Tags Posts tagged with "sécheresse"

sécheresse

par -
0
Le ministère de l’Agriculture

La production de céréales en Tunisie a chuté de 426 mille quintaux au cours de la saison 2015/2016 contre 726 mille quintaux en 2013/2014.

Cette baisse est expliquée, selon les données publiées sur le site  du ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, par la sécheresse enregistrée ces derniers mois dans le plusieurs régions.

A noter que le secteur des céréales contribue à hauteur de 16% du PIB. Plus de 250 000 agriculteurs s’activent dans cette filière…

par -
0

L’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche  (UTAP) a présenté, ce jeudi 1er septembre, lors d’une conférence de presse,  un rapport détaillant tous les difficultés enregistrées dans le  secteur agricole 2015/2016, notamment les dettes des agriculteurs et l’importance d’une intervention rapide de la part du gouvernement.

Intervenant au cours de ce point de presse, le président de l’UTAP, Abdelmajid Ezzar a affirmé que les agriculteurs  souffrent de nombreux problèmes dont notamment l’augmentation de leurs dettes, de  dégâts subis par les changements climatiques, les pertes du secteur agricole…

Il a, dans ce contexte,  appelé les différentes parties concernées et le gouvernement à mettre en place une série de mesures urgentes dont notamment le règlement des dettes des agriculteurs qui dépassent les 5 mille dinars et l’annulation des intérêts bancaires…

Sur un autre volet, il a ajouté que les pertes globales du secteur agricole sont de l’ordre de 1994MD  et ce,  durant la saison 2015-2016. Et d’affirmer que la sécheresse a également causé une perte de 793 MD. Pour la production animale, ces pertes s’élèvent à 260MD, et pour le secteur des oliviers, elles ont atteint 760 MD.

Les moutons sont sains et disponibles en grande quantité

Il a, d’autre part, assuré  que 1 million 133 mille moutons sont disponibles pour l’approvisionnement des marchés, à l’occasion d’Aïd Al Idha, faisant état dans le même contexte de certaines craintes concernant la persistance de la hausse des prix des ovins. Il a catégoriquement nié l’existence d’une quelconque maladie chez les moutons dans tous les gouvernorats du pays.

On rappelle que le secrétaire général du syndicat des Imams, Fadhel Achour, a appelé Dar al-Ifta à l’émission d’une fatwa autorisant les Tunisiens à boycotter cette année le sacrifice du mouton de l’Aïd si les rumeurs portant sur la présence d’une maladie touchant les moutons, à savoir la peste des petits ruminants, se confirment.

par -
0

« La Tunisie est actuellement frappée par la sécheresse et est en dessous du seuil de pénurie hydraulique avec 460 m3 par habitant et par an. la situation risque de se détériorer davantage s’il n’y a pas de pluies dans les mois à venir », a récemment annoncé le ministre de l’Agriculture, de la pêche et des ressources hydrauliques, Saâd Seddik.

Il  a précisé que le pays souffre de cette conjoncture depuis longtemps et que plusieurs plans directeurs ont été mis en œuvre depuis les années 1970 pour résoudre ce problème, affirmant que ces plans ont permis de construire plusieurs barrages afin de mieux gérer les ressources hydrauliques en Tunisie.
Le ministre a,  par ailleurs, signalé que  les réserves d’eau en Tunisie ont connu une baisse de 400 millions m3 par rapport à l’année 2015 et que certains barrages à Kairouan et au Cap Bon ne contiennent plus d’eau, tout en assurant que les réserves d’eau sont suffisantes et que la Tunisie a connu un scénario pareil en  1994 avant que la crise ne soit complètement dépassée.

On rappelle, dans ce contexte,  qu’une importante perturbation au niveau de la distribution d’eau potable en Tunisie a été enregistrée durant ces dernières semaines dans plusieurs régions de la Tunisie. Cette perturbation est due à la sécheresse et au manque de pluies, durant l’année 2016. cette sécheresse a coïncidé avec la hausse de la consommation d’eau potable durant la saison estivale.  La Tunisie fait face actuellement à un déficit de 15%, particulièrement dans les régions de Sfax, Nabeul, Sousse et Mahdia…

Une pénurie d’eau d’ici 2040 ?

Une étude de la « World Resources Institute » avait annoncé, que notre pays ferait partie des 33 pays les plus susceptibles de connaître une pénurie d’eau d’ici 2040.Des experts de l’UNESCO ont également placé la Tunisie dans la catégorie des pays qui auront des problèmes sérieux d’eau à l’horizon 2025.

Face à  cette menace le gouvernement tunisien est appelé à mettre en place des plans d’urgence pour remédier à de telles pénuries, mais aussi pour assainir et remettre à niveau des équipements plus que jamais vitaux dans un pays pour lequel chaque goutte compte.

par -
0

D’après des informations publiées ce vendredi 29 juillet 2016 par le site « sciences et Avenir », l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a demandé une aide d’urgence agricole pour dix pays d’Afrique australe menacés de sécheresse.

L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a affirmé qu' »au moins 109 millions de dollars sont nécessaires » pour fournir d’urgence semences, outils et engrais afin que dix pays menacés de sécheresse puissent « produire suffisamment pour se nourrir et éviter d’être dépendants de l’aide humanitaire jusqu’à la mi-2018 », a indiqué la même source.

par -
0

C’est le Premier ministre éthiopien en personne, Haile Mariam Dessalegn, qui l’a dit dans un discours devant les parlementaires mardi 5 juillet 2016, rendu public hier mercredi, jour de fin de l’année fiscale éthiopienne : Le pays ne pourra pas faire mieux que 8,5% de croissance en 2016. Un chiffre dont se contenteraient bien pas mal de nations du contient africain !

Pour l’Ethiopie, ce taux n’a rien d’affolant au regard de ses performances ces dix dernières années : 10%. De l’aveu même du Premier ministre, « cette croissance est bonne et a été vérifiée par le Fonds monétaire international (FMI) ». Et mieux, les autorités éthiopiennes avaient initialement tablé sur une croissance de 11% pour 2015-2016, mais c’était sans compter sur la sécheresse qui a sévi cette année dans la Corne de l’Afrique, un coup dur qu’on doit au phénomène météorologique El Niño.

Le lourd impact de la sécheresse

L’Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé du continent, une population qui dépend principalement de l’agriculture, elle-même fortement tributaire des phénomènes climatiques. Le pays fait face actuellement à la sécheresse la plus grave depuis trente ans ; plus de dix millions d’Éthiopiens survivent grâce à l’aide alimentaire, d’après les Nations unies. Le Premier ministre avait déjà admis en mars dernier devant l’Assemblée que la croissance du pays serait impactée et se situerait « entre 8 et 10 % » pour cette année fiscale. La Banque mondiale a fait état en 2015 d’une croissance de 9,6 % en Éthiopie et avait prédit un recul jusqu’à 7% en 2016 à cause de la sécheresse. Le FMI est encore plus alarmiste, il parle d’un taux de croissance qui n’excédera pas les 4,5 % en 2016.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Projet novateur en faveur des entreprises africaines et de leur croissance, l’Initiative AfroChampions vient d’être officiellement lancée à Bamako, au Mali, lors d’un diner...