Tags Posts tagged with "séance plénière"

séance plénière

par -

Les autorités tunisiennes surveillent comme du lait sur le feu tous les soubresauts des régions du Centre et du Sud, guettant la moindre étincelle, sait-on jamais. La Révolution de 2011 avait commencé comme ça, après tout. Alors quand le chef du gouvernement, Youssef Chahed, se rend dans ces parties du pays, il le fait à grand renfort de responsables pour tenter de calmer la grogne des populations, lesquelles continuent de clamer que le compte n’y est toujours pas 6 ans après le soulèvement populaire qui a conduit au départ précipité de Ben Ali. En janvier dernier, Chahed avait dépêché ses ministres à Ben Guerdane pour tenter de calmer les protestataires. Il y est allé lui-même ce mardi 07 mars 2017, à l’occasion du premier anniversaire des événements de Ben Guerdane. Et les annonces ont fusé : des recrutements, une aide financière, un complexe culturel et sportif, une zone industrielle, etc. Elles viennent s’ajouter à celles d’hier lundi à Médenine. Suffisant pour que les régions du Nord-Ouest (Béja, Jendouba, Siliana et le Kef), qui ne sont guère mieux loties que leurs consoeurs du Centre et du Sud, se rappellent au bon souvenir du gouvernement…

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a tenu, ce mardi, pour la première fois, une séance plénière consacrée à l’examen des questions liées au développement des gouvernorats du nord-ouest (Béja, Jendouba, Siliana et le kef), en présence des ministres des Finances, du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables, de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire ainsi que de la Santé, de la Formation et l’Emploi.
La commission du développement régional a présenté, au cours de cette première séance qui sera suivie d’autres devant être consacrées à d’autres régions, un rapport préparé, suite à des visites sur terrain effectuées dans les régions par les membres de la commission.
Ce rapport rapporte les principales difficultés financières, foncières et juridiques qui font obstacle au développement dans les régions précitées.
Il contient également les points de vue et recommandations suggérées par des responsables régionaux et des représentants des organisations nationales ainsi que des associations civiles et des députés des régions concernées.

Gouvernorat de Béja

La commission a demandé au chef du gouvernement d’effectuer une visite à ce gouvernorat, recommandant de tenir une réunion pour traiter des questions liées à l’agriculture au nord ouest en présence du ministres de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche et de prendre des mesures exceptionnelles en adéquation avec la situation du développement en Tunisie.
Elle a suggéré d’accorder de réelles prérogatives aux régions et à créer par la suite des mécanismes afin de surmonter les difficultés en matière de réalisation des projets publics de développement, de faciliter l’investissement et de transformer le gouvernorat de Béja en un pôle de développement interrégional et national.
La commission a insisté sur la nécessité d’adapter les priorités aux projets programmés en faveur de la région dans le cadre du plan de développement (2016-2020), moyennant le recours à l’approche participative au niveau du conseil régional.

Au niveau juridique, il importe d’accélérer l’adoption du projet de loi relatif à des jugements exceptionnels pour exécuter avec la rapidité requise les grands projets.
Le ministère des Finances a recommandé de faciliter les procédures de financements des jeunes investisseurs et à réviser l’orientation des financements de la Banque nationale agricole (le taux de la contribution aux crédits nationaux agricoles ne dépasse pas 12%).
Le rapport a appelé le ministère de l’Agriculture à trouver des solutions à l’endommagement de l’agriculture dans la région, à cause de l’importation et du dumping du marché par les tournesols bancs et la création d’une unité de séchage du lait pour résorber l’excédent de la production laitière et la construction d’un port de pêche.

La commission a requis du ministère de l’Industrie et du Commerce de créer un pôle industriel dans la région, pour résoudre les problèmes de l’usine de sucre.
Concernant le ministère du Tourisme, la commission a demandé de valoriser les côtes de la région de Nefza , de mettre en place un commissariat régional au tourisme et un pôle technologique des télécommunications à Béja

Gouvernorat de Jendouba

La commission a recommandé, dans son rapport, de créer un centre régional de lutte contre les catastrophes naturelles, soulignant l’absence d’un climat favorable au développement de l’investissement marqué par la détérioration de l’infrastructure de base, le manque d’éclairage, de télécommunications, de routes, de gaz naturel…).
Elle appelé à l’amendement du code des forêts et l’accélération de la concrétisation de l’expropriation pour cause d’utilité publique.
Elle a recommandé au ministère du Transport de résoudre les problèmes de l’Aéroport international de Tabarka-Aïn Draham et au ministère des Finances de soutenir les jeunes investisseurs, à travers la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (BFPME) et la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS).
La commission a appelé le département de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche à réhabiliter le réseau d’irrigation, à intervenir pour mettre fin à la fuite des eaux du barrage Oued El Kebir et à l’annulation des dettes des agriculteurs cumulées à cause du non paiement des factures d’eau.
Le ministère de l’Industrie et du Commerce est, quant à lui, appelé à finaliser l’aménagement des zones industrielles dans la région et à étudier la possibilité de l’ouverture des usines fermées, à l’instar de l’usine des minoteries du Nord et de la société de la sidérurgie (el Fouledh) à Ghar Dimaou.
Concernant le ministère de l’Equipement et de l’Habitat, la commission a préconisé de parachever la réalisation de l’autoroute et la route périphérique ainsi que la mise en place du téléphérique et d’une unité hospitalière à Béni Mtir.

Gouvernorat du Kef

La commission a appelé le gouvernement à honorer ses engagements vis-à-vis des régions, à reprendre l’investissement dans les régions de l’intérieur dans des secteurs prometteurs qui répondent aux spécificités des régions du Nord Ouest et à inciter à la création de projets privés ainsi que la concrétisation de la loi sur le Partenariat Public/Privé (PPP).
Elle a recommandé au département des Finances l’accélération de la création d’une banque régionale de développement et au ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche de créer une usine de transformation des produits agricoles et de réhabiliter les périmètres irrigués.
La commission a appelé le ministère de l’Industrie et du Commerce à accélérer la réalisation de l’usine de Sra Ouertane, créer de nouvelles zones industrielles, mettre en place des zones de libre-échange avec l’Algérie au niveau des délégations frontalières (Sakiet Sidi Youssef, Kalaat Senan…).

Gouvernorat de Siliana

Dans son rapport, la commission a appelé le gouvernement à tenir des réunions ministérielles sectorielles dans les régions et à pendre des dispositions exceptionnelles afin de soutenir davantage les prérogatives des responsables régionaux. Elle a évoqué la faiblesse des enveloppes consacrées aux conseils régionaux et la détérioration du taux d’encadrement au sein des administrations régionales, outre l’absence de sociétés de promotion immobilière.
S’agissant des questions légales et réglementaires, elle a recommandé l’accélération de l’élaboration des décrets d’application du nouveau code d’investissement.

La commission a en outre demandé à trouver des solutions au projet des canaux en fer qui seront installés à Bou Arada (gouvernorat de Siliana), outre le renforcement des zones industrielles situées dans les délégations couvertes par le réseau de voie ferrées. Il s’agit, également, de créer un commissariat régional au tourisme et d’exploiter les résidences déjà réalisées à Kisra et Ain Bousadya, en plus de la création de projets d’exploitation des substances utiles dont regorge la région.

Les députés mettent la pression

Des députés de l’ARP ont appelé le gouvernement à accélérer la mise en application des décisions « cumulées » concernant la réalisation de projets de développement dans ces régions et exhorté l’Etat à intervenir « sérieusement » pour sauver « le reste des usines en service dans la région ».
Le député, Ahmed Mechergui (Ennahdha), a mis l’accent sur le secteur agricole qui représente, selon lui, la locomotive de l’économie dans la région de Jendouba, accusant le ministère de l’Agriculture d’être à l’origine de l’endettement des agriculteurs. « Le département de l’Agriculture a négligé la maintenance des réseaux d’irrigation, ce qui a engendré la dégradation de 21 mille ha de périmètres irrigués (seulement 19 mille ha sont exploités du total de 40 mille ha).
Mechergui a appelé à accorder davantage d’importance à la production laitière et à investir dans le séchage du lait et dans la culture du canne à sucre, soulignant la nécessité d’accorder davantage d’intérêt aux forêts qui abritent la majorité des habitants des zones rurales soit 73% du total des habitants de la région du nord-ouest.

De son côté, Mongi Harbaoui a appelé à mettre en application les décisions du conseil ministériel, tenu le 15 avril 2015, concernant la rénovation et la modernisation du réseau des chemins de fer et à accélérer la réalisation des zones industrielles afin de soutenir les entreprises économiques de la région.

Noureddine Ben Achour (Machroua Tounes) a souligné l’impératif d’accorder davantage d’importance aux industries de transformation des produits agricoles et ce à travers la simplification des procédures administratives afin d’encourager les investisseurs.

Abdellatif Mekki (Ennahdha), a évoqué la persistance de la pauvreté dans cette région malgré ses nombreuses richesses naturelles, humaines, culturelles et archéologiques. Il a rappelé, dans ce cadre, que les agriculteurs de la région n’ont obtenu que 80 mille dinars de l’ensemble des indemnisations décidées en 2015 et estimées à 4 millions de dinars.

Le député Jilani Hammami (Front populaire) a appelé le gouvernement à assumer ses responsabilités et à créer des projets pour valoriser le potentiel agricole, touristique et industriel du gouvernorat de Siliana et à ne pas se contenter des initiatives privées qui sont vouées à l’échec étant donné l’absence des plus simples fondements de développement.
Il a insisté sur la nécessité d’adopter un nouveau plan de développement pour faire sortir la région de la marginalisation et lutter contre la pauvreté et le chômage.

Sami Fatnassi (Ennahdha) a recommandé la simplification des procédures pour le lancement de projets dans le gouvernorat de Béja, à ouvrir des canaux de financements clairs et transparents avec les banques commerciales, à renforcer les équipements écologiques, à réhabiliter les terres abandonnées et à créer une institution de services qui englobe la Steg, la SONEDE et d’autres entreprises de services publics.

La députée Najla Saadaoui (Nidaa Tounes) a appelé, quant à elle, à réviser les prix référentiels du lait et des céréales et à créer un port de pêche ainsi qu’à fournir l’eau potable pour tous les habitants du gouvernorat.

TAP

par -
Le secrétaire général du CPR (Congrès pour la République)

Dans une déclaration accordée ce vendredi 23 décembre à Africanmanager, le député Imed Daimi a qualifié la séance d’audition des ministres de l’Intérieur et des Affaires Etrangères d’importante, voire décisive.

 » Cette séance malgré son retard sera l’occasion pour rendre hommage au martyr de la Tunisie et de la nation, Mohamed Zouari », a dit le député, avant d’assurer qu’elle sera aussi une opportunité pour pointer du doigt plusieurs défaillances enregistrées au niveau du système sécuritaire du pays, notamment l’infiltration du Mossad, ce qui a porté atteinte à la souveraineté de l’Etat.
Et d’ajouter : « Les responsables du gouvernement devront donner une position claire par rapport à cette question, qui continue d’alimenter la polémique ».
Il est à rappeler qu’une séance plénière sera tenue aujourd’hui l’ARP pour tenter de faire la lumière sur l’assassinat de Mohamed Zouari.

par -

Olfa Soukri, députée de Nidaa Tounes au sein de l’ARP, a proposé ce lundi un label pour chaque produit artisanal. Elle a qualifié cette démarche d’importante, car elle contribuerait certainement à l’amélioration de la qualité des produits touristiques. « Il est aujourd’hui de notoriété publique que la Tunisie se donne les moyens pour booster le secteur touristique », a dit la députée lors d’une séance plénière qui se tient actuellement et qui est consacrée à l’examen du budget du ministère de Tourisme. Et d’ajouter : « Un label pour chaque produit touristique ne peut que développer le secteur, mais aussi instaurer l’économie solidaire pour que les femmes artisanes jouent pleinement leur rôle ».

par -

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP) tiendra, mercredi prochain, une séance plénière consacrée à l’examen du projet de loi sur l’impulsion de la croissance économique, rapporte le quotidien « Assabah »
L’examen de ce texte vient à la suite de la finalisation des négociations au sein de la commission des finances, de la planification et du développement à l’ARP, a ajouté la même source. Et de préciser que « des rectifications de ce projet de loi ont été effectuées, portant le nombre d’articles à 16 contre 4 prévus dans la version originale du projet de loi, lequel a été critiqué par les membres de la Commission en raison d’un manque de clarté caractérisant certains concepts évoqués dans le projet ».
Dans le même contexte, le président de la commission, Mongi Rahoui, a déclaré à ce quotidien que le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale a réagi favorablement aux propositions de la commission.
Il a dans le même ordre d’idée indiqué que le Front Populaire ne s’oppose jamais à ce genre de loi étant donné que plusieurs projets sont encore bloqués.

par -

Plus de la moitié des députés de l’ARP se sont absentés ce jeudi 21 juillet 2016 lors de la séance plénière consacrée à l’examen du projet de loi relatif à l’interdiction du trafic humain.

Cette absence a causé la suspension de l’adoption de ce projet et le rejet de plusieurs de ses articles. Les députés présents ont exprimé leur mécontentement, rapporte Mosaïque fm.

par -

Le chef du gouvernement, Habib Essid, se présentera à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour une séance plénière, sans doute la dernière de son mandat, selon Mosaïque Fm. Les choses s’accélèrent donc, après l’entretien de Essid avec le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur…

Les deux hommes se seraient mis d’accord lors de leur dernière rencontre pour que le chef du gouvernement soumette sa démission après la lecture d’un texte sur la situation générale en Tunisie et l’action de son équipe en un an et demi.

par -
Arrêté le vendredi 16 août
Prévue initialement pour le 16 juin, la séance plénière consacrée à l’affaire de l’assassinat des deux leaders de l’opposition Chokri Belaid et Mohamed Brahmi s’est tenue ce mardi 21 juin 2016.
Convoquée par le groupe parlementaire du Front Populaire et soutenue par 78 députés de l’ARP, cette séance qui a été reportée pour aujourd’hui après l’intervention de certaines parties auprès du bureau de l’ARP a été marquée par la présence des ministres de l’Intérieur, Hédi Majdoub et de la Justice, Omar Mansour.
La séance était l’occasion de dénoncer l’assassinat politique, considéré comme un danger qui continue de menacer la Tunisie dans son processus de transition. Il a aussi été dit qu’il ne faut pas passer les faits sous silence et qu’il faut dévoiler « toute la vérité » et garantir les conditions d’un procès équitable.
La majorité des députés qui sont intervenus à cette séance ont appelé le gouvernement en place à considérer l’affaire comme l’une des priorités afin de réaliser l’un des objectifs de la révolution de 2011″. C’est une question nationale qui intéresse toutes les forces du pays », a dit Mustapha Ben Hmed, pointant du doigt certaines lacunes enregistrées. « Il n’y a pas vraiment une réelle volonté pour examiner ce dossier délicat et la preuve qu’une  manipulation a caractérisé son traitement », a-t-il martelé.
Ce manque de volonté n’a fait qu’alimenter la polémique également au Front Populaire, qui s’est dit inquiet de la non application de la loi. Comme explication, ce parti de gauche a indexé les dysfonctionnements observés dans le traitement de ces deux dossiers, ce qui l’a poussé à se méfier de la justice tunisienne et à recourir aux instances régionales et internationales des droits de l’Homme et de la justice transitionnelle. C’est ainsi qu’il leur a demandé d’envoyer des représentants pour assister au procès des affaires Mohamed Brahmi et Chokri Belaid.
Cette démarche est cruciale dans la mesure où plusieurs partis ont fortement critiqué les conditions dans lesquelles se déroulent les audiences, qui ne sont pas en conformité avec les normes internationales, disent-ils.
La réalisation de cet objectif exige pour d’autres députés une ferme volonté politique et une réelle mobilisation du ministre de la Justice. C’est pour cette raison que Nidaa Tounes, par la voix de son député Hatem Ferjani, a exhorté le ministre à exercer ses prérogatives et suivre de près cette affaire.
Ennahdha attaché à connaitre la partie bénéficiaire
A travers plusieurs interventions, le parti islamiste par la voix de ses députés Samir Dilou, Houcine Jaziri ou encore Sahbi Atig, n’a épargné aucun effort pour rejeter les accusations portant sur son implication dans ces deux affaires et son souhait de les étouffer.
« Comme le Front populaire, on appelle les autorités à chercher la vérité et  pourquoi pas à présenter les documents prouvant l’implication de la Troïka, également Ennahdha, dans l’assassinat de ces deux leaders », a crié Houcine Jaziri, affirmant que son mouvement est prêt à assumer ses responsabilités.
Un avis qui est partagé par le nahdhaoui Samir Dilou, qui s’est montré intéressé par la découverte de la vérité, l’identification des commanditaires de ces crimes odieux mais aussi la partie bénéficiaire.
De son côté Ferida Abidi a souligné la nécessité de respecter les procédures judiciaires et a qualifié d’illégale la tenue de cette séance plénière. Elle est en contradiction avec certains articles de la Constitution dont notamment les articles 102 et 109, selon elle. Pour rappel, ces articles stipulent en fait que le pouvoir judiciaire est indépendant et garantit l’instauration de la justice, la suprématie de la Constitution, la souveraineté de la loi et la protection des droits et des libertés. S’agissant de l’article 109, il prévoit que toute ingérence dans le fonctionnement de la justice est interdite.
Le ministère de la Justice rejette les accusations
De son côté, Omar Mansour, au nom du ministère de la Justice, a dénoncé les accusations contre le juge d’instruction.  » On n’accepte pas certaines positions et certains concepts dont notamment la manipulation ou encore des tentatives visant à dissimuler la vérité », a dit le ministre lors d’une déclaration accordée à la presse.
Le ministre a par ailleurs souligné la nécessité de respecter les instituions judiciaires, faisant savoir que chaque partie dans cette affaire a sa propre vision et qu’elle devrait bénéficier de ses droits d’ester en justice en cas de préjudice.
Sur une question posée sur le retard accusé au niveau du déroulement de l’enquête, Omar Mansour a affirmé qu’il s’agit d’une grosse affaire connue déjà par l’implication d’un nombre important de personnes. » Ce genre de dossier peut prendre plus temps, mais voilà on est en train de le suivre pour connaitre la vérité », a-t-il assuré.

par -

La députée d’Ennahdha Ferida Abidi a qualifié ce mardi 21 juin 2016 la tenue de la séance plénière consacrée à l’affaire Chokri Belaid et Mohamed Brahmi d’illégale.

D’après l’intervenante, cette séance vient en contradiction avec les articles de la Constitution dont notamment l’article 102 et 109.

Faut-il rappeler que l’article 102 stipule que le pouvoir judiciaire est indépendant et garantit l’instauration de la justice, la suprématie de la Constitution, la souveraineté de la loi et la protection des droits et des libertés. Pour l’article 109, il dit que toute ingérence dans le fonctionnement de la justice est interdite.

par -

Le député du Front populaire Jilani Hammami a dénoncé lors d’un point de presse tenue ce jeudi 16 juin 2016 au Bardo la décision prise par le bureau de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP) d’annuler la séance d’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Mejdoub et Omar Mansour, prévue initialement pour aujourd’hui à l’ARP.

Il a qualifié cette décision d’unilatérale, pointant du doigt le mouvement d’Ennahdha, accusé d’être derrière cette décision et ce, malgré l’appel de 78 députés d’auditionner les deux ministres en question.

Jilani Hammami a ajouté que cette audition n’a, comme certains le pensent, aucun effet sur le procès du meurtre de Chokri Belaïd, qui aura lieu demain vendredi à Tunis .

par -

La plénière de ce jeudi 16 juin 2016 qui devait être consacrée à l’approbation du projet de loi organique N°01/2016 amendant et complétant la loi organique N°14/2014 du 26 Mai 2014 relative aux élections et aux référendums a été annulée, et ce suite à l’annulation de l’audition des ministres de l’Intérieur et de la Justice, Hédi Majdoub et Omar Mansour. Il était prévu qu’ils soient auditionnés sur les dossiers Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Rappelons que les discussions relatives à ce projet de loi ont débuté depuis quelques jours à l’ARP. Parmi les points reprochés à ce projet figurent notamment la représentation des jeunes et des personnes à besoins spécifiques, la parité, le financement de la campagne électorale et le contrôle des financements.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Au terme d’un procès très éloigné des standards internationaux et auquel nos organisations avaient refusé de participer, Simone Gbagbo a été acquittée hier soir...