaccination restent majoritaires. Mais c’est en Europe que l’on retrouve le plus grand scepticisme: 7 des 10 pays les plus défiants parmi tous ceux de l’échantillon se trouvent sur le vieux continent (France, Bosnie-Herzégovine, Russie, Ukraine, Grèce, Arménie et Slovénie). Figurent aussi dans le top 10 la Mongolie et le Japon. À l’inverse, c’est en Asie du Sud-Est que les vaccins sont les mieux considérés: au Bangladesh, seulement 1% des sondés pensent qu’ils ne sont pas sûrs. Ils sont 3% en Indonésie et 6% en Thaïlande.

«Notre étude montre que le public comprend largement l’importance de la vaccination, mais que la sécurité est leur principale inquiétude», commente le principal auteur de l’étude, le Dr Heidi Larson (London School of Hygiene and Tropical medicine). La défiance envers la vaccination est un sujet d’inquiétude croissant en santé publique, au point que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé que l’image de la vaccination dans le public soit suivie avec soin par chaque pays. «Il faut pouvoir identifier rapidement les pays ou les groupes où cette confiance recule. Nous pouvons ainsi réagir avec rapidité pour en rechercher la cause. C’est ainsi que nous aurons le plus de chances de prévenir d’éventuelles épidémies», poursuit le Dr Larson. Moins le taux de vaccination est important dans une population, plus une épidémie risque de ressurgir. Cela a déjà été le cas ces dernières années en France avec des résurgences de coqueluche ou de rougeole.

Si certains groupes religieux s’opposent à la vaccination au niveau national, selon le sondage aucune confession n’était plus qu’une autre, à l’échelle mondiale, associée à une perception négative des vaccins. Les personnes âgées (65 ans et plus) affichaient les opinions les plus positives. Peut-être parce qu’elles sont les seules à avoir côtoyé la réalité des maladies contre lesquelles les vaccins nous protègent. «Qui connaît aujourd’hui en France les séquelles des grandes maladies infectieuses, comme la poliomyélite ou la diphtérie?», remarquait le Pr Daniel Floret, président du comité technique des vaccinations du Haut Conseil de la santé publique, dans le colonnes du Figaro en 2014. Selon des estimations de l’OMS pour l’année 2009, la vaccination a permis de sauver 3 millions de vies dans le monde.

par -
0

L’Afrique du Sud modernise son programme de lutte contre le VIH. Le dépistage est désormais universel. Les antirétroviraux seront gratuits pour toute personne testée positive, rapporte le site « Pourquoi docteur.fr ».

L’Afrique du Sud entre en guerre contre le sida. Dans ce pays où 19 % de la population est infectée par le VIH, un programme de prise en charge universel voit le jour. Son gouvernement a annoncé ce 2 septembre la mise en place du dépistage universel. Toute personne testée positive sera systématiquement traitée. Le pays espère ainsi doubler le nombre de personnes sous médicaments antirétroviraux, a ajouté la même source.

 

par -
0

Le président du département de la production animale à la délégation régionale de développement agricole à sidi Bouzid, Mohamed Hamdouni, a indiqué que l’état de santé du cheptel ovin est stationnaire, ajoutant que le programme de contrôle périodique sanitaire dans les marchés hebdomadaires se poursuit dans toutes les délégations.
« Plus de 370 mille têtes d’agneau ont été fournis à la région dans le cadre des préparatifs de l’Aid El Idha », a-t-il signalé.
Hamdouni a affirmé lundi, dans une déclaration à la TAP que 50 mille têtes d’agneau sont consacrés à la consommation locale et 320 mille seront répartis sur les autres gouvernorats, soit 40 pc de la production locale.
Le responsable régional a précisé que les autorités régionales et locales en collaboration avec les différentes parties concernées, ont pris plusieurs mesures afin d’éviter l’encombrement et de lutter contre les abus et les dépassements, ajoutant que des espaces de vente seront mis en place et des campagnes de contrôle seront menées afin de mieux organiser les opérations de vente des moutons.

par -
0

Selon site « Ledauphine.com », la députée socialiste Michèle Delaunay (France) souhaite que le recours aux médicaments aromatisés soit « encadré ». Efferalgan « cappuccino », Fervex « framboise » ou Smecta « fraise »… Elle a tiré la sonnette d’alarme sur la multiplication des médicaments aromatisés.

Selon elle, les industriels du médicament « doivent cesser de développer des produits qui ont pour objet de séduire des consommateurs en dehors du seul effet thérapeutique ». En cause, « un goût attrayant, qui peut conduire à une surconsommation potentiellement dangereuse», a indiqué la même source.

par -
0

L’allaitement maternel a connu un déclin remarquable ces dernières années en Tunisie, a affirmé Souad Mrad El Bekri, directrice des soins de santé de base (DSSB), précisant que selon une enquête menée en 2012 par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) sur la santé de la mère et de l’enfant, le taux d’allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois a baissé à l’échelle nationale à 8,5%.
S’exprimant lors d’un workshop sur  » l’allaitement maternel : une clé de développement durable « , tenu à Tunis à l’initiative du DSSB, dans le cadre de la célébration de la semaine mondiale de l’allaitement maternel 2016, la responsable a ajouté que, selon la même enquête, le taux d’allaitement maternel pendant la première heure suivant la naissance des bébés est de 40%, « ce taux baisse par la suite, puisque que la majorité des mères ne continuent pas d’allaiter », a-t-elle regretté.
L’objectif de cette rencontre est de lancer une stratégie nationale de promotion de l’allaitement maternel qui sera mise en place en collaboration avec les autres secteurs ainsi que les organisations mondiales et la société civile, a-t-elle fait savoir.
Ce workshop offre également l’occasion de veiller à l’élaboration d’une législation permettant de prolonger le congé de maternité afin de donner aux femmes « plus de chances de mieux allaiter leurs bébés », a-t-elle plaidé.
La responsable a appelé, dans ce cadre, à mettre en place un outil favorisant la sensibilisation des mères à l’importance de l’allaitement maternel, évoquant, dans ce cadre, la concrétisation de l’initiative  » hôpitaux amis des bébés « .
Cette initiative a été lancée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et enregistre, en Tunisie, la participation de 141 établissements hospitaliers publics « mais a connu un recul en dépit des résultats importants obtenus », a-t-elle fait remarquer.
De son côté, Raoudha Turki, Directrice régionale de la Santé à Nabeul a précisé que le risque de mortalité des bébés qui n’ont pas bénéficié de l’allaitement maternel est 8 fois plus élevé que chez les bébés qui ont été allaités, indiquant que l’allaitement maternel permet également de réduire le taux de mortalité subite chez les enfants.
La pratique, en Tunisie, de l’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie du bébé est en baisse, en dépit de ses bienfaits sur la santé du nourrisson et de la mère, a-t-elle fait remarquer, soulignant qu’il a baissé à 2% dans la région du nord-ouest.
Raoudha Turki a attribué le recul de l’allaitement maternel à des facteurs commerciaux, accusant dans ce cadre les industriels commercialisant les substituts de lait. « Le déclin de cette pratique a commencé dès les années 1960, quand les entreprises productrices de substituts de lait avaient lancé leurs campagnes de promotion qui diffusaient une image péjorative de la mère allaitante, l’assimilant à une femme traditionnelle », a-t-elle expliqué.
Pour sa part, Sonia Blibech, professeur en néonatalogie et chef de service à l’hôpital militaire de Tunis, a recommandé de renouveler les actions menées dans les hôpitaux en faveur de l’encouragement de l’allaitement maternel et de la préservation de cette pratique. Elle a, en outre appelé à former des professionnels de la santé pour promouvoir l’allaitement maternel, et à offrir à la mère les conditions favorables afin qu’elles allaitent leurs enfants jusqu’à l’âge de 2 ans.
Elle a, dans ce même sens, proposé l’adoption d’une politique nationale de promotion de l’allaitement maternel, de mener des actions de sensibilisation auprès des femmes enceintes et de rappeler ses avantages tout au long de l’année, sans se limiter à la semaine mondiale de l’allaitement maternel.

par -
0

La directrice régionale de la santé à Manouba, Imene Souissi a affirmé, ce Mardi 9 Août 2016, que la direction régionale de l’inspection sanitaire  a ouvert une enquête administrative dans le cadre du suivi de l’affaire de la femme qui a accouché, hier, dans une voiture après qu’une sage femme, à l’hôpital de Tebourba, ait refusé de la faire accoucher, selon ce qu’a affirmé le mari de la femme enceinte.
Selon l’agence TAP, la directrice régionale de la santé a auditionné, cet après-midi, tous les employés de l’hôpital de Tebourba et a récolté leurs témoignages ; en attendant que l’enquête soit achevée et que les mesures légales soient prises.
Elle cependant indiqué que le mari de la femme qui a accouché dans une voiture, pouvait porter plainte auprès des services de l’inspection sanitaire relevant du ministère de la santé.

par -
0

« Nous collaborons avec toutes les associations internationales connues dans le domaine de la lutte contre le sida, les maladies chroniques et nous œuvrons davantage afin de fournir tous les médicaments nécessaires aux patients tunisiens », a déclaré Saïd Aïdi, ministre de la Santé, lors d’une séance d’audition tenue, ce matin du vendredi 29 juillet 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

par -
0
Plusieurs chauffeurs de camions poids-lourds ont observé

Les agents de la direction régionale de la santé environnementale à Kairouan ont intercepté, mardi 28 juin 2016, deux camions transportant des produits alimentaires périmés et exposés au soleil, rapporte la radio Cap fm.

A noter que de vastes campagnes de contrôle économique et sécuritaire ont été lancées depuis le début du mois de Ramadan, dans le cadre du renforcement des opérations d’inspection sanitaire sur les réseaux de distribution des produits alimentaires de consommation.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE